Archives de catégorie : Vient de paraître

Cemca, Mallette numérique Migr’ART. Territoire et déplacements, juillet 2018

“Expliquer les migrations mexicaines et centraméricaines grâce à l’art contemporain

Au Mexique, comme dans le monde entier, le thème des migrations est une question brûlante sur le plan géopolitique et social, qui s’intègre dans une problématique plus générale : celle du territoire et des déplacements dont il est l’objet. Le Centre d’Études Mexicaines et Centraméricaines (Cemca, Umifre 16, composante de l’unité Amérique latine, USR3337, CNRS / Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères) se trouve au coeur de ces questions territoriales, d’une part, parce que nombre de ses chercheurs travaillent sur les migrations, d’autre part parce que ses deux antennes, l’une au Mexique, l’autre au Guatemala, le placent au carrefour de frontières stratégiques : celles de l’Amérique centrale et celle entre le Mexique et les États-Unis, objet de tous les regards depuis l’élection de Donald Trump. Dans le même temps, une myriade d’artistes contemporains donnent à voir et à penser la dynamique migratoire à travers leurs œuvres. C’est cette rencontre entre les sciences et les arts que se propose de faire connaître la mallette numérique Migr’ART en mettant à disposition des documents visuels, écrits et audios sélectionnés pour leur qualité artistique et analysés de manière scientifique” (…)

Voir p. 15 de :

http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoinshs54.pdf

La Cimade, Dedans, dehors : une Europe qui s’enferme, lacimade.org, 27/06/2018

“La Cimade publie un rapport d’enquête et d’analyse sur la situation des personnes exilées aux frontières extérieures et intérieures de l’espace Schengen. Nourri par des observations récoltées aux frontières de la France, de la Hongrie et en Méditerranée, ce rapport appelle les responsables politiques nationaux à changer radicalement de cap face à des logiques qui excluent, enferment, précarisent et trop souvent, tuent les personnes en migration.

Cette publication construite à partir de l’observation des dispositifs de surveillance et de tri des personnes migrantes aux frontières de la France, de la Hongrie et en Méditerranée entend interroger la question du contrôle des frontières intérieures et extérieures de l’espace Schengen. Des membres de La Cimade ainsi que ses partenaires ont mené des missions d’enquête et d’observation dans ces différentes zones frontalières en 2017 et 2018 afin de nourrir ce travail d’analyse.

Élevée au rang de priorité numéro une de l’Union européenne (UE) depuis 2015, la question migratoire est au cœur des débats des institutions européennes et pays de l’UE. Trois années après que l’opinion publique européenne s’est émue des images de familles réfugiées en exil, il apparaît clairement que l’Europe n’a pas été à la hauteur des enjeux. Au lieu de prendre acte de l’échec de ses politiques migratoires et d’envisager d’autres moyens d’imaginer les mobilités, l’UE et ses États membres ont profité d’une augmentation importante du nombre de personnes tentant de rejoindre l’Europe pour renforcer l’existant : contrôles, surveillance et tri aux frontières internes et externes de l’espace Schengen.

Depuis plus de vingt ans, l’UE et ses États membres s’obstinent à renforcer des politiques migratoires qui ne fonctionnent pas. En témoigne le nombre de personnes ayant perdu la vie aux frontières européennes, en augmentation chaque année. Par ailleurs, alors que des citoyens et citoyennes s’organisent pour soutenir les personnes exilées, les poursuites judiciaires pour criminaliser leurs actes de solidarité se multiplient.

Les réponses européennes se doivent pourtant d’être à la hauteur des ambitions de l’UE : créatives, solidaires et protectrices des droits humains. Les politiques touchant à l’asile et la migration vont actuellement dans le sens inverse, d’où notre appel pressant à changer de cap.

Au sommaire d’un rapport illustré par des cartes, des infographies et des photographies :

  • Démultiplier les frontières pour un seul objectif : limiter le mouvement des personnes migrantes ;
  • Frontières violentes : mise en danger et violation des droits des personnes exilées ;
  • Résistances envers et contre tout.”

PDF : https://www.lacimade.org/publication/dedans-dehors-une-europe-qui-senferme/

illustration : ibidem

 

 

Jérôme Gautheret, Migrants : « Le gros des opérations de secours est fait par des navires marchands ou militaires », lemonde.fr, 22/06/2018

“Les navires humanitaires ne représentent que 10 % des prises en charge. Jérôme Gautheret, notre correspondant à Rome, rappelle l’obligation de porter secours aux navires en détresse.”

(…) “Les rodomontades de M. Salvini n’y changeront pas grand-chose : même sans la présence des ONG, les impératifs du droit de la mer subsistent. En premier lieu, un principe universel, rappelé par la convention de Montego Bay, en 1982 : celui de l’obligation absolue de porter secours aux navires en détresse.

Opération à hauts risques

Qui prétendrait que des navires pneumatiques de 10 mètres de long sur lesquels s’entassent en moyenne plus de 100 migrants puissent être considérés autrement ? Dans tous les cas, leur autonomie est très inférieure à ce qui serait nécessaire pour atteindre les côtes italiennes, et la zone dite de « Search and Rescue » (SAR), sur laquelle le centre de coordination des opérations de sauvetage (MRCC) de Rome a autorité, est du ressort des autorités italiennes. Donc, ONG ou pas, l’Italie conservera la responsabilité d’agir dans le canal de Sicile.

L’hystérisation actuelle du débat sur l’action des ONG est difficilement compréhensible. Même au plus fort de leur présence en mer – au début de l’été 2017, une douzaine de navires croisaient au large des côtes africaines –, les humanitaires n’ont jamais effectué la majorité des secours. Depuis le début 2018, ils ne représentent plus que 10 % à peine des prises en charge. Le gros des opérations est fait par des navires marchands, déroutés sur ordre du MRCC de Rome, ou par des navires militaires.

En revanche, les bateaux d’ONG, mieux équipés, sont souvent utilisés pour les actions de transbordement : par exemple, l’Aquarius, avec ses quatre ponts et son équipe médicale, est bien mieux adapté qu’un navire comme le VOS-Thalassa (support technique de plate-forme pétrolière), souvent réquisitionné par le MRCC, ou l’USS Trenton, de l’armée américaine.

En l’absence des navires humanitaires, ce sont donc des unités de marine marchande qui seront plus souvent réquisitionnées.” (…)

https://lemonde.fr/idees/article/2018/06/22/migrants-l-hysterisation-du-debat-sur-l-action-des-ong-en-mer-est-difficilement-comprehensible_5319728_3232.html

illustration @S. Bonnefille, Cimetière des bateaux de Lampedusa, 2014, programme Médimurs

Evelyne Ritaine, Blessures de frontières sur le chemin de migration, in Actes de la journée d’étude Orspere-Samdarra “Vulnérabilités et demande d’asile”, 6/12/2017, Lyon

“En quoi le chemin de migration est-il, pour le migrant irrégulier, une série d’épreuves infligées à/par son corps ?

Nous savons tous, et je n’y reviens pas, que ceux qui s’exilent partent pour fuir des conditions de vie dramatiques. Ils sont déjà marqués de ce sceau tragique. Le parcours clandestin qui est, en outre, imposé à celles et ceux qui partent de façon irrégulière est, à son tour, porteur de nouvelles blessures, l’actualité nous le rappelle tous les jours. Il s’agit ici pour nous d’analyser les conditions de ce voyage irrégulier, pour qu’ensuite d’autres en élucident les possibles traumatismes.”  (…)

PDF :

http://www.ch-le-vinatier.fr/documents/Publications/Journees_etude_RECHERCHE_Orspere_Samdarra/Actes_JE_Vulnerabilites_OrspereSamdarra.pdf

ilustration @Lisa Ritaine, avec son aimable autorisation

Actes de la journée d’étude Orpsere-Samdarra « Vulnérabilités et demande d’asile «, le 6 décembre 2017 (Lyon)

  Argumentaire :

“Les directives européennes Procédures (Directive 2013/33/UE) transposées en droit interne soulignent la nécessité d’évaluer et de prendre en compte la vulnérabilité des demandeurs d’asile. Appliquée en France lors de la réforme de juillet 2015, la question de la vulnérabilité devient centrale dans la procédure d’asile.

Que recouvre la notion de vulnérabilité ? Comment l’évaluer ? Qui sont les personnes dites vulnérables ? La directive Procédures établit une liste, non exhaustive, de critères de vulnérabilité des demandeurs « du fait notamment de leur âge, de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, d’un handicap, d’une maladie grave, de troubles mentaux, ou de conséquences de tortures, de viols, ou d’autres formes graves de violences psychologiques, physiques ou sexuelles ». Quel est l’effet de cette détection sur la procédure de demande d’asile ? Quid des personnes qui ne sont pas considérées comme vulnérables ? Les procédures de détection, telles qu’elles ont été mises en place, permettent-elles de diagnostiquer des vulnérabilités peu visibles mais bien présentes ? Qu’en est-il de la prise en compte de la souffrance psychique et de l’accès aux soins en santé mentale ?

Du côté des personnes migrantes concernées, il existe un enjeu à faire valoir ses souffrances. Les dispositifs cliniques qui travaillent à la restauration de la subjectivité mettent en avant le fait que les personnes rencontrées en consultation sont souvent résilientes. Le fait d’apposer le qualificatif de vulnérable à la personne ne risque-t-il pas de l’« incapaciter » ? N’y a-t-il pas un risque de stigmatisation ? Ou bien au contraire, cela offre-t-il la possibilité d’un processus de reconnaissance sociale ?

Du côté des professionnels de santé, il existe un réel malaise à rédiger des certificats de vulnérabilité. Certains critiquent une instrumentalisation de la pratique clinique à des fins politiques et dénoncent le risque de discriminer certains demandeurs d’asile par rapport à d’autres. Les soignants craignent d’être débordés par des démarches administratives.”

PDF :

http://www.ch-le-vinatier.fr/documents/Publications/Journees_etude_RECHERCHE_Orspere_Samdarra/Actes_JE_Vulnerabilites_OrspereSamdarra.pdf