Archives de catégorie : Vidéothèque

« Fuocoammare », Lampedusa, feu en mer, Marie Soyeux, la-croix.com, 27/09/2016

fuocoammare2

 » (…) En se refusant le droit au commentaire, Gianfranco Rosi s’oblige à positionner son regard, avec une exigence et une patience extrêmes. Lorsqu’il s’installe sur l’île de Lampedusa, à 200 kilomètres de la Sicile, après le terrible naufrage du 3 octobre 2013, mille caméras l’ont précédé.

Toutes ont rendu compte de la tragédie répétée de ces rivages. Des images, des chiffres, des interviews ont été compilés. On parle de 400 000 migrants depuis 1990 – pour combien de morts ? L’énormité des chiffres n’en demeure pas moins abstraite à ses yeux. Son intention n’est alors pas politique, mais plutôt éthique.

Il s’agit de trouver le point de vue qui échappe à la fois à l’abrutissement des données et à la violence soudaine des images. Il pose sa caméra pour longtemps – dix-huit mois – et de biais.

Lui qui affirme haïr les ciels bleus et ne rien pouvoir filmer sous une lumière trop vive s’imbibe de l’hiver de Lampedusa. Il part à la rencontre de quelques habitants, troublé par un paradoxe : ces derniers, au plus près du drame, ne sont pour beaucoup plus en contact avec les migrants. » (…)

> (Re) lire : À Berlin, un Ours d’or pour Lampedusa

http://www.la-croix.com/Culture/Cinema/Fuocoammare-Lampedusa-feu-en-mer-2016-09-27-1200792099

Voir aussi notre rubrique Lampedusa :

https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs/iles-med/lampedusa-2013-2015

 

 

 

Soy Nero (film de Rafi Pitts) : des Etats-Unis à l’Irak, l’odyssée absurde d’un saute-frontière, Mathieu Macheret, lemonde.fr, 20/09/2016

 » (…) C’est de cette condition apatride que traite Soy Nero, son nouveau film, lui-même sans port d’attache, puisqu’il se déroule entre le Mexique, les Etats-Unis et le Moyen-Orient. Pitts tend sans doute un miroir de sa propre situation à travers l’aberration administrative qui frappe son protagoniste Nero, jeune Latino-Américain de 19 ans, né et grandi à Los Angeles, mais déporté par les services d’immigration au Mexique, où il ne connaît rien ni personne. Alors, Nero tente le tout pour le tout, et passe clandestinement la frontière, avec l’intention de s’engager comme « green card soldier » dans l’armée américaine, seule chance pour nombre d’étrangers d’obtenir leur naturalisation.

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros, et l’on craint qu’il ne déroule les étapes d’une telle traversée, comme une simple suite de péripéties. Mais la frontière que traverse Nero fait apparaître sa double nature réelle et fantasmatique, comme dans cette scène où le héros se faufile dans le dos des gardes-frontières américains, au moment où le ciel éclate de mille feux d’artifice pour le Nouvel An. L’esthétique nous déplace alors dans le registre de la fable, dans le flou complet que recouvre toute notion d’identité dans le contexte géopolitique actuel. » (…)

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2016/09/20/soy-nero-l-odyssee-absurde-d-un-saute-frontiere_5000432_3476.html#SqezkTIkK3u0hPkt.99

Crédit photo : Une scène du film allemand, français et mexicain de Rafi Pitts, « Soy Nero ». TWENTY TWENTY VISION FILMPRODUKTION/SENORITA FILMS/PIMIENTA FILMS/ZDFARTE/SOPHIE DULAC DISTRIBUTION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stephanos Mangriotis, Blue Sky from Pain, Film, 2016 (programme Médimurs)

afficheBlueSky_INT

 

STEPHANOS MANGRIOTIS, BLUE SKY FROM PAIN,

collaboration : Hyacinthe Pavlides, Laurence Pillant

Film, 2016

Argument : http://www.dekadrage.org/archeologie-dune-frontie/

Présentation : dossierBlueSkyFromPain

***

After many festival selections, the Stephanos Mangriotis short film is in the official selection of the International Film Festival Rotterdam 2017 in the « Cardinal Directions » section.

TRAILER / https://vimeo.com/dekadrage/blueskytrailer

Past Festival Sélections

– Jean Rouch International Film Festival, November 2016, Paris, France.

– Carthage Film Festival, November 2016, Tunis, Tunisia.

– Jihlava International Documentary Film Festival, October 2016, Jihlava, Czech Republic.

– European Short Film Festival, « Un festival c’est trop court! », October 2016, Nice, France.

– International Short Film Festival Psarokokalo, September 2016, Athens, Greece.

– International Short Film Festival in Drama, September 2016, Drama, Greece.

– AegeanDocs, International Documentary Festival, October 2016, Lesvos, Greece.

***

LE PROJET :

Archéologie d’une frontière, projet multimedia, 2014

STEPHANOS MANGRIOTIS, LAURENCE PILLANT

Les traces et la mémoire de l’enfermement à la frontière gréco-turque

.

archéologie d'une frontière_MONTAGE 

La frontière est une construction territoriale qui introduit de la distance dans la proximité. Son «effet de miroir» ouvre une fenêtre d’observation sur la société qui l’a construite. Ce construit socio-historique est en constante évolution et redéfinition, il doit donc être compris comme dynamique et évolutif.

Ainsi la frontière gréco-turque a connu de grandes transformations ces dix dernières années. Ligne de démarcation entre deux pays aux querelles encore vives, cet espace fut longtemps surveillé et contrôlé militairement. Le début des années 2000 voit un nombre de franchissements clandestins toujours plus important. Le contexte européano-grec de répression de la migration irrégulière entraîne une « policiarisation » du contrôle migratoire. D’un contrôle militaire, la frontière voit naître un contrôle policier de plus en plus marqué. Ces transformations rapides se soldent par la naissance d’une vingtaine de lieux d’enfermement pour migrants. Sujets à des évolutions très importantes, ces lieux d’enfermement connaissent une durée de vie variable allant de quelques jours à quelques années. Du camp de fortune dans les premiers temps, au centre de rétention institutionnalisé, les lieux d’enfermement peuvent être définis par leur pluralité : entrepôt, usine, ancienne prison, commissariat, hôtel, etc.

Pour une archéologie de la frontière

Une recherche amorcée en 2009 sur les politiques migratoires européennes à la frontière gréco-turque a conduit à la découverte de lieux d’enfermement qui ne sont plus en activité. Travailler sur ces lieux présente trois intérêts majeurs :

1-D’abord par la quantité d’informations témoignées par les migrants eux-même à travers des graffitis exprimant par exemple les durées d’enfermement.

2-Ensuite par leur forme ; les traces qu’ils laissent dans le paysage conduisent aujourd’hui aux prémisses d’un travail d’archéologie de la frontière. Effets non voulus des politiques migratoires frontalières, ces lieux sont abandonnés car remplacés ou désuets par leurs conditions de rétention, l’absence de flux migratoire, l’arrêt des contrôles, etc. Ces lieux désertés sont tous autant de traces éphémères d’un phénomène encore présent inscrit dans un paysage en constante évolution.

3-Photographier ces lieux abandonnés et vides permet d’avoir un regard qui sort des images sensationnelles et «humanistes» abondamment véhiculées par les médias. L’absence d’individu semble pouvoir retranscrire une réalité passée mais toujours vive, tout en permettant au spectateur une appréhension sensible de l’enfermement.

L’incroyable rapidité et flexibilité des flux migratoires autour de la Méditerranée, les changements de routes migratoires et l’effet de canalisation de ces flux par les politiques migratoires européennes, conduisent à la fermeture et l’ouverture de lieux de privation de liberté pour migrants. La trace laissée dans les sociétés qui sont traversées par ces lieux est peu exploitée. Pourtant ils semblent avoir marqué à la fois les sociétés d’accueil mais aussi les migrants qui y ont transité.

 Comment retranscrire une réalité passée ?

 L’enfermement mobilise de nombreux acteurs. Des migrants aux autorités, il sera important de récolter leurs témoignages (audio, vidéo, écrit). Un travail de recherche des acteurs anciennement impliqués devra être effectué en amont pour chacun des lieux en question. A l’heure actuelle, cinq lieux sont privilégiés du fait de leur ancienneté et de leur hétérogénéité, présentant ainsi un large éventail de situations existantes. Ainsi les périphéries de Samos, d’Evros, de Lesbos et de Chios seront visitées.

 Les différentes traces recueillies prendront la forme d’entretiens filmés, de témoignages enregistrés et de photographies. À ces traces recueillies seront apposés des textes et dessins réalisés par des migrants et des employés de lieux d’enfermement. Ce matériel aboutira à la réalisation d’une vidéo multimédia et d’une exposition photographique accompagnée de légendes, textes, cartes et croquis de lieux visités. 

Archéologie d’une Frontière – TEASER from Dekadrage Projects on Vimeo.

 Présentation des réalisateurs:

A l’origine de ce projet il y a une rencontre entre un photographe et une géographe ayant une sensibilité partagée sur les questions relatives à la migration contemporaine en Grèce et l’envie d’un échange trans-disciplinaire. Un projet commun sur ces thématiques a donné lieu à l’ouvrage Europa Inch’Allah en 2011, qui aborde l’attente des migrants à Patras. Stéphanos Mangriotis est photographe indépendant, membre et co-fondateur du collectif Dekadrage à Marseille. Dans son travail sur les frontières et la migration, il cherche à être en prise avec une réalité sociale et aborde ces sujets d’une façon sensible et parfois symbolique. Laurence Pillant est doctorante en géographie à l’université de Harokopio et d’Aix-Marseille, elle travaille sur les nouveaux espaces et formes du contrôle migratoire à la frontière gréco-turque.

Galerie :

Docuanimation, un cartoon per raccontare la storia di Manus Island, la Lampedusa australiana, rainews.it, 03/02/2015

Manus_Island_animated_documentary_by_Lukas_Schrank_1

 @Lukas Schrank

« Manus Island ospita il controverso centro di detenzione dei richiedenti asilo del governo australiano. chiuso nel 2008 e riaperto nel 2012, oggi ospita più di mille migranti, salvati dalle acque dell’oceano che attendono di conoscere il proprio destino. Lukas Schrank, film-maker specializzato in film d’animazione, ha realizzato un cortometraggio in stile graphic novel à la frank miller per raccontare la storia di due internati e raccogliere fondi per un vero e proprio film. il suo scopo è far conoscere la realtà di manus island agli australiani e contribuire a superare ignoranza e pregiudizi. »

http://www.rainews.it/dl/rainews/media/Docuanimation-

See the teaser of  Nowhere Line   :   http://www.pozible.com/project/188392

 

manusislandproject

@Lukas Schrank

Entre deux murs, Emmanuel Haddad, ijsbergmagazine.com, 20/01/2015

« J’ai l’impression d’être entre deux murs. D’un côté, la guerre m’empêche de retourner en Syrie. De l’autre, la bureaucratie des États européens m’interdit de voyager librement. Je n’ai que deux moyens de m’échapper. Par la mer ou par les airs. »

Lisbonne 132bis

Lisbonne 132bis

  » Nabil a fui, sans se retourner, le pays de son cœur transformé en théâtre de guerre. Derrière lui, des cendres. Devant, l’Europe, où son épouse a réussi à s’échapper. Entre les deux, une forteresse. Trouvera-t-il la faille ?

  » (…) Nabil s’est installé à Beyrouth le 1er mars 2014 avec une idée fixe : retrouver Hélène, son épouse, qui étudie la géologie à Porto. Le jour où il s’est installé au bord de la Méditerranée, elle commençait son semestre d’études sur les rives de l’Atlantique. Pour lui, l’exil au Liban marque moins le refuge que la séparation d’avec la femme de sa vie, épousée à l’automne 2013, au plus fort de la guerre civile syrienne. La capitale libanaise ne doit être qu’une étape, la plus courte possible, avant de rejoindre l’Europe où il espère démarrer une vie nouvelle.

 Tous les Syriens quittent leur pays pour survivre. Nabil, comme 3,34 millions de Syriens, est, aux yeux de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), un réfugié. Comme les autres, il a été forcé à l’exil de peur d’être persécuté.

 Derrière ce terrible motif collectif, chacun a des raisons plus personnelles et subtiles, que le droit international ne grave pas toujours dans le marbre. Et que les Européens n’ont que rarement la possibilité de connaître. De la Syrie, ils n’entendent en général parler que des partisans du régime, décrits comme cyniques ou sanguinaires, de ses opposants modérés, le plus souvent impuissants, ou des combattants djihadistes, dépeints comme d’horribles barbares sortis du Moyen-Âge. Et une fois arrivés aux portes de l’Europe, les Syriens fuyant la guerre se fondent tous dans le moule du migrant, le plus souvent clandestin. »  (…)

 https://ijsbergmagazine.com/refugies-syrie-liban/ 

crédit photo : B. Barthélémy, E. Ritaine, Lisbonne, 2012