Là-bas. Vidéos de 9 artistes israéliens

Nira Pereg, Sigalit Landau, Nir Evron, Rona Yefman, Yael Bartana, Talya Keinan, Talya Keinan, Tom Pnini, Daniel Landau, Tamir Zadok

6 juin – 15 juillet 2012

Maison européenne de la photographie, Paris

Commissaire : Marie Shek

“Dans une conception esthétique de l’art, le langage se doit d’être universel. Les différentes vidéos présentées dans l’exposition “Là-bas” nous montrent qu’il n’en est rien. L’Autre, que l’on pense connaître, peut être en réalité un parfait inconnu, et les paroles qu’il nous adresse n’être qu’un bruit incompréhensible. C’est au travers de la fonction anthropologique de l’art contemporain que le visiteur peut se laisser emporter loin d’ici et se convaincre que les choses se passent vraiment là-bas, dans cet ailleurs qu’il ne connaissait au fond que par ouï-dire. “Là-bas” propose donc à chacun d’aller voir de ses propres yeux, de faire l’expérience de l’observation participante, de “planter sa tente au milieu du village” pour reprendre la belle expression du père de l’anthropologie, Bronislaw Malinowski.

“Planter sa tente”, c’est justement ce qu’on fait des milliers de Tel-Aviviens durant l’été 2011 pour manifester leur indignation face à leurs dirigeants, et leur désir de changer le système social de leur pays. Les neuf artistes présentés dans “Là-bas” sont issus de cette société plurielle traversée par de multiples débats où chacun peut exprimer un point de vue singulier d’une culture commune.

Ainsi, l’exposition propose de se rendre “Là-bas”, d’expérimenter en quelque sorte la sensation d’étrangéité, d’entrer en contact avec cet ailleurs et sa population au plus près de sa complexité…”

Lire la suite : http://www.mep-fr.org/actu_1.htm

EN PARALLèLE :

“Ici”

Maayan Amir & Ruti Sela, Joseph Dadoune, Nir Evron, Raafat Hattab, Nira Pereg, Public Movement.

6 juin – 28 juillet 2012

Galerie Michel Rein, Paris

Commissaire : Marie Shek.

“Notre but dans cette exposition était de montrer des « ailleurs » construits par les artistes comme autant d’hétérotopies dans des « ici » qu’ils voudraient voir changer. Comme le bateau le fût pour Michel Foucault , l’art contemporain est pour nous la plus grande réserve d’imagination. Toutes les cultures constituent leurs propres hétérotopies mais chacune sous des formes variées. C’est le mérite des artistes que de nous révéler et de nous permettre d’accéder à ces lieux secrets. À partir de ce moment-là, libre à chacun de modifier son «ici »…”

Lire la suite : www.michelrein.com

 

Rona Yefman copyright

 

“Il est (ainsi) question de béton chez Rona Yefman. Mais ce que désire l’artiste, c’est faire bouger les murs afin de se frayer librement un chemin dans la société dans laquelle elle vit. Toutes les lignes, selon elle, doivent bouger et doivent être déplacées. Dans sa vidéo “Pippi Longstocking” (2008), Rona Yefman revisite le fameux livre éponyme pour enfants de l’écrivain danois Astrid Lindgren. L’artiste se met en scène dans la peau et les vêtements excentriques de Pippi Longstocking, et comme le personnage de fiction qui est doté de force surhumaine, elle tente de déplacer “le mur de séparation” avec une naïveté touchante. La réalité politique et polémique du mur est ici volontairement traitée avec légèreté. Comme Pippi, l’artiste semble refuser de grandir et d’accepter la réalité. Du même coup, elle fait du spectateur le témoin impuissant d’une volonté de changement devenue utopie enfantine…”

Lire la suite : http://www.mep-fr.org/actu_1.htm