Archives de catégorie : ILES Méd.

Eric Valmir, Pêcheurs d’hommes, Paris, Robert Laffont, 2018

  « « Moi, c’est Nicolo. J’aurai bientôt vingt-cinq ans et jamais je ne quitterai Lampedusa. C’est mon île au centre de la mer. »

Au cœur de la Méditerranée, entre Afrique et Europe, Lampedusa, symbole de l’une des plus grandes hontes contemporaines : au fil des années, ces milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuyant la guerre et la misère, ceux qu’on appelle aujourd’hui « les migrants », venus s’échouer, souvent mourir, sur ses côtes. Lampedusa, des paysages d’une beauté paradisiaque sous la sublime lumière du sud de l’Italie, mais mauvaise réputation, donc. Maudite ? Mal aimée, mal comprise en tout cas. Nicolo aurait toutes les raisons de la détester, cette île qui a rendu son père fou – parce que « son métier, c’était d’attraper des poissons, pas de pêcher des hommes ». Mais il choisit de nous la raconter, elle et ses habitants, à travers son regard de petit garçon puis de jeune homme confronté à l’indifférence du monde mais déterminé à sauvegarder sa beauté.

Déclaration d’amour à la terre natale, Pêcheurs d’hommes est à la fois un portrait intime, éclatant de couleurs et de soleil, et une fresque qui nous interroge sur le monde que nous voulons.

Éric Valmir a été le correspondant de Radio France en Italie pendant 5 ans. Installé à Rome, il couvre toute l’actualité italienne, produit et réalise la série radiophonique « Ciao Ragazzi » et commence à écrire Magari. Rentré à Paris, il anime depuis septembre 2011 sur France Inter un rendez-vous matinal politique « Les jeunes dans la présidentielle », qui connaît rapidement un succès d’audience. Il est également l’auteur, chez Robert Laffont, de Toute une nuit (2005), De la difficulté d’évoquer Dieu dans un monde qui pense ne pas en avoir besoin (entretiens avec le cardinal Oscar Rodríguez Maradiaga, 2008), et de Italie, belle et impossible (2011) chez Editalie ».

(source : éditeur)

 http://www.laffont.fr/site/pecheurs_d_hommes_&100&9782221202623.html

 

 

Marina Rafenberg, A Lesbos, le cauchemar des réfugiés de Moria, lemonde.fr, 13/12/2017

Conçu pour accueillir 2 300 personnes, le camp situé sur l’île grecque en abrite plus de 6 700.

« Sur un mur, un graffiti « Bienvenue en prison » donne le ton. Au milieu des champs d’oliviers de Lesbos, le camp de Moria est entouré de barbelés, surveillé par la police, interdit théoriquement aux journalistes. Le site est l’un des cinq « hotspots » de Grèce, où les réfugiés sont entassés le temps que leurs demandes d’asile soient étudiées.

Conçu pour accueillir 2 300 personnes, il abrite désormais plus de 6 700 réfugiés, d’après les chiffres du ministère grec de l’immigration. Alors que l’accord UE-Turquie du 20 mars 2016 avait pratiquement mis fin aux traversées, depuis le mois d’août les arrivées sont à nouveau régulières : 15 800 personnes ont accosté sur les côtes de l’île grecque en quatre mois, surtout des familles, originaires de Syrie, d’Irak ou d’Afghanistan d’après le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Certes, en août 2015, 3 000 réfugiés pouvaient débarquer à Lesbos en une journée, mais la route vers Athènes était alors libre, et les réfugiés ne restaient que quelques jours sur l’île.

Dans le camp, à l’approche de l’hiver, aucun chauffage n’a été installé. Lors de pluies importantes, les tentes sont inondées. L’eau courante n’est à disposition que deux ou trois heures par jour. Les ordures s’entassent et les toilettes sont dans un état affligeant. Plusieurs ONG n’opèrent plus à l’intérieur de l’enceinte, le gouvernement gère directement tous les services. « Les médecins sont peu disponibles, et d’habitude, ils ne te donnent même pas un antidouleur », soupire Anin, une jeune Syrienne de Deir ez-Zor qui souffre des dents.

« Ce camp à la porte de l’Europe est bien pire que ceux que j’ai pu visiter en Turquie, au Liban, en Jordanie ! », lance un humanitaire en mission. « Nous sommes traités comme des animaux », s’énerve Mustafa, un Palestinien de Yarmouk, en Syrie. »   (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/12/13/a-lesbos-le-cauchemar-des-refugies-de-moria_5229015_3214.html#0uhZyYHCUBUDJSfb.99

photo @Laurence Pillant, Lesbos, 2013 (programme Médimurs)

 

Jérôme Gautheret, La pasionaria des migrants perd sa mairie de Lampedusa, lemonde.fr, 27/06/2017

« Lors des élections municipales du 11 juin, Giusi Nicolini n’a recueilli que 900 voix sur 4 000 suffrages. Un échec cuisant pour celle qui se verra remettre, le 27 juin, le Prix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix.

Elle a été reçue par les plus grands, célébrée et applaudie dans le monde entier. Le pape lui a fait l’hommage de sa première visite officielle, à l’été 2013, et Matteo Renzi, alors premier ministre, l’avait voulue à ses côtés pour un dîner avec Barack Obama, en octobre 2016, à la Maison Blanche. Bref, Giusi Nicolini est devenue un symbole, bien au-delà des frontières de l’Italie. Mais les pluies d’honneurs n’ont jamais préservé de l’implacable logique du suffrage universel : dimanche 11 juin, la maire de Lampedusa, figure de proue de la candidature de l’île au prix Nobel de la Paix, a été sèchement battue lors des élections municipales italiennes.

Avec à peine plus de 900 voix sur 4 000 suffrages exprimés, elle se classe en troisième position, distancée par son opposant de toujours, l’ancien maire Salvatore Martello, à la tête d’une liste disparate baptisée « Totò per tutti », vainqueur de l’élection, et le candidat soutenu par le Mouvement 5 étoiles, Filippo Mannino. Seule la présence un peu incongrue d’une candidate de la Ligue du Nord, créditée de 200 voix, lui épargne l’affront de terminer à la dernière place.

L’affaire pourrait n’être qu’une des mille et une péripéties qui font le charme inépuisable de la politique locale italienne. Un Clochemerle du bout du monde, un peu exotique, dont le théâtre serait une île comptant à peine 5 000 habitants en hiver, perdue au milieu de la Méditerranée. Mais depuis que Lampedusa est devenue le symbole par excellence de la crise migratoire à laquelle est confronté le sud de l’Europe (400 000 personnes y ont été accueillies ces vingt dernières années), le moindre événement sur l’île a un retentissement immédiat. »   (…)

http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2017/06/27/la-pasionaria-des-migrants-perd-sa-mairie-de-lampedusa_5151606_4497186.html#wXgoxYS2cZs22d4s.99

illustration @S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Medimurs

The Refugee Archipelago: The Inside Story of What Went Wrong in Greece, Daniel Howden, Apostolis Fotiadis, newsdeeply.com, 06/03/2017

Refugees Deeply investigates failures in the most expensive humanitarian response in history, which played out during the refugee crisis in the Eastern Mediterranean.

(…) « The archipelago strategy, while commended for avoiding refugee ghettos, placed an administrative and cost burden that the misfiring alliance of the Greek government and international organizations could not sustain. It also revealed the shocking absence of a functioning chain of command.

Ask exactly how many refugee camps there are in Greece and no one is certain. Migration ministry bulletins list 39 camps, some of which are empty; others are mothballed and others still are in the planning phase but do not appear on the list. The UNHCR said there were more than 50, but did not give a specific number.

When the border was closed and the West Balkan route was blocked, as many as 11,000 refugees piled up in Idomeni. Behind the scenes a scramble for potential sites has been going on for months directed by Mouzalas and his close circle of advisers, including Alexandridis. Among the most problematic choices they made were a string of privately owned warehouses including Oreokastro, where the Madrati family found themselves, the Karamanlis tannery outside Thessaloniki, and Softex.

These sites, chosen in preference to public ones, also lacked all basic utilities. They were not served by sewerage, electricity or water systems sufficient for large populations. Transport connections – essential for refugees, who need to access health and asylum services – were largely nonexistent. At Softex the public bus company operates no services because the area has been a hub for drug dealing and is considered dangerous.

The insistence on these sites further complicated the role of the UNHCR and ECHO, which are not allowed to develop private property. When U.N. officials objected they were promised in private by Mouzalas that the sites would close after a two-month stopgap. Mouzalas declined to comment on the reported promises. Several of the sites continue to operate to this day.

“It’s inexplicable that they were not able to find publicly owned sites,” says the country director of one of the large international NGOs operating in Greece. “To have so many sites on private land is madness, and they’re paying rent for unacceptable conditions.” » (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/articles/2017/03/06/the-refugee-archipelago-the-inside-story-of-what-went-wrong-in-greece

photo@ L. Pillant (programme Médimurs), Centre de rétention de Pagani, Lesbos, 2011

En Grèce, le cri de colère des réfugiés et des ONG contre l’accord UE-Turquie, Marina Rafenberg, lemonde.fr, 20/03/2017

Un an après la mise en vigueur de l’accord, les associations s’alarment d’une disposition qui, selon elles, bafoue le droit d’asile.

 (…) « Un an après l’accord entre l’Union européenne et la Turquie, près de 62 400 migrants seraient toujours bloqués en Grèce, d’après les chiffres du gouvernement grec. C’est à Léros, Cos, Chios, Samos, Lesbos, les cinq centres d’identification et d’enregistrements des migrants dits « hot spots », que la situation est la plus critique. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ces cinq îles peuvent accueillir jusqu’à 8 759 personnes, alors que 14 000 demandeurs d’asile s’y trouveraient actuellement.

« A Lesbos, le camp de Moria est en surchauffe. Les conditions sont difficiles. Cet hiver, nous avons vu notamment des tentes non chauffées abriter des familles, trois personnes sont également mortes dans ce centre… », rappelle Efi Latsoudi qui, depuis 2012, gère à Lesbos un centre pour les réfugiés les plus vulnérables arrivés sur l’île (femmes enceintes, jeunes enfants, handicapés) et qui a été récompensée en 2016 par le prix Nansen pour les réfugiés décerné par le HCR. « Nous observons de plus en plus de cas de dépression et de stress aigu chez les réfugiés. Ils ont peur d’être renvoyés en Turquie. Certains sont depuis un an dans les camps sans savoir ce qu’ils vont devenir… », expose-t-elle.

Selon Médecins sans frontières, les automutilations et tentatives de suicide sont en « nette augmentation ». D’après le rapport de l’organisation non gouvernementle (ONG), à Lesbos les psychologues ont reçu ces derniers mois trois fois plus de patients souffrant de stress post-traumatique. » (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/03/20/en-grece-le-cri-de-colere-des-refugies-et-des-ong-contre-l-accord-ue-turquie_5097450_3214.html#z4udr33s4Y6ZHY1w.99

Lire aussi :   Quel est le bilan du pacte migratoire UE-Turquie au bout d’un an ?

Lire aussi :   Flambée anti-réfugiés sur les îles de la mer Egée

Lire aussi :   Sous la neige de Lesbos, l’hiver éreinte les réfugiés

 

Montage photos @ S. Mangriotis (programme Médimurs) http://www.stephanosmangriotis.com/projets/

Voir : Archéologie d'une frontière, S. Mangriotis, L. Pillant, programme Médimurs

https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs/iles-med/iles-de-la-mer-egee