Archives de catégorie : Migrants à la mer

Daniel Howden, Why Journalists Covering the Refugee Crisis Face Moral Injury, newsdeeply.com , April 23, 2018

The refugee crisis saw many journalists confronted with trauma and hypocrisy on their home turf. Professor Anthony Feinstein discusses his latest work on the effects on those involved and their wider relevance.

« In 2016, the renowned psychiatrist Anthony Feinstein was approached by Hannah Storm, director of the International News Safety Institute. She was concerned at some of the personal accounts she was hearing from journalists working on what was then known as Europe’s refugee crisis.

Feinstein pioneered the study of the effects of conflict reporting on the psychological well-being of journalists. Storm wanted him to conduct a new study looking at the impact of the refugee crisis on those covering it.

A professor at the University of Toronto, Feinstein’s previous work with reporters was turned into the documentary “Journalists Under Fire” which was short-listed for an Academy Award and won a 2012 Peabody Award.

The South African-born professor helped to broaden the understanding of the relationship between post-traumatic stress disorder (PTSD) and front-line reporting. But in the case of the refugee crisis, he was curious about the role that a less well-understood condition, “moral injury,” might be playing.

A concept familiar to the U.S. and other militaries involved in Iraq, the condition would prove to be prevalent among the journalists working on refugee stories who took part in the survey.

The resulting study, co-authored by Hannah Storm and Bennis Pavisian, was published by the Journal of the Royal Society of Medicine. Here, Feinstein discusses his findings and their wider relevance. »   (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/community/2018/04/23/why-journalists-covering-the-refugee-crisis-face-moral-injury

 

illustration : https://pxhere.com/en/photo/948785

CC0 Public Domain

 

Anne Chemin, Pourquoi migrer tue, lemonde.fr, 12/04/2018

Plus l’Europe se ferme, plus le nombre de décès aux frontières augmente, au moins 40 000 depuis le début des années 1990. Jamais dans l’histoire une migration n’a causé autant de morts.

« (…) « Une indifférence mêlée de résignation »

En offrant une sépulture symbolique aux milliers de réfugiés morts aux portes de l’Europe, les associations tentent de les extraire du silence et de l’oubli. « Structurelles, les morts aux frontières passent souvent inaperçues, souligne Antoine Pécoud, professeur de sociologie à l’université Paris-XIII, dans un travail réalisé en 2017 pour la Fondation pour les sciences sociales. Les migrants meurent en général dans des endroits peu accessibles ou dans des lieux périphériques, voire fermés. Beaucoup d’entre eux voyagent clandestinement et meurent tout aussi clandestinement. Même lorsque ces décès font l’objet d’une publicité médiatique, ils suscitent souvent une indifférence mêlée de résignation. »

Les migrants morts aux portes de l’Europe sont pourtant très nombreux. Si les estimations varient, les ordres de grandeur donnent le vertige. United for Intercultural Action, un réseau de plus de 500 associations du Vieux Continent, a répertorié 17 000 décès entre 1993 et 2012. L’association Fortress Europ a comptabilisé plus de 27 000 morts de 1988 à 2016. Le consortium de journalistes The Migrants’ Files évoque le chiffre de 35 000 victimes entre 2000 et 2016. Selon Olivier Clochard, codirecteur du laboratoire Migrinter (CNRS-université de ­ Poitiers), près de 40 000 migrants sont morts aux frontières de l’Europe depuis le début des années 1990.

Beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces. Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq

Les organisations recensent les cadavres retrouvés sur les côtes, écoutent les témoignages des rescapés et rassemblent les articles de presse sur les naufrages, mais elles savent que de nombreux décès échappent à leur vigilance : beaucoup de migrants sombrent en Méditerranée sans laisser de traces.

Pour les prendre en compte, il faudrait, selon les interlocuteurs, multiplier les statistiques par deux, voire par cinq. « Il est toujours délicat de trouver un coefficient multiplicateur mais il est évident que ces chiffres sous-estiment le nombre de décès, constate Olivier Clochard. La Méditerranée est devenue le plus grand cimetière de migrants du monde. »  (…)

A lire

La Mort aux frontières de l’Europe. Retrouver, identifier, commémorer, coordonné par Carolina Kobelinsky et Stefan Le Courant, sous la direction scientifique de Michel Agier (Le Passager clandestin, 2016).
La quarantaine de chercheurs réunis au sein de Babels, programme de recherche de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, expose la violence des frontières en revenant sur l’identification des corps, la commémoration des défunts et les récits des survivants.

Atlas des migrations en Europe. Approches critiques des politiques migratoires, sous la direction d’Olivier Clochard (Armand Colin, 2016).
Migreurop, un réseau d’associations, de militants et de chercheurs fondé en 2002, analyse les politiques migratoires européennes à travers des textes signés par des universitaires, mais aussi des cartes et des infographies d’une très grande richesse.

« Migrants morts, des fantômes en Méditerranée », Rhizome n° 64, juin 2017.
Evelyne Ritaine, chercheuse en science politique et sociologie comparatives à Sciences Po Bordeaux, revient sur l’invisibilité des migrants disparus en mer, qui sont, selon elle, « dans les limbes du politique ».

« Liberté de circuler, un privilège », Plein droit n° 116, mars 2018.
La revue du Groupe d’information et de soutien des immigrés consacre ce numéro à la liberté de circulation. « Ces dernières années, on a assisté au rétablissement de contrôles à plusieurs frontières intra-européennes. Si bien que les routes migratoires vers l’Europe sont devenues les plus dangereuses du monde et que les morts aux frontières se comptent par milliers chaque année. »

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/04/12/pourquoi-migrer-tue_5284531_3232.html#Dg3YOww8xmdM66uW.99

 

illustration @ S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

 

 

 

 

Paolo Cuttitta, Delocalization, Humanitarianism, and Human Rights: The Mediterranean Border Between Exclusion and Inclusion, Antipode, 2017, p.1–21

Abstract

« By reflecting on both the exclusionary and the inclusionary role of humanitarian migration and border management in the Central Mediterranean, this paper explores the relationship of humanitarianism with the delocalization of the EU border and with human rights. First, the paper analyses the role of human rights in the institutional humanitarian discourse about migration and border management at the Mediterranean EU border. The paper then analyses the Italian operation Mare Nostrum and, more generally, Italian humanitarianized border management in the Central Mediterranean. In doing this, it shows that humanitarianism contributes to the discursive legitimation and spatial delocalization of exclusionary policies and practices. Moreover, humanitarianism contributes to a symbolically and legally subordinate inclusion of migrants in the European space. While such humanitarian inclusion can be more inclusive than what human rights would require, it is posited as an act of grace rather than an enhancement of human rights. In both its exclusionary and inclusionary dimension, humanitarianism transcends and expands territorial boundaries by outsourcing responsibilities and enhancing delocalized border management »

doi: 10.1111/anti.12337

PDF:

http://www.dsps.unict.it/sites/default/files/files/Cuttitta_Delocalization%2C%20Humanitarianism%20and%20Human%20Rights.pdf

Paolo Cuttitta, Depoliticization through search and rescue? Humanitarian NGOs and migration management in the central Mediterranean. Geopolitics, July 2017.

ABSTRACT

« This article analyses the search and rescue (SAR) activities carried out by three NGOs (MOAS, MSF and Sea-Watch) in the Central Mediterranean, and asks whether and in how far non-governmental SAR contributes to the repoliticization of the EU maritime border. The article first introduces the concept of depoliticization/repoliticization, as well as that of humanitarianization. Two sections summarize the development of the SAR regime and the governmentalization of international waters in the Strait of Sicily from the Cap Anamur case to 2016, and from late 2016 to recent days. Against this backdrop, the article analyses the different political positions taken by MOAS, MSF and Sea-Watch, their operational activities, as well as their cooperation and relations with the other actors involved in SAR. The three NGOs react differently to the contradictions that are typical of humanitarian non-state action. MOAS keeps a neutral political profile, whereas MSF and Sea-Watch regard their SAR activities as part of a political, not only humanitarian commitment. While the convergence of delocalized state sovereignty and humanitarian reason leaves hardly any room for manoeuvre, MSF and Sea-Watch try to question and contrast governmental policies and practices, as well as to turn international waters into a political stage from which they can make their voice heard and on which they can play the watchdog role. »

Available at: http://dx.doi.org/10.1080/14650045.2017.1344834.

Ai Weiwei, Human Flow, documentaire, février 2018

« Plus de 65 millions de personnes à travers le monde ont été contraintes de quitter leur pays pour fuir la famine, les bouleversements climatiques et la guerre : il s’agit du plus important flux migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale. Réalisé par l’artiste de renommée internationale Ai Weiwei, HUMAN FLOW aborde l’ampleur catastrophique de la crise des migrants et ses terribles répercussions humanitaires.
Tourné sur une année dans 23 pays, le documentaire s’attache à plusieurs trajectoires d’hommes et de femmes en souffrance partout dans le monde – de l’Afghanistan au Bangladesh, de la France à la Grèce, de l’Allemagne à l’Irak, d’Israël à l’Italie, du Kenya au Mexique et à la Turquie. HUMAN FLOW recueille les témoignages des migrants qui racontent leur quête désespérée de justice et de sécurité. Ils nous parlent des camps de réfugiés surpeuplés, de leurs périples en mer à très haut risque, des frontières hérissées de barbelés, de leur sentiment de détresse et de désenchantement, mais aussi de leur courage, de leur résilience et de leur volonté d’intégration. Ils évoquent la vie qu’ils ont dû abandonner et l’incertitude absolue d’un avenir meilleur.
HUMAN FLOW nous interroge sur l’une des questions essentielles à notre époque : la société mondialisée parviendra-t-elle à s’extraire de la peur, de l’isolement et du repli sur soi ? Saura-t elle se tourner vers l’ouverture aux autres, la liberté et le respect des droits de l’homme ?  » (ed.)