Elisabeth Vallet, Faire le mur, ledevoir.com, 05/05/2018

(…) « Le long de la frontière mexicano-américaine, murée sur un tiers de son tracé et lourdement militarisée de San Diego à Brownsville, les évidences sont là. Il faut voir les tunnels qui sont creusés sous le mur pour acheminer la drogue dans le sens sud-nord, les armes dans le sens nord-sud (car, oui, les flux sont rarement à sens unique). Il faut constater les trous découpés dans les grilles des plaques qui forment le mur en Arizona ou les pylônes partiellement sciés sur sa portion texane. Il faut voir les catapultes fixées à même le mur qui en devient le support ou la rampe mobile déployée par-dessus pour y faire passer une voiture. Il faut écouter les patrouilleurs frontaliers raconter que l’installation de rasoirs sur le sommet d’un mur est neutralisée en huit jours : il suffit, disent-ils, d’un sécateur à 12,99 $ acheté chez Lowes pour venir à bout d’un barbelé de 8 millions. En effet, non seulement le mur (ou la clôture) est un gouffre financier dont la construction oscille entre 1 et 6 millions du kilomètre, dont l’entretien est l’équivalent du coût de maintenance d’un pont ou d’une autoroute (6,5 milliards sur 20 ans, selon une étude du Governement Accountability Office), mais il ne sert qu’un seul objectif : théâtraliser la frontière. Et l’auditoire cible n’est pas « l’étranger », mais bel et bien la population du pays constructeur. »  (…)

https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/526987/faire-le-mur

illustration : Banksy, http://www.banksy.co.uk/out.asp