Archives de catégorie : MEDIMURS

La rubrique MEDIMURS est consacrée à la frontière européenne en Méditerranée, telle qu’elle s’incarne en Espagne, Italie, Grèce, à Malte et à Chypre, dans les opérations de l’agence FRONTEX et du programme EUROSUR en Méditerranée, ainsi qu’aux effets des contrôles frontaliers pour les pays de la rive sud de la Méditerranée.
Elle s’appuie sur le programme de recherche Médimurs financé par le Conseil régional d’Aquitaine (2012-2015) et réalisé au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux).
L’équipe de recherche est composée de : F. Ballif, L. Beurdeley, S. Bonnefille, F. Burchianti, O. Clochard, P. Cuttitta, L. Gabrielli, S. Imbert-Vier, L. Lemaire, J. Lemoux, S. Mangriotis, P. Maquet, R. Matuszewicz, L. Pillant, E. Ritaine (dir.), L. Tassin.

Daniel Howden, Central Mediterranean: European Priorities, Libyan Realities, newsdeeply.com, oct. 2017

(…) « Six months later, in April 2015, a succession of shipwrecks culminated in the largest single loss of life in the Mediterranean when a 90ft (27m) boat thought to be carrying nearly 900 people capsized, leaving only 28 survivors. The following month, the military operation EUNAVFOR Med was launched by the E.U., aimed explicitly at disrupting the “business model of human smuggling and trafficking networks.”

But while Triton and EUNAVFOR Med both conducted search and rescue, it was not their primary mission. Instead, privately funded charity boats stepped into the gap left by Mare Nostrum.

The first of a new generation of private search and rescue missions – the Migrant Offshore Aid Station (MOAS) – appeared in the Mediterranean in August 2014, founded by U.S. businessman Chris Catrambone and his Italian wife, Regina. Other groups soon joined the effort. Some, like Malta-based MOAS, were avowedly nonpolitical, while others, such as the German outfit Sea Watch, openly sought to shame E.U. member states into relaunching a dedicated state-level SAR mission.

The NGO boats and crews were not similarly equipped or trained. Some, like Medecins Sans Frontieres (MSF) and Save the Children, operated from larger vessels that could transport the refugees and migrants they rescued to Italy. Others, like the German activists of Sea Eye and Jugend Rettet, had no capacity to transfer those rescued to a safe port. Instead they would stabilize migrant boats where possible, use their own rigs as temporary life boats or get life jackets to those in the water, and call the Maritime Rescue Coordination Centre (MRCC) in Rome. »  (…)

Daniel Howden is a senior editor at Refugees Deeply. A contributor to the Economist and the Guardian, he was previously the Africa correspondent and deputy foreign editor at the Independent.

http://issues.newsdeeply.com/central-mediterranean-european-priorities-libyan-realities?

 This issue is freely
available as both a PDF
& eBook download.

Get the PDF  ePUB

EXODI/ESODI, Migratory routes from Sub-Saharan Countries to Europe, Doctors for Human Rights

« EXODI is an interactive web map built using the testimonies of 2,600 migrants from Sub-Saharan Africa collected over four years of activity (2014-2017) by the operators and volunteers of Medici per i Diritti Umani/Doctors for Human Rights (Medu). These testimonies were gathered amongst those 900 thousand men, women and children who have landed on Italian shores in the past 16 years, of which almost half in the last 36 months. They belong to those who survived the crossing of the Central Mediterranean (which has seen at least twenty thousand migrants dead or missing since 2002), the crossing of the Sahara and the kidnapping and imprisonment along these routes, whose number of victims is tragically high although unknown in its entirety.

The map describes in the most simple and detailed way possible the Migratory Routes from Sub-Saharan countries to Italy, along with the difficulties, violence, tragedies and hopes encountered by the witnesses throughout their journeys.

This map is addressed to all those who want to further deepen their understanding of these extreme human experiences which mark our time. In this sense, EXODI is not only a map with routes or a report of data and statistics. It is, above all, a testimony of these life stories. It is an interactive and growing web map periodically updated with new testimonies gathered from all those who are willing to share the story of their journey. The information here presented was collected in Sicily (in the Pozzallo Hotspot, in the the Centres of Special Reception for Asylum Seekers/CAS of Ragusa and in the Reception Centre for Asylum Seekers/CARA of Mineo) and in Rome (in informal reception centers and at the Medu Psychè Centre for rehabilitation of victims of torture). The testimonials were also collected in Ventimiglia and in Egypt, specifically in Aswan and Cairo. Medu is active throughout all of these locations, working to guarantee social services and medical care to migrants as well as psychological rehabilitation for victims of torture and inhuman and degrading treatment. Through updated data EXODI also aims to describe the physical and mental consequences of these migratory journeys on the health of an entire generation of young Africans; a journey in which, as one witness said, « you are no longer considered a human being ». » (ed.)

http://esodi.mediciperidirittiumani.org/en/

foto di narciso contreras per medu

 

Evelyne Ritaine, Migrants morts, des fantômes en Méditerranée, Bulletin Rhizome n°64 (en ligne) , Ces morts qui existent, juin 2017

  » (…) Une invisibilité radicale

Longtemps les naufrages de bateaux chargés de migrants se sont succédé dans l’indifférence. Depuis la fin des années 90 s’en déroule la litanie, opinion et médias ne s’émeuvent qu’un instant, les migrants disparus sombrent dans les statistiques. Sur cette frontière sont tolérées des pertes humaines dans une forme de  » nécropolitique » : on y pratique une politique du laisser mourir. Les migrants disparus en mer sont dans les limbes du politique. Exilés de leur communauté d’origine, ils n’y existent plus : souvent le retour y est impossible, souvent ils ont « brûlé » leur identité (sens du terme harraga en arabe classique : « ceux qui brûlent » les frontières, leurs documents officiels, leur identité). Leur tentative de passage est clandestine, et donc leurs traces souvent indétectables : leur mort elle-même ne sera que peu traçable. Jamais arrivés en Europe, ils sont devenus des unpersons, des personnes qui n’existent pas et n’ont jamais existé : « une généralité indifférenciée ». Cette invisibilité radicale est une injustice fondamentale car, pour reprendre les mots de Judith Butler : « si une vie ne peut être pleurée, elle n’est pas tout à fait une vie ; elle n’a pas valeur de vie et ne mérite pas qu’on la remarque »  (…) »

http://www.ch-le-vinatier.fr/orspere-samdarra/rhizome/bulletin-rhizome-n64-ces-morts-qui-existent-790.html

Republié en juin 2017 dans La Boussole, magazine interne de Médecins du monde :

http://laboussole.medecinsdumonde.org/?p=19960

Sur le même thème, voir :

* Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ », EFFETS-FRONTIERES EN MEDITERRANEE : CONTROLES ET VIOLENCES, Cultures & Conflits, 99-100, 2015, (en ligne), https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits.htm

* Dossier/ I morti del Mediterraneo, Intrasformazione, 2016, 5 (1), 101–112, (en ligne) http://www.intrasformazione.com/index.php/intrasformazione/issue/view/9/showToc

Audrey Travère, Renvoyer les migrants en Libye, le plan controversé de la Commission européenne, lemonde.fr, 30/08/2017

« Bruxelles veut mettre un terme à la dangereuse traversée de la Méditerranée par les migrants. Ce faisant, elle les met, involontairement, en danger en Libye.

(…) Dans ce nouveau plan, l’enveloppe budgétaire à destination de la Libye s’élève à 136 millions d’euros. Parmi eux, 46 millions d’euros sont destinés au gouvernement libyen d’entente nationale, formé en mars 2016, pour la gestion des frontières ; 48 millions sont attribués à la protection des migrants et 42 millions d’euros affectés au « développement socio-économique au niveau municipal et gouvernance locale ». Sans compter le budget de 100 millions d’euros déjà alloué dans le cadre de l’accord bilatéral entre l’Union européenne et la Libye depuis 2011 et les 10,8 millions d’euros spécifiquement accordés à l’aide humanitaire l’an passé.

Pourtant, depuis son annonce, ce plan doit faire face à de nombreuses critiques émanant des organisations non gouvernementales (ONG), qui craignent de graves atteintes aux droits de l’homme. En effet, donner une souveraineté totale en matière de contrôle migratoire à la Libye, pays encore largement instable, représente, selon elles, un danger non négligeable pour les migrants, victimes d’innombrables exactions en mer et sur le territoire.

Incompétence et violences

Ainsi, l’ONG allemande Sea Watch a dénoncé en mai 2017 l’action de gardes-côtes libyens en Méditerranée, frôlant dangereusement son navire avant d’accoster d’un bateau bondé de migrants, qu’ils ont fait débarquer sans ménagement et sans aucun gilet de sauvetage, pourtant obligatoires. Un membre de l’équipage de Sea Watch a filmé l’incident : « 

(…)

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/08/30/renvoyer-les-migrants-en-libye-le-plan-controverse-de-la-commission-europeenne_5178521_4355770.html#0id0Vp81EottM6q5.99

«L’enfer migratoire libyen », une série en trois épisodes

« Le Monde » s’est rendu sur les côtes de Libye où se pressent, venus d’Afrique subsaharienne, les candidats à l’exil en Europe. A la faveur du chaos consécutif à la chute du régime Kadhafi, les filières de la migration se sont complexifiées et le danger, pour les migrants, est omniprésent.

Voir aussi

Marc Semo, Cyril Bensimon, Emmanuel Macron veut « examiner » les demandes d’asile des migrants dès le Tchad et le Niger, lemonde.fr 29/08/2017

 « Face aux dirigeants tchadien, nigérien et libyen, hostiles à la création de « hot spots » d’enregistrement sur leur territoire, le président français a préféré parler de « missions de protection ». »  (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/08/28/crise-migratoire-sommet-de-dirigeants-africains-et-europeens-a-paris_5177398_3214.html#3BcMwwsfALGAvRwg.99

 

illustration : La zaterra di Lampedusa, Jason deCaires Taylor@ : Jason deCaires Taylor,voir : https://enigmur.hypotheses.org/5102

 

 

 

 

Une cinquantaine de migrants « délibérément noyés » près du Yémen, france24.com, 09/08/2017

« Une cinquantaine de jeunes Somaliens et Éthiopiens ont trouvé la mort, mercredi, lorsqu’un passeur a contraint les passagers de son bateau à se jeter à la mer près du Yémen, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

Ils fuyaient la guerre et la pauvreté. Une cinquantaine de jeunes Somaliens et Éthiopiens ont été « délibérément noyés » aux premières heures du mercredi 9 août lorsqu’un passeur de migrants a contraint 120 passagers de son embarcation à se jeter à la mer à l’approche des côtes du Yémen, a déclaré l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). » (…)

http://www.france24.com/fr/20170809-une-cinquantaine-migrants-volontairement-noyes-pres-yemen-oim