De Lampedusa à Calais, le drame de l’Europe, Carine Fouteau, mediapart.fr, 04/10/2013

En vingt ans, près de 25 000 personnes sont mortes en Méditerranée en tentant de rejoindre l’Europe. Des voix s’élèvent de toutes parts pour dénoncer cette hécatombe. Mais quel crédit donner aux larmes des responsables politiques européens qui n’ont de cesse d’ériger des murs autour du vieux continent ? Les symboles se percutent : peu après le drame de Lampedusa, des policiers français sont intervenus à Calais pour expulser des exilés syriens, avant d’interrompre leur opération.

« Le port de Lampedusa transformé en morgue à ciel ouvert et la mer Méditerranée en cimetière migratoire. Combien de morts faudra-t-il pour que les pays de la rive nord de la Méditerranée prennent conscience de leur part de responsabilité dans les drames qui se succèdent à leurs portes ? 300 ? Davantage ?

 La réalité est pourtant déjà plus terrifiante : près de 25 000 corps ont sombré au cours des vingt dernières années dans cet espace maritime qui sépare l’Europe de l’Afrique et, au-delà, du reste du monde, selon les estimations de l’eurodéputée (EELV) Hélène Flautre, membre de la commission des Libertés civiles. Des dizaines de milliers de migrants en quête d’une vie meilleure, fuyant les guerres ou les persécutions y transitent chaque année, venus du Sahel ainsi que d’Afghanistan, d’Irak, du Bangladesh et plus récemment de Syrie.

Vingt-quatre heures après le naufrage au large de l’île italienne de Lampedusa du bateau parti de Misrata en Libye, avec à son bord entre 450 et 500 exilés originaires de la Corne de l’Afrique, les questions se bousculent. Les recherches ont repris en mer, vendredi 4 octobre dans la matinée, mais l’espoir de retrouver des rescapés a quasiment disparu. Seuls 151 passagers ont pu être sauvés. Les autres ont péri, à quelques centaines de mètres du rivage. Ce qui fait de cet événement l’un des plus meurtriers de la décennie.

Des cadavres alignés sur les quais de l’île puis rassemblés dans un hangar du petit aéroport, des hélicoptères qui rapatrient les blessés déshydratés dans les hôpitaux de Sicile, le décompte des enfants, des femmes enceintes, l’émotion de la maire Giusi Nicolini et celle du médecin de la clinique Pietro Bartolo, la réactivité des habitants : ces gestes en rappellent d’autres, gravés dans la mémoire de Lampedusa. L’histoire se répète. Jusqu’à quand ?  »   (…)

http://www.mediapart.fr/journal/france/041013/de-lampedusa-calais-le-drame-de-l-europe

logoMédiapart  Lire aussi

Mussie Zerai, l’ange gardien de ceux qui tentent de traverser la Méditerranée Par Carine Fouteau