Archives de catégorie : PORTS Méd.

Olivier Clochard, Julie Lemoux, « Voyager d’Alger à Marseille – Retour sur cinq décennies de dispositifs relatifs aux contrôles des migrations », L’Espace Politique [En ligne], 31, 2017-1

Recherche issue du programme MEDIMURS

(…) « L’objet de notre article concerne l’évolution des dispositifs de contrôle qui ont été adoptés vis-à-vis des Algériens souhaitant voyager vers Marseille (et plus largement la France). En adoptant une approche historique1, il s’agit de saisir les mécanismes de cette construction frontalière qui s’est mise en place après l’indépendance algérienne. Autrement dit, nous interrogeons les changements apportés à l’agencement de cette frontière, ainsi que l’évolution des pratiques prescrites dans le cadre normatif, afin de considérer les conditions administratives d’entrée à remplir avant le départ, les mesures de surveillance qui s’opèrent au moment du passage des frontières, et le traitement des migrants en situation irrégulière, soit trois dispositifs qui sont aujourd’hui imbriqués dans un jeu d’échelles multiples. Au-delà de ces transformations et des effets induits sur les flux migratoires de l’Algérie vers la France que nous rappellerons, comment l’évolution de ces différents dispositifs et leur mise en réseau se rapporte-t-elle à l’établissement d’une frontière migratoire malléable ? Cette « malléabilité́ des frontières » (Gottman, 1952, p. 59) semble refléter la volonté de la France d’externaliser ses contrôles migratoires, et faute de pouvoir y arriver, les autorités françaises font en sorte d’assouplir voire de négliger leurs obligations légales à la frontière, et dans le cas qui nous intéresse au sein du port de Marseille. Selon Jean Gottmann (1952), l’organisation politique de ces espaces frontaliers se combine nécessairement avec les questions de circulation, les mouvements des personnes ne cessant d’affecter l’organisation interne des États et celle mise en place à leurs frontières. Dans une perspective historique, la lecture de ces espaces frontaliers semble en effet montrer que les limites sont prises dans une dialectique entre le mouvement de « cloisonnement du monde » et celui de la circulation, soit une interprétation qui demeure contemporaine et permet de saisir l’évolution de cette frontière méditerranéenne. Si les évolutions techniques des dispositifs comme les procédures de demande de visa, les bases de données informatiques et les lieux de détention administrative transforment la frontière en la déplaçant de part et d’autre des limites internationales, en la dilatant à l’échelle d’une région frontalière et la connectant à d’autres lieux, il ne faut pas omettre le poids des décisions informelles ou arbitraires qui font «apparaître une certaine malléabilité des pratiques de contrôle» (Darley, 2008, p. 23) »  (…)

http://espacepolitique.revues.org/4261

carte @ Olivier Clochard, 2015
photo en une @ dossier de presse de "La traversée" de Élisabeth Leuvrey, Documentaire, France, 2012, Production : Les Écrans du large
 

Le PIREE, Grèce, dossier

A partir du Pirée. Projection idéale en quatre actes, Paloma Maquet (texte) et Ulysse Bordarias (conception et réalisation des cartes)

Ce projet cartographique est né d’un souhait de confronter les visions idéalisées et les intérêts qui les structurent des acteurs liés au management privé du refoulement d’un ou de plusieurs passagers clandestins de l’espace européen. Il s’agit donc de livrer notre interprétation graphique de la conception « rêvée » de chacun des acteurs dans son rapport au territoire. Ainsi, il se décompose en quatre actes : la « carte du navigateur », la « carte du migrant », la « carte de l’assureur » et enfin la « carte de la police (d’éjection) ».

Ce travail met en valeur de manière flagrante l’asymétrie existante entre la projection d’un dessein individuel (celui du migrant) et la réaction démesurée qu’il provoque. La présence d’un passager clandestin sur un navire ébranle tout un système bien huilé : celui du commerce maritime international. En effet, les Etats et notamment ceux de l’Union européenne, ont délégué cette « gestion », relevant pourtant de prérogatives régaliennes (contrôle des frontières), aux acteurs maritimes en responsabilisant juridiquement les armateurs. Ces derniers font appel à leurs assureurs pour écarter à tout prix ces « migrants-objets » indésirables vers leur pays d’origine ou bien vers leur port d’embarquement. Dès lors, ce transfert de pouvoir instaure des procédés d’intervention court-termistes, faits d’improvisations parfois chaotiques, spécifiquement au regard du droit d’asile.

Concernant la méthodologie, ce projet est inspiré de documents inédits : nous avons pu consulter en mars 2013, au sein d’une société de correspondants d’assureurs basée au port du Pirée, des dossiers compilant surtout des échanges de courriels retraçant les agissements des différents acteurs intervenant pour résoudre des « cas » de présence de passagers clandestins. Chaque dossier porte le nom du navire assuré. Un dossier a particulièrement retenu notre attention ; celui du Madeleine, navire sur lequel se trouvaient deux migrants, car il met clairement en lumière la manière dont le réseau des acteurs maritimes se déploie autour de la Méditerranée et produit un nouvel espace, à la fois virtuel et tragiquement concret, celui du « couloir » de rapatriement.

Notre démarche graphique, proche de la bande dessinée (pas de légende), voudrait créer un décentrage de notre regard sur cette situation alarmante et l’observer « par-dessus les épaules » de chacun des protagonistes. Par ce jeu d’échelles et de points de vue, nous avons cherché à retranscrire en cartes l’espace idéalement vécu par chacun des acteurs.

Par ailleurs, le choix de dé-séquencer en quatre « actes » les visions des différents acteurs permet d’introduire leur inégale appréhension de l’espace et du temps. La puissance d’action des assureurs réside effectivement dans leur capacité à s’organiser rapidement face à un tel événement. Leur espace n’a pas de limite ; il procède de l’espace du commerce maritime sur un plan transnational. Le refoulement (terme hautement analytique[1]), marque un retour du migrant dans un espace politique parfois aléatoire (en l’occurrence l’Algérie), dans lequel il peut être écroué ou condamné à une nouvelle errance.

[1] Le Larousse en donne la définition suivante : « Poussée hors de la conscience, par les forces de la résistance, d'une représentation incompatible avec le maintien du plaisir du sujet ».

carte1 carte2 carte3 carte4


Le Pirée : Politique d’un blindage économique, Paloma Maquet, rapport d’enquête, Médimurs, 2013

« La gestion intégrée (à l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement) des frontières mise en pratique par le Code ISPS (International Ship and Port Security – Code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires), rapproche les espaces économiques lointains (exemple Asie-Europe) et donne naissance à une hiérarchie portuaire. Les ports labellisé ISPS sont appelés « port sûrs » et à l’inverse, les ports ne pouvant assurer les coûts prohibitifs de la sécurisation sont désignés comme « ports à risques ». En ce sens, le Pirée s’insère totalement dans le réseau des grandes routes maritimes, en tant que plate-forme globalisée (modèle du hub). Le port est un espace clos, hermétique et déconnecté du local. Maintes fois critiquée dans la presse internationale, Cosco n’a pas souhaité répondre aux questions concernant les conditions de travail de ses dockers. Le discours est verrouillé. Un entretien mené auprès d’un ancien opérateur éclaire le fonctionnement de ce hub qui semble ne pas se soumettre au droit du travail grec (pas de protection sociale, interdiction de constituer un syndicat, etc.). Du point de vue de la municipalité, le port est devenu un objet économique dont les répercussions financières sont très faibles, « la crise justifie cet état des choses… », « Les dockers ne sont plus originaires d’ici, ils viennent des zones grecques sinistrées, … on ne voit plus les marins ».

Le contrôle des migrants est de fait privatisé et les « passagers clandestins » se retrouvent aux mains des assureurs des armateurs. Ici, pas de spécificité grecque, comme dans tous ports « blindés », les autorités publiques interviennent très peu, ce sont directement les P&I clubs (Protection and Indemnity – assureurs des armateurs, très présents au Pirée) et leurs correspondants qui s’occupent du « plan de rapatriement » des migrants soit vers leur port d’embarquement, soit vers leur pays d’origine. Aux dires des officiers de Frontex (qui n’interviennent pas dans cette « gestion » particulière), les « passagers clandestins » présents à bord de navires arrivants au Pirée ne sont pratiquement jamais débarqués. Ces propos corroborent ceux de l’officier ISPS du port de Cosco : « Il y a trop de migrants en Grèce, tout le monde peut comprendre ça, les commandants de bord comprennent ça… Alors on les laisse à bord et ils essayent des les débarquer dans un prochain port » »

 Voir aussi :

Julia Burtin et Paloma Maquet, « Les passagers clandestins sur les navires de marine marchande : de la gestion d’un événement à la production d’un risque. », dans L’Espace Politique, n° 16, 2012. http://espacepolitique.revues.org/2279

« Dans les cargos et les ports, la traque au passager clandestin… Rencontre avec Paloma Maquet, doctorante en géographie et spécialiste de l’immigration à bord des navires de la marine marchande à destination de l’UE », septembre 2012 http://www.lacimade.org/nouvelles/4069-

.

7 


Images d’un port privatisé, Paloma Maquet (texte), Valentine Bourrat (photos)

« En 2008, au coeur de sa crise, l’Etat grec concède une partie de son port à la China Ocean Shipping Company (Cosco). En investissant dans la modernisation des infrastructures, Cosco hisse le Pirée au rang des grands ports internationaux, et augmente ainsi son attractivité économique. Le revers de la médaille est un repli du port sur lui-même en espace clos, le dos tourné au rivage et au reste du pays. Les activités portuaires deviennent déconnectées de la vie locale, et le couple ville-port n’existe plus.

Avec la privatisation de cet espace à la fois marchand et frontalier, Cosco hérite de fonctions régaliennes en participant au contrôle des entrées en Grèce et en Europe. Dans une logique d’optimisation économique, tout intrus nuisant à la fluidité du commerce – du « passager clandestin » au gréviste – est écarté au plus vite. »

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

1. Peinture murale visible dans la station de métro Piraeus montrant les quais au 19ème siècle ( ouverts d’accès – contrairement à ceux de la photo suivante).

1.

.

.

.

.

2. Les mêmes quais aujourd’hui – privatisés et à accès restreint.

2

.

.

.

.

.

3. Quai Pénélope A ou la nuit sans répit.

3.

.

.

.

.

4. Accueil floral des bureaux de Cosco.

4.

.

.

.

5. Maquette des projets d’aménagements portuaires de Cosco.

5.

.

.

.

.

 

6. Cosco et l’intégration verticale.

6.

.

.

.

.

PATRAS, Grèce, dossier

Porti insicuri – Rapporto sulle riammissioni dai porti italiani alla Grecia e sulle violazioni dei diritti fondamentali dei migranti, Medici per i Diritti Umani, 11/2013

Raccolte oltre cento testimonianze dirette di riammissioni sommarie di adulti e minori stranieri dai porti italiani alla Grecia. L’Italia non garantisce i diritti fondamentali dei migranti, in particolare dei richiedenti asilo e dei minori stranieri non accompagnati.

Medici per i Diritti Umani (MEDU) ha presentato presso la sala della Stampa Estera a Roma, Porti Insicuri, il rapporto sulle riammissioni dai porti italiani alla Grecia e sulle violazioni dei diritti fondamentali dei migranti.

 Ogni anno alcune migliaia di migranti – il più delle volte in fuga da guerre e persecuzioni – partono dai porti greci e cercano di raggiungere l’Italia e il resto d’Europa nascosti nelle navi che attraversano l’Adriatico. Ogni anno la gran parte degli stranieri rintracciati allo sbarco nei porti di Venezia, Ancona, Bari e Brindisi vengono rimandati dalle autorità italiane nel paese ellenico in base a un accordo di riammissione siglato tra i due paesi. Sebbene per varie ragioni le dimensioni numeriche di questo fenomeno sembrino essersi ridotte negli ultimi anni, la rotta adriatica rimane comunque un problema aperto sia per il carico di sofferenza umana e i rischi concreti per la vita dei migranti che essa comporta sia per le gravi questioni che pone all’Italia, alla Grecia e a tutta l’Unione europea in termini di inadeguata tutela dei diritti fondamentali della persona, in particolare dei minori non accompagnati e dei richiedenti asilo. Ancora nel 2013, secondo le testimonianze raccolte da MEDU, la maggior parte delle persone viaggia nascosta sotto i camion o all’interno dei tir imbarcati sulle navi, mentre un numero più ridotto di migranti affronta il viaggio sui traghetti con documenti contraffatti forniti dai trafficanti dietro il pagamento di somme ingenti

 Il rapporto Porti Insicuri

La scheda riassuntiva dei dati

Le testimonianze

RIAMMESSI , Paolo Martino, Italia 2013 – 9’ – video documentario

 Sinossi : Saddam, Hamza e Omar si lasciano alle spalle migliaia di chilometri. Le rotte che hanno percorso partono dalle macerie della guerra afghana, dal Corno d’Africa, dal Medio Oriente. Arrivati in Grecia, ormai a un passo dall’Europa che sognano, trascorrono mesi nelle retrovie del porto di Patrasso nel tentativo di imbarcarsi nelle grandi navi che solcano l’Adriatico. Il coraggio che mostrano nell’affrontare la traversata però non trova riscontro da parte dall’autorità portuale italiana: scoperti durante le operazioni di sbarco, i ragazzi vengono riconsegnati alla stessa nave cui avevano affidato il loro destino, « respinti » (tecnicamente si chiamano riammissioni) immediatamente in Grecia, violati nei loro diritti di richiedenti asilo e rifugiati.

http://vimeo.com/79285955

.

 

mangriotiseuropa-inch-allah-photoStephanos Mangriotis,  Europa inch’Allah , Images plurielles, Marseille, 2011

Patras est un lieu de transit. Cette ville portuaire à l’ouest de la Grèce, concentre de nombreux migrants, venus d’Afghanistan, d’Irak, d’Iran, d’Erythrée, de Somalie, du Soudan, de l’Algérie et du Maroc. Ils guettent le moment adéquat pour se cacher dans un camion afin de monter à bord d’un bateau pour l’Italie. Déterminés, mais confrontés à la peur d’être attrapés, ils attendent des mois voire des années pour passer cette étape de leur voyage clandestin. Tout en sachant que d’autres barrières les attendent sur la route d’une Europe rêvée, « Europa inch’Allah ».

« Construites autour d’un mélange entre le style documentaire et la fiction, mes photographies cherchent à « raconter des histoires ». Des histoires sans fin ni finalité, comme celle de ces trois jeunes hommes qui posent dans un hangar en ruines devenu pour eux une planque idéale. Les hommes de Patras sont pris dans une partie d’échecs où le prochain mouvement peut être fatal. Avant d’appuyer sur le déclencheur il y a un long moment d’échange. Je tente de ne pas faire des images « d’eux » mais des images « avec eux » prises dans un processus de partage ». Stephanos Mangriotis  http://www.photographie.com/event/

 mangriotiseuropainchallah2

More : http://www.dekadrage.org/smprojets/

.

Lafazani Olga,  A Border within a Border: The Migrants’ Squatter Settlement in Patras as a Heterotopia, Journal of Borderlands Studies, 28:1, 1-13

Abstract :

The routes of migrants without papers towards Western European countries often converge at the city of Patras, a city in the western borders of Greece with a port connecting to Italy. Around 2001, the migrants who lived there temporarily—until they managed to cross the border—built a squatter settlement. Following a period of social and political tensions, the settlement was finally demolished in 2009.

In this paper I approach the settlement in Patras as a heterotopia, a place of the “other,” the different, as conceptualized by Michel Foucault and others. Heterotopias are like counter-sites in which all the other real sites that can be found within the culture are simultaneously represented, contested and inverted. Reading the migrants’ settlement as a heterotopic space helps unpack invisible aspects not only of the settlement but also of the city. Exploring the settlement and the city as interrelated spaces, I discuss the social, economic and spatial relations that operate in each of those spaces and also connect them: how borders and migrant illegality operate in the level of everyday life; how space, time, practices and strategies are renegotiated within several geographic scales, from the body to the global. By approaching the migrants’ settlement in Patras as a heterotopia, I propose a reading of borders, migration and urban space as processes where several levels of conflict, power and resistance operate.

More :  http://dx.doi.org/patras

.

Cristina Del Biaggio, Alberto Campi, « Regards sur les migrants de longue distance en Grèce. Analyse de procédures et d’acteurs à partir de trois points d’observation privilégiés : la région de l’Evros, Athènes et Patras», L’Espace Politique [En ligne], 20, 2013-2

Long-distance migration in Greece. Making sense of administrative procedures and actor strategies within three locations: the Evros border region, Athens and Patras

Résumés :

La décision de la Grèce de construire une clôture à sa frontière orientale a fait la une sur Internet et dans les journaux, mais la matérialisation de la frontière par la construction d’une clôture n’est, en Grèce comme ailleurs, qu’un élément d’un système et d’un dispositif frontalier (Bigo et al., 2009). Cet article est le fruit de sept semaines d’enquêtes passées le long de la frontière gréco-turque, afin de comprendre les dynamiques frontalières là où, selon les statistiques, l’on compte le plus grand afflux de migrants dits illégaux vers l’Europe. Les observations sur le terrain nous permettent de dire que la clôture, qui a été achevée en décembre 2012, ne peut être considérée que dans la totalité du dispositif frontalier, non linéaire, mis en place par la Grèce et par l’Union Européenne pour empêcher les migrants de pénétrer dans la forteresse européenne. Ce sont également ces autres barrières, indirectement visibles car souvent non-matérielles, que nous essayons d’analyser.

The decision taken by Greece to build a wall on its eastern border was on the front pages of newspapers and hit the headlines in Internet. However, the materialization of borders by the construction of a wall is, in Greece as everywhere else, only one element of the « border apparatus » (Bigo et al., 2009). This article is the result of seven weeks of recent enquires made along the Greek-Turkish border with the aim of understanding the border dynamics in a region where, following statistics, Europe counts the highest number of illegal entries. Observations allow us to say that the wall, which has been finished in December 2012, should be considered as a part of a non-linear border apparatus, put into place by Greece and by the European Union to stop migrants outside the European fortress.

Extrait :

(…) « C’est aux alentours du nouveau port  (de Patras) que les nouveaux arrivés s’installent afin  d’être proche de l’infrastructure permettant de quitter le pays. Ainsi, inlassablement, les migrants essaient tous les jours de se faufiler dans ou sous un camion, qui s’embarquera dans un ferry. Alors que géographiquement, le fait de s’installer à quelques dizaines de mètres du port fait du sens, ce choix est périlleux. Comme pour les personnes sans abri à Athènes, il est très dangereux pour les migrants de s’installer dans ce lieu, connu par les militants d’extrême droite et par les policiers. Les règles sont les mêmes qu’à Athènes: éviter de dormir pendant la nuit afin d’éviter d’être attaqués.

Pour cette raison, les migrants de plus longue date trouvent d’autres abris, plus cachés et excentrés par rapport au port. Il s’agit notamment d’une oliveraie et d’une maison occupée après qu’elle ait été abandonnée suite aux travaux liés à la construction d’un pont » (…)

http://espacepolitique.revues.org/2675

patrasciampi

Le nouveau port de Patras vu depuis un bateau, © Alberto Campi 2012,

http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-15.png

.

Pro Asyl : Human Cargo. Arbitrary readmissions from Italian sea ports to Greece, 2012

Thousands of protection seekers try to cross the sea from Greece to Italy every year. If they manage to arrive in Italy however, they are immediately returned to Greece without any individual assessment of their cases, without legal safeguards, as a report by PRO ASYL and the Greek Council for Refugees has revealed. Just like most other EU Member States, Italy has officially stopped returning people to Greece under the Dublin system, since the European Court for Human Rights in January 2011 determined Greece not to be a safe country for asylum seekers. However, these massive arbitrary readmissions to Greece are carried out in a systematic way in direct violation of that ruling.

 Download :  http://www.proasyl.de/en/home/