En Amérique latine, les murs parlent d’amour, Léonore Stangherlin (Monde Académie), le monde.fr, 31/10/2013

TAMBIE~1

« Tambien de este lado hay sueños » (De ce côté-là aussi, il y a des rêves), écrit à Tijuana, la plus grande ville de l’Etat mexicain de Basse-Caroline, du côté mexicain de la frontière avec les Etats Unis. @ Accion poetica .

.

Des murs peints en blanc et quelques mots en noir, dont la poésie surprend au milieu du paysage urbain d’une vingtaine de pays latino-américains. Une seule signature : Accion poetica.

« Lorsqu’il a lancé Accion poetica, à Monterrey (nord-est du Mexique), l’écrivain Armando Alanis Pulido ne se doutait pas que ce mouvement essaimerait, en dix-sept ans, dans toute l’Amérique latine et en Europe. A l’origine de son initiative, un constat – « le déclin de la littérature et de la poésie » – et une statistique  : en  1996, les Mexicains ne lisaient plus qu’un livre par année en moyenne.

Mais comment réhabiliter l’écrit et la poésie locale ? Mario Murgia Elizalde, professeur à l’Université nationale autonome de Mexico (UNAM), avance que le principal obstacle entre le peuple et la poésie est l’idée préconçue que cette dernière est opaque, difficile à lire et à comprendre. En réaction, l’idée d’Armando Alanis avec Accion poetica était de « fondre la poésie dans le paysage urbain de manière à ce qu’elle interpelle les passants et provoque la réflexion ». « Nous cherchons à peindre des phrases courtes- si possible pas plus de dix mots- qui puissent parler à tous en transmettant des messages positifs. Pas de politique. Pas de religion », précise-t-il. » (…)

Lire la suite :

http://mondeaccult.blog.lemonde.fr/2013/10/31/en-amerique-du-sud-les-murs-parlent-damour/