À Mersin (Turquie), des réfugiés syriens à la dérive, Damien Dubuc, France24, 07/02/2015

Dans le port turc de Mersin se croisent jeunes syriens prêts à embarquer à bord de “cargos-poubelles” pour gagner l’Europe et prospères commerçants exilés menant grand train.

“Au plafond de la petite pièce chichement meublée, des fanions représentant le drapeau turc sont accrochés. Au tableau, pourtant, les instructions sont en arabe. Et c’est bien la Syrie, leur pays, qu’ont dessinée au mur quelques uns des 800 enfants qu’accueillent cette école syrienne située en territoire turc.

Leurs familles ont fui la guerre pour s’installer durablement dans des quartiers populaires de Mersin. Chaque jour, d’autres franchissent la frontière et rejoignent ce grand port méditerranéen turc où vivent désormais entre 120 000 et 300 000 réfugiés syriens.

“Les élèves sont bien moins nombreux dans les grandes classes, relève toutefois Ahmed Said. Beaucoup de familles ont besoin de leur aide.” Celle de ce professeur d’anglais, originaire d’un village proche d’Alep, ne fait pas exception : âgés de 13 et 14 ans, les deux aînés ont laissé tomber les cours et dégoté de petits boulot dans les restaurants de la ville. Une planche de salut quand 45% des Syriens de Mersin vivent sous le seuil de pauvreté et que 70% d’entre-eux sont sans travail.

“Les autorités turques n’ont pas encore choisi d’accorder de permis de travail aux Syriens, alors les seuls emplois possibles sont au noir. Il faut travailler plus pour gagner moins que les Turcs. Un de mes amis s’échine à laver des voitures toute la journée pour 9 dollars”, relève Mohamed, installé à Mersin depuis plus de deux ans. Lui s’en tire plutôt bien en proposant aux réfugiés de leur faciliter les formalités administratives et de leur trouver un toit.

Mais la tâche est ardue : “Ça devient impossible de se loger, les loyers ont grimpé en flèche”. Résultat : même les Syriens disposant de quelques économies s’appauvrissent de mois en mois. “Que vont-ils devenir quand ils n’auront plus un sou en poche ?”, feint de se demander Mohamed. Alors, avant de se retrouver à sec, beaucoup préfèrent se jeter à l’eau.”    (…)

http://www.france24.com/fr/20150206-turquie-refugies-syriens-mersin-

cargopoubelle

 © Damien Dubuc | Le cargo-poubelle Burcin dans la rade de Mersin.

.

Les fantômes de la Méditerranée, Andrea Palladino et Andrea Tornago, lemonde.fr, 05/02/2015

 “Un monde parallèle se cache derrière quinze noms de navires dont la liste circule, de bouche-à-oreille, dans les ports de l’Europe du Sud. Celui des courtiers, des intermédiaires, des trafiquants d’armes, des armateurs, des fréteurs, des marins aux aguets et prêts à tout. Des sociétés fantômes créées en quelques minutes entre Odessa et Le Pirée. Des pavillons de complaisance de nations sans mer, en vente pour quelques centaines de milliers d’euros et capables d’assurer le contournement des contrôles en toute discrétion.

L’univers des trafiquants accompagne depuis toujours l’histoire de la Méditerranée, s’adonnant depuis quelque temps à un commerce illicite des plus rentables, le trafic d’êtres humains. Des milliers de migrants qui ont tout vendu pour un aller simple vers l’Europe du Nord. Coûte que coûte. Tassés dans les soutes que ces mêmes compagnies utilisaient, il y a quelques mois à peine, pour transporter les kalachnikovs qui ont alimenté les conflits à l’origine de leur fuite.

On les nomme les « poubelles de la mer ». Ces embarcations au bout du rouleau sont de vieilles coques rouillées tout juste bonnes pour les fonderies turques ou indiennes. Les ports entre la mer Noire et le sud de la Méditerranée en débordent. La plupart battent pavillon d’un pays qui s’est spécialisé dans l’immatriculation de ces rebuts flottants : la Moldavie, un pays sans côtes mais doté d’un registre maritime très actif. Quelque 300 000 euros suffisent pour y acquérir un pavillon d’Etat et le hisser en toute légalité sur les bateaux en fin de vie.

Le Blue-Sky-M, le cargo lancé vers les côtes des Pouilles, dans le sud de l’Italie, alors que tout le monde s’apprêtait à fêter le Nouvel An, était immatriculé en Moldavie. Avec environ 800 migrants à bord, il voguait à six nœuds en pilotage automatique. Seule l’intervention de la capitainerie de port italien – qui a fait appel à un hélicoptère pour descendre six sauveteurs sur le pont du navire – a empêché que le bateau ivre ne s’écrase sur les rochers qui forment le talon de la Péninsule.”   (…)

http://lemonde.fr/europe/article/2015/02/05/les-fantomes-de-la-mediterranee_4570465_3214.html?xtmc=andrea_palladino&xtcr=1

.

Voir aussi / See also :

Spectral vessels, Theodore Baird, Thomas Spijkerboer, Paolo Cuttitta, opendemocracy.net, 17/01/2015

http://enigmur.hypotheses.org/4383