Les murs du Caire dans tous leurs états

“La liberté arrive”, Photo : Bela Szandelszky, AP,SIPA, dans 20mn

Roman Stadnicki, “Le Caire après la révolution : blocages de la ville et déblocage de l’urbanisme” , Les Carnets de l’Ifpo. 23 octobre 2012.

“(…) Dans un premier temps, l’armée a investi les espaces centraux du Caire au point d’instaurer une véritable politique de contrôle et de fermeture de la ville. Afin d’éviter les rassemblements qu’il a commencé par soutenir le 25 janvier avant de réprimer sévèrement en novembre 2011 lors de « la bataille de la rue Mohamed Mahmoud », le Conseil Supérieur des Forces Armées a cherché à bloquer l’accès à la place Tahrîr. Il a ordonné la construction de murs de pierre renforcés de fils barbelés, voire de boucliers humains, sur la plupart des axes qui mènent à ce lieu symbolique de la révolution, ainsi qu’au ministère de l’Intérieur situé juste à côté. Cette militarisation du centre du Caire, conférant à la capitale égyptienne un statut de ville en guerre, a entraîné deux conséquences majeures sur les pratiques et les représentations de l’espace.

D’abord, pendant plus de six mois, les murs du centre-ville (dont le nombre a varié entre quatre et six entre novembre 2011 et mai 2012), ont contraint piétons et automobilistes à modifier leurs trajectoires. Ce phénomène s’est traduit par des bouchons d’une rare intensité sur la corniche ou dans le quartier Abdine, qui sont les deux seuls espaces possibles de contournement de la place Tahrîr pour traverser le Nil d’une rive à l’autre. Si Tahrîr ne revêt plus aujourd’hui la même centralité que par le passé, notamment en raison du déplacement continu des institutions culturelles et des activités économiques en périphérie, elle demeure un carrefour majeur des axes de circulation de la capitale. En empêcher l’accès provoque donc le blocage total des quartiers centraux adjacents, incapables d’absorber l’ensemble des flux urbains. (…)”

Lire la suite :

http://ifpo.hypotheses.org/4419

 

Hundreds continue Tahrir sit-in as new wall is constructed,  Ahram Online, 29/11/2012

Tahrir Squaresit-in continues for sixth day against President Morsi’s constitutional declaration ; interior ministry constructs new wall near Omar Makram Mosque (…)

Lire la suite :

http://english.ahram.org.eg/NewsContent/1/64/59420/Egypt/Politics-/Hundreds-continue-Tahrir-sitin-as-new-wall-is-cons.aspx

 

L’Égypte érige un mur aux abords de l’ambassade d’Israël au Caire, Le Monde.fr, 05/09/2011

“Les autorités égyptiennes ont commencé d’ériger un mur aux couleurs de leur drapeau national aux abords de l’ambassade d’Israël au Caire, des travaux qui surviennent alors que les relations entre les deux pays traversent une phase délicate (…)

Lire la suite :

http://abonnes.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/09/05/l-egypte-erige-un-mur-aux-abords-de-l-ambassade-d-israel-au-caire_1568062_3218.html?xtmc=egypte_mur&xtcr=10

 

Les murs du Caire redessinent la révolution, Delphine Minoui, Le Figaro.fr, 28/09/2012

Quand, sur ordre du gouverneur, des employés municipaux effacent les graffitis de la révolution, les ex-contestataires de la place Tahrir reprennent pochoirs et pinceaux pour que leur histoire ne s’oublie pas.

“Les murs du Caire n’auront pas la mémoire courte, Layla Magued s’en est fait la promesse. Alertée, vendredi 21 septembre, par la disparition des graffitis révolutionnaires, elle a été l’une des premières à accourir au début de la rue Mohammed-Mahmoud, sur la place Tahrir, avec son échelle, ses pots de peinture et ses pinceaux. «Qu’on se le dise: on ne nous volera jamais notre révolution!», s’enflamme la jeune graffeuse, tee-shirt bleu électrique sur blue-jean, en mettant la dernière touche à son nouveau tag. Tout de noir vêtu, un Batman en furie y interpelle un barbu à lunettes, copie conforme du président Morsi, issu des Frères musulmans, en lui lâchant dans une bulle de bande dessinée: «Ne t’avise pas d’effacer mes graffitis, fils de…» D’un sourire complice, les passants s’arrêtent, applaudissent, puis s’empressent d’immortaliser l’œuvre subversive d’un coup de «clic» sur leur téléphone portable, au cas où elle serait amenée à disparaître à son tour.

Avec ses blagues anti-régime, ses odes à la liberté, et ses dessins au pochoir, le mur de la rue Mohammed-Mahmoud, théâtre de violents affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, était devenu un musée à ciel ouvert de la révolte anti-Moubarak et de la colère contre l’armée. En le badigeonnant de blanc, les agents municipaux disent avoir obéi à un souci «d’embellissement» de la place Tahrir formulé par le nouveau pouvoir islamique. Mais les ex-révolutionnaires y voient déjà une ruse malveillante. «Ils sont en train d’effacer l’esprit de rébellion et de créativité des journées de révolte. Une façon, pour eux, de réécrire l’histoire à leur façon. C’est dangereux!», s’inquiète l’opposant Mohammed Arafat, du Parti social démocrate” (…)

Lire la suite :

http://www.lefigaro.fr/international/2012/09/28/01003-20120928ARTFIG00667-les-murs-du-caire-redessinent-la-revolution.php

 

Après la révolution, la guerre des tags au Caire, Delphine Minoui, Le Figaro.fr,  28/09/2012

La ville a effacé les graffitis de la rue Mohamad Mahmoud, témoignage vivant de la révolution. Armés d’échelles, de pochoirs et de pinceaux, les ex-contestataires ont immédiatement riposté, avec des dessins encore plus subversifs.

Lire la suite :

http://www.lefigaro.fr/international/2012/09/28/01003-20120928DIMFIG00512-apres-la-revolution-la-guerre-des-tags-au-caire.php

«Faites gaffe, les murs sont ouverts (libres)», dit cette souris, dont le tag est en cours de conception, Photo : Delphine Minoui, Le Figaro.fr

Note de la rédaction : Sans doute s’agit-il d’une allusion au rat de Banksy… 

cf. http://enigmur.hypotheses.org/452