Archives de catégorie : Lampedusa

Eric Valmir, Pêcheurs d’hommes, Paris, Robert Laffont, 2018

  « « Moi, c’est Nicolo. J’aurai bientôt vingt-cinq ans et jamais je ne quitterai Lampedusa. C’est mon île au centre de la mer. »

Au cœur de la Méditerranée, entre Afrique et Europe, Lampedusa, symbole de l’une des plus grandes hontes contemporaines : au fil des années, ces milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuyant la guerre et la misère, ceux qu’on appelle aujourd’hui « les migrants », venus s’échouer, souvent mourir, sur ses côtes. Lampedusa, des paysages d’une beauté paradisiaque sous la sublime lumière du sud de l’Italie, mais mauvaise réputation, donc. Maudite ? Mal aimée, mal comprise en tout cas. Nicolo aurait toutes les raisons de la détester, cette île qui a rendu son père fou – parce que « son métier, c’était d’attraper des poissons, pas de pêcher des hommes ». Mais il choisit de nous la raconter, elle et ses habitants, à travers son regard de petit garçon puis de jeune homme confronté à l’indifférence du monde mais déterminé à sauvegarder sa beauté.

Déclaration d’amour à la terre natale, Pêcheurs d’hommes est à la fois un portrait intime, éclatant de couleurs et de soleil, et une fresque qui nous interroge sur le monde que nous voulons.

Éric Valmir a été le correspondant de Radio France en Italie pendant 5 ans. Installé à Rome, il couvre toute l’actualité italienne, produit et réalise la série radiophonique « Ciao Ragazzi » et commence à écrire Magari. Rentré à Paris, il anime depuis septembre 2011 sur France Inter un rendez-vous matinal politique « Les jeunes dans la présidentielle », qui connaît rapidement un succès d’audience. Il est également l’auteur, chez Robert Laffont, de Toute une nuit (2005), De la difficulté d’évoquer Dieu dans un monde qui pense ne pas en avoir besoin (entretiens avec le cardinal Oscar Rodríguez Maradiaga, 2008), et de Italie, belle et impossible (2011) chez Editalie ».

(source : éditeur)

 http://www.laffont.fr/site/pecheurs_d_hommes_&100&9782221202623.html

 

 

Jérôme Gautheret, La pasionaria des migrants perd sa mairie de Lampedusa, lemonde.fr, 27/06/2017

« Lors des élections municipales du 11 juin, Giusi Nicolini n’a recueilli que 900 voix sur 4 000 suffrages. Un échec cuisant pour celle qui se verra remettre, le 27 juin, le Prix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix.

Elle a été reçue par les plus grands, célébrée et applaudie dans le monde entier. Le pape lui a fait l’hommage de sa première visite officielle, à l’été 2013, et Matteo Renzi, alors premier ministre, l’avait voulue à ses côtés pour un dîner avec Barack Obama, en octobre 2016, à la Maison Blanche. Bref, Giusi Nicolini est devenue un symbole, bien au-delà des frontières de l’Italie. Mais les pluies d’honneurs n’ont jamais préservé de l’implacable logique du suffrage universel : dimanche 11 juin, la maire de Lampedusa, figure de proue de la candidature de l’île au prix Nobel de la Paix, a été sèchement battue lors des élections municipales italiennes.

Avec à peine plus de 900 voix sur 4 000 suffrages exprimés, elle se classe en troisième position, distancée par son opposant de toujours, l’ancien maire Salvatore Martello, à la tête d’une liste disparate baptisée « Totò per tutti », vainqueur de l’élection, et le candidat soutenu par le Mouvement 5 étoiles, Filippo Mannino. Seule la présence un peu incongrue d’une candidate de la Ligue du Nord, créditée de 200 voix, lui épargne l’affront de terminer à la dernière place.

L’affaire pourrait n’être qu’une des mille et une péripéties qui font le charme inépuisable de la politique locale italienne. Un Clochemerle du bout du monde, un peu exotique, dont le théâtre serait une île comptant à peine 5 000 habitants en hiver, perdue au milieu de la Méditerranée. Mais depuis que Lampedusa est devenue le symbole par excellence de la crise migratoire à laquelle est confronté le sud de l’Europe (400 000 personnes y ont été accueillies ces vingt dernières années), le moindre événement sur l’île a un retentissement immédiat. »   (…)

http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2017/06/27/la-pasionaria-des-migrants-perd-sa-mairie-de-lampedusa_5151606_4497186.html#wXgoxYS2cZs22d4s.99

illustration @S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Medimurs

Jérôme Gautheret , À Lampedusa, seuls face à l’amer, lemonde.fr, 27/02/2017

« Même si le flot des arrivées s’est tari sur l’île italienne, ses habitants restent mobilisés, à l’image du docteur Pietro Bartolo, personnage central de « Fuocoammare », sélectionné aux Oscars.

(…) Reprenant la route, le docteur dirige maintenant sa voiture vers l’extrémité sud de l’île, sur une plage où a été ­installée en 2008 une sculpture de bois devenue emblématique : La Porte de l’Europe, une œuvre de Mimmo Paladino en hommage aux milliers de ­personnes mortes en tentant de traverser la Méditerranée. Par un étrange coup du sort, c’est sur cette plage immaculée que s’est tenue, dans la nuit du 7 au 8 mai 2011, une des scènes les plus dramatiques de l’histoire de ­Lampedusa. Depuis le déclenchement des « printemps arabes », quelques mois plus tôt, les arrivées s’y succèdent à un rythme de plus en plus soutenu. Ce soir-là, un bateau intercepté au large doit être conduit au port avec plus de 500 personnes à bord. La mer, agitée, fait échouer la manœuvre. L’embarcation s’écrase contre les récifs. « Le temps était très mauvais. Mais en quelques minutes tous les habitants qui pouvaient nager sont venus. Certains se sont jetés en mer, d’autres ont formé une chaîne humaine, s’attachant les uns aux autres pour ne pas être emportés… En trois heures, ils ont sauvé 540 hommes, femmes et enfants, un par un. Et ce n’est que le lendemain que nous avons retrouvé les corps de trois victimes, les os brisés. »

Il y a eu, aussi, de nombreuses nuits d’horreur, dont la plus terrible, ce 3 octobre 2013 où 366 personnes, en majorité des Érythréens et des Somaliens, n’ont pu être sauvées. À chaque occasion, la population s’est jointe aux secours, de toutes ses forces et au mépris du danger. « Quand les autorités italiennes ont demandé de ne plus secourir les gens en mer [sous peine de saisir les bateaux des sauveteurs], ici, personne n’a obéi », rappelle fièrement Pietro Bartolo.

Depuis plusieurs mois, à mesure de l’intensification des dispositifs européens en Méditerranée, couplés à l’action des ONG, les bateaux sont arraisonnés au large puis envoyés directement vers les hotspots (ces centres d’accueil et ­d’enregistrement des migrants) de Sicile, si bien que le temps où Lampedusa accueillait 6 000 à 8 000 réfugiés dans un dénuement absolu est révolu, même si un centre pouvant accueillir environ 400 migrants subsiste. S’ils s’aventurent rarement hors de son enceinte, on voit parfois de petits groupes circuler aux abords du parvis de l’église. « L’été, sur les plages, ils restent à l’écart, comme s’ils ne ­voulaient pas gêner les touristes », sourit le docteur. »   (…)

http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2017/02/26/a-lampedusa-seuls-face-a-l-amer_5085760_4497186.html#xXwzLvgq6YdbbER1.99

illustration @S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

Naufragio al largo di Lampedusa, i morti sono 239. Almeno sei bambini fra le vittime, Giorgio Ruta, repubblica.it, 3/11/2016

« Il bilancio è stato possibile grazie ai racconti dei sopravvisuti arrivati sull’isola. Almeno un centinaio i dispersi. Due feriti gravi trasferiti in elicottero a Palermo. La sindaca Nicolini: « E’ un genocidio, subito i corridoi umanitari ». Bartolo: « Un uomo ucciso per costringerli a imbarcarsi »

I sopravvissuti confermano le preoccupazioni: potrebbero essere 239 le vittime del naufragio di ieri, a 25 miglia a Nord della costa libica. I 29 superstiti sono arrivati nella notte a Lampedusa e ai soccorritori hanno raccontato che sull’imbarcazione, partita dalle vicinanze di Tripoli, ci sarebbero state circa 300 persone. Al momento le salme recuperate sono 12. Tra i 239 dispersi, spiega Carlotta Sami di Unhcr su Twitter, ci sono « almeno 6 bambini ». Questi due nuovi naufragi « portano a 4.220 il numero di coloro che sono morti per cercare salvezza nell’Unione Europea ». La soluzione « si conosce ma non viene applicata: vie legali per le migrazioni e l’asilo ». (…)

« Basta con queste stragi, rischiamo un genocidio vero e proprio. Bisogna subito avviare i corridoi umanitari, altrimenti non finiremo mai di contare morti ». Giusi Nicolini, sindaco di Lampedusa, reduce dall’incontro alla Casa Bianca dove è andata con il premier Matteo Renzi, è appena tornata dall’hotspot di Lampedusa e dalla Guardia medica, dove sono ricoverati alcuni dei 29 superstiti dell’ultima strage in mare. I migranti si trovavano su due gommoni, su uno c’erano 138 persone e sul secondo 140, i morti sono complessivamente, secondo il racconto dei superstiti almeno 249. Tra loro un bambino di due anni.

 « E’ una strage continua – dice Nicolini – Ho incontrato alcuni superstiti che sono ancora sconvolti da quanto accaduto. Delle donne hanno anche subito delle violenze fisiche ». « Servono strumenti legislativi adeguati – dice Giusi Nicolini – E poi pensiamo a queste persone che arrivano a Goro e vengono rifiutati. Incredibile ». (…)

http://palermo.repubblica.it/politica/2016/11/03/news/naufragio_al_largo_di_lampedusa_i_morti_sono_99-151209440/?ref=HREC1-2

crédit illustration : « End of Dreams », sculpture, N. B. Skyum Larsen, Calabria, 2014 june  foto di Giuseppe Politi, voir : https://enigmur.hypotheses.org/3796

Ritorno a Lampedusa, Fabio Tonacci, Cristiano Minichello (Agf), repubblica.it, 01/10/2016

 » Nel terzo anniversario del naufragio in cui persero la vita 368 migranti, 25 sopravvissuti si sono ritrovati sull’isola per raccontare le loro storie. E per chiedere che stragi come quella non si ripetano più

Le loro vite nuove costruite in tre anni d’Europa le hanno riportate come testimonianza a Lampedusa. Dove tutto poteva finire, e invece tutto è iniziato. In 25 dei 155 sopravvissuti al naufragio del 3 ottobre 2013, in cui affogarono 368 eritrei salpati dalla Libia, sono tornati sull’isola per il terzo anniversario della strage. Il primo dopo l’approvazione della legge che ha dichiarato quella data Giornata della Memoria e dell’Accoglienza. La diaspora dei migranti li ha sparpagliati in tutto il Nord Europa. Uno solo è rimasto in Italia, con la Comunità di Sant’Egidio.

Chi è tornato racconta a Repubblica un pezzo di sé. Qualcuno, si intuisce, omettendo le reali difficoltà dell’integrazione. « L’Europa inizia a Lampedusa, questo è il messaggio », dice Tarek Brhane, presidente del Comitato 3 Ottobre che ha organizzato la tre giorni di celebrazioni. « Dal 2013 sono morte in mare altre 11.400 persone. Siamo stufi di contare i cadaveri ».

ALEX, 28 anni (foto)

« Devo innaffiare la piantina 18, ricordo del mio amico perduto »

Alex è tornato a Lampedusa perché deve vedere una pianta. La numero 18. Dopo il naufragio il Comitato 3 Ottobre decise di piantarne 368 nel Giardino della Memoria, una per ogni vittima. Quella per il suo amico d’infanzia, Alex l’ha voluta mettere nella terra con le sue mani. Ma da allora non ha più parlato di quella notte. Non è mai esistita, è una cicatrice nera dentro all’anima. Alex sta crescendo, come la pianta. Ha un sacco di cose da raccontare al suo amico che non c’è più. Che ora vive a Amersfoort, in Olanda. Che a 28 anni è finalmente padre di una bambina, Enos, di tre mesi. Che ha una moglie, Rachele, e un lavoro da cameriere. « La vita è dura, ci trattano bene, ma la lingua è un ostacolo per tutto ». Il prossimo anno tornerà a Lampedusa, perché ha promesso di far conoscere Enos alla sua « famiglia » italiana: i coniugi Piera Macaluso e Lillo Maggiore, che lo hanno accolto in casa per alcuni mesi dopo il 3 Ottobre. « A papà Lillo ho chiesto solo una cosa: di annaffiare sempre la mia pianta ». » (…)

http://www.repubblica.it/cronaca/2016/10/01/news/ritorno_a_lampedusa-148853936/?ref=HREC1-2

Crédit photo : Cristiano Minichello (Agf), ibidem

Voir aussi :

Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ », dans Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences, Cultures & Conflits, 99-100, 2015

Consultable sur : https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2015-3.htm