Un cimetière en mer Egée, Giannis Elafrou, I Kathimerini, Courrier international, 30 octobre 2013

De plus en plus de réfugiés syriens meurent dans l’indifférence en tentant la traversée vers l’Europe.

« Le 19 mars 2013, sur une côte de Lesbos, en mer Egée, les corps d’une femme et de ses deux enfants ont été repêchés, ainsi que ceux d’une jeune femme enceinte de 17 ans, d’un mineur et d’un homme. Il s’agissait de réfugiés syriens.

Dans la barque qui les transportait, il y avait d’autres personnes, qui sont portées disparues. Parmi elles, une famille de cinq personnes, ainsi qu’un jeune homme de 14 ans. Tous vivaient en Grèce et avaient été contraints de retourner en Syrie à cause de la crise économique qui s’est abattue sur notre pays. Mais quand la guerre civile a éclaté en Syrie, ils ont décidé de faire le chemin en sens inverse pour revenir là où ils avaient vécu des années, là où sont nés leurs enfants et où ils ont grandi – sans pour autant obtenir des droits ou des papiers.

 On ne s’intéresse pas assez à la douleur qui se cache derrière les mots “immigré clandestin” et les données statistiques sur les immigrants illégaux ou sur ceux qui ne sont pas arrivés dans notre pays parce qu’ils se sont noyés. La tragédie de Lampedusa a mis en lumière la situation horrifiante que l’on peut voir aux frontières maritimes de l’Union européenne et l’application d’une politique élaborée pour interdire l’approche de la “forteresse Europe” aux migrants et aux réfugiés. La mer Egée pourrait raconter de très nombreuses histoires dramatiques, puisque, depuis des années, elle est l’un des principaux itinéraires par lesquels les réseaux de passeurs acheminent les immigrés illégaux en Europe. » (…)

Lire la suite :

http://www.courrierinternational.com/article/2013/10/30/

Voir aussi :

VIDEO : Greece grapples with illegal immigrants, Al Jazeera English

https://www.youtube.com/watch?v=Zw3eTgxzyO4&feature=player_embedded