Archives de catégorie : ILES Méd.

Jérôme Gautheret, La pasionaria des migrants perd sa mairie de Lampedusa, lemonde.fr, 27/06/2017

« Lors des élections municipales du 11 juin, Giusi Nicolini n’a recueilli que 900 voix sur 4 000 suffrages. Un échec cuisant pour celle qui se verra remettre, le 27 juin, le Prix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix.

Elle a été reçue par les plus grands, célébrée et applaudie dans le monde entier. Le pape lui a fait l’hommage de sa première visite officielle, à l’été 2013, et Matteo Renzi, alors premier ministre, l’avait voulue à ses côtés pour un dîner avec Barack Obama, en octobre 2016, à la Maison Blanche. Bref, Giusi Nicolini est devenue un symbole, bien au-delà des frontières de l’Italie. Mais les pluies d’honneurs n’ont jamais préservé de l’implacable logique du suffrage universel : dimanche 11 juin, la maire de Lampedusa, figure de proue de la candidature de l’île au prix Nobel de la Paix, a été sèchement battue lors des élections municipales italiennes.

Avec à peine plus de 900 voix sur 4 000 suffrages exprimés, elle se classe en troisième position, distancée par son opposant de toujours, l’ancien maire Salvatore Martello, à la tête d’une liste disparate baptisée « Totò per tutti », vainqueur de l’élection, et le candidat soutenu par le Mouvement 5 étoiles, Filippo Mannino. Seule la présence un peu incongrue d’une candidate de la Ligue du Nord, créditée de 200 voix, lui épargne l’affront de terminer à la dernière place.

L’affaire pourrait n’être qu’une des mille et une péripéties qui font le charme inépuisable de la politique locale italienne. Un Clochemerle du bout du monde, un peu exotique, dont le théâtre serait une île comptant à peine 5 000 habitants en hiver, perdue au milieu de la Méditerranée. Mais depuis que Lampedusa est devenue le symbole par excellence de la crise migratoire à laquelle est confronté le sud de l’Europe (400 000 personnes y ont été accueillies ces vingt dernières années), le moindre événement sur l’île a un retentissement immédiat. »   (…)

http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2017/06/27/la-pasionaria-des-migrants-perd-sa-mairie-de-lampedusa_5151606_4497186.html#wXgoxYS2cZs22d4s.99

illustration @S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Medimurs

The Refugee Archipelago: The Inside Story of What Went Wrong in Greece, Daniel Howden, Apostolis Fotiadis, newsdeeply.com, 06/03/2017

Refugees Deeply investigates failures in the most expensive humanitarian response in history, which played out during the refugee crisis in the Eastern Mediterranean.

(…) « The archipelago strategy, while commended for avoiding refugee ghettos, placed an administrative and cost burden that the misfiring alliance of the Greek government and international organizations could not sustain. It also revealed the shocking absence of a functioning chain of command.

Ask exactly how many refugee camps there are in Greece and no one is certain. Migration ministry bulletins list 39 camps, some of which are empty; others are mothballed and others still are in the planning phase but do not appear on the list. The UNHCR said there were more than 50, but did not give a specific number.

When the border was closed and the West Balkan route was blocked, as many as 11,000 refugees piled up in Idomeni. Behind the scenes a scramble for potential sites has been going on for months directed by Mouzalas and his close circle of advisers, including Alexandridis. Among the most problematic choices they made were a string of privately owned warehouses including Oreokastro, where the Madrati family found themselves, the Karamanlis tannery outside Thessaloniki, and Softex.

These sites, chosen in preference to public ones, also lacked all basic utilities. They were not served by sewerage, electricity or water systems sufficient for large populations. Transport connections – essential for refugees, who need to access health and asylum services – were largely nonexistent. At Softex the public bus company operates no services because the area has been a hub for drug dealing and is considered dangerous.

The insistence on these sites further complicated the role of the UNHCR and ECHO, which are not allowed to develop private property. When U.N. officials objected they were promised in private by Mouzalas that the sites would close after a two-month stopgap. Mouzalas declined to comment on the reported promises. Several of the sites continue to operate to this day.

“It’s inexplicable that they were not able to find publicly owned sites,” says the country director of one of the large international NGOs operating in Greece. “To have so many sites on private land is madness, and they’re paying rent for unacceptable conditions.” » (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/articles/2017/03/06/the-refugee-archipelago-the-inside-story-of-what-went-wrong-in-greece

photo@ L. Pillant (programme Médimurs), Centre de rétention de Pagani, Lesbos, 2011

En Grèce, le cri de colère des réfugiés et des ONG contre l’accord UE-Turquie, Marina Rafenberg, lemonde.fr, 20/03/2017

Un an après la mise en vigueur de l’accord, les associations s’alarment d’une disposition qui, selon elles, bafoue le droit d’asile.

 (…) « Un an après l’accord entre l’Union européenne et la Turquie, près de 62 400 migrants seraient toujours bloqués en Grèce, d’après les chiffres du gouvernement grec. C’est à Léros, Cos, Chios, Samos, Lesbos, les cinq centres d’identification et d’enregistrements des migrants dits « hot spots », que la situation est la plus critique. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ces cinq îles peuvent accueillir jusqu’à 8 759 personnes, alors que 14 000 demandeurs d’asile s’y trouveraient actuellement.

« A Lesbos, le camp de Moria est en surchauffe. Les conditions sont difficiles. Cet hiver, nous avons vu notamment des tentes non chauffées abriter des familles, trois personnes sont également mortes dans ce centre… », rappelle Efi Latsoudi qui, depuis 2012, gère à Lesbos un centre pour les réfugiés les plus vulnérables arrivés sur l’île (femmes enceintes, jeunes enfants, handicapés) et qui a été récompensée en 2016 par le prix Nansen pour les réfugiés décerné par le HCR. « Nous observons de plus en plus de cas de dépression et de stress aigu chez les réfugiés. Ils ont peur d’être renvoyés en Turquie. Certains sont depuis un an dans les camps sans savoir ce qu’ils vont devenir… », expose-t-elle.

Selon Médecins sans frontières, les automutilations et tentatives de suicide sont en « nette augmentation ». D’après le rapport de l’organisation non gouvernementle (ONG), à Lesbos les psychologues ont reçu ces derniers mois trois fois plus de patients souffrant de stress post-traumatique. » (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/03/20/en-grece-le-cri-de-colere-des-refugies-et-des-ong-contre-l-accord-ue-turquie_5097450_3214.html#z4udr33s4Y6ZHY1w.99

Lire aussi :   Quel est le bilan du pacte migratoire UE-Turquie au bout d’un an ?

Lire aussi :   Flambée anti-réfugiés sur les îles de la mer Egée

Lire aussi :   Sous la neige de Lesbos, l’hiver éreinte les réfugiés

 

Montage photos @ S. Mangriotis (programme Médimurs) http://www.stephanosmangriotis.com/projets/

Voir : Archéologie d'une frontière, S. Mangriotis, L. Pillant, programme Médimurs

https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs/iles-med/iles-de-la-mer-egee

 

 

 

Jérôme Gautheret , À Lampedusa, seuls face à l’amer, lemonde.fr, 27/02/2017

« Même si le flot des arrivées s’est tari sur l’île italienne, ses habitants restent mobilisés, à l’image du docteur Pietro Bartolo, personnage central de « Fuocoammare », sélectionné aux Oscars.

(…) Reprenant la route, le docteur dirige maintenant sa voiture vers l’extrémité sud de l’île, sur une plage où a été ­installée en 2008 une sculpture de bois devenue emblématique : La Porte de l’Europe, une œuvre de Mimmo Paladino en hommage aux milliers de ­personnes mortes en tentant de traverser la Méditerranée. Par un étrange coup du sort, c’est sur cette plage immaculée que s’est tenue, dans la nuit du 7 au 8 mai 2011, une des scènes les plus dramatiques de l’histoire de ­Lampedusa. Depuis le déclenchement des « printemps arabes », quelques mois plus tôt, les arrivées s’y succèdent à un rythme de plus en plus soutenu. Ce soir-là, un bateau intercepté au large doit être conduit au port avec plus de 500 personnes à bord. La mer, agitée, fait échouer la manœuvre. L’embarcation s’écrase contre les récifs. « Le temps était très mauvais. Mais en quelques minutes tous les habitants qui pouvaient nager sont venus. Certains se sont jetés en mer, d’autres ont formé une chaîne humaine, s’attachant les uns aux autres pour ne pas être emportés… En trois heures, ils ont sauvé 540 hommes, femmes et enfants, un par un. Et ce n’est que le lendemain que nous avons retrouvé les corps de trois victimes, les os brisés. »

Il y a eu, aussi, de nombreuses nuits d’horreur, dont la plus terrible, ce 3 octobre 2013 où 366 personnes, en majorité des Érythréens et des Somaliens, n’ont pu être sauvées. À chaque occasion, la population s’est jointe aux secours, de toutes ses forces et au mépris du danger. « Quand les autorités italiennes ont demandé de ne plus secourir les gens en mer [sous peine de saisir les bateaux des sauveteurs], ici, personne n’a obéi », rappelle fièrement Pietro Bartolo.

Depuis plusieurs mois, à mesure de l’intensification des dispositifs européens en Méditerranée, couplés à l’action des ONG, les bateaux sont arraisonnés au large puis envoyés directement vers les hotspots (ces centres d’accueil et ­d’enregistrement des migrants) de Sicile, si bien que le temps où Lampedusa accueillait 6 000 à 8 000 réfugiés dans un dénuement absolu est révolu, même si un centre pouvant accueillir environ 400 migrants subsiste. S’ils s’aventurent rarement hors de son enceinte, on voit parfois de petits groupes circuler aux abords du parvis de l’église. « L’été, sur les plages, ils restent à l’écart, comme s’ils ne ­voulaient pas gêner les touristes », sourit le docteur. »   (…)

http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2017/02/26/a-lampedusa-seuls-face-a-l-amer_5085760_4497186.html#xXwzLvgq6YdbbER1.99

illustration @S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

Shipwreck Survivors Stranded by a Faltering Deal, Preethi Nallu – Iason Athanasiadis, newsdeeply.com,02/11/2016

@Photo : Called the “graveyard of life vests,” the aerial view of this site located about 45 minutes from Skala Sikamineas is a telling visual of the number of arrivals over the past year. (Iason Athanasiadis)ibidem

« As an E.U.–Turkey agreement on refugees nears collapse, Preethi Nallu and Iason Athanasiadis report from the Greek island of Lesbos on how the deal never fully stopped the deadly voyages and has left survivors of such tragedies in agonizing limbo.

Mytilini, Greece – The fishing trawler overturned just as it approached the volcanic island’s rocky bay, whose shorelines appear bottomless at night. Ramy Qudmany, a 23-year-old from Syria, heard the panic-stricken shouts of his fellow passengers: “The children are trapped under the boat.”

He swam back toward them, but his heavy clothing slowed him down. As Qudmany grappled under the overturned vessel with one outstretched arm, he felt a little girl’s hand.

Qudmany thinks the girl had probably already stopped breathing by the time he reached her. Yet he continued to swim toward the shore, holding onto a life vest with one arm, and the limp body of the girl with the other, unable to let go.

On July 12, the Syrian asylum seeker was on board one of the few boats still crossing from Izmir on the Turkish coast and the port of Mytilini on the Greek island of Lesbos. He and five others survived. A young family of four – a Syrian man named Fauz, his wife and their children, including the girl – did not.

When the Greek coast guard finally pulled them out of the water six hours later, the doctor on board the rescue mission pronounced the girl dead, with rigor mortis visibly setting in, forcing back her eyelids.

Qudmany and the rest of the survivors are among those who have made the crossing since an E.U. deal with Turkey came into effect in March. They are also among the asylum seekers who could be returned to Turkey under its terms and conditions.

The deal has slowed the stream of boats across this 6-mile (10km) stretch of the Aegean Sea – known for its menacing tides – to a relative trickle. Yet the crossings never completely stopped. Hundreds continue to arrive every week and people are still dying en route.

Meanwhile, the agreement has left survivors of such tragedies stranded in agonizing limbo. The predictions of critics who warned that the en masse returns under the agreement would be almost impossible to implement are now coming true. With tensions growing between Turkey and Europe, the deal itself is teetering toward collapse. »   (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/articles/2016/11/02/long-read-shipwreck-survivors-stranded-by-a-faltering-deal

20

@Photo : Cimetière des bateaux, Lampedusa, 2014, Stéphanie Bonnefille