Vintimille, le Calais italien, Maryline Baumard, lemonde.fr, 20/08/2016

Italie porte d'entrée de l'Europe, infographie Le Monde, OIM
infographie Le Monde, OIM

 (…) « Ces neuf migrants étaient tous montés dans le train de 9 h 33 à Vintimille, destination Cannes (Alpes-Maritimes). Ils étaient contents d’avoir déjoué la vigilance des policiers italiens qui empêchent la montée à bord. Mais à la gare de Menton-Garavan, juste après la frontière, les CRS français ont investi les wagons, contrôlé l’identité des personnes présentes et fait descendre les seuls passagers à la peau foncée.

Ces derniers ont été alignés dehors pour être tour à tour fouillés et enregistrés dans les bases de données françaises depuis une des voitures de police. Une opération que la brigade mobile répète pour chaque train en provenance d’Italie puisque « cette procédure s’inscrit dans le cadre du rétablissement des contrôles aux frontières consécutifs aux attentats du 13 novembre 2015 », précise François-Xavier Lauch, le directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes. Ces contrôles ferroviaires s’ajoutent aux opérations menées sur les axes routiers et à l’aéroport de Nice.

Instauré dans le cadre de la lutte antiterroriste, le dispositif sert avant tout à filtrer les entrées de migrants en France puisque « 16 500 personnes ont été interpellées ici depuis le 1er janvier, dont 70 % dans les trains », reconnaît M. Lauch.

Ce rétablissement des contrôles aux frontières – qui prend le relais d’une opération plus aléatoire en place depuis juin 2015 – permet à la France de refuser l’admission sur son territoire d’« étrangers non autorisés à séjourner ou présentant un risque pour la sécurité du pays », rappelle le directeur de cabinet. Ils sont renvoyés en Italie, ou remis aux autorités de ce pays qui en redirigent ensuite une partie vers les Pouilles ou la Sardaigne, afin de désengorger la Ligurie, devenue un goulet d’étranglement.

Avec 100 000 arrivées sur les côtes italiennes depuis janvier et le souhait systématique des migrants de rejoindre le nord de l’Europe, la ville frontière de Vintimille est devenue une grande salle d’attente pour la France.

« Le phénomène n’est pas nouveau, mais il s’accentue sous la double pression du renforcement des contrôles policiers et de l’augmentation des arrivées », observe Teresa Maffeis, figure niçoise, avec l’Association pour la démocratie à Nice (ADN).

Il y a une semaine, la préfecture des Alpes-Maritimes a d’ailleurs enregistré un record de 1 500 interpellations côté français et fait face, le 5 août, au passage en force d’un groupe de 200 exilés exaspérés d’être consignés en Italie. Car la tension monte avec l’augmentation de la durée de séjour là-bas. « On a déjà eu des grèves de la faim, des refus d’évacuer. Les migrants sont à bout », observe Mme Maffeis.

Vintimille est devenu un petit Calais italien, le soleil en plus. Un lieu qui « retient » les migrants dont la France ne veut pas, comme la sous-préfecture du Pas-de-Calais garde ceux que le Royaume-Uni refuse. »   (…)

http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/08/20/vintimille-le-calais-italien_4985319_3224.html#Y38weMMoz1f7FgkQ.99

Voir aussi :

L’Italie est redevenue la porte d’entrée des migrants en Europe, Cécile Ducourtieux, lemonde.fr, 08/07/2016