Archives de catégorie : Iconothèque

EXODI/ESODI, Migratory routes from Sub-Saharan Countries to Europe, Doctors for Human Rights

« EXODI is an interactive web map built using the testimonies of 2,600 migrants from Sub-Saharan Africa collected over four years of activity (2014-2017) by the operators and volunteers of Medici per i Diritti Umani/Doctors for Human Rights (Medu). These testimonies were gathered amongst those 900 thousand men, women and children who have landed on Italian shores in the past 16 years, of which almost half in the last 36 months. They belong to those who survived the crossing of the Central Mediterranean (which has seen at least twenty thousand migrants dead or missing since 2002), the crossing of the Sahara and the kidnapping and imprisonment along these routes, whose number of victims is tragically high although unknown in its entirety.

The map describes in the most simple and detailed way possible the Migratory Routes from Sub-Saharan countries to Italy, along with the difficulties, violence, tragedies and hopes encountered by the witnesses throughout their journeys.

This map is addressed to all those who want to further deepen their understanding of these extreme human experiences which mark our time. In this sense, EXODI is not only a map with routes or a report of data and statistics. It is, above all, a testimony of these life stories. It is an interactive and growing web map periodically updated with new testimonies gathered from all those who are willing to share the story of their journey. The information here presented was collected in Sicily (in the Pozzallo Hotspot, in the the Centres of Special Reception for Asylum Seekers/CAS of Ragusa and in the Reception Centre for Asylum Seekers/CARA of Mineo) and in Rome (in informal reception centers and at the Medu Psychè Centre for rehabilitation of victims of torture). The testimonials were also collected in Ventimiglia and in Egypt, specifically in Aswan and Cairo. Medu is active throughout all of these locations, working to guarantee social services and medical care to migrants as well as psychological rehabilitation for victims of torture and inhuman and degrading treatment. Through updated data EXODI also aims to describe the physical and mental consequences of these migratory journeys on the health of an entire generation of young Africans; a journey in which, as one witness said, « you are no longer considered a human being ». » (ed.)

http://esodi.mediciperidirittiumani.org/en/

foto di narciso contreras per medu

 

Ai Weiwei, Les réfugiés connectés, Expo virtuelle, forumviesmobiles.org

Ai Weiwei conduit depuis 2015 un projet de grande ampleur visant à témoigner de la situation des réfugiés. Dans ce cadre, le Forum Vies mobiles lui a demandé de prêter une attention particulière à leur usage du smartphone et à la façon dont cela conditionne leur mobilité. Dans ce projet dévoilé en 3 temps, découvrez les photos et vidéos de l’artiste chinois ainsi que leur analyse par la sociologue de la mobilité Mimi Sheller. (site)

————————-

« Depuis décembre 2015, je me suis lancé dans un projet visant à témoigner de la crise des réfugiés en Europe et au Moyen-Orient. En identifiant l’origine des réfugiés et en suivant leurs pérégrinations, je cherche à enregistrer et à analyser leur condition d’existence et les conséquences que cela entraîne pour nous.

Dans le cadre de ce projet plus vaste, je m’intéresse particulièrement à la façon dont les personnes déplacées communiquent et se rapprochent les uns des autres grâce aux smartphones. Pour les hommes et les femmes qui sont dans les camps de réfugiés, ou en chemin entre leur pays d’origine et des lieux plus sûrs, le smartphone est le moyen de communication le plus important. Même quand ils ont perdu tout le reste, ils mettent à l’abri leur téléphone. Lors de la traversée de mers dangereuses, ils les emballent dans du plastique afin de les protéger de l’eau. Quand les bateaux semblent sur le point de couler, ils utilisent ces téléphones pour appeler leurs proches ou envoyer des appels au secours. Pendant leurs longs voyages, ils sont également nombreux à s’en servir pour témoigner de ce qu’ils ont vu et entendu.

Lorsque les réfugiés ont réussi à fuir la guerre, malgré le danger, et arrivent sur les côtes de l’Europe, leur première préoccupation est d’appeler chez eux, pour prévenir leurs proches qu’ils sont sains et saufs. Les smartphones leur permettent de contacter des êtres chers, restés dans un pays ravagé par la guerre ou déjà installés en Europe. Avec ces mêmes appareils, ils peuvent aussi chercher de l’aide ou échanger des informations avec d’autres réfugiés. D’importantes décisions sont prises lorsqu’ils communiquent avec des passeurs ou discutent entre eux de la prochaine étape par texto ou par téléphone. Dans tous les camps, les lieux les plus animés sont les bornes de chargement et les cafés avec des prises électriques, où les gens discutent et partagent les nouvelles. Au camp d’Idomeni, près de la frontière gréco-macédonienne, les réfugiés ont même développé leur propre réseau pour passer des annonces, partager des informations et même retrouver leur famille.

Mon studio et moi avons rassemblé des photographies de réfugiés en train d’utiliser un smartphone dans des lieux divers, à différentes étapes du voyage. Nous disposons aussi de vidéos racontant de brèves histoires sur l’expérience des réfugiés, les équipes de secours et les différents acteurs impliqués dans la crise. Une première sélection de ces documents a été proposée au Forum Vies Mobiles (décembre 2015 à février 2016), dans le cadre d’un effort soutenu visant à sauvegarder les témoignages historiques sur la crise des réfugiés. »

Ai Weiwei

———————-

« Les travaux de sciences sociales sur la crise mondiale des réfugiés ont tendance, pour la plupart, à mettre en avant les situations les plus désespérées (comme les morts en mer), les populations les plus vulnérables (comme les enfants) et les lieux conflictuels les plus dramatiques (comme la « Jungle » de Calais). Les images d’Ai Weiwei offrent une représentation plus quotidienne des déplacements de dizaines de milliers de personnes sur la Méditerranée et en Europe. Discret sur les aspects dramatiques, il montre les individus pris dans des situations difficiles et personnalise l’expérience de mobilité immobile ou d’immobilité mobile. Dans une autre vidéo, un jeune homme vêtu d’une veste du HCR raconte qu’il a aidé à procurer de la nourriture à un Iranien qui partait dans un bus pour Mytilène, afin de prendre le bateau vers Athènes. L’homme le remercie avec effusion et il explique : « Avec de petits gestes comme celui-ci, vous pouvez leur faciliter la vie et les aider. Et c’est agréable. C’est une façon de leur témoigner de l’affection. »

Les réfugiés nous rappellent que nous devons maintenir « une mobilité connectée dans un monde déconnecté », tout en évoquant subtilement sa dépendance aux connexions aériennes (Sheller 2016). Ironie de l’histoire, ces communications fonctionnent grâce aux satellites d’origine militaire, ceux-là mêmes qui permettent la guerre, les ciblages GPS, les attaques de drones. Les systèmes humanitaires conçus pour protéger ceux qui fuient la guerre sont en échec. Pourtant, aujourd’hui, la violence humaine et la fuite des réfugiés sont relayées par les téléphones portables, les textos, les photographies et la connexion électronique. »

Mimi Sheller

http://artisticlab.forumviesmobiles.org/fr/the-refugee-project

http://forumviesmobiles.org/

illustration @A. Weiwei, ibidem

Marcher sur les morts, Aris Messinis, making-of.afp, 08/11/2016

« En mer Méditerranée – C’est la forme la plus primitive d’instinct de survie dont j’ai été témoin. Marcher sur des morts, aussi délicatement que possible, pour se sauver soi-même. Je couvre la crise des migrants et réfugiés bravant les périls de la mer depuis plus d’un an. Mais ce à quoi j’ai assisté au large de la côte libyenne défie la raison.

C’est arrivé au cours d’un séjour de deux semaines sur l’Astral, un voilier de 30 mètres de l’ONG espagnole Proactiva Open Arms. Elle fait partie de cette constellation d’organisations avec pour principal objectif de sauver de la noyade ceux qui cherchent à traverser la Méditerranée. »   (…)

https://making-of.afp.com/marcher-sur-les-morts#

@photo : AFP/Aris Messinis

Voir aussi :

Scènes de guerre en zone de paix, Aris Messinis, making-of.afp.com, 10/11/2015 https://enigmur.hypotheses.org/5303

Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ », dans Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences, Cultures & Conflits, 99-100, 2015, https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2015-3.htm

Dossier/ I morti del Mediterraneo, Intrasformazione (online), 2016, 5 (1), https://enigmur.hypotheses.org/4988

« Fuocoammare », Lampedusa, feu en mer, Marie Soyeux, la-croix.com, 27/09/2016

fuocoammare2

 » (…) En se refusant le droit au commentaire, Gianfranco Rosi s’oblige à positionner son regard, avec une exigence et une patience extrêmes. Lorsqu’il s’installe sur l’île de Lampedusa, à 200 kilomètres de la Sicile, après le terrible naufrage du 3 octobre 2013, mille caméras l’ont précédé.

Toutes ont rendu compte de la tragédie répétée de ces rivages. Des images, des chiffres, des interviews ont été compilés. On parle de 400 000 migrants depuis 1990 – pour combien de morts ? L’énormité des chiffres n’en demeure pas moins abstraite à ses yeux. Son intention n’est alors pas politique, mais plutôt éthique.

Il s’agit de trouver le point de vue qui échappe à la fois à l’abrutissement des données et à la violence soudaine des images. Il pose sa caméra pour longtemps – dix-huit mois – et de biais.

Lui qui affirme haïr les ciels bleus et ne rien pouvoir filmer sous une lumière trop vive s’imbibe de l’hiver de Lampedusa. Il part à la rencontre de quelques habitants, troublé par un paradoxe : ces derniers, au plus près du drame, ne sont pour beaucoup plus en contact avec les migrants. » (…)

> (Re) lire : À Berlin, un Ours d’or pour Lampedusa

http://www.la-croix.com/Culture/Cinema/Fuocoammare-Lampedusa-feu-en-mer-2016-09-27-1200792099

Voir aussi notre rubrique Lampedusa :

https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs/iles-med/lampedusa-2013-2015

 

 

 

Soy Nero (film de Rafi Pitts) : des Etats-Unis à l’Irak, l’odyssée absurde d’un saute-frontière, Mathieu Macheret, lemonde.fr, 20/09/2016

 » (…) C’est de cette condition apatride que traite Soy Nero, son nouveau film, lui-même sans port d’attache, puisqu’il se déroule entre le Mexique, les Etats-Unis et le Moyen-Orient. Pitts tend sans doute un miroir de sa propre situation à travers l’aberration administrative qui frappe son protagoniste Nero, jeune Latino-Américain de 19 ans, né et grandi à Los Angeles, mais déporté par les services d’immigration au Mexique, où il ne connaît rien ni personne. Alors, Nero tente le tout pour le tout, et passe clandestinement la frontière, avec l’intention de s’engager comme « green card soldier » dans l’armée américaine, seule chance pour nombre d’étrangers d’obtenir leur naturalisation.

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros

Le film commence comme beaucoup de récits sur les flux migratoires entre le Sud et le Nord, en s’accrochant aux basques de son héros, et l’on craint qu’il ne déroule les étapes d’une telle traversée, comme une simple suite de péripéties. Mais la frontière que traverse Nero fait apparaître sa double nature réelle et fantasmatique, comme dans cette scène où le héros se faufile dans le dos des gardes-frontières américains, au moment où le ciel éclate de mille feux d’artifice pour le Nouvel An. L’esthétique nous déplace alors dans le registre de la fable, dans le flou complet que recouvre toute notion d’identité dans le contexte géopolitique actuel. » (…)

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2016/09/20/soy-nero-l-odyssee-absurde-d-un-saute-frontiere_5000432_3476.html#SqezkTIkK3u0hPkt.99

Crédit photo : Une scène du film allemand, français et mexicain de Rafi Pitts, « Soy Nero ». TWENTY TWENTY VISION FILMPRODUKTION/SENORITA FILMS/PIMIENTA FILMS/ZDFARTE/SOPHIE DULAC DISTRIBUTION