Archives de catégorie : Urbanisme sécuritaire

Olivier Razemon, Le bloc de béton, nouveau venu dans le paysage urbain, lemonde.fr, 22/08/2017

A propos d’architecture sécuritaire ou architecture de prévention situationnelle.

« Du béton. Du béton partout. Les villes européennes, de nos jours, se garnissent de blocs de béton. Les mégapoles, comme le rappelle Le Point , mais aussi les petites villes, telles les stations balnéaires de la Côte d’Opale. Ces aménagements sont censés sécuriser durablement une rue ou une aire piétonne, comme le miroir d’eau de la place de la Bourse, à Bordeaux, ou constituer un aménagement temporaire, par exemple à Saint-Germain en Laye (Yvelines) pour la Fêtes des Loges.

L’installation de ces blocs est évidemment une réponse aux attentats à la voiture-bélier, ou aux « actes de folie » consistant à utiliser un véhicule motorisé comme une arme. Ce type d’attentat se multiplie en Europe, comme le constate un article des Décodeurs du Monde. A Barcelone, les Ramblas n’étaient d’ailleurs pas équipés de tels blocs, ce qui a entraîné une polémique  »  (…)

http://transports.blog.lemonde.fr/2017/08/22/bloc-beton-paysage-urbain/

***

Cet article nous permet de rappeler que les murs et obstacles divers à la libre circulation constituent aussi ce qu’il est convenu de nommer l’architecture sécuritaire ou architecture de prévention situationnelle.

Voir à ce propos :

Nan Ellin (ed.), Architecture of Fear, Princeton, Princeton Architectural Press, 1997

« Architecture of Fear examines the ways in which the contemporary landscape is shaped by our society’s preoccupation with fear, as apparent in home design, security systems, gated communities, semi-public spaces (shopping malls, theme parks, casinos, office atriums), zoning regulations, and cyberspace. This fixation also manifests itself in efforts to provide public parks but control the problem of homelessness. The essayists in Architecture of Fear explain that such disjointed efforts exacerbate rather than eradicate the sources and perception of fear and insecurity. Thus, in contrast to alarmist, apocalyptic treatments, the contributors offer concrete, level-headed suggestions for proaction, not reaction, to counter both real (actual crime) and perceived (media-magnified) problems in contemporary society. » (ed.)

*

« La blessure infligée par les actes terroristes perpétrés à Paris ce vendredi 13 novembre 2015 tient en partie au fait qu’ils ont usé des qualités spécifiques aux espaces publics urbains pour les retourner contre elles-mêmes : hospitalité, suspension des identités et confiance a priori en autrui. Toutes ces caractéristiques sont au fondement des échanges civils dans les espaces publics démocratiques. » Carole Gayet-Viaud, « Les espaces publics démocratiques à l’épreuve du terrorisme », Métropolitiques, 20/11/2015.

http://www.metropolitiques.eu/Les-espaces-publics-democratiques.html

*

« Espaces voués principalement à la circulation des hommes… et des marchandises, les espaces publics sont, eux aussi, sécurisés : disparition ou modification des bancs publics, susceptibles d’encourager le séjour d’individus indésirables (clochards, zonards, ivrognes, mendiants) au profit d’un mobilier urbain d’“avant-garde” d’abord destiné à orienter et canaliser les flux ; multiplication des passages, des passerelles et des escaliers roulants fonctionnant comme filtres à l’égard des rues populaires voisines ; mise en place, sous couvert d’“embellissement”, de bacs à fleurs, de fontaines et d’escaliers à l’entrée des voies commerciales pour éviter l’irruption soudaine de véhicules “suspects”… ». Jean-Pierre Garnier, « Un espace indéfendable. L’aménagement urbain à l’heure sécuritaire », 2011, http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2011/05/urbanisme-anti-insurrectionnel.html

 

illustration @ La revue italienne San Rocco, consacrée à l'architecture, publiait en décembre 2010, des montages ironiques sur la sécurisation des espaces publics italiens

http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2011/05/anti-urbain-litalienne.html