Archives de catégorie : Ressources réflexives

Lampedusa / Ressources réflexives

* Evelyne Ritaine, « Le bois des épaves »,

dans le cadre du projet Displaced Objects, Non lieux de l’exil,   http://displacedobjects.com/

http://displacedobjects.com/2015/12/18/le-bois-des-epaves-evelyne-ritaine/

Chaises fabriquées par Cucula, Berlin (Facebook Cucula)
Chaises fabriquées par Cucula, Berlin, à partir du bois des épaves de Lampedusa (@Facebook Cucula)

* Paolo Cuttitta, « ‘Borderizing’ the Island. Setting and Narratives of the Lampedusa ‘Border Play’ »,    

ACME, 2014, 13(2), 196-21

lampedusapapeAFRReuterslaReppAbstract :

The island of Lampedusa is known as an EU border hotspot. Its high degree of ‘borderness’, though, is less the result of its geographical location than the product of a ‘borderization’ process carried out through specific policies, practices and discourses. The introduction explains what Lampedusa’s ‘borderness’ consists in: irregular landings and the changed anthropic and human landscape have turned the island into an ideal observatory for all major issues of the current debate on migration-related border controls. The first section analyses the main factors of the ‘borderization’ process. Specific political choices (establishing a detention centre, concentrating migrants, dispatching border guards, employing patrol boats, involving humanitarian workers etc.) suggest that borders are the result of the placing and interaction of ‘spatial bodies’, as well as of legislative measures and international relations. The paper also regards Italian immigration control policies as a ‘political spectacle’, and Lampedusa as the theatre of the ‘border play’. The second section therefore analyses the two narratives (the securitarian one of the ‘tough’ and the humanitarian one of the ‘humane’ border) prevailing in five different acts of the play, and shows that both are strictly connected and serve thesame purpose of governing and managing human mobility.

Télécharger PDF :  CuttittaACME2014

Crédit photo : AFP Reuters, La Repubblica

.

* Paolo Cuttitta,  Lo spettacolo del confine. Lampedusa tra produzione e messa in scena della frontiera,  Milano, Mimesis (Eterotopie), 2012.

Voir :    http://enigmur.hypotheses.org/2109

Porta di Lampedusa Porta d'Europa, M. Palladino @S. Bonnefille, 2014
Porta di Lampedusa Porta d’Europa, M. Palladino, Lampedusa, @S. Bonnefille, 2014

.

* Paolo Cuttitta, « Lampedusa – Aprite quella porta », meltingpot.org, 8/10/2013

« L’ultima tragedia consumatasi nel mare di Lampedusa, con la coda delle due petizioni aperte alla firma (una per candidare Lampedusa al premio Nobel per la pace, l’altra per l’apertura di un corridoio umanitario), fornisce lo spunto per una riflessione sul ruolo della retorica dell’umanitarismo e dei diritti umani nelle politiche migratorie.

Si tratta, in effetti, di un ruolo importante; in primo luogo perché criteri umanitari sono alla base delle distinzioni canoniche tra profughi e migranti economici, tra migrazione forzata e migrazione volontaria. L’umanitarizzazione di una categoria – il riconoscimento del diritto di determinati individui all’asilo – finisce quindi per tradursi nella condanna più netta degli altri, di quelli ai quali i criteri umanitari non si applicano. La linea del confine tra “profughi” e “clandestini”, insomma, è tracciata con la matita umanitaria (una matita, in effetti, e non l’inchiostro, perché i confini di status degli stranieri sono per definizione effimeri, devono potersi cancellare e ridisegnare continuamente). L’esigenza di tutelare i diritti umani dei migranti – individuando chi ha diritto all’asilo, in modo da garantirglielo – può quindi essere utilizzata per giustificare misure più restrittive nei confronti di chi a tale diritto non può aspirare, fino a legittimare la stigmatizzazione dei “clandestini”. È il principio tante volte affermato dai nostri governanti: accoglienza per i meritevoli di protezione, pugno duro per gli irregolari. » (…)

http://www.meltingpot.org/Lampedusa-Aprite

.

lampedusa-beach-

Lina Prosa, Lampedusa Beach,

suivi de Cassandre on the road et de Programme-Penthésilée : entraînement pour la bataille finale, Paris, Les Solitaires intempestifs, 2012 (Traduit de l’Italien par Jean-Paul Manganaro)

”Le matelot ne dit pas toujours la vérité…

une fois il est revenu en arrière mais avec la moitié seulement des voyageurs

on n’a jamais rien su de l’autre moitié…

une autre fois il a vidé le bateau en pleine mer

comme une casserole d’eau sale…

tout cela parce que le clandestin

est privé de la vérité… on le garde à l’obscur de tout.

Il n’a jamais vu une carte postale de Lampedusa.

Il n’en a jamais reçu.

Il ne sait pas de quoi il s’agit.

Quand on le fait débarquer rien ne dit qu’il est à Lampedusa.”

Lampedusa Beach a obtenu le prix national “Annalisa Scafi” pour le théâtre public à Rome en 2005 et le prix “Anima” pour le théâtre en 2007 http://www.solitairesintempestifs.com/livres/463-lampedusa-beach

Triptyque du naufrage (Lampedusa), Lina Prosa, a été présenté au Théâtre du Vieux-Colombier (Comédie française), Paris, janvier-février 2014

Voir  : http://enigmur.hypotheses.org/3012

.

Théâtre Senza, Valentina Zagaria : Miraculi

De l’anthropologie au théâtre : Miraculi, un spectacle porteur d’histoire, , profondeurdechamps,   26/03/2015

zagaria

 » Au cours de ses études d’anthropologie et de droit à la London School of Economics, la fondatrice de la compagnie Théâtre Senza, Valentina Zagaria, a centré son mémoire de recherche sur le terrain sur l’étude du phénomène de migration sur l’île de Lampedusa. C’est après un an de pratique du théâtre à l’école Jacques Lecoq qu’elle choisit de monter, à partir de ses recherches, un spectacle dénonçant les conditions de vie des migrants mais dépeignant aussi le quotidien des habitants de l’île. Entretien avec une jeune artiste-chercheuse.

 Pourquoi t’es-tu intéressée à ce sujet au départ ?

Valentina Zagaria : L’année précédant mon mémoire, un très bon ami à moi que j’avais rencontré en Suisse et qui venait de Zambie est mort aux Etats-Unis. Je n’ai pas pu aller aux funérailles, et n’ai jamais vu sa tombe. C’était très difficile pour moi de faire le deuil. Au même moment, je lisais dans les journaux italiens que des gens en provenance de Libye et de Tunisie disparaissaient en essayant de faire un voyage vers Lampedusa. Je me suis alors posé la question de savoir ce que devenaient les corps des naufragés, et même de ce qu’il advenait d’un corps après la mort. Ces événements résonnaient en moi et faisaient écho à ma propre histoire. De plus, j’étais déjà allée à Lampedusa à l’âge de trois ans et il y avait des photos chez mes parents. Je me sentais attirée par cette île. » (…)

http://profondeurdechamps.com/2015/03/26/de-lanthropologie-au-theatre-miraculi-un-spectacle-porteur-dhistoire/

Voir aussi : Valentina Zagaria :

Why the differences between Lampedusa (the place) and Lampedusa (the play) matter.

 

terraferma3

TERRAFERMA, Film de Emanuele Crialese, 2011,

Grand prix du jury Mostra de Venise, 2011

Synopsis : Sur l’île italienne de Linosa (dépendant de Lampedusa) au large des côtes de la Tunisie et au sud de la Sicile, la pêche traditionnelle est devenue non rentable et fait place au tourisme. Au cours d’un été où îliens et touristes se mélangent, l’île est accostée par des groupes entiers d’immigrés clandestins venus d’Afrique. Les familles de pêcheurs, déclassées socialement à la suite des difficultés de l’économie de la pêche, essaient, non sans mal, de cohabiter avec les nouveaux arrivants. Jeunes et anciens, parents et enfants, se confrontent sur l’attitude à tenir face à la détresse des réfugiés : ne pas leur venir en secours en mer et les dénoncer aux autorités comme la loi les y incite ou respecter les valeurs morales et la solidarité de l’île héritées du travail de la mer.

Voir : Lampedusa, « terre de désespoir », est le personnage de « Terraferma », Louis Lepron,  Rue89, 15/03/2012 http://www.rue89.com/rue89-culture/2012/03/15/

En complément : RESPIRO, film d’Emanuel Crialese, 2002,  Grand Prix de la Semaine Internationale de la Critique, Festival de Cannes 2002

Une représentation de ce qu’était la vie traditionnelle sur l’île de Lampedusa : synopsis : « Grazia ne cadre pas avec le mode de vie en usage sur la petite île italienne de Lampedusa, principalement peuplée de pêcheurs. Pendant que les hommes partent en mer, les femmes travaillent à la petite usine locale où elles salent le poisson. Grazia, par son comportement enfantin et provocateur, ne cesse d’agacer les commères. Après s’être baignée nue, elle libère tous les chiens errants retenus au château. Pour les villageois, c’en est trop ! Parce qu’ils la pensent folle, ils obligent son mari à la placer dans un hôpital psychiatrique de Milan. Grazia, éprise de liberté, se cache dans les grottes en bord de mer, ravitaillée par son fils » (Telerama)

.

Lampedusa – Paris : Carnet De Voyage , Emiliano Pappacena, documentaire, Italie, 2012

Lampedusa – Paris : Carnet de voyage est un documentaire « sur la route », au cours duquel le réalisateur voyage aux côtés d’un groupe de jeunes tunisiens qui ont fui leur pays suite à la révolution du Printemps Arabe.

Au cours de ce voyage, qui débute à Lampedusa et s’achève un an plus tard à Paris, nous partageons les émotions, les rêves et les peurs de ces jeunes immigrés qui, une fois à destination, devront se rendre à l’évidence : il découvrent une Europe bien différente de ce à quoi ils s’attendaient.

Titre original: Lampedusa-Parigi: diario di viaggio

http://www.daimonproduction.com/fr/documentaries/

.

Lampedusa non è un’isola. Profughi e migranti alle porte dell’Italia

Rapporto dedicato agli immigranti e ai richiedenti asilo redatto da A Buon Diritto Onlus sotto la direzione di un comitato scientifico composto da Laura Balbo, Luigi Ferrajoli, Tamar Pitch, Giorgio Rebuffa, Eligio Resta e Stefano Rodotà. Un vero e proprio dossier dei fatti, delle cronache e degli avvenimenti istituzionali, accaduti nel 2011.

Dalla lettura di quella ricostruzione emerge che, come in un gioco di cerchi concentrici, la crisi dello scorso anno si iscrive dentro un indirizzo di politiche sull’immigrazione perseguite in maniera determinata dall’inizio della legislatura, che a sua volta riprende la torsione data nel 2002 al Testo Unico dalla “legge Bossi-Fini”. (…)

PDF :  Lampedusanoneunisola

http://www.italiarazzismo.it/