Bruxelles et des ONG s’opposent sur le sort des migrants en mer, Elise Vincent, Le Monde, 7/12/2013

« Le 2 décembre, un tout nouveau système de surveillance des frontières européennes a commencé à être mis en place : Eurosur. Son mécanisme : l’échange de données – images satellites, fichiers, etc. – entre Etats membres. Sa cible : la Méditerranée, et plus particulièrement les embarcations de fortune chargées de migrants qui tentent régulièrement la traversée. Un système qu’une plate-forme Internet pilotée par des défenseurs des droits des étrangers aimerait aujourd’hui pouvoir contrecarrer.

(…)

(intitulée « Watch the Med » Cette nouvelle plate-forme se veut une sorte de « contre-Eurosur », selon Charles Heller, thésard en géographie à l’université Goldsmith, de Londres. Le but de Watch the Med est d’utiliser une partie des outils d’Eurosur accessibles sur la Toile afin d’assurer une « contre-surveillance », assure celui qui est aussi l’un des piliers de ce projet.

(…)

Dans ce bras de fer numérique autour du sort des migrants en mer, les militants ont conscience que leurs moyens sont dérisoires. Mais leur but est de développer la jurisprudence en matière de droit maritime. Ils espèrent aussi attirer l’attention sur la différence entre ce que permet le droit de la mer et ce qu’impose la convention de Genève de 1951 protégeant les réfugiés. »  (…)

Lire la suite :

http://lemonde.fr/societe/article/2013/12/07/

 

Voir aussi :

Drame de l’immigration : colère d’associations après un non-lieu qui blanchit l’armée, Franck Johannès, Le Monde, 7/12/2013

http://lemonde.fr/societe/article/2013/12/07/