Archives de catégorie : Migrants à la mer

Charles Heller, Antoine Pécoud, Counting migrants’ deaths at the border: From civil society counter-statistics to (inter)governmental recuperation, Working paper IMIn, Vol.143, 2018

Abstract

« Migrant deaths in border-zones have become a major social and political issue, especially in the euro-Mediterranean region and in the context of the refugee/migrant crisis. While media, activists and policymakers often mention precise figures regarding the number of deaths, little is known about the production of statistical data on this topic. This paper explores the politics of counting migrant deaths in Europe. This statistical activity was initiated in the nineties by civil society organizations; the purpose was to shed light on the deadly consequences of ‘Fortress Europe’ and to challenge states’ control-oriented policies. In 2013, the International Organization for Migration also started to count migrants’ deaths, yet with a different political objective: humanitarian and life-saving activities become integrated in border management and the control of borders is expected to both monitor human mobility and save migrants’ lives. IOM thus depoliticises these statistics, while at the same time imitating an activity first associated with political contestation by civil society actors. Finally, the paper explores ways in which statistics on border deaths can be re-politicised to challenge states’ immigration policies in Europe. »

Keywords

Border control, deaths at the border, migration crisis, International Organization for Migration, humanitarian border

PDF online :

https://www.imi-n.org/publications/counting-migrants2019-deaths-at-the-border-from-civil-society-counter-statistics-to-inter-governmental-recuperation

Maryline Baumard , Dans les Alpes, auprès des migrants, «on va redescendre des cadavres, un de ces jours», lemonde.fr,| 16/12/2017

Au col de l’Echelle, des habitants viennent en aide aux migrants qui traversent la frontière enneigée au péril de leur vie.

« (…) De plus en plus souvent, ça se gâte avant d’atteindre Névache pour ces jeunes Africains ignorants de la montagne. Chef des urgences de l’hôpital de Briançon, un service qui en a déjà soigné 300 depuis l’été, Yann Fillet est monté deux fois au col le 10 décembre avec le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM). La seconde fois, en pleine nuit, le médecin a cru halluciner quand il a aperçu « un des gamins pieds nus dehors alors que le thermomètre affichait – 10°».

Désormais, cela ne fait plus de doute pour lui, « on va redescendre des cadavres un de ces jours ». D’autres estiment qu’il y en a déjà sous la neige. Des morts de froid et d’épuisement. En ce lundi matin 11 décembre, la salle de surveillance des urgences sur laquelle M. Fillet veille compte six rescapés. Choqués mais saufs. « La mort a tourné autour de nous. Ça ne se raconte même pas, mais j’en ai encore froid dans le dos », susurre Madou, le regard vide. « Sans le villageois venu à notre secours, on ne serait plus là », complète celui qui dit avoir prié pour cette venue, « et comme dans le canot sur la Méditerranée, Dieu nous a entendus ». »  (…)

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/12/16/dans-les-alpes-on-va-redescendre-des-cadavres-un-de-ces-jours_5230716_1654200.html#PQ2MFwIEGYtBpLqv.99

 

photo @Bruno Fert/Le Monde (ibidem) avec nos remerciements pour son aimable autorisation
voir aussi du même photographe : http://lemonde.fr/photo/portfolio/2017/12/16/a-briancon-la-survie-des-migrants-passes-par-la-montagne_5230747_4789037.html

 

 

Marina Rafenberg, A Lesbos, le cauchemar des réfugiés de Moria, lemonde.fr, 13/12/2017

Conçu pour accueillir 2 300 personnes, le camp situé sur l’île grecque en abrite plus de 6 700.

« Sur un mur, un graffiti « Bienvenue en prison » donne le ton. Au milieu des champs d’oliviers de Lesbos, le camp de Moria est entouré de barbelés, surveillé par la police, interdit théoriquement aux journalistes. Le site est l’un des cinq « hotspots » de Grèce, où les réfugiés sont entassés le temps que leurs demandes d’asile soient étudiées.

Conçu pour accueillir 2 300 personnes, il abrite désormais plus de 6 700 réfugiés, d’après les chiffres du ministère grec de l’immigration. Alors que l’accord UE-Turquie du 20 mars 2016 avait pratiquement mis fin aux traversées, depuis le mois d’août les arrivées sont à nouveau régulières : 15 800 personnes ont accosté sur les côtes de l’île grecque en quatre mois, surtout des familles, originaires de Syrie, d’Irak ou d’Afghanistan d’après le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Certes, en août 2015, 3 000 réfugiés pouvaient débarquer à Lesbos en une journée, mais la route vers Athènes était alors libre, et les réfugiés ne restaient que quelques jours sur l’île.

Dans le camp, à l’approche de l’hiver, aucun chauffage n’a été installé. Lors de pluies importantes, les tentes sont inondées. L’eau courante n’est à disposition que deux ou trois heures par jour. Les ordures s’entassent et les toilettes sont dans un état affligeant. Plusieurs ONG n’opèrent plus à l’intérieur de l’enceinte, le gouvernement gère directement tous les services. « Les médecins sont peu disponibles, et d’habitude, ils ne te donnent même pas un antidouleur », soupire Anin, une jeune Syrienne de Deir ez-Zor qui souffre des dents.

« Ce camp à la porte de l’Europe est bien pire que ceux que j’ai pu visiter en Turquie, au Liban, en Jordanie ! », lance un humanitaire en mission. « Nous sommes traités comme des animaux », s’énerve Mustafa, un Palestinien de Yarmouk, en Syrie. »   (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/12/13/a-lesbos-le-cauchemar-des-refugies-de-moria_5229015_3214.html#0uhZyYHCUBUDJSfb.99

photo @Laurence Pillant, Lesbos, 2013 (programme Médimurs)

 

Alexandra Boucherifi, Contemporary art and migration: Sadika Keskes’ tribute to victims of the sea, VoxEurop, 16/10/2017

« Tunisian artist Sadika Keskes, with her latest performance on 1 October in Tunis, wanted to « restore dignity » to the thousands of migrants who died as they tried to cross the Mediterranean in search of a better life, and reminds Europe of its tradition of hospitality.

While Europe is struggling to find solutions to the migratory crisis, artists denounce these torn lives and try to restore dignity to the inert bodies that the sea rejects. Ai Weiwei followed the migrants on the paths of exile for two years and wants to erect a monument in their honour on the island of Lesbos. Others, like Ernest Pignon-Ernest, JR, Banksy, etc. have also faced the harsh reality of these departures for a better life through their artistic practices. The politically engaged Tunisian artist and glassmaker Sadika Keskes has created a performance called « Les tombeaux de la dignité » (dignity graves), in homage to the “no names”, the thousands of bodies of lifeless refugees found in sea, or on the beaches of the Mediterranean.

On 1 October, during a long procession-performance, the artist deposited seven glass tombs at sea, from the shores of Gammarth in the north of Tunis. Sadika Keskes is about to cross the Mediterranean by boat in a few days – depending on the agitation of the sea – to reiterate the action, on some beach of Lampedusa, the so called « paradise » of the migrants. » (…)

http://www.voxeurop.eu/en/2017/contemporary-art-and-migration-5121487

Photos: The symbolic funeral and burial at the sea ceremony performance led by Sadika Keskes on 1 October in Tunis. @Alexandra Boucherifi

 

Jeanne Cavelier, Libye : cinq questions sur les centres de détention de migrants et les conditions de vie qui y règnent, lemonde.fr, 19//11/2017

« Le vice-premier ministre du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) a annoncé dimanche l’ouverture d’une enquête sur des cas d’esclavage près de la capitale libyenne.

Le documentaire choc de la chaîne américaine CNN sur des cas d’esclavage près de la capitale libyenne Tripoli continue de faire réagir. Le vice-premier ministre du gouvernement libyen d’union nationale (GNA), Ahmed Metig, a exprimé « son mécontentement » dans un communiqué publié dimanche 19 novembre sur Facebook. M. Metig « a affirmé qu’il chargera une commission d’enquêter sur ces rapports de presse afin d’appréhender et soumettre les responsables à la justice », selon le texte publié sur le réseau social.

La veille, répondant à l’appel de plusieurs associations, un millier de personnes ont manifesté, samedi 18 novembre à Paris contre des cas d’esclavage en Libye. Les manifestants ont dénoncé les faits relatés dans le reportage de CNN, montrant des migrants vendus aux enchères dans des camps tenus par des passeurs en Libye.

Mais dans les centres de détention de migrants « gérés » par le GNA les migrants doivent également faire face à des conditions sanitaires souvent déplorables. Ces lieux sont également le théâtre de violences, notamment sexuelles.

Le département pour la lutte contre la migration illégale, qui dépend du ministère de l’intérieur, dirigerait une trentaine de ces centres de détention. Leur décompte est toutefois difficile à tenir. Ces lieux ferment parfois du jour au lendemain, d’autres sont installés ailleurs, dans d’anciennes usines, des hangars… Certains sont même de facto contrôlés par des milices, qu’ils aient été pris par la force ou via la corruption des gardes. La frontière apparaît ainsi parfois poreuse entre les camps illégaux dirigés par les trafiquants et les centres de détention officiels du gouvernement de Tripoli »        (…)

http://www.lemonde.fr/international/article/2017/11/19/libye-cinq-questions-sur-les-centres-de-detention-de-migrants-et-les-conditions-de-vie-qui-y-regnent_5217123_3210.html#ehPYVUm1B3HWggWt.99