Vient de paraître : Michel Agier, La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire

agierMichel Agier, La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, Editions La Découverte, 2013

« La mondialisation libère les uns et oppresse les autres. Et dans cette partition du monde, chacun est renvoyé à une identité prétendument essentielle et « vraie ». D’où un véritable « piège identitaire », négation de l’autre et de sa subjectivité, parfois justifié par l’anthropologie – à l’opposé de sa vocation humaniste et critique. Face à ce défi, le regard contemporain sur le monde doit être repensé, en dépassant le relativisme culturel et ses « ontologies » identitaires.

 Dans ce livre, Michel Agier prend une position résolument « décentrée », invitant le lecteur à reconsidérer les sens et les usages de la frontière : lieu de passage, instable et sans cesse négociée, elle nous fait humains en instituant la place et l’existence sociale de chacun tout en reconnaissant celles des autres. Le mur est son contraire : il incarne le piège identitaire contre l’altérité.

 Cette enquête sur l’état du monde et sa violence, sur les frontières et les murs, sur le sens des mots (« identité », « civilisation », « race », « culture ») propose ainsi une réflexion originale sur la condition cosmopolite, figure à double face : d’un côté, l’étranger absolu, global et anonyme, que dessinent les politiques identitaires sous des traits effrayants ; de l’autre, le sujet-autre, celui qui venant de l’extérieur de « mon identité », m’oblige à penser tout à la fois au monde, à moi et aux autres. En plaidant pour la validité de l’approche anthropologique, Michel Agier cherche ici à dépasser le piège identitaire, à montrer que d’autres manières de penser sont possibles. Réapprendre à passer les frontières où se trouve l’autre, à les reconnaître et à les fréquenter, est devenu l’un des enjeux majeurs de notre temps. » (présentation éditeur)

Table des matières :

Introduction. Sortir du piège identitaire

La condition cosmopolite : modernité de l’« homme-frontière »

Patras, 2009 : un concentré de l’état du monde

 Des Afghans bloqués à la frontière

 Indifférence et solidarités

 Frontières et murs

I / La question des frontières et le nouvel état du monde

 1. Les formes élémentaires de la frontière

Le mur, négation de la frontière

 Les dimensions temporelles, sociales et spatiales du rite de la frontière

 Communauté et localité : la frontière comme fait social

L’espace sacré à Salvador de Bahia – Symbolique de la frontière : de la maison des initiés à la société baruya (Nouvelle-Guinée)

 Une anthropologie de/dans la frontière

Délimiter, faire exister : frontière et identité – L’histoire des identités : une succession de migrations et d’accommodements – Des lieux incertains : Tocqueville et les Indiens – Le temps intervalle : carnavals et décélération

Situations de frontière et liminarité

2. Le monde comme problème

 Le monde est-il un problème ?

 Réalité cosmopolitique et realpolitik

Mondialisation économique et affaiblissement des États-nations – Les cinq « paysages globaux » d’Arjun Appadurai – Extension et frontières des nouveaux réseaux sociaux

 Violences à la frontière : l’en dehors de la nation

La « police des frontières », ce qui reste des États-nations du Nord – Au Sud, les fragiles frontières de la nation en Afrique – L’« identité nationale autochtone », monstre anthropologique – L’espace de l’action humanitaire, ou la délocalisation partielle de la souveraineté politique

Les murs de la guerre

Guerre coloniale, guerre aux migrants – Questions sur le « désir de murs »

3. La condition cosmopolite aujourd’hui

 L’homme-frontière : figures de la relative étrangeté

L’errance comme aventure – Devenir paria – Quatre métèques – L’étranger dans son labyrinthe

Être dans le monde : questions sur la condition cosmopolite

 4. Question de méthode : quelle anthropologie pour comprendre le monde qui nous entoure ?

 Un moment critique : le tournant contemporain de l’anthropologie

 La fin du « grand partage »

Repenser le décentrement

Décentrement culturel – Décentrement épistémologique – Décentrement politique

 Une anthropologie contemporaine et situationnelle

 En finir avec l’« usage schizogénique du temps » – Le passage à l’approche situationnelle

II / Du piège identitaire à la politique du sujet

 5. La question de l’identité à l’heure de la mondialisation

Les trois erreurs du piège identitaire

 Faut-il croire à l’essentialisme ?

 6. Civilisation, race, culture : trois explorations conceptuelles

 Les usages de la civilisation : miroirs d’Afrique

Années 1950 : « Une civilisation accuse l’autre ! » – Années 1980 et 1990 : déconstructions, réinventions -Une présence africaine globale et diffuse

 La migration des esprits : mobilités et cultures identitaires

Le diable, le curé et la culture noire (Pacifique colombien) – La Tunda, monstre urbain (Charco Azul, Cali) – Frontières et temps des cultures identitaires

Race et racisme : comment peut-on être noir ?

République et pensée raciale en France – Brésil : de « démocratie raciale » à « nation multiculturelle » – La citoyenneté sans identité

 7. Logiques et politiques du sujet

Une anthropologie du sujet

De la personne à l’individu : ethnologie et sociologie – De la subjectivation aux sujets : anthropologie et philosophie – Le sujet en situation : propositions ethnographiques

Trois analyses situationnelles

Le sujet rituel, ou le sujet comme dédoublement de soi et du monde – Le sujet esthétique, ou le souci de soi et le sujet comme auteur – Le sujet politique, ou le sujet comme demande de citoyenneté

Moments et politiques du sujet-autre

Conclusion. Pour une anthropologie de la condition cosmopolite.

*

*

Entretien avec Michel Agier : Habiter la frontière, propos recueillis par Céline Bagault, Sciences humaines,  14/05/2013

« Depuis plus de dix ans, l’anthropologue Michel Agier étudie les espaces d’urgence et d’exception que constituent les campements de migrants et les camps de réfugiés, aussi bien en Guinée, Sierra Leone ou Zambie qu’en Cisjordanie ou en Europe. Dans ces lieux à part, rapporte-t-il, la vie s’installe et se développe, des villes ou des ghettos se forment. Les migrants finissent par habiter la frontière et la faire leur. Dans son dernier ouvrage, La Condition cosmopolite(2013), M. Agier invite à reconsidérer les rôles du mur et de la frontière, qu’il voit en tout point opposables. Tandis que la frontière permet la relation et l’échange, le mur fait des migrants des « indésirables » et autorise, dans le cadre des politiques antimigratoires, toutes les violences. M. Agier invite à explorer les possibilités d’une politique de la frontière et de l’hospitalité en lieu et place d’une politique du mur et de l’encampement du monde. » (…)

Lire la suite :

http://www.scienceshumaines.com/entretien-avec-michel-agier-habiter-la-frontiere_fr_30635.html