Archives de catégorie : Projet de recherche MEDIMURS

PRÉSENTATION DU PROGRAMME MÉDIMURS / 2011-2015 / EFFETS-FRONTIÈRES EN MÉDITERRANÉE

Recherche menée avec le soutien du Conseil régional d’Aquitaine et du Centre Emile Durkheim, Sciences po Bordeaux, sous la responsabilité scientifique d’Evelyne Ritaine, 2011-2015. Ont participé à ce programme : F. Ballif, L. Beurdeley, S. Bonnefille, F. Burchianti, O. Clochard, P. Cuttitta, L. Gabrielli, S. Imbert-Vier, L. Lemaire, J. Lemoux, S. Mangriotis, P. Maquet, R. Matuszewicz, L. Pillant, E. Ritaine, L. Tassin.

*

« C’est le long de la côte que passaient la route de la soie et celle de l’ambre, que s’entrecroisaient les chemins du sel et des épices, de l’huile et des parfums, les voies des outils et des armes, des arts et du savoir, des prophéties et de la foi. L’Europe naquit en Méditerranée »
Predrag Matvejevitch, Bréviaire méditerranéen, Paris, Fayard, 1992, p.17.

« Nous sommes les innombrables, redoublés à chaque case d’échiquier,
Nous pavons de squelettes votre mer pour marcher dessus. »
Erri De Luca, Aller simple, Paris, Gallimard, 2012, p.61.

L’espace méditerranéen, du point de vue frontalier, est marqué par la violence : violences faites aux clandestins (la « Méditerranée cimetière »[1]), violences faites aux candidats au déplacement, violences subies par les sociétés locales aux prises avec ces drames humains, violences activées et instrumentalisées par des acteurs politiques « entrepreneurs de l’insécurité » (Ritaine, 2005).

L’espace méditerranéen, du point de vue frontalier, est caractérisé par l’anomie institutionnelle et politique de l’UE, incapable de communautariser une politique de la frontière et une politique de l’immigration (Ritaine, 2012). Aussi la gestion des frontières y est-elle le résultat, non d’une prise de décision univoque, mais de l’accumulation de décisions, nationales et européennes, prises en réponse à des situations construites comme des urgences successives, que les acteurs politiques cherchent ensuite à rationaliser et à intégrer : la violence institutionnelle multiplie ici, par ses errements, la violence situationnelle.

Enfin, l’espace méditerranéen, du point de vue frontalier, est, en tant qu’espace majoritairement maritime, un espace très particulier pour la mise en place des technologies de surveillance. Bien plus complexe que l’autre frontière maritime hyper-contrôlée, celle de l’Australie, il suppose le contrôle des eaux territoriales et internationales, des îles et des détroits, des enclaves, des ports et des navires, d’aéroports très fréquentés, et de côtes étrangères, etc., ainsi que la coopération des Etats de l’autre rive. Tout ceci est encore compliqué par un contexte de relations historiquement et socialement très denses entre les deux rives de la Méditerranée.

Nous avons cherché à rendre compte, dans une perspective anthropologique, du changement subi par cet espace social d’échanges intenses, lorsque celui-ci est devenu une zone hyper-contrôlée et troublée par les conséquences de ces contrôles. Nous envisageons donc un contexte géopolitique spécifique de la « frontiérisation » (bordering) européenne.

Nous avons travaillé en utilisant la notion de borderscape qui nous permet de tenir ensemble et de faire varier les différentes échelles et qualités du fait frontière : « Such a reflection offers us opportunity to adopt a kaleidoscopic looking glass by assuming, at the same time, a multi-sited approach not only combining different places where borderscapes could be observed and experienced – both in borderlands and wherever specific borderscaping processes have impacts, are represented, negotiated or displaced – but also different socio-cultural, political, economic, legal and historical settings where a space of negotiating actors, practices, and discourses is articulated at the intersection of “competing and even contradictory emplacements and temporalities” (Rajaram and Grundy-Warr, 2007) »[2].

Nous sommes tous convaincus par les avancées des borders studies qui construisent la frontière comme omniprésente : « frontières réticulaires » (Arbaret), « pixellisation des frontières » (Bigo, Guild), « frontières de statuts » (Cuttitta), « gouvernementalité de la mobilité » par des « smart borders » (Biersteker, Ceyan, Bigo), etc. Dans ce cadre, pour nous qui avons choisi de travailler sur l’espace méditerranéen, et singulièrement sur la frontière européenne en Méditerranée, l’imaginaire de la « smart border« , filtre efficient et élégant[3], se heurte au fait qu’on meurt en masse, ou qu’on est longuement enfermé, à la frontière en Méditerranée[4]. Aussi notre objectif a-t-il été de chercher à faire comprendre la violence qui s’est instituée dans l’espace sociopolitique  méditerranéen, depuis que la Méditerranée est frontière sud de l’UE et frontière renforcée.

Le terrain choisi induit la prise en considération de la spécificité spatiale et géopolitique. Il ne s’agit pas de mener une étude globale de la politique européenne des frontières, mais de penser cette politique européenne en Méditerranée, et les politiques nationales/locales qui se développent en même temps.  Il s’agit de ne pas ignorer les effets spatiaux et les effets politiques localisés, malgré l’importance des techniques de contrôle déterritorialisé. Il s’agit aussi de mener une réflexion sur les deux côtés de la frontière (UE / Etats du Maghreb notamment).

La problématique commune est construite sur trois axes théoriques.

Nous considérons la frontière comme un dispositif (au sens foucaldien du terme), différencié dans le temps et l’espace (matériel/virtuel ; linéaire/pixellisé ; spatialisé/bureaucratique), politiquement construit et efficient (effets pratiques/effets symboliques).

Nous considérons la  frontière comme un dispositif de triage entre les statuts (différenciation permanente des statuts, inégalités dans la liberté de circuler, pratiques de contrôle arbitraires, stratégies de contournement).

Nous considérons la frontière comme génératrice de marquages matériels, paysagers, politico-administratifs, symboliques.

L’objet de notre recherche est né d’une constatation : les études sur les renforcements de frontière pointent toutes, d’abord, la combinatoire politique incertaine qui les produit, ensuite la vanité sécuritaire de ces dispositifs, elles évoquent enfin, (trop?) rapidement, les effets sociopolitiques de ces renforcements.  C’est à ces derniers que nous consacrons nos travaux.

Dans ce borderscape méditerranéen, nous nous intéressons aux effets non prévus (au sens d’effets d’agrégation) des politiques de renforcement de la frontière en Méditerranée.

Aussi, bien que conscients de l’ubiquité de la frontière contemporaine, nous avons ici pris au sérieux l’effet socio-spatial de la « frontiérisation ». Nous nous sommes demandé quels en étaient les effets concrets sur les systèmes sociopolitiques localisés : nous avons enquêté sur des sites de la frontière européenne en Méditerranée. Nous nous sommes interrogés sur les significations sociales et politiques attribuées à cette « frontiérisation » : nous avons travaillé sur les interprétations de la frontière européenne en Méditerranée.

En ce sens, nous repartons de ces mots : « Mais le marquage d’une frontière n’a ni le contrôle pour unique objectif, ni la bureaucratie comme unique acteur. On peut aussi y déceler de la démonstration, du symbole, de la construction d’identités, de la criminalisation de l’Autre, des stratégies de politique intérieure comme extérieure. La matérialité parle aux représentations, les représentations se nourrissent de matérialité, dans un contexte d’intense médiatisation »[5].

Evelyne Ritaine, 2013

[1] cf. The Migrants’ Files project, http://www.detective.io/detective/the-migrants-files  ou    http://fortresseurope.blogspot.fr/

[2] Brambilla 2014, in Acme , cf. aussi Geopolitics

[3] Illustré par exemple par le prototype de check point idéal promu par l’IATA

[4] Illustré par exemple par les naufrages autour de Lampedusa

[5] Bigo D., Bocco R., Piermy J.-L., « Logiques de marquage : murs et disputes frontalières », Cultures et Conflits, 73  » Frontières, marquages et disputes », 2009, 7-14, p.8-10.

Crédit photo : Stéphanie Bonnefille, Cimetière des bateaux de Lampedusa, 2014.
 

Italie 2014 /Arrivées de migrants : la glorieuse incertitude des chiffres

viminale
Photo : La Repubblica

.

Italian MEP candidates scaremongering on immigration, Luciano Scagliotti, euobserver.com , 15/05/2014   

 » The politics of fear are taking the stage in the upcoming European elections in Italy. Scaremongering is being used by representatives of both the majority and the opposition, by leaders of the European People’s Party Forza Italia and populist parties, as well as by high-level government officials.

 For example, last month Angelino Alfano, Italian Minister of Home Affairs claimed: « Italy is under strong migratory pressure. Between 300,000 and 600,000 migrants are ready to leave from the Libyan coasts. »

 And Giovanni Pinto, head of the Italian Immigration and Border Police agency said: « At least 800,000 migrants are about to depart the North African coast for Europe. » He later admitted that those numbers were « not a concrete projection » but only « an estimate of the potential base of would-be immigrants ».

 MEP Iva Zanicchi, a Forza Italia candidate for the 25 May election, also stoked fears when referring to an influx of immigrants: « Remember this word: ebola. It’s coming. Yes folks, there is cholera. »

 And Populist Beppe Grillo, leader of the M5S party, last week played the immigrant card: « The problem … [are] those who come from the east. [With Bulgaria and Romania] a bargain was made: the gypsies came to Italy and the companies opened factories there. »

 Waving the threat of an ‘alien invasion’ has been a permanent feature of populist political discourse across Europe in recent electoral campaigns, whether for European, national or local elections.

 Nevertheless, there is something new this time in Italy: a European dimension which was almost totally missing in previous campaigns.

 This time Italian politicians are urging EU institutions, rather than the national government, to declare a war on (illegal) immigration or to at least strengthen the protection of external borders, making Europe a real fortress. » (…)

 http://euobserver.com/opinion/124117

.

Il Viminale: « Oltre 800mila migranti verso l’Europa, il sistema è al collasso », La Repubblica, 29/04/2014

 » Il direttore centrale della polizia delle frontiere, Giovanni Pinto: « Quasi un milione di persone pronte a partire dall’Africa. Nel 2014 sono già sbarcati in 25mila. Non abbiamo più luoghi dove portarli ». Poi il dietrofront: « Nessun allarme, situazione sotto controllo ». Forza Italia e Lega: « Stop all’operazione Mare Nostrum »

 « Ci sono 800mila persone, se non di più, pronte a partire dall’Africa verso l’Europa ». E’ l’allarme lanciato dal direttore centrale dell’immigrazione e della polizia delle frontiere, Giovanni Pinto, oggi in audizione dalle commissioni Difesa ed Esteri riunite del Senato. « Il sistema di accoglienza per i migranti », ha aggiunto Pinto, « è al collasso, non abbiamo più luoghi dove portarli e le popolazioni locali sono indispettite dal continuo arrivo di stranieri ».

 « Come durante la Primavera Araba ». Secondo la disamina di Pinto, nel 2014 sono arrivati via mare 25mila migranti, più della metà di quelli giunti nell’intero 2013, quando furono 43mila. Di questi, il 90 per cento è partito dalla Libia. I numeri, ha aggiunto Pinto, « sono in linea con quelli del 2011, l’anno delle cosiddette primavere arabe, quando arrivarono 63mila migranti. Il Viminale sta pensando ad un piano di accoglienza per 50 mila migranti, perchè i 16 mila posti dello Sprar (il sistema di protezione per richiedenti asilo e rifugiati) non sono sufficienti ».

 « Servono altri fondi ». « L’operazione ‘Mare nostrum’ ha dato risultati eccellenti », ha detto Pinto, « ma ha anche incrementato le partenze dalla Libia ». « Quelli sostenuti per l’operazione Mare Nostrum, per i voli di trasferimento interno e per i voli di rimpatrio dei migranti sono costi complessivamente significativi », ha continuato Pinto, « ogni mese di pattugliamento costa 9 milioni e mezzo di euro. A questa somma vanno aggiunti, per il solo 2014, 1,27 milioni per i 31 voli charter di rimpatrio: 21 per l’Egitto, 8 per la Tunisia e 2 per la Nigeria. Altri 2,5 milioni – ha ricordato Pinto – sono serviti per i voli di trasferimento interno dei migranti verso le varie località di destinazione. Questa ultima voce è stata coperta da finanziamenti europei, ma ora servono altri fondi ».

 Exit strategy da Mare Nostrum. Dopo la tragedia del 3 ottobre a Lampedusa, ha ricordato Pinto, « non abbiano più morti e questo è un dato oggettivo. Meglio gli arrivati che i morti, anche se un così massiccio arrivo di persone crea problemi. Mare Nostrum ha svolto un’operazione di drenaggio delle partenze, raccogliendo finora 23mila persone ». Secondo Pinto, serve « una exit strategy da Mare Nostrum. La Commissione europea – ha sottolineato – deve mettersi le mani in tasca e dare risorse » « (…)

Continua :  http://www.repubblica.it/cronaca/2014/

Vedere anche :

Immigrazione, Alfano: « Fino a 600mila pronti a imbarcarsi dall’Africa », La Repubblica, 03/04/2014

« L’allarme del ministro dell’Interno: « Noi ci batteremo perchè l’Europa difenda le frontiere. Frontex deve essere potenziato »

« Secondo le nostre informazioni, in Nordafrica ci sono tra 300 e 600 mila persone in attesa di transitare nel Mediterraneo ». Lo ha detto il ministro dell’Interno, Angelino Alfano, a margine di un convegno a Palermo sull’immigrazione. « Si tratta di persone che molto spesso finiscono nelle mani di trafficanti di morte, trafficanti di esseri umani », ha aggiunto Alfano, « noi ci batteremo perchè l’Europa difenda le frontiere. Lo strumento c’è, si chiama Frontex, va potenziato. Se non si difende la frontiera non si risolve il problema degli sbarchi » (…)

http://www.repubblica.it/solidarieta/immigrazione/2014/

.

Sbarchi. Renzi: « No allarmismi, ma Ue collabori e Onu vada in Libia », stranierinitalia.it, 30/04/2014

 Il premier: « L’Unhcr deve operare in Libia e Ue partecipare a Mare Nostrum. Sull’immigrazione toni superficiali, creano allarme »

 “In Libia bisogna mandare un inviato speciale dell’Onu, lo chiederemo formalmente come Italia”.

 Lo ha detto ieri il presidente del Consiglio Matteo Renzi a Porta a Porta, annunciando che nei prossimi giorni il segretario generale Ban Ki Moon sarà a Roma.

 Renzi di fatto ha ribadito il concetto uscito dal vertice di governo di lunedì scorso: avanti con Mare nostrum, ma con un intervento diretto di Nazioni UNite e Ue.

 “Se riusciamo a portare l’agenzia dei rifugiati a intervenire sulle coste libiche- ha spioegato ieri –  forse c’è un minor rischio di intervento in mare, se Mare nostrum non è fatta solo dalla Marina Italiana ma dall’Ue forse le cose vanno meglio ».

 « I toni utilizzati sull’immigrazione mi colpiscono molto perché improntati alla superficialità — ha detto  ancora il Premier — anche per colpa nostra, per come è stata presentata la notizia degli sbarchi con alcune valutazioni suonate allarmistiche »

 http://www.stranieriinitalia.it/attualita-sbarchi

.

Profughi. Cir: « Senza Mare Nostrum stesse partenze, ma più morti in mare », stranierinitalia.it, 02/05/2014

Il Consiglio Italiano per i Rifugiati analizza i dati sugli arrivi via mare. “Aumento dovuto alla crisi in Siria e al caos della Libia”

 “Comparando i dati sugli sbarchi di migranti e rifugiati dal 2011 all’Aprile 2014, si può affermare che, a causa del prolungarsi della crisi in Siria e dell’instabilità in Libia, le persone sarebbero partite dalla Libia e dall’Egitto anche senza ‘Mare Nostrum’, ma molti di loro non sarebbero mai arrivati vivi senza questa Operazione”. (…)

DATI COMPARATIVI dal 2011 al Aprile 2014

 Anno 2011

 Totale: oltre 62.300 migranti e rifugiati sbarcati in Italia

 Gennaio 2011 – febbraio 2011 > 6.300

 Marzo 2011 – Agosto 2011 > 54.000

 Settembre 2011 – dicembre 2011 > oltre 2.000

 Anno 2012

 Totale: 13.245 migranti e rifugiati sbarcati in Italia

 Gennaio 2012 – Agosto 2012 > 7.849

 Settembre 2012 – Dicembre 2012 > 5.396

 Anno 2013

 Totale: 42.925 rifugiati e migranti sbarcati in Italia

 Gennaio 2013 – Giugno 2013 > 9,000

 Luglio 2013 – Ottobre 2013 > 26.085

 Novembre – Dicembre > 7.840

 Principali Nazionalità: 11.300 siriani; 9.800 eritrei, 3.300 somali

 La stragrande maggioranza di richiedenti asilo di queste nazionalità hanno ottenuto protezione.

 I porti di provenienza: 27.200 dalla Libia e 9.200 dall’Egitto

 Anno 2014 – primi 4 mesi

 Totale circa 24.600 persone (1 gennaio a 28 aprile). (Secondo alcune fonti, il totale in questo periodo risulta inferiore a 20.000 unità)

 Aprile (1-27) 2014 > 7.762

 (I dati sono stati elaborati dal CIR, principalmente su fonti del Ministero dell’Interno.)

http://www.stranieriinitalia.it/attualita-profughi._cir

.

Emergenza Immigrazione, il Viminale: « Più di 800 mila pronti a partire », lettera43.it, 29/04/2014

 « La polizia delle frontiere: «Nuovi sbarchi dalla Libia. Non sappiamo più come gestirli».

Sono 800 mila, se non di più, le persone pronte a partire dall’Africa verso l’Europa. L’allarme è stato lanciato dal direttore centrale dell’immigrazione e della polizia delle frontiere, Giovanni Pinto, ascoltato in audizione dalle Commissioni Difesa ed Esteri riunite del Senato, dove ha sottolineato come «l’operazione Mare nostrum abbia sicuramente dato risultati eccellenti, anche se ha incrementato le partenze dalla Libia».

«Attraverso la Libia», ha spiegato Pinto, «giunge l’universo mondo. In quel Paese c’è la percezione di assoluta mancanza di controllo e rischiamo in prospettiva di veder aumentare sensibilmente il numero di clandestini. In Libia non c’è un primo ministro, non c’è alcuna compagine governativa, non ci sono ministri. Ci sono clan, due in questo momento, che hanno il controllo: uno di area moderata, l’altro estremista supportato dal Qatar. I rappresentanti nominati dell’assemblea sono alle dipendenze delle tribù che controllano il territorio». » (…)

http://www.lettera43.it/politica/immigrazione

Source illustration : ibidem

sbarchi2013 14 2

« Mediterranean flows into Europe… » – Analysis by European Parliament DG for External Policies, Niels Frenzen, migrantsatsea.org, 25/03/2014

« The EP’s Directorate-General for External Policies just released an Analysis, “Mediterranean flows into Europe: Migration and the EU’s foreign policy,” in which it reviews the EU’s external policies and instruments relating to migration in the Mediterranean, including the Mediterranean Task Force established after 3 October 2013 tragedy at Lampedusa in which over 350 people died.

The Analysis describes the serious shortcomings of the security-driven approach that has been taken by the EU. Noting, for example, that “it is unclear whether the militarisation of EU border management (resulting from a tighter relation between the CSDP and Frontex) will actually save lives or create even more danger for migrants” and that “[t]he increasing militarisation of the issue of irregular migration was underscored in December 2013, when the European Council called for the establishment of an EU Maritime Security Strategy by June 2014 as well as for increased synergies between the EU’s Common Security and Defence Policy (CSDP) and freedom/security/justice actors to tackle illegal migration.”  » (…)

Click here or here for the Analysis

http://migrantsatsea.org/2014/03/25/mediterranean-flows

Médimurs / inspirations

-Reinel_compass_rose_svg     Vers une Sociologie de la Méditerranée?  Federica Araco, babelmed.com, 10/05/2013

 

    « Selon Antonello Petrillo (Université Suor Orsola Benincasa de Naples), « la Méditerranée est une mer de guerre, par-delà la rhétorique vide du dialogue interculturel. Qu’il s’agisse des guerres avec combats telles que nous les connaissons, des guerres silencieuses, comme celle qui est menée contre les migrants, et des guerres de symboles. La solitude, le désert de mots ont montré la stupeur aphasique des sciences sociales européennes durant les soi-disant « printemps arabes ». Leur rôle est de renoncer aux catégories que nous utilisons habituellement pour décrire tous les processus quels qu’ils soient, catégories qui se désagrègent lorsque nous regardons vers l’Orient. Des concepts comme la démocratie, la citoyenneté, les droits de l’homme, qui ont caractérisé l’histoire occidentale, sont utilisés et instrumentalisés pour construire des hiérarchies et inférioriser des réalités qui sont autres. Nous faisons face à un orientalisme scientifique qui a les mêmes traits que celui décrit par Said pour l’âge colonial ». Pour repenser le rôle et l’efficacité des théories sociales, a affirmé Petrillo, il faut « aller sur le terrain, démonter les rhétoriques, rencontrer le donné (parce que) nous ne sommes ni neutres ni cachés. Pour cette raison, plus qu’à une sociologie « de » la Méditerranée, nous devrions penser à une sociologie « dans » la Méditerranée, sans culturalismes, sans ethnicisations, sans essentialisations d’aucune sorte. »

 Le professeur Mariano Longo (Université du Salento), organisateur du colloque, a rappelé : «  Il faut commencer à réfléchir à une sociologie des lieux, parce qu’il est très difficile d’imaginer que la modernisation puisse résoudre les contrastes existants. En premier lieu parce qu’aujourd’hui, la modernité apparaît avec tous ses travers, et parce qu’elle est un projet inachevé qui n’a plus le temps de s’achever. Si la sociologie se rend compte de cela, elle doit aussi se rendre compte du fait que les problèmes qui accablent le sud ne sont pas tant le résultat d’un territoire arriéré, que d’une modernité qui n’a pas pris racine, ou qui ne réussit pas à prendre racine ».

Continuer la lecture de Médimurs / inspirations

Projet « Médimurs : effets du renforcement de la frontière européenne en Méditerranée »

-Reinel_compass_rose_svg   Cette recherche, sous la responsabilité scientifique d’Evelyne Ritaine, est financée par le Conseil régional d’Aquitaine, 2012-2015. Elle est menée au sein du Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (France).

Le projet porte sur la frontière européenne en Méditerranée : il est consacré aux effets non prévus (au sens d’effets d’agrégation)  des politiques de renforcement de la frontière en Méditerranée.

Le terrain choisi induit la prise en considération  de la spécificité spatiale et géopolitique :

– il ne s’agit donc pas de mener une étude globale sur la politique européenne des frontières, mais de penser cette politique européenne en Méditerranée, et les politiques nationales/locales qui se développent en même temps. 

– il s’agit de ne pas ignorer les effets spatiaux et les effets politiques localisés, malgré l’importance des techniques de contrôle à distance ou de contrôle virtualisé et de leur intrication avec le contrôle territorialisé.

– il s’agit de mener une réflexion sur les deux côtés de la frontière (UE / pays du Maghreb, Turquie, Chypre).

 La problématique est construite sur trois axes :

– La frontière comme dispositif (Foucault), différencié dans le temps et l’espace (matériel/virtuel ; linéaire/pixellisé ; spatial/bureaucratique), politiquement construit et efficient (effets pratiques/effets symboliques).

– La frontière comme dispositif de triage entre les statuts (différenciation permanente des statuts, inégalités, arbitraire, stratégies de contournement).

– La frontière génératrice de marquages matériels, paysagers, politico-administratifs, symboliques.

 Les études sur les renforcements de frontière pointent toutes d’abord la combinatoire politique incertaine qui les produit, ensuite la vanité sécuritaire de ces dispositifs ; elles évoquent enfin, (trop?) rapidement, les effets non prévus de ces renforcements.

Cette recherche aborde la question en sens inverse en considérant d’emblée ce que fait réellement le renforcement de la frontière – en Méditerranée -.

Les thèmes de recherche se répartissent entre :

adaptations des pratiques des acteurs 

(inégalités entre statuts, contournements, risques encourus lors des contournements, économies du passage,  feedback sur le renforcement)

marquage territorial et symbolique

(architectures/paysages et technologies du renforcement, représentations savantes et médiatiques, discours sur le renforcement)

intensification des politiques de rejet de l’altérité

(montée des populismes d’exclusion, mobilisations citoyennes pour et contre le renforcement)

conflits diplomatiques et politiques

(difficultés dans les relations bilatérales, bargaining diplomatique)

Les terrains de recherche sont situés en France, Italie, Espagne, Grèce,  Malte, Tunisie, Algérie.

L’équipe est composée de 14 chercheurs en poste en France, Espagne et aux Pays-Bas : F. Ballif, L. Beurdeley, S. Bonnefille, F. Burchianti, O. Clochard, P. Cuttitta, L. Gabrielli, S. Imbert-Vier, L. Lemaire, J. Lemoux, S. Mangriotis (photographe indépendant), P. Maquet, R. Matuszewicz, L. Pillant, E. Ritaine (dir.), L. Tassin.

Cette recherche doit produire un ouvrage collectif, à paraître en 2015, et un colloque de restitution en 2016.

 

Crédit photo : Replica of an old wind-rose by Pedro Reinel, 1504, Joaquim Alves Gaspar, 2006  http://commons.wikipedia.org/wiki/User:Alvesgaspar