Archives de catégorie : Accueil

Edito / Les murs de Globalia, Evelyne Ritaine, 2011

« Mais qu’ont-ils tous à s’intéresser aux murs contemporains, à leur fonction de séparation et de contrôle ?

Pour certains, ces dispositifs de contrôle semblent manifester une forme de naïveté politique : qui peut prétendre vraiment contrôler des flux par l’érection d’une barrière ? Les murs semblent alors un retour du pré-moderne, une façon maladroite de se rassurer. Les plus sceptiques s’esclaffent en évoquant les ridicules de la ligne Maginot ou la frilosité de propriétaire des résidences sécurisées. Les murs ne seraient alors que symptômes d’un malaise transitoire.

Cependant, pour d’autres, il est possible de penser que cette prolifération de murs, depuis l’historique chute du mur de Berlin, est un analyseur parfait des contradictions de la globalisation : ces murs contemporains peuvent être étudiés comme des zones critiques où se révèle la mise en crise générée par la globalisation. Ils sont révélateurs des tensions entre richesse et pauvreté, entre souveraineté étatique et pouvoirs mondialisés, entre identité territorialisée et altérité en mouvement, entre Soi et l’Autre…

Les gestes politiques qui les fondent (car tout geste de séparation pour contrôle est intrinsèquement politique) sont, en ce sens, autant des politiques de réassurance sociétale que des politiques sécuritaires. Si les murs paraissent illusoires sur le plan sécuritaire, ils sont très puissamment efficaces sur le plan politique : en effet, dans des contextes de forte incertitude sociopolitique, c’est autant l’identitaire comme enjeu politique que le sécuritaire comme question de défense qui produit la stratégie du mur.

A titre l’illustration, jouez à trouver, dans ce texte littéraire, les mots qui peuvent s’appliquer à votre objet d’étude :

« L’animation montrait, en vue plongeante depuis le ciel, un immense continuum de zones sécurisées, avec leurs gratte-ciel, leurs jardins monumentaux, leurs espaces commerciaux, leurs portions de fleuves, de rivages maritimes, tout cela représenté comme une maquette animée, ordonnée, paisible. Puis, tout à coup, le spectateur plongeait vers des confins obscurs. Une végétation désordonnée jetait son ombre sur le sol. On devinait un grouillement de formes, des images subliminales instillaient de troublantes impressions de feu, d’explosion. Et au moment où l’effroi commençait à s’insinuer, un rideau protecteur, une verrière épaisse et légère à la fois venait interposer son rassurant reflet entre les invisibles démons de l’ombre et la paix de dedans, entre le monde ordonné de Globalia et la violence anarchique des non-zones. »   (J.-C. Rufin, Globalia, roman, Paris, Gallimard, 2004, p.67) »

Evelyne RITAINE, mars 2011

Crédit photo : S. Bonnefille, "Porta di Lampedusa,Porta d'Europa" (Mimmo Paladino), Lampedusa, 2014 (programme Médimurs)