Archives de catégorie : Iconothèque

Marcher sur les morts, Aris Messinis, making-of.afp, 08/11/2016

« En mer Méditerranée – C’est la forme la plus primitive d’instinct de survie dont j’ai été témoin. Marcher sur des morts, aussi délicatement que possible, pour se sauver soi-même. Je couvre la crise des migrants et réfugiés bravant les périls de la mer depuis plus d’un an. Mais ce à quoi j’ai assisté au large de la côte libyenne défie la raison.

C’est arrivé au cours d’un séjour de deux semaines sur l’Astral, un voilier de 30 mètres de l’ONG espagnole Proactiva Open Arms. Elle fait partie de cette constellation d’organisations avec pour principal objectif de sauver de la noyade ceux qui cherchent à traverser la Méditerranée. »   (…)

https://making-of.afp.com/marcher-sur-les-morts#

@photo : AFP/Aris Messinis

Voir aussi :

Scènes de guerre en zone de paix, Aris Messinis, making-of.afp.com, 10/11/2015 https://enigmur.hypotheses.org/5303

Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ », dans Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences, Cultures & Conflits, 99-100, 2015, https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2015-3.htm

Dossier/ I morti del Mediterraneo, Intrasformazione (online), 2016, 5 (1), https://enigmur.hypotheses.org/4988

« Fuocoammare », Lampedusa, feu en mer, Marie Soyeux, la-croix.com, 27/09/2016

fuocoammare2

 » (…) En se refusant le droit au commentaire, Gianfranco Rosi s’oblige à positionner son regard, avec une exigence et une patience extrêmes. Lorsqu’il s’installe sur l’île de Lampedusa, à 200 kilomètres de la Sicile, après le terrible naufrage du 3 octobre 2013, mille caméras l’ont précédé.

Toutes ont rendu compte de la tragédie répétée de ces rivages. Des images, des chiffres, des interviews ont été compilés. On parle de 400 000 migrants depuis 1990 – pour combien de morts ? L’énormité des chiffres n’en demeure pas moins abstraite à ses yeux. Son intention n’est alors pas politique, mais plutôt éthique.

Il s’agit de trouver le point de vue qui échappe à la fois à l’abrutissement des données et à la violence soudaine des images. Il pose sa caméra pour longtemps – dix-huit mois – et de biais.

Lui qui affirme haïr les ciels bleus et ne rien pouvoir filmer sous une lumière trop vive s’imbibe de l’hiver de Lampedusa. Il part à la rencontre de quelques habitants, troublé par un paradoxe : ces derniers, au plus près du drame, ne sont pour beaucoup plus en contact avec les migrants. » (…)

> (Re) lire : À Berlin, un Ours d’or pour Lampedusa

http://www.la-croix.com/Culture/Cinema/Fuocoammare-Lampedusa-feu-en-mer-2016-09-27-1200792099

Voir aussi notre rubrique Lampedusa :

https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs/iles-med/lampedusa-2013-2015

 

 

 

Soy Nero (film de Rafi Pitts) : des Etats-Unis à l’Irak, l’odyssée absurde d’un saute-frontière, Mathieu Macheret, lemonde.fr, 20/09/2016

 » (…) C’est de cette condition apatride que traite Soy Nero, son nouveau film, lui-même sans port d’attache, puisqu’il se déroule entre le Mexique, les Etats-Unis et le Moyen-Orient. Pitts tend sans doute un miroir de sa propre situation à travers l’aberration administrative qui frappe son protagoniste Nero, jeune Latino-Américain de 19 ans, né et grandi à Los Angeles, mais déporté par les services d’immigration au Mexique, où il ne connaît rien ni personne. Alors, Nero tente le tout pour le tout, et passe clandestinement la frontière, avec l’intention de s’engager comme « green card soldier » dans l’armée américaine, seule chance pour nombre d’étrangers d’obtenir leur naturalisation.

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros, et l’on craint qu’il ne déroule les étapes d’une telle traversée, comme une simple suite de péripéties. Mais la frontière que traverse Nero fait apparaître sa double nature réelle et fantasmatique, comme dans cette scène où le héros se faufile dans le dos des gardes-frontières américains, au moment où le ciel éclate de mille feux d’artifice pour le Nouvel An. L’esthétique nous déplace alors dans le registre de la fable, dans le flou complet que recouvre toute notion d’identité dans le contexte géopolitique actuel. » (…)

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2016/09/20/soy-nero-l-odyssee-absurde-d-un-saute-frontiere_5000432_3476.html#SqezkTIkK3u0hPkt.99

Crédit photo : Une scène du film allemand, français et mexicain de Rafi Pitts, « Soy Nero ». TWENTY TWENTY VISION FILMPRODUKTION/SENORITA FILMS/PIMIENTA FILMS/ZDFARTE/SOPHIE DULAC DISTRIBUTION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Scènes de guerre en zone de paix, Aris Messinis, making-of.afp.com, 10/11/2015

A Perpignan, le Visa d’or 2016 au photographe Aris Messinis pour son travail sur les migrants, lemonde.fr avec AFP, 04/09/2016

http://www.lemonde.fr/photo/article/2016/09/04/a-perpignan-le-visa-d-or-au-photographe-aris-messinis-pour-son-travail-sur-les-migrants_4992259_4789037.html#yEv7gFup8ePCIzpP.99

Lesbos (Grèce) – « Ce qui me choque le plus dans cette couverture, c’est de me dire qu’on n’est pas en zone de guerre. Qu’on travaille en zone de paix. Mais les émotions qui passent par mon objectif sont dignes d’une scène de guerre.

J’ai travaillé en Syrie et en Libye. Photographier la guerre, je connais. Quand on va là-bas, on s’attend à ce genre de scènes. Mais pas à Lesbos.

A Lesbos, la souffrance humaine ne diffère pas de celle qu’on croise dans une guerre. De savoir que ce n’est pas le cas rend les choses encore plus émotionnelles. Et beaucoup plus douloureuses.

C’est dur aussi d’avoir à traduire les difficultés des gens, leur souffrance, alors qu’on ne court soi-même aucun danger. Quand on couvre une guerre, on est menacé aussi, alors on est d’une certaine façon davantage sur un pied d’égalité avec les gens qu’on photographie. Mais ici, on ne risque rien. C’est pourquoi, souvent, je lâche le boîtier et j’aide. C’est un besoin. » (…)

https://making-of.afp.com/scenes-de-guerre-en-zone-de-paix

Crédit photo : Migrants sleep in front of graffiti illustrating an eye at the port of Mytilene on the Greek island of Lesbos, on October 6, 2015. Europe is grappling with its biggest migration challenge since World War II, with the main surge coming from civil war-torn Syria. AFP PHOTO / ARIS MESSINIS

 

« I AM with them », Anne A-R, (photos), à Institut du monde arabe, juillet 2016

i_am_with_them_web.2jpg

« I AM with them », d’Anne A-R, à l’Institut du monde arabe, 1 rue des Fossés-Saint-Bernard, Paris 5e. Juqu’au 24 juillet. www.imarabe.org

Alors que les réfugiés venus du monde arabe, et notamment de Syrie, font la une de l’actualité, la photographe Anne A-R leur donne la parole. Elle suit le parcours de ces hommes et de ces femmes, de leur arrivée à Lesbos jusqu’en Allemagne.

Parce qu’ils sont des survivants d’enfers pas si éloignés, ils arrivent par milliers sur nos côtes. Réfugiés en Europe, jetés là avec toutes leurs peurs, leur courage et leurs espoirs.

Parce que dans les medias et les conseils européens, on parle d’eux comme d’une masse, d’un flot incontrôlable et déstabilisant. I AM with them est un manifeste photographique pour leur redonner leur identité, leur dignité et leur humanité.

Parce qu’il faut rappeler qu’ils sont des hommes, des femmes, des enfants, avec un passé, une histoire à raconter et des rêves qu’ils nous apportent. Sur la route de l’exode de la Grèce à l’Allemagne, la photographe Anne A-R les a regardés et écoutés les uns après les autres.

 Parce qu’ils sont un, plus un, plus un… Debout face à nous, ils disent : I AM. JE SUIS. Des gens comme nous.  (IMA)

www.imarabe.org

i_am_with_them_web

Lire aussi :

L’expo sur les migrants qui passionne les jeunes, Maryline Baumard, lemonde.fr, 21/06/2016

(…) « C’est pour mettre des noms sur ces personnes qui composent les foules anonymes de réfugiés qu’Anne A-R présente aujourd’hui ses photographies à l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris. Intitulée « I AM with them », son exposition, qui se visite dans la pénombre, présente une cinquantaine de portraits de deux mètres de haut. Elle raconte les histoires de quelques-uns de ces exilés croisés sur la route. » (…)

http://www.lemonde.fr/m-moyen-format/article/2016/06/21/l-expo-sur-les-migrants-qui-passionne-les-jeunes_4955276_4497271.html#9VLAfjcDIzIUMCDZ.99

crédit photos : Anne A-R, ibidem