Au moins vingt-deux migrants en provenance de Turquie se sont noyés en mer Egée, Adéa Guillot, lemonde.fr, 06/05/2014

(…) “Selon les chiffres du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), sur les 73 976 migrants arrêtés en différents points du territoire en 2012, 2 960 étaient arrivés par la mer. En 2013, malgré une baisse significative du nombre de migrants arrêtés, à 39 759, le HCR comptabilise plus de 10 481 arrivées par la mer. Soit une augmentation de 254 %.

Pour environ 1 500 euros par personne, les passeurs turcs se chargent d’organiser l’acheminement des clandestins sur de frêles embarcations vers les eaux territoriales grecques. Cette promesse d’Europe débouche en réalité sur un quotidien très difficile, car la Grèce a peu à offrir. Le parcours d’un clandestin commencera toujours par un camp de rétention, souvent dans des conditions d’accueil déplorables, et où il pourra être retenu plus de dix-huit mois.

Ses empreintes seront prélevées et inscrites dans Eurodac, le système européen de comparaison des empreintes digitales des demandeurs d’asile et des immigrants clandestins. Ce détail a son importance, car il permet de déterminer ainsi, au niveau européen, le pays d’entrée d’un clandestin dans l’UE. Or, aux termes du règlement européen dit de « Dublin II », un demandeur d’asile doit obligatoirement déposer sa demande dans le pays par lequel il est entré dans l’Union.

Cela signifie que des dizaines de migrants sont aujourd’hui coincés dans une Grèce en pleine crise économique, où les clandestins font office de boucs émissaires. Et où obtenir l’asile a longtemps été quasi impossible.

Sous la pression du HCR, un nouveau service a cependant été créé en 2013. En 2012, sur les 12 840 demandes d’asile, seules 625 ont été approuvées, souvent après plusieurs années d’instruction. Sur les six derniers mois de 2013, avec l’existence du nouveau service, le ratio entre demandes et réponses et les délais de traitement semble s’être amélioré.”  (…)

http://lemonde.fr/europe/article/2014/05/06/au-moins-vingt-deux-migrants-en-provenance-de-turquie-