Archives de catégorie : Cartothèque

Les réfugiés en cartes: chemins, murs, accueil, O. Clochard, Mediapart, 20/07/2015

Cette carte est la première d’une série cherchant à expliquer la crise migratoire actuelle. Alors que des milliers de réfugiés tentent de rejoindre le nord de l’Europe, les États du vieux continent peinent à faire preuve de solidarité. Pendant ce temps, des murs et des camps se construisent.

http://www.mediapart.fr/portfolios/les-refugies-en-cartes-chemins-murs-accueil

 

l'UE terre d'accueil

Voir aussi :

LES EUROPÉENS APPROUVENT UN ACCORD AU RABAIS SUR LA RÉPARTITION DES MIGRANTS, LE MONDE.FR AVEC AFP, 20/07/2015

 http://lemonde.fr/europe/article/2015/07/20/les-europeens-approuvent-un-accord-au-rabais-sur-la-repartition-des-migrants_4691495_3214.html

Carte : L’Italie, port de l’Europe, 2012

Italie-port-de-lEurope-709x1024

 

« Suite à la militarisation et la multiplication des contrôles migratoires sur les côtes mauritaniennes, marocaines et andalouses, les routes empruntées par les migrants en provenance d’Afrique subsaharienne se sont progressivement déplacées vers l’est. Aujourd’hui, l’Italie constitue une des principales portes d’entrée maritime pour les migrants qui prennent la mer depuis les côtes grecques, libyennes et tunisiennes et dans une moindre mesure depuis l’Albanie, l’Algérie et l’Égypte. Les migrants qui réussissent la traversée sont généralement arrêtés par les gardes-côtes italiens avant d’atteindre le continent, puis enfermés dans d’immenses camps aux fonctions diverses : premiers secours, vérification des identités, expulsions. Comme c’est aussi le cas ailleurs en Europe, sur le reste du territoire italien, d’autres camps servent également à faire le tri parmi les migrants déjà présents sur le territoire en vue de leur éventuel renvoi vers leur pays d’origine. »

L’Italie: port de l’Europe    (pdf – 236 kB )

Source : Migreurop, Atlas des migrants en Europe: une géographie critique des politiques migratoires, A. Colin, 2012

 

Middle East Interactive Map : Is Peace Possible ?

See here :

http://www.ispeacepossible.com/map.htm

*

See also :

borders

security« Over the past year, the S. Daniel Abraham Center for Middle East Peace, in partnership with The Atlantic, has embarked on a project to pinpoint, in as objective manner as possible, the key demands that each side brings to the negotiating table on the core issues of the conflict: Borders, Security, Refugees, and Jerusalem. We evaluated the gaps between the two sides; we looked at how previous rounds of negotiations have attempted to bridge those gaps; and finally we collected the most innovative proposals made by outside groups to resolve these issues — the work of task forces, conferences, working groups, think tanks, academics, NGOs, and civil society groups — many of which have received little exposure outside the small circle of policy wonks. »  …

Read more :
*
Credit : ibidem

Séminaire de recherche international, Cartographie et Participation

Séminaire de recherche international, Cartographie et Participation

22-23 octobre 2012, Bordeaux, Campus universitaire, Maison des Suds

Séminaire du Groupe de Recherche en ANalyse de l’Information Territoriale GRANIT

« Quand cartographie 2.0 et cartographie critique se rencontrent »

 

 

 

 

 

http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article1004

http://www.ades.cnrs.fr/IMG/pdf/CARPAR_Dossier_Documentaire_Web_v2.pdf

La notion de « cartes participatives » regroupe des réalités très diverses mais qui renvoient toutes à un processus d’élaboration collective de représentations cartographiques par un ensemble de personnes n’appartenant pas au milieu de la cartographie institutionnelle. Son champ apparaît en rapide expansion et on assiste depuis quelques années à une inflation des cartes participatives en ligne, en lien avec les développements du Web 2.0. L’émergence de cette cartographie 2.0 dans le débat public bouscule les institutions des pays du Nord dont l’expertise technique s’accommode difficilement des « représentations habitantes » non normées qui émergent. Cette information géographique volontaire que tente aujourd’hui de cadrer les autorités locales peine à s’intégrer dans les processus décisionnels des institutions en place pour cause de contraintes techniques, organisationnelles mais aussi socio-cognitives.

Les réflexions menées ces dernières décennies, dans le domaine de la cartographie critique dans les pays des Suds apparaissent alors potentiellement riches d’enseignement. L’analyse de la cartographie 2.0 par le filtre de la cartographie critique via la confrontation de terrains d’Ici et d’Ailleurs peut nous éclairer sur l’inscription des représentations spatiales dans le débat public.

L’originalité de ce séminaire est de proposer une double approche comparatiste qui permette de réinterroger les corpus et terrains d’Ici par les corpus et terrains d’Ailleurs. Cette double entrée doit permettre de porter un regard critique et constructif sur la géographie instrumentale et alimenter ainsi une réflexion sur la question des savoirs négociés sur l’espace. Il s’agit ici, de réinterroger les pratiques cartographiques du Nord au regard des travaux en cours depuis une trentaine d’années au Sud.

Les hypothèses à discuter

La démarche comparatiste proposée ici vise à « discuter » deux hypothèses majeures de la cartographie critique dans le contexte de la cartographie 2.0 pour stimuler les recherches et conceptualiser des pratiques alternatives de la cartographie participative :

Hypothèse 1. La cartographie participative contribue à renforcer les capacités des citoyens de se réapproprier le pouvoir de se définir et de se représenter par eux-mêmes. Elle renvoie ainsi à un processus d’émancipation, de renforcement de la capacité et de prise en charge d’un groupe par lui-même.

Hypothèse 2. La cartographie participative rend compte de la relation des citoyens à leur territoire tout en assurant l’objectivité scientifique et la standardisation reconnue par les autorités en place. Elle renvoie ainsi à un processus d’assimilation culturelle par la technique qui renforce les dominations.