Didier Bigo, L’archipel des polices, Le Monde diplomatique, octobre1996

Le Monde diplomatique republie en ligne un texte d’octobre 1996 à méditer en pleine actualité :

Didier Bigo, L’archipel des polices, Sécurité, immigration et contrôle social

« Une transformation discrète mais profonde s’opère dans la manière dont les gouvernements contrôlent leurs populations et l’arrivée d’étrangers sur leur territoire. Elle passe par une collaboration policière européenne renforcée dans les domaines de la criminalité, de la drogue, du terrorisme, de la lutte contre l’immigration clandestine.

La police se fait dorénavant en réseaux : réseaux d’administrations où les douanes, les offices d’immigration, les consulats, pour la délivrance des visas, et même les compagnies privées de transport ou des sociétés privées de surveillance viennent s’adjoindre aux polices et gendarmeries nationales ; réseaux informatiques avec la mise en place de fichiers nationaux ou européens concernant les personnes recherchées et disparues, les interdits de séjour, les expulsés, les refoulés, les déboutés du droit d’asile ; réseaux d’officiers de liaison envoyés à l’étranger pour représenter leurs administrations et permettre des échanges d’informations ; réseaux sémantiques où s’élaborent de nouvelles doctrines, de nouvelles conceptions concernant les conflits et la violence politique.

La police se fait aussi de plus en plus à distance, par-delà le territoire national. Les contrôles n’interviennent plus nécessairement aux frontières de manière systématique et égalitaire. Ils s’opèrent en aval, à l’intérieur du territoire, dans une zone frontière, et aussi en amont, grâce à la collaboration avec les pays d’origine des immigrants, à travers les systèmes de délivrance des visas, les accords de réadmission… Résultat : les relations directes diminuent, remplacées par des pratiques où l’on cherche à déterminer les populations susceptibles d’être en infraction avant même qu’elles n’en commettent.

Ces méthodes sont appliquées tant à la criminalité qu’à l’immigration ; on détermine des catégories cibles, objets d’une surveillance accrue, via des analyses statistiques permises par l’informatique ; on essaie d’anticiper les flux, les mouvements des groupes,  »  (…)

http://www.monde-diplomatique.fr/1996/10/BIGO/5825

Illustration : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr