Archives de catégorie : Cartothèque

Séminaire de recherche international, Cartographie et Participation

Séminaire de recherche international, Cartographie et Participation

22-23 octobre 2012, Bordeaux, Campus universitaire, Maison des Suds

Séminaire du Groupe de Recherche en ANalyse de l’Information Territoriale GRANIT

« Quand cartographie 2.0 et cartographie critique se rencontrent »

 

 

 

 

 

http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article1004

http://www.ades.cnrs.fr/IMG/pdf/CARPAR_Dossier_Documentaire_Web_v2.pdf

La notion de « cartes participatives » regroupe des réalités très diverses mais qui renvoient toutes à un processus d’élaboration collective de représentations cartographiques par un ensemble de personnes n’appartenant pas au milieu de la cartographie institutionnelle. Son champ apparaît en rapide expansion et on assiste depuis quelques années à une inflation des cartes participatives en ligne, en lien avec les développements du Web 2.0. L’émergence de cette cartographie 2.0 dans le débat public bouscule les institutions des pays du Nord dont l’expertise technique s’accommode difficilement des « représentations habitantes » non normées qui émergent. Cette information géographique volontaire que tente aujourd’hui de cadrer les autorités locales peine à s’intégrer dans les processus décisionnels des institutions en place pour cause de contraintes techniques, organisationnelles mais aussi socio-cognitives.

Les réflexions menées ces dernières décennies, dans le domaine de la cartographie critique dans les pays des Suds apparaissent alors potentiellement riches d’enseignement. L’analyse de la cartographie 2.0 par le filtre de la cartographie critique via la confrontation de terrains d’Ici et d’Ailleurs peut nous éclairer sur l’inscription des représentations spatiales dans le débat public.

L’originalité de ce séminaire est de proposer une double approche comparatiste qui permette de réinterroger les corpus et terrains d’Ici par les corpus et terrains d’Ailleurs. Cette double entrée doit permettre de porter un regard critique et constructif sur la géographie instrumentale et alimenter ainsi une réflexion sur la question des savoirs négociés sur l’espace. Il s’agit ici, de réinterroger les pratiques cartographiques du Nord au regard des travaux en cours depuis une trentaine d’années au Sud.

Les hypothèses à discuter

La démarche comparatiste proposée ici vise à « discuter » deux hypothèses majeures de la cartographie critique dans le contexte de la cartographie 2.0 pour stimuler les recherches et conceptualiser des pratiques alternatives de la cartographie participative :

Hypothèse 1. La cartographie participative contribue à renforcer les capacités des citoyens de se réapproprier le pouvoir de se définir et de se représenter par eux-mêmes. Elle renvoie ainsi à un processus d’émancipation, de renforcement de la capacité et de prise en charge d’un groupe par lui-même.

Hypothèse 2. La cartographie participative rend compte de la relation des citoyens à leur territoire tout en assurant l’objectivité scientifique et la standardisation reconnue par les autorités en place. Elle renvoie ainsi à un processus d’assimilation culturelle par la technique qui renforce les dominations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cartographie politique, Lunettes rouges (blog)

Cartographie politique, Amateur d’Art par Lunettes rouges, avril 2012

http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2012/04/19/cartographie-politique/

« La cartographie comme outil de lutte postcoloniale, c’est l’ambitieux projet du duo ‘Le peuple qui manque’ dans l’exposition « Atlas critique » au Parc Saint-Léger (jusqu’au 27 mai 2012). Le fait que la carte ait été un instrument de conquête, de colonisation, et de normativité dans l’expansion des pouvoirs européens (mais sans doute aussi des empires chinois ou ottomans) est posé comme un point de départ, mais on aurait aimé que cette exposition eût été faite en collaboration avec un historien cartographe pour justement montrer ce contrepoint et faire en parallèle un historique de la cartographie comme instrument de pouvoir : il n’est question ici que de contre-pouvoir et non du pouvoir lui-même, et l’affirmation de la cartographie comme ‘matrice idéologique impérialiste’ ne se fait que dans les notes de bas de page du texte de présentation, et non dans les salles de l’exposition. Dommage.

La carte parle de territoires et de frontières, deux notions topologiques distinctes et dépendantes (forme et ligne, surface et circonférence), et c’est la frontière qui est ici le plus éloquemment décrite : frontière que Francis Alÿs trace à la peinture verte sur la ligne verte dans Jérusalem (en haut) alors que le pouvoir dominant fait tout pour la faire disparaître au nom du slogan « capitale éternelle, une et indivisible du peuple juif » et que l’artiste israélien Michael Druks inscrit dès 1974 sur son propre visage, comme si sa propre identité était elle aussi occupée, envahie par cette colonisation militaire (cette même frontière que nie avec humour le Groupe International Erroriste en se plaçant à l’intersection de la rue Palestine et de la rue Israël à Buenos Aires, seul lieu de rencontre au monde) » …

(reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur)

Crédit photo : Typographic Maps : http://store.axismaps.co.uk/

http://www.presse-citron.net/typographic-maps-de-lart-dans-la-cartographie

 

 

 

Cartographie du Proche-Orient : Confluences Méditerranée

CONFLUENCES Méditerranée est une revue trimestrielle, créée en 1991, qui traite des grandes questions politiques et culturelles concernant les peuples et les sociétés du bassin méditerranéen. Son équipe de rédaction est composée de journalistes et d’universitaires.
Le site de la revue propose en accès libre une partie cartographie sur le Proche-Orient.

à consulter à cette adresse :

http://www.confluences-mediterranee.com/