Le street art aux frontières dans l’espace israélo-palestinien, Clémence Lehec, 2013

Clémence LEHEC

Le street art aux frontières dans l’espace israélo-palestinien : trois études de cas.

Jérusalem Ouest – L’enclave palestinienne autonome de Bethléem – Le quartier Tel Rumeida à Hebron-Al Khalil

Figure3-C.LEHEC

 

Mur palimpseste sur lequel sont présents : une reproduction d’une oeuvre de Banksy, un pochoir représentant le visage d’un martyr, des slogans et, en bleu au dessus, des indications en hébreux pour favoriser la progression des militaires. Camp Dheisha, Bethléem,  février 2013. Photo C.L.

.

Ce travail se présente comme une étude du rapport qu’entretient le street art aux frontières dans l’espace israélo-palestinien. En s’intéressant aux perceptions du street art relativement aux frontières, il s’agit de prendre en charge plusieurs types de frontières : des frontières comprises comme ligne symbolique (la frontière socio-religieuse de Jérusalem Ouest), ligne symbolique et matérielle (le mur de séparation à Bethléem) ; des espaces frontaliers où la frontière se fait enjeu de territorialisation coloniale (dans le quartier Tel Rumeida à Hébron) et enjeu de territorialisation au sens de création d’une identité liée au lieu (dans le camp Dheisha à Bethléem). La compréhension de cette relation du point de vue des perceptions particulières et  à l’échelle de la construction d’un réseau touristique alternatif permettent de requalifier les termes de street art et de frontière. Emergerons des précisions quant aux transformations de cet art qui devient border art lorsqu’il prend la frontière pour support, street art colonial lorsqu’il est un moyen d’appropriation territorial dont les fins coïncident avec l’idéologie coloniale et qui s’interroge sur sa propre essence quand il se fait en partenariat avec des institutions officielles. La frontière quant à elle se trouve dans tous les cas redéfinie, soit qu’elle subit un déplacement symbolique, soit qu’elle se trouve modifiée dans sa fonction.

Mots clefs : street art, frontières, espaces frontaliers, Israël, Palestine, réseau touristique alternatif, border art, street art colonial, perception, territorialisation.

.

Lire : https://www.dropbox.com/s/t189i1ksn8pvs8u/pdf

Voir la suite de ce travail : http://enigmur.hypotheses.org/3564

.

The Wall Museum. Mur de séparation, côté palestinien après le checkpoint 300, Bethléem, février 2013
The Wall Museum. Mur de séparation, côté palestinien après le checkpoint 300, Bethléem, février 2013

 

SOMMAIRE

INTRODUCTION

RETOUR REFLEXIF, DETOUR DE  LA METHODE                                                                                        

I – Etat de l’art : de l’approche de la frontière comme notion géopolitique à un traitement par la géographie culturelle

II – Le choix de la méthode : d’une terre inconnue au terrain connu

III – Le choix de la documentation photographique : l’échelle du corps et ses limites

VI – Le choix des mots : une géopolitique sémantique

V- Le choix d’un film : l’oeil du géographe à l’oeuvre

Chapitre 1 : Une frontière politique et sécuritaire, éloignée des pratiques quotidiennes, dont le street art ne parle pas

Etude de cas : Jérusalem Ouest, le street art pour lui-même.

I – Du côté des acteurs, une structuration et des motivations conformes à l’origine du mouvement street artistique

II – L’empreinte spatiale, témoin d’une interrogation entre espace public et Frontieres du street art

Chapitre 2 : Par-delà le mur de séparation, un enjeu géopolitique fort, le street art comme outil pour repousser les frontières de la connaissance et de l’appropriation territoriale

Etude de cas : Tel Rumeida à Hebron-Al Khalil et le camp Dheisha à Bethléem

I – La frontiere intra-urbaine de la rue shuhada a hebron-al Khalil

II – La frontiere de la connaissance dans le camp dheisha

Chapitre 3 : Une frontière linéaire, physique et symbolique, comme support au street art

Etude de cas : le street art sur le mur de séparation : Bethléem en ses murs.

I – Typologie des formes d’interventions sur le mur de séparation

II – le temps du film : dire la complexité de l’art sur le mur de séparation a travers une histoire individuelle

Chapitre 4 : Le street art sur la frontière ou la possibilité de réévaluer  cette dernière

I- Des perceptions contrastées de cet art au sein de la societe palestinienne

II – Aborder le mur de séparation en terme de réseaux : le développement d’un tourisme autour des pièces de Banksy.

III – D‘un tourisme alternatif à un tourisme religieux : la sanctuarisation du mur de séparation par l’art

 

Pochoir "Free Israël" réalisé en bleu recouvrant le mot "Palestine", peint en vert. Quartier Tel Rumeida, à proximité de la rue Shuhada, Hébron-Al Khalil, janvier 2013
Pochoir “Free Israël” réalisé en bleu recouvrant le mot “Palestine”, peint en vert. Quartier Tel Rumeida, à proximité de la rue Shuhada, Hébron-Al Khalil, janvier 2013

Voir aussi :

http://enigmur.hypotheses.org/2709

http://enigmur.hypotheses.org/1473

http://enigmur.hypotheses.org/452

http://enigmur.hypotheses.org/333

 

 

 

NdR : Toutes les photos sont de l’auteure, avec son aimable autorisation.