Jérôme Gautheret, Migrants : « Le gros des opérations de secours est fait par des navires marchands ou militaires », lemonde.fr, 22/06/2018

“Les navires humanitaires ne représentent que 10 % des prises en charge. Jérôme Gautheret, notre correspondant à Rome, rappelle l’obligation de porter secours aux navires en détresse.”

(…) “Les rodomontades de M. Salvini n’y changeront pas grand-chose : même sans la présence des ONG, les impératifs du droit de la mer subsistent. En premier lieu, un principe universel, rappelé par la convention de Montego Bay, en 1982 : celui de l’obligation absolue de porter secours aux navires en détresse.

Opération à hauts risques

Qui prétendrait que des navires pneumatiques de 10 mètres de long sur lesquels s’entassent en moyenne plus de 100 migrants puissent être considérés autrement ? Dans tous les cas, leur autonomie est très inférieure à ce qui serait nécessaire pour atteindre les côtes italiennes, et la zone dite de « Search and Rescue » (SAR), sur laquelle le centre de coordination des opérations de sauvetage (MRCC) de Rome a autorité, est du ressort des autorités italiennes. Donc, ONG ou pas, l’Italie conservera la responsabilité d’agir dans le canal de Sicile.

L’hystérisation actuelle du débat sur l’action des ONG est difficilement compréhensible. Même au plus fort de leur présence en mer – au début de l’été 2017, une douzaine de navires croisaient au large des côtes africaines –, les humanitaires n’ont jamais effectué la majorité des secours. Depuis le début 2018, ils ne représentent plus que 10 % à peine des prises en charge. Le gros des opérations est fait par des navires marchands, déroutés sur ordre du MRCC de Rome, ou par des navires militaires.

En revanche, les bateaux d’ONG, mieux équipés, sont souvent utilisés pour les actions de transbordement : par exemple, l’Aquarius, avec ses quatre ponts et son équipe médicale, est bien mieux adapté qu’un navire comme le VOS-Thalassa (support technique de plate-forme pétrolière), souvent réquisitionné par le MRCC, ou l’USS Trenton, de l’armée américaine.

En l’absence des navires humanitaires, ce sont donc des unités de marine marchande qui seront plus souvent réquisitionnées.” (…)

https://lemonde.fr/idees/article/2018/06/22/migrants-l-hysterisation-du-debat-sur-l-action-des-ong-en-mer-est-difficilement-comprehensible_5319728_3232.html

illustration @S. Bonnefille, Cimetière des bateaux de Lampedusa, 2014, programme Médimurs