Archives de catégorie : Photothèque

Ai Weiwei, Les réfugiés connectés, Expo virtuelle, forumviesmobiles.org

Ai Weiwei conduit depuis 2015 un projet de grande ampleur visant à témoigner de la situation des réfugiés. Dans ce cadre, le Forum Vies mobiles lui a demandé de prêter une attention particulière à leur usage du smartphone et à la façon dont cela conditionne leur mobilité. Dans ce projet dévoilé en 3 temps, découvrez les photos et vidéos de l’artiste chinois ainsi que leur analyse par la sociologue de la mobilité Mimi Sheller. (site)

————————-

« Depuis décembre 2015, je me suis lancé dans un projet visant à témoigner de la crise des réfugiés en Europe et au Moyen-Orient. En identifiant l’origine des réfugiés et en suivant leurs pérégrinations, je cherche à enregistrer et à analyser leur condition d’existence et les conséquences que cela entraîne pour nous.

Dans le cadre de ce projet plus vaste, je m’intéresse particulièrement à la façon dont les personnes déplacées communiquent et se rapprochent les uns des autres grâce aux smartphones. Pour les hommes et les femmes qui sont dans les camps de réfugiés, ou en chemin entre leur pays d’origine et des lieux plus sûrs, le smartphone est le moyen de communication le plus important. Même quand ils ont perdu tout le reste, ils mettent à l’abri leur téléphone. Lors de la traversée de mers dangereuses, ils les emballent dans du plastique afin de les protéger de l’eau. Quand les bateaux semblent sur le point de couler, ils utilisent ces téléphones pour appeler leurs proches ou envoyer des appels au secours. Pendant leurs longs voyages, ils sont également nombreux à s’en servir pour témoigner de ce qu’ils ont vu et entendu.

Lorsque les réfugiés ont réussi à fuir la guerre, malgré le danger, et arrivent sur les côtes de l’Europe, leur première préoccupation est d’appeler chez eux, pour prévenir leurs proches qu’ils sont sains et saufs. Les smartphones leur permettent de contacter des êtres chers, restés dans un pays ravagé par la guerre ou déjà installés en Europe. Avec ces mêmes appareils, ils peuvent aussi chercher de l’aide ou échanger des informations avec d’autres réfugiés. D’importantes décisions sont prises lorsqu’ils communiquent avec des passeurs ou discutent entre eux de la prochaine étape par texto ou par téléphone. Dans tous les camps, les lieux les plus animés sont les bornes de chargement et les cafés avec des prises électriques, où les gens discutent et partagent les nouvelles. Au camp d’Idomeni, près de la frontière gréco-macédonienne, les réfugiés ont même développé leur propre réseau pour passer des annonces, partager des informations et même retrouver leur famille.

Mon studio et moi avons rassemblé des photographies de réfugiés en train d’utiliser un smartphone dans des lieux divers, à différentes étapes du voyage. Nous disposons aussi de vidéos racontant de brèves histoires sur l’expérience des réfugiés, les équipes de secours et les différents acteurs impliqués dans la crise. Une première sélection de ces documents a été proposée au Forum Vies Mobiles (décembre 2015 à février 2016), dans le cadre d’un effort soutenu visant à sauvegarder les témoignages historiques sur la crise des réfugiés. »

Ai Weiwei

———————-

« Les travaux de sciences sociales sur la crise mondiale des réfugiés ont tendance, pour la plupart, à mettre en avant les situations les plus désespérées (comme les morts en mer), les populations les plus vulnérables (comme les enfants) et les lieux conflictuels les plus dramatiques (comme la « Jungle » de Calais). Les images d’Ai Weiwei offrent une représentation plus quotidienne des déplacements de dizaines de milliers de personnes sur la Méditerranée et en Europe. Discret sur les aspects dramatiques, il montre les individus pris dans des situations difficiles et personnalise l’expérience de mobilité immobile ou d’immobilité mobile. Dans une autre vidéo, un jeune homme vêtu d’une veste du HCR raconte qu’il a aidé à procurer de la nourriture à un Iranien qui partait dans un bus pour Mytilène, afin de prendre le bateau vers Athènes. L’homme le remercie avec effusion et il explique : « Avec de petits gestes comme celui-ci, vous pouvez leur faciliter la vie et les aider. Et c’est agréable. C’est une façon de leur témoigner de l’affection. »

Les réfugiés nous rappellent que nous devons maintenir « une mobilité connectée dans un monde déconnecté », tout en évoquant subtilement sa dépendance aux connexions aériennes (Sheller 2016). Ironie de l’histoire, ces communications fonctionnent grâce aux satellites d’origine militaire, ceux-là mêmes qui permettent la guerre, les ciblages GPS, les attaques de drones. Les systèmes humanitaires conçus pour protéger ceux qui fuient la guerre sont en échec. Pourtant, aujourd’hui, la violence humaine et la fuite des réfugiés sont relayées par les téléphones portables, les textos, les photographies et la connexion électronique. »

Mimi Sheller

http://artisticlab.forumviesmobiles.org/fr/the-refugee-project

http://forumviesmobiles.org/

illustration @A. Weiwei, ibidem

Marcher sur les morts, Aris Messinis, making-of.afp, 08/11/2016

« En mer Méditerranée – C’est la forme la plus primitive d’instinct de survie dont j’ai été témoin. Marcher sur des morts, aussi délicatement que possible, pour se sauver soi-même. Je couvre la crise des migrants et réfugiés bravant les périls de la mer depuis plus d’un an. Mais ce à quoi j’ai assisté au large de la côte libyenne défie la raison.

C’est arrivé au cours d’un séjour de deux semaines sur l’Astral, un voilier de 30 mètres de l’ONG espagnole Proactiva Open Arms. Elle fait partie de cette constellation d’organisations avec pour principal objectif de sauver de la noyade ceux qui cherchent à traverser la Méditerranée. »   (…)

https://making-of.afp.com/marcher-sur-les-morts#

@photo : AFP/Aris Messinis

Voir aussi :

Scènes de guerre en zone de paix, Aris Messinis, making-of.afp.com, 10/11/2015 https://enigmur.hypotheses.org/5303

Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ », dans Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences, Cultures & Conflits, 99-100, 2015, https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2015-3.htm

Dossier/ I morti del Mediterraneo, Intrasformazione (online), 2016, 5 (1), https://enigmur.hypotheses.org/4988

Scènes de guerre en zone de paix, Aris Messinis, making-of.afp.com, 10/11/2015

A Perpignan, le Visa d’or 2016 au photographe Aris Messinis pour son travail sur les migrants, lemonde.fr avec AFP, 04/09/2016

http://www.lemonde.fr/photo/article/2016/09/04/a-perpignan-le-visa-d-or-au-photographe-aris-messinis-pour-son-travail-sur-les-migrants_4992259_4789037.html#yEv7gFup8ePCIzpP.99

Lesbos (Grèce) – « Ce qui me choque le plus dans cette couverture, c’est de me dire qu’on n’est pas en zone de guerre. Qu’on travaille en zone de paix. Mais les émotions qui passent par mon objectif sont dignes d’une scène de guerre.

J’ai travaillé en Syrie et en Libye. Photographier la guerre, je connais. Quand on va là-bas, on s’attend à ce genre de scènes. Mais pas à Lesbos.

A Lesbos, la souffrance humaine ne diffère pas de celle qu’on croise dans une guerre. De savoir que ce n’est pas le cas rend les choses encore plus émotionnelles. Et beaucoup plus douloureuses.

C’est dur aussi d’avoir à traduire les difficultés des gens, leur souffrance, alors qu’on ne court soi-même aucun danger. Quand on couvre une guerre, on est menacé aussi, alors on est d’une certaine façon davantage sur un pied d’égalité avec les gens qu’on photographie. Mais ici, on ne risque rien. C’est pourquoi, souvent, je lâche le boîtier et j’aide. C’est un besoin. » (…)

https://making-of.afp.com/scenes-de-guerre-en-zone-de-paix

Crédit photo : Migrants sleep in front of graffiti illustrating an eye at the port of Mytilene on the Greek island of Lesbos, on October 6, 2015. Europe is grappling with its biggest migration challenge since World War II, with the main surge coming from civil war-torn Syria. AFP PHOTO / ARIS MESSINIS

 

« I AM with them », Anne A-R, (photos), à Institut du monde arabe, juillet 2016

i_am_with_them_web.2jpg

« I AM with them », d’Anne A-R, à l’Institut du monde arabe, 1 rue des Fossés-Saint-Bernard, Paris 5e. Juqu’au 24 juillet. www.imarabe.org

Alors que les réfugiés venus du monde arabe, et notamment de Syrie, font la une de l’actualité, la photographe Anne A-R leur donne la parole. Elle suit le parcours de ces hommes et de ces femmes, de leur arrivée à Lesbos jusqu’en Allemagne.

Parce qu’ils sont des survivants d’enfers pas si éloignés, ils arrivent par milliers sur nos côtes. Réfugiés en Europe, jetés là avec toutes leurs peurs, leur courage et leurs espoirs.

Parce que dans les medias et les conseils européens, on parle d’eux comme d’une masse, d’un flot incontrôlable et déstabilisant. I AM with them est un manifeste photographique pour leur redonner leur identité, leur dignité et leur humanité.

Parce qu’il faut rappeler qu’ils sont des hommes, des femmes, des enfants, avec un passé, une histoire à raconter et des rêves qu’ils nous apportent. Sur la route de l’exode de la Grèce à l’Allemagne, la photographe Anne A-R les a regardés et écoutés les uns après les autres.

 Parce qu’ils sont un, plus un, plus un… Debout face à nous, ils disent : I AM. JE SUIS. Des gens comme nous.  (IMA)

www.imarabe.org

i_am_with_them_web

Lire aussi :

L’expo sur les migrants qui passionne les jeunes, Maryline Baumard, lemonde.fr, 21/06/2016

(…) « C’est pour mettre des noms sur ces personnes qui composent les foules anonymes de réfugiés qu’Anne A-R présente aujourd’hui ses photographies à l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris. Intitulée « I AM with them », son exposition, qui se visite dans la pénombre, présente une cinquantaine de portraits de deux mètres de haut. Elle raconte les histoires de quelques-uns de ces exilés croisés sur la route. » (…)

http://www.lemonde.fr/m-moyen-format/article/2016/06/21/l-expo-sur-les-migrants-qui-passionne-les-jeunes_4955276_4497271.html#9VLAfjcDIzIUMCDZ.99

crédit photos : Anne A-R, ibidem

 

 

Faute de place, les Pays-Bas logent les réfugiés en prison, Jean-Pierre Stroobants, lemonde.fr, 13/06/2016

« La pénurie d’hébergements pour les migrants contraint les autorités néerlandaises à ouvrir les établissements pénitentiaires laissés à l’abandon.

Des Syriens, des Afghans, quelques Libyens, deux ou trois Algériens, un Marocain : tous sont demandeurs d’asile aux Pays-Bas. Et profitent de la liberté que leur offre le royaume… en prison. Confrontées à des difficultés pour accueillir les réfugiés, les autorités néerlandaises ont décidé de loger un bon nombre d’entre eux dans des établissements pénitentiaires à l’abandon, parfois promis à la démolition. Sirattulah, Fadi, Amina et quelques centaines de leurs compatriotes habitent ainsi d’anciennes cellules de la prison De Koepel, à Haarlem, dont les portes sont désormais grandes ouvertes. »   (…)

http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2016/06/13/les-pays-bas-logent-les-refugies-en-prison_4949433_4497186.html#uT24LqdciJQzbF6b.99

Voir aussi :

Muhammed Muhseisen (photographe AP), Olanda, crimine in calo: carceri diventano centri di accoglienza per i rifugiati, repubblica.it, 18/05/2016

(ap)  Sull’onda del maxi-flusso di migranti – sessantamila nel 2015 – il governo olandese ha stabilito che diversi istituti di pena del Paese, in particolare nelle città di Haarlem e Arnhem, siano adibiti a centri di accoglienza temporanea per richiedenti asilo. Il fotografo dell’agenzia Associted Press Muhammed Muhseisen, due volte vincitore del premio Pulitzer, ha trascorso quaranta giorni nelle strutture olandesi scelte per questo scopo. I rifugiati sosteranno nelle carceri un tempo massimo di sei mesi: non sono autorizzati a lavorare ma possono frequentare corsi di lingua olandese e imparare ad andare in bicicletta. Uno degli ospiti ha spiegato al reporter:  »Se un Paese non ha criminali da mettere in cella vuol dire che il posto migliore per vivere ».

Slideshow :

http://www.repubblica.it/esteri/2016/05/18/foto/olanda_carceri_trasformate_in_centri_di_accoglienza_temporanea_per_rifugiati-140066392/1/?ref=HRESS-27#2

olanda2

Crédits : Muhammed Muhseisen (AP), ibidem