Archives de catégorie : Iles de la mer Égée

The Refugee Archipelago: The Inside Story of What Went Wrong in Greece, Daniel Howden, Apostolis Fotiadis, newsdeeply.com, 06/03/2017

Refugees Deeply investigates failures in the most expensive humanitarian response in history, which played out during the refugee crisis in the Eastern Mediterranean.

(…) « The archipelago strategy, while commended for avoiding refugee ghettos, placed an administrative and cost burden that the misfiring alliance of the Greek government and international organizations could not sustain. It also revealed the shocking absence of a functioning chain of command.

Ask exactly how many refugee camps there are in Greece and no one is certain. Migration ministry bulletins list 39 camps, some of which are empty; others are mothballed and others still are in the planning phase but do not appear on the list. The UNHCR said there were more than 50, but did not give a specific number.

When the border was closed and the West Balkan route was blocked, as many as 11,000 refugees piled up in Idomeni. Behind the scenes a scramble for potential sites has been going on for months directed by Mouzalas and his close circle of advisers, including Alexandridis. Among the most problematic choices they made were a string of privately owned warehouses including Oreokastro, where the Madrati family found themselves, the Karamanlis tannery outside Thessaloniki, and Softex.

These sites, chosen in preference to public ones, also lacked all basic utilities. They were not served by sewerage, electricity or water systems sufficient for large populations. Transport connections – essential for refugees, who need to access health and asylum services – were largely nonexistent. At Softex the public bus company operates no services because the area has been a hub for drug dealing and is considered dangerous.

The insistence on these sites further complicated the role of the UNHCR and ECHO, which are not allowed to develop private property. When U.N. officials objected they were promised in private by Mouzalas that the sites would close after a two-month stopgap. Mouzalas declined to comment on the reported promises. Several of the sites continue to operate to this day.

“It’s inexplicable that they were not able to find publicly owned sites,” says the country director of one of the large international NGOs operating in Greece. “To have so many sites on private land is madness, and they’re paying rent for unacceptable conditions.” » (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/articles/2017/03/06/the-refugee-archipelago-the-inside-story-of-what-went-wrong-in-greece

photo@ L. Pillant (programme Médimurs), Centre de rétention de Pagani, Lesbos, 2011

En Grèce, le cri de colère des réfugiés et des ONG contre l’accord UE-Turquie, Marina Rafenberg, lemonde.fr, 20/03/2017

Un an après la mise en vigueur de l’accord, les associations s’alarment d’une disposition qui, selon elles, bafoue le droit d’asile.

 (…) « Un an après l’accord entre l’Union européenne et la Turquie, près de 62 400 migrants seraient toujours bloqués en Grèce, d’après les chiffres du gouvernement grec. C’est à Léros, Cos, Chios, Samos, Lesbos, les cinq centres d’identification et d’enregistrements des migrants dits « hot spots », que la situation est la plus critique. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ces cinq îles peuvent accueillir jusqu’à 8 759 personnes, alors que 14 000 demandeurs d’asile s’y trouveraient actuellement.

« A Lesbos, le camp de Moria est en surchauffe. Les conditions sont difficiles. Cet hiver, nous avons vu notamment des tentes non chauffées abriter des familles, trois personnes sont également mortes dans ce centre… », rappelle Efi Latsoudi qui, depuis 2012, gère à Lesbos un centre pour les réfugiés les plus vulnérables arrivés sur l’île (femmes enceintes, jeunes enfants, handicapés) et qui a été récompensée en 2016 par le prix Nansen pour les réfugiés décerné par le HCR. « Nous observons de plus en plus de cas de dépression et de stress aigu chez les réfugiés. Ils ont peur d’être renvoyés en Turquie. Certains sont depuis un an dans les camps sans savoir ce qu’ils vont devenir… », expose-t-elle.

Selon Médecins sans frontières, les automutilations et tentatives de suicide sont en « nette augmentation ». D’après le rapport de l’organisation non gouvernementle (ONG), à Lesbos les psychologues ont reçu ces derniers mois trois fois plus de patients souffrant de stress post-traumatique. » (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/03/20/en-grece-le-cri-de-colere-des-refugies-et-des-ong-contre-l-accord-ue-turquie_5097450_3214.html#z4udr33s4Y6ZHY1w.99

Lire aussi :   Quel est le bilan du pacte migratoire UE-Turquie au bout d’un an ?

Lire aussi :   Flambée anti-réfugiés sur les îles de la mer Egée

Lire aussi :   Sous la neige de Lesbos, l’hiver éreinte les réfugiés

 

Montage photos @ S. Mangriotis (programme Médimurs) http://www.stephanosmangriotis.com/projets/

Voir : Archéologie d'une frontière, S. Mangriotis, L. Pillant, programme Médimurs

https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs/iles-med/iles-de-la-mer-egee

 

 

 

Shipwreck Survivors Stranded by a Faltering Deal, Preethi Nallu – Iason Athanasiadis, newsdeeply.com,02/11/2016

@Photo : Called the “graveyard of life vests,” the aerial view of this site located about 45 minutes from Skala Sikamineas is a telling visual of the number of arrivals over the past year. (Iason Athanasiadis)ibidem

« As an E.U.–Turkey agreement on refugees nears collapse, Preethi Nallu and Iason Athanasiadis report from the Greek island of Lesbos on how the deal never fully stopped the deadly voyages and has left survivors of such tragedies in agonizing limbo.

Mytilini, Greece – The fishing trawler overturned just as it approached the volcanic island’s rocky bay, whose shorelines appear bottomless at night. Ramy Qudmany, a 23-year-old from Syria, heard the panic-stricken shouts of his fellow passengers: “The children are trapped under the boat.”

He swam back toward them, but his heavy clothing slowed him down. As Qudmany grappled under the overturned vessel with one outstretched arm, he felt a little girl’s hand.

Qudmany thinks the girl had probably already stopped breathing by the time he reached her. Yet he continued to swim toward the shore, holding onto a life vest with one arm, and the limp body of the girl with the other, unable to let go.

On July 12, the Syrian asylum seeker was on board one of the few boats still crossing from Izmir on the Turkish coast and the port of Mytilini on the Greek island of Lesbos. He and five others survived. A young family of four – a Syrian man named Fauz, his wife and their children, including the girl – did not.

When the Greek coast guard finally pulled them out of the water six hours later, the doctor on board the rescue mission pronounced the girl dead, with rigor mortis visibly setting in, forcing back her eyelids.

Qudmany and the rest of the survivors are among those who have made the crossing since an E.U. deal with Turkey came into effect in March. They are also among the asylum seekers who could be returned to Turkey under its terms and conditions.

The deal has slowed the stream of boats across this 6-mile (10km) stretch of the Aegean Sea – known for its menacing tides – to a relative trickle. Yet the crossings never completely stopped. Hundreds continue to arrive every week and people are still dying en route.

Meanwhile, the agreement has left survivors of such tragedies stranded in agonizing limbo. The predictions of critics who warned that the en masse returns under the agreement would be almost impossible to implement are now coming true. With tensions growing between Turkey and Europe, the deal itself is teetering toward collapse. »   (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/articles/2016/11/02/long-read-shipwreck-survivors-stranded-by-a-faltering-deal

20

@Photo : Cimetière des bateaux, Lampedusa, 2014, Stéphanie Bonnefille

 

 

Scènes de guerre en zone de paix, Aris Messinis, making-of.afp.com, 10/11/2015

A Perpignan, le Visa d’or 2016 au photographe Aris Messinis pour son travail sur les migrants, lemonde.fr avec AFP, 04/09/2016

http://www.lemonde.fr/photo/article/2016/09/04/a-perpignan-le-visa-d-or-au-photographe-aris-messinis-pour-son-travail-sur-les-migrants_4992259_4789037.html#yEv7gFup8ePCIzpP.99

Lesbos (Grèce) – « Ce qui me choque le plus dans cette couverture, c’est de me dire qu’on n’est pas en zone de guerre. Qu’on travaille en zone de paix. Mais les émotions qui passent par mon objectif sont dignes d’une scène de guerre.

J’ai travaillé en Syrie et en Libye. Photographier la guerre, je connais. Quand on va là-bas, on s’attend à ce genre de scènes. Mais pas à Lesbos.

A Lesbos, la souffrance humaine ne diffère pas de celle qu’on croise dans une guerre. De savoir que ce n’est pas le cas rend les choses encore plus émotionnelles. Et beaucoup plus douloureuses.

C’est dur aussi d’avoir à traduire les difficultés des gens, leur souffrance, alors qu’on ne court soi-même aucun danger. Quand on couvre une guerre, on est menacé aussi, alors on est d’une certaine façon davantage sur un pied d’égalité avec les gens qu’on photographie. Mais ici, on ne risque rien. C’est pourquoi, souvent, je lâche le boîtier et j’aide. C’est un besoin. » (…)

https://making-of.afp.com/scenes-de-guerre-en-zone-de-paix

Crédit photo : Migrants sleep in front of graffiti illustrating an eye at the port of Mytilene on the Greek island of Lesbos, on October 6, 2015. Europe is grappling with its biggest migration challenge since World War II, with the main surge coming from civil war-torn Syria. AFP PHOTO / ARIS MESSINIS

 

Stephanos Mangriotis, Blue Sky from Pain, Film, 2016 (programme Médimurs)

afficheBlueSky_INT

 

STEPHANOS MANGRIOTIS, BLUE SKY FROM PAIN,

collaboration : Hyacinthe Pavlides, Laurence Pillant

Film, 2016

Argument : http://www.dekadrage.org/archeologie-dune-frontie/

Présentation : dossierBlueSkyFromPain

***

After many festival selections, the Stephanos Mangriotis short film is in the official selection of the International Film Festival Rotterdam 2017 in the « Cardinal Directions » section.

TRAILER / https://vimeo.com/dekadrage/blueskytrailer

Past Festival Sélections

– Jean Rouch International Film Festival, November 2016, Paris, France.

– Carthage Film Festival, November 2016, Tunis, Tunisia.

– Jihlava International Documentary Film Festival, October 2016, Jihlava, Czech Republic.

– European Short Film Festival, « Un festival c’est trop court! », October 2016, Nice, France.

– International Short Film Festival Psarokokalo, September 2016, Athens, Greece.

– International Short Film Festival in Drama, September 2016, Drama, Greece.

– AegeanDocs, International Documentary Festival, October 2016, Lesvos, Greece.

***

LE PROJET :

Archéologie d’une frontière, projet multimedia, 2014

STEPHANOS MANGRIOTIS, LAURENCE PILLANT

Les traces et la mémoire de l’enfermement à la frontière gréco-turque

.

archéologie d'une frontière_MONTAGE 

La frontière est une construction territoriale qui introduit de la distance dans la proximité. Son «effet de miroir» ouvre une fenêtre d’observation sur la société qui l’a construite. Ce construit socio-historique est en constante évolution et redéfinition, il doit donc être compris comme dynamique et évolutif.

Ainsi la frontière gréco-turque a connu de grandes transformations ces dix dernières années. Ligne de démarcation entre deux pays aux querelles encore vives, cet espace fut longtemps surveillé et contrôlé militairement. Le début des années 2000 voit un nombre de franchissements clandestins toujours plus important. Le contexte européano-grec de répression de la migration irrégulière entraîne une « policiarisation » du contrôle migratoire. D’un contrôle militaire, la frontière voit naître un contrôle policier de plus en plus marqué. Ces transformations rapides se soldent par la naissance d’une vingtaine de lieux d’enfermement pour migrants. Sujets à des évolutions très importantes, ces lieux d’enfermement connaissent une durée de vie variable allant de quelques jours à quelques années. Du camp de fortune dans les premiers temps, au centre de rétention institutionnalisé, les lieux d’enfermement peuvent être définis par leur pluralité : entrepôt, usine, ancienne prison, commissariat, hôtel, etc.

Pour une archéologie de la frontière

Une recherche amorcée en 2009 sur les politiques migratoires européennes à la frontière gréco-turque a conduit à la découverte de lieux d’enfermement qui ne sont plus en activité. Travailler sur ces lieux présente trois intérêts majeurs :

1-D’abord par la quantité d’informations témoignées par les migrants eux-même à travers des graffitis exprimant par exemple les durées d’enfermement.

2-Ensuite par leur forme ; les traces qu’ils laissent dans le paysage conduisent aujourd’hui aux prémisses d’un travail d’archéologie de la frontière. Effets non voulus des politiques migratoires frontalières, ces lieux sont abandonnés car remplacés ou désuets par leurs conditions de rétention, l’absence de flux migratoire, l’arrêt des contrôles, etc. Ces lieux désertés sont tous autant de traces éphémères d’un phénomène encore présent inscrit dans un paysage en constante évolution.

3-Photographier ces lieux abandonnés et vides permet d’avoir un regard qui sort des images sensationnelles et «humanistes» abondamment véhiculées par les médias. L’absence d’individu semble pouvoir retranscrire une réalité passée mais toujours vive, tout en permettant au spectateur une appréhension sensible de l’enfermement.

L’incroyable rapidité et flexibilité des flux migratoires autour de la Méditerranée, les changements de routes migratoires et l’effet de canalisation de ces flux par les politiques migratoires européennes, conduisent à la fermeture et l’ouverture de lieux de privation de liberté pour migrants. La trace laissée dans les sociétés qui sont traversées par ces lieux est peu exploitée. Pourtant ils semblent avoir marqué à la fois les sociétés d’accueil mais aussi les migrants qui y ont transité.

 Comment retranscrire une réalité passée ?

 L’enfermement mobilise de nombreux acteurs. Des migrants aux autorités, il sera important de récolter leurs témoignages (audio, vidéo, écrit). Un travail de recherche des acteurs anciennement impliqués devra être effectué en amont pour chacun des lieux en question. A l’heure actuelle, cinq lieux sont privilégiés du fait de leur ancienneté et de leur hétérogénéité, présentant ainsi un large éventail de situations existantes. Ainsi les périphéries de Samos, d’Evros, de Lesbos et de Chios seront visitées.

 Les différentes traces recueillies prendront la forme d’entretiens filmés, de témoignages enregistrés et de photographies. À ces traces recueillies seront apposés des textes et dessins réalisés par des migrants et des employés de lieux d’enfermement. Ce matériel aboutira à la réalisation d’une vidéo multimédia et d’une exposition photographique accompagnée de légendes, textes, cartes et croquis de lieux visités. 

Archéologie d’une Frontière – TEASER from Dekadrage Projects on Vimeo.

 Présentation des réalisateurs:

A l’origine de ce projet il y a une rencontre entre un photographe et une géographe ayant une sensibilité partagée sur les questions relatives à la migration contemporaine en Grèce et l’envie d’un échange trans-disciplinaire. Un projet commun sur ces thématiques a donné lieu à l’ouvrage Europa Inch’Allah en 2011, qui aborde l’attente des migrants à Patras. Stéphanos Mangriotis est photographe indépendant, membre et co-fondateur du collectif Dekadrage à Marseille. Dans son travail sur les frontières et la migration, il cherche à être en prise avec une réalité sociale et aborde ces sujets d’une façon sensible et parfois symbolique. Laurence Pillant est doctorante en géographie à l’université de Harokopio et d’Aix-Marseille, elle travaille sur les nouveaux espaces et formes du contrôle migratoire à la frontière gréco-turque.

Galerie :