Archives de catégorie : EDITION SPECIALE

Cette rubrique attire l’attention sur des informations rares et/ou originales

L’aéroport de Mogadiscio, ses plages, ses diplomates et ses peaux de léopard, Bruno Meyerfeld, lemonde.fr, 06/12/2016

Cet excellent article pour tous ceux qui s’intéressent à l’urbanisme sécuritaire.

A lire en parallèle, la description de la zone verte de Bagdad créée par l’administration Bush :

Ravi Chandrasekaran, Dans la zone verte. Les Américains à Bagdad, Paris, Ed. de l’Olivier, 2008

Envoyé spécial à Bagdad, Rajiv Chandrasekaran a enquêté pendant un an et demi dans la Zone verte, cette «petite Amérique» recréée par l'administration Bush pour accueillir les spécialistes chargés de faire de l'Irak une démocratie moderne. Le journaliste décrit le quotidien de ces Américains vivant en plein centre d'un pays dévasté par les bombardements et en proie à l'anarchie.C'est l'histoire, racontée de l'intérieur, d'une organisation qui s'obstine jusqu'à l'absurde à mettre en place des projets en décalage complet avec la réalité. L'épopée loufoque d'une bande de Pieds Nickelés missionnés par le président des États-Unis pour «libérer l'Irak».(Ed.)

« Notre reporter a passé 24 heures dans le seul lieu véritablement sécurisé de la capitale somalienne. La base est une enclave où se joue une bonne partie de la vie diplomatique, politique et commerciale du pays.

(…) Seul lieu véritablement sécurisé de la capitale, l’aéroport sert de base principale aux casques blancs de la Mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom) et à la plupart des organisations humanitaires. Il n’existe pas de plan de l’aéroport. Le Royaume-Uni, la Chine et plusieurs pays africains disposent d’une ambassade sur place. Depuis juin, les Etats-Unis ont un ambassadeur accrédité : le premier ici depuis 1991.

Sur la base, on slalome entre les tentes militaires, les tas de tôles, de bois, de parpaings, de métal rouillé, les friches, les carcasses d’avions et de véhicules blindés. Tout est moite, tout colle. Rien de dur, rien de vraiment durable. « C’est le Far West ici. A l’image de la Somalie, personne ne sait qui dirige », ironise une diplomate. De larges pans de la base demeurent des zones de non-droit. Au bout de la piste unique, longue de 3 km, on accélère devant les bureaux de la NISA, les services secrets somaliens. « On ne sait pas ce qu’il se passe là-bas », admet un employé de l’Amisom. D’aucuns évoquent des centres de torture, une antichambre de Guantanamo.

Les 300 employés au sol – aux trois quarts somaliens – en sont encore à la préhistoire de l’aviation. Dans la tour de contrôle, ils usent de leur mieux d’un large panneau de bois, sur lequel on colle et décolle des petits papiers où sont inscrits les numéros des avions à l’atterrissage et au décollage. « Mais des machines modernes vont arriver », assure le capitaine Abdiwahid Ahmed, ancien pilote qui dirige aujourd’hui l’Autorité civile somalienne d’aviation et de météorologie (Scama). Ce Somalien chaleureux de 47 ans a ses bureaux dans une petite maison blanche face à la mer.

Du sommet de la tour, on aperçoit l’ancien aéroport : un petit bâtiment beige de rien du tout, rongé par le temps et le sel marin. Son histoire épouse celle de la Somalie. « Il a été inauguré en 1928 par les Italiens. C’était le plus grand et le plus moderne des aéroports d’Afrique de l’Est », raconte le capitaine Ahmed. Dès 1934, les trimoteurs de la compagnie aérienne de l’Etat mussolinien Ala Littoria desservent la Linea dell’Impero (« ligne de l’empire ») le long de l’Afrique orientale italienne, d’Asmara (Erythrée) à Addis-Abeba (Ethiopie), avec pour terminus Mogadiscio. »  (…)

http://www.lemonde.fr/international/article/2016/12/06/l-aeroport-de-mogadiscio-base-hors-sol_5044419_3210.html#6tS1DWAxtwIMq7PE.99

@photo : Siegfried Modola pour Le Monde. Vue de l’aéroport de Mogadiscio quelques jours après l’attentat du 26 juillet, qui a brisé les vitres. ibidem
L'auteur : @bmeyerfeld    

Entre deux murs, Emmanuel Haddad, ijsbergmagazine.com, 20/01/2015

« J’ai l’impression d’être entre deux murs. D’un côté, la guerre m’empêche de retourner en Syrie. De l’autre, la bureaucratie des États européens m’interdit de voyager librement. Je n’ai que deux moyens de m’échapper. Par la mer ou par les airs. »

Lisbonne 132bis

Lisbonne 132bis

  » Nabil a fui, sans se retourner, le pays de son cœur transformé en théâtre de guerre. Derrière lui, des cendres. Devant, l’Europe, où son épouse a réussi à s’échapper. Entre les deux, une forteresse. Trouvera-t-il la faille ?

  » (…) Nabil s’est installé à Beyrouth le 1er mars 2014 avec une idée fixe : retrouver Hélène, son épouse, qui étudie la géologie à Porto. Le jour où il s’est installé au bord de la Méditerranée, elle commençait son semestre d’études sur les rives de l’Atlantique. Pour lui, l’exil au Liban marque moins le refuge que la séparation d’avec la femme de sa vie, épousée à l’automne 2013, au plus fort de la guerre civile syrienne. La capitale libanaise ne doit être qu’une étape, la plus courte possible, avant de rejoindre l’Europe où il espère démarrer une vie nouvelle.

 Tous les Syriens quittent leur pays pour survivre. Nabil, comme 3,34 millions de Syriens, est, aux yeux de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), un réfugié. Comme les autres, il a été forcé à l’exil de peur d’être persécuté.

 Derrière ce terrible motif collectif, chacun a des raisons plus personnelles et subtiles, que le droit international ne grave pas toujours dans le marbre. Et que les Européens n’ont que rarement la possibilité de connaître. De la Syrie, ils n’entendent en général parler que des partisans du régime, décrits comme cyniques ou sanguinaires, de ses opposants modérés, le plus souvent impuissants, ou des combattants djihadistes, dépeints comme d’horribles barbares sortis du Moyen-Âge. Et une fois arrivés aux portes de l’Europe, les Syriens fuyant la guerre se fondent tous dans le moule du migrant, le plus souvent clandestin. »  (…)

 https://ijsbergmagazine.com/refugies-syrie-liban/ 

crédit photo : B. Barthélémy, E. Ritaine, Lisbonne, 2012

 

Voyage en barbarie : Chez les bourreaux du Sinaï, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lemonde.fr, 01/09/2014

voyage-en-barbarie_

« « Ils ont ouvert la porte de la prison. J’ai vu dix personnes enchaînées, debout, face contre le mur. Par terre, il y avait un garçon qui n’arrivait plus à se relever. Son dos n’était que chair et os à vif. Et cette odeur de sang, d’excréments… Une odeur de mort. » En mars 2013, Germay Berhane est jeté pour la première fois dans une maison de torture du désert du nord du Sinaï. Il va passer trois mois aux mains d’Abu Omar, l’un des trois tortionnaires les plus redoutés de la péninsule. Supplicié chaque jour, plusieurs fois par jour, sans répit.   (…)

Comme lui, ils sont désormais chaque mois entre 3 000 et 4 000 à fuir l’Erythrée, en direction du Soudan. La plupart sont très jeunes. « Un véritable exode, le pays se vide de sa population », selon la rapporteure spéciale des Nations unies pour l’Erythrée, Sheila B. Keetharuth. Les Erythréens représentent d’ailleurs un tiers des clandestins arrivés en Italie depuis janvier. Mais entre les chiffres de départ et ceux de l’arrivée en Europe ou en Ethiopie, au Soudan, à Djibouti, en Libye et en Egypte, il y a une différence qui a été longtemps inexpliquée. On découvre aujourd’hui qu’elle résulte d’un trafic monstrueux d’êtres humains. Une étude saisissante publiée en Belgique (The Human Trafficking Cycle, Sinai and Beyond, Myriam Van Reisen, Meron Estefanos et Conny Rijken, éditions Wolfpublishers, 2013) estime que 50 000 Erythréens seraient passés par le Sinaï ces cinq dernières années. Plus de 10 000 n’en sont jamais revenus. »  (…)

 http://lemonde.fr/afrique/article/2014/09/01/chez-les-bourreaux-du-sinai_4479628_3212.html?xtmc=torture_sinai&xtcr=2

.

The Human Trafficking Cycle, Sinai and Beyond, Myriam Van Reisen, Meron Estefanos et Conny Rijken, éditions Wolfpublishers, 2013

PDF  :  https://www.tilburguniversity.edu/upload/3f49d138-d69b-4d47-aa24-d98e7bdd660e_HumanTrafficking-Sinai2-web.pdf

.

Deux anges dans le désert, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lemonde.fr, 02/09/2014

« Il est presque minuit à Al-Mahdia, petit village du nord-est du Sinaï. Sous un porche à peine éclairé, treize hommes, pistolets-mitrailleurs Uzi flambant neufs en bandoulière, sirotent un thé brûlant. Silencieux et tendus, ils entourent leur chef. Cheikh Mohammed Hassan Awwad, la trentaine, arbore la barbe drue des religieux et offre le thé dans une annexe au sol couvert de tapis. Dans le Sinaï, le cheikh est une célébrité. Tous connaissent celui qui, à chaque prière du vendredi, brandit le Coran pour affirmer : « La torture est contraire à l’islam ! Arrêtez de kidnapper les Africains ! »

 Le cheikh aurait récupéré plus de 500 migrants. Il désigne le hangar en béton où il recueillait les rescapés jusqu’à ce que les opérations de l’armée égyptienne dans le Sinaï contre les cellules djihadistes ralentissent le trafic : sur le sol caillouteux, des couvertures empilées et des paquets de biscuits vides. « Je suis religieux, c’est mon devoir », dit le cheikh, un peu las de ce rôle obligé de sauveur et de la sauvagerie des tortionnaires. Ces derniers opèrent à ciel ouvert dans un périmètre d’une dizaine de kilomètres autour du village d’Al-Mahdia. Les connaît-il ? Le cheikh sourit, soupire. Un Bédouin ne dénonce jamais son voisin. « Ceux qui le font ont perdu Dieu », lâche-t-il. Au loin, le fracas d’un bombardement se fait brusquement entendre.

 Au même moment, Alganesh Fessaha, présidente de l’ONG Gandhi, atterrit au Caire. Un pick-up l’attend à l’aéroport. Voix ferme et regard sévère, cette militante italienne d’origine érythréenne a ses habitudes dans la capitale égyptienne. Son portable sonne. « Non, cheikh, ils ne m’ont pas encore appelée », dit-elle en arabe.

 La militante obstinée et le chef bédouin salafiste. Depuis six ans déjà, cette curieuse équipe se réunit régulièrement pour organiser des libérations de migrants pris en otage. Cette fois, Alganesh est particulièrement anxieuse. « Parmi les otages, il y a un garçon de 13 ans à peine, Merih. Les siens sont trop pauvres pour payer. Les tortionnaires le laissent mourir de faim. » Au péril de sa vie, le gamin a réussi à emprunter un téléphone portable et à appeler Alganesh : « La prison n’est gardée que par deux hommes et serait proche d’une mosquée. C’est donc forcément près d’Al-Mahdia. » »  (…)

http://lemonde.fr/afrique/article/2014/09/02/deux-anges-dans-le-desert_4480180_3212.html

.

Sur la piste des rançons, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lemonde.fr, 03/09/2014

  » (…) Novembre 2013. Meron a enfin obtenu de l’Union européenne une lettre d’invitation pour que Daniel et Filmon viennent témoigner devant le Parlement. Devant un hémicycle bondé, elle raconte en détail le trafic d’êtres humains dans la Corne de l’Afrique. Le rapport expose des méthodes de torture dignes des pires univers concentrationnaires. Et souligne que les tortionnaires auraient récolté, au bas mot, plus de 600 millions de dollars de rançons à travers le monde. La salle est sidérée. Puis Daniel monte sur l’estrade et témoigne, le premier, à visage découvert. Filmon écoute en silence, masqué par un rideau d’où n’émergent que ses deux mains suppliciées. A la fin, il prend la parole : « Nous avons été persécutés dans notre pays. Torturés et violés dans le Sinaï. Détenus en Israël. Certains sont morts à Lampedusa. Quel crime avons-nous commis pour mériter cela ? Regardez mes mains, entendez nos cris, nos pleurs. Entendez-nous, enfin ! Pour que le désert et la mer cessent d’être notre tombeau. » » (…)

 http://lemonde.fr/international/article/2014/09/03/sur-la-piste-des-rancons_4481081_3210.html

.

Voyage en barbarie, Visuel interactif, Cécile Allegra / Delphine Deloget,  lemonde.fr, 13/10/2014 

Des milliers de réfugiés érythréens fuyant la dictature sont kidnappés, emprisonnés, torturés par des bédouins qui demandent une rançon aux familles des captifs. Un système de crime organisé bien rodé, qui fonctionne en toute impunité.

 http://abonnes.lemonde.fr/afrique/visuel/2014/10/13/voyage-en-barbarie-dans-le-desert-du-sinai_4501271_3212.html

 .

Voyage en barbarie, documentaire, Delphine Deloget et Cécile Allegra, Production Memento, 2014

Rediffusion sur Public Sénat le :
mercredi 29/10/2014 à 12h30
dimanche 02/11/2014 à 09h00
lundi 03/11/2014 à 22h30
Durée : 62 minutes

« À la faveur des convulsions du Printemps arabe, le Sinaï s’est transformé en un immense camp de torture. Un lieu où s’exerce une barbarie d’un autre âge. Les victimes ? Des Erythréens, jeunes, éduqués et chrétiens pour la plupart.
Cinquante mille d’entre eux ont été kidnappés et séquestrés par des tribus bédouines.
Les victimes sont enfermées dans des « maisons de torture » prévues à cet effet. Entre deux sévices, les tortionnaires leur tendent un téléphone pour qu’ils appellent leurs parents et les supplient de verser une rançon de 40 000 dollars. Peu importe la souffrance infligée, l’objectif est l’argent.
Ce documentaire part à la rencontre de trois survivants du Sinaï qui ont accepté de témoigner pour la première fois à visage découvert. »

.

erythréeDanielGal

La torture au bout du fil, documentaire, Keren Shayo 

Arte+7: 17.09-24.09.2014

Le combat d’une journaliste érythréenne pour venir en aide à ses compatriotes fuyant la dictature militaire, pris en otage à la frontière entre l’Égypte et Israël, torturés et rançonnés

La tactique est bien rodée. Des migrants érythréens sont pris en otage à la frontière entre l’Égypte et Israël, puis retenus dans des camps de prisonniers où leurs ravisseurs les torturent. Les victimes doivent alors supplier par téléphone leurs proches, qui ont réussi à gagner Israël, de réunir une rançon exorbitante… La journaliste érythréenne Meron Estefanos révèle depuis Stockholm l’histoire de ses compatriotes dans une émission de radio en ligne. Elle téléphone aux otages, aide les familles à retrouver les disparus ou à réunir l’argent demandé. Mais elle a bien conscience du dilemme : chaque paiement de rançon renforce le système d’extorsion des ravisseurs. Pour ce documentaire diffusé en juin 2014 aux Nations Unies, au Parlement européen et à la Knesset, la réalisatrice israélienne Keren Shayo accompagne Meron Estefanos lors de son premier voyage en Israël et au Sinaï, vers ceux qu’elle ne connaît que par téléphone.

 Ces dix dernières années, plus de cent mille personnes ont quitté l’Érythrée, dictature militaire, pour gagner Israël depuis l’Afrique de l’Est. Avec la fermeture des frontières européennes en 2006, ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers l’État hébreu. Mais leur espoir se heurte trop souvent à des réalités dramatiques, comme celles du trafic d’organes ou des camps de torture. (présentation ARTE)

Origine : ZDF Pays : Suisse, Israel  Année : 2014 Disponible en direct : oui  Son : StereoImage : HD, 16/9Version : VF  

https://www.arte.tv/guide/fr/

Crédit photo : Daniel Gal, ibidem

.

EUROPOL : Criminal groups extort European relatives of kidnap victims, 04/03/2014    

« Europol has warned EU law enforcement authorities about the kidnapping of irregular migrants and the subsequent extortion of their relatives or friends who are residing in Europe.

In the cases known to law enforcement, ransoms extorted from the European contacts have ranged from EUR 4400 to EUR 25 700. In most cases, the extortion processes involved multiple negotiation steps and sequential increases in the ransom amount. Payments were made to multiple cash handlers used by organised criminal groups in locations inside and outside of Europe.

 Based on data provided by national law enforcement authorities it is clear that individuals of Eritrean origin living in Sweden and at least two other European countries have been subject to extortion as relatives for Eritrean kidnapping victims held hostage and exposed to torture in the Sinai Peninsula. The extortion operations were run by organised crime groups (OCGs) of Bedouin origin exploiting irregular migrants who had been kidnapped in Eritrea and Sudan by OCGs of Rashaida origin.

 “Europol has issued a warning to all police forces in Europe that this form of international extortion may also be happening in their areas,” says Rob Wainwright, Director of Europol. “In response to any increase in cases reported to national competent authorities in Europe, the centralised analysis of this data at Europol would enable the detection of cross-border links between different cash handlers. Europol is ready for coordinated action with Interpol to deal with the problem in Europe and the Sinai region.”

 Cecilia Malmström, European Commission for Home Affairs, comments: “This is a worrying and sad phenomenon – a terrible tragedy that is also having direct consequences in our Member States. It needs to be tackled from every possible angle. I would like to call for more cooperation between Member States, in particular regarding the extortion of individuals and the organised crime groups operating within Europe that support and perpetuate the horrendous practices occurring in the Sinai”.

 In some cases, hostages have been provided with phones to call their European contacts and request payment for their release. In other cases, the relatives have been extorted by cash handlers that are based in Europe and working for Bedouin criminal groups operating in the Sinai Peninsula. For instance, a victim’s friend located in Sweden was contacted by two Swedish-speaking suspects on local mobile phone numbers demanding EUR 24 000 for a victim being held in the Sinai. Threatening that non-compliance would result in the victim’s death and sale of the victim’s organs, the suspects attempted to arrange face-to-face meetings in Sweden for the handover of ransom payments. Subsequently, the relative was sent regular threat messages via SMS and presented with a shortened deadline. In this case, the victim was killed and the transaction was not completed.

 While the dark figure for the extortion of the European contacts of hostages in the Sinai may be considerably higher, the number of cases recorded by law enforcement authorities is low. Increased public awareness may encourage affected individuals to come forward and report these incidents of extortion. »

 Read the ‘Scan Policy Brief’

 https://www.europol.europa.eu/content/criminal-groups-

.

Voir aussi :

Les Erythréens sont revenus. Ils sont morts en chemin, Léonard Vincent, 2013

http://enigmur.hypotheses.org/3669

 

 

Io sto con la sposa: un film contro le barriere, Francesca Sironi, espresso.repubblica.it, 19/05/2014

sposa3

« What border guard would ever check the documents of a bride? »

« Cinque giorni di fuga. Cinque compagni di viaggio, palestinesi e siriani. Un obiettivo: raggiungere la Svezia. Con un gruppo di ragazzi italiani e arabi ad accompagnarli, superando il filo spinato vestiti da matrimonio. Per sfidare le regole che bloccano chi fugge dalla guerra. E raccontare un’amicizia che può unire il Mediterraneo.

 Lei ha il vestito bianco. Di quelli con le balze, da sposa-principessa. Di fianco un ragazzo magro in completo, cravatta, cappotto. Dietro un piccolo corteo matrimoniale: amici con l’abito buono, signore con la messa in piega, immancabili cappelli. Abbigliati a festa, tutti quanti, stanno passando sotto il filo spinato. Perché sono clandestini, in fuga dalla guerra siriana, dalle persecuzioni in Palestina. E questa è la prima tappa del loro viaggio clandestino da Milano a Stoccolma passando per Francia e Germania. Travestiti da invitati a un matrimonio per superare i controlli di frontiera.

Lo straordinario viaggio di questo gruppo di amici è raccontato da Gabriele del Grande , Antonio Augugliaro e Khaled Soliman Alnassiry in “ Io sto con la sposa ”, un documentario-manifesto che da oggi è online per lanciare una raccolta fondi necessaria a finanziare la produzione del film » (…)

 http://espresso.repubblica.it/attualita/2014/05/19/news/

.

 Io sto con la sposa / On the bride’s side, documentario-manifesto, Antonio Augugliaro, Gabriele Del Grande e Khaled Soliman Al Nassiry 

« Quale poliziotto chiederebbe mai i documenti a una sposa? » (…)

E guardate che in ballo c’è molto di più del nostro lavoro. C’è la possibilità di dimostrare che questo amato Mediterraneo non sia soltanto un cimitero, ma che possa ancora essere il mare che ci unisce. »

 « What border policeman would stop a wedding procession to ask for the bride’s documents? » (…)

After all, this is about much more than producing a film. It’s about the possibility of showing that our beloved Mediterranean isn’t just a graveyard, but a sea that can unite us again. »

 Written, directed and produced by:
Antonio Augugliaro, Gabriele Del Grande e Khaled Soliman Al Nassiry

 http:www.iostoconlasposa.com/

http://www.iostoconlasposa.com/en/

.

« Io sto con la sposa »: la storia vera di un finto corteo nuziale per entrare in Europa. Il progetto diventa un docufilm,  Laura Eduati, L’Huffington Post, 19/05/2014

 Vedi :  VIDEO

.

sposa2.

The cost of the production and post-production of this film is 150 thousand euros. We need to raise at least half this sum before the end of June in order to complete the film in time to register for the Venice Festival in September and distribute it in the autumn.

 Participez à la réussite du projet

pour IO STO CON LA SPOSA – ON THE BRIDE’S SIDE et l’équipe !

Contribuer maintenant 

Fotografo di scena : Marco Garofalo, ibidem

Voir aussi :

Io sto con la sposa (Moi, je suis avec la mariée)

« C’est l’histoire d’un voyage de trente mille kilomètres, du nord de l’Italie (Milan) à la Suède, d’un groupe de Palestiniens et de Syriens ayant fui la guerre. Pour passer les frontières blindées d’une partie de l’Europe, ils imaginent un stratagème : un faux cortège nuptial avec sa mariée et ses invités. Quel policier s’aviserait de perturber la noce en leur demandant leurs papiers d’identité ?

Raconté en prise direct, le voyage se déploie d’un pays à l’autre, se jouant des confins interdits pour devenir un film, « Io sto con la sposa » (Moi, je suis avec la mariée) est «une histoire fantastique et pourtant terriblement vraie.»

Pour soutenir les coûts de production et postproduction du travail, un campagne de crowdfunding a été lancée. Elle devra recueillir 150.000 euros pour finir le film, le présenter à temps au Festival de Venise et le distribuer dans les salles en octobre prochain. » 

http://www.babelmed.net/arte-e-spettacolo/125-italia/

.

Fuir la guerre dans un cortège nuptial,  Övgü Pınar, babelmed.net, 27/06/2014     

 Traduction de l’Italien Matteo Mancini

 « “Une histoire fantastique mais incroyablement vraie. Un acte courageux de désobéissance civique”. C’est ainsi que les réalisateurs décrivent “Io sto con la sposa” (“J’accompagne la mariée”), un documentaire sur un faux cortège nuptial qui voyage d’Italie jusqu’en Suède pour venir en aide à cinq Palestiniens et Syriens qui fuient la guerre. “Quel flic oserait demander les papiers à une mariée ?”. “Aucun”, c’est bien ce que montre le documentaire. Le cortège réussit en effet à passer les cinq frontières qui séparent l’Italie de la Suède en traversant la France, le Luxembourg, l’Allemagne et le Danemark. Une fois sur place, les protagonistes-migrants obtiennent le statut de réfugié politique.

Laissons la parole au journaliste italien Gabriele del Grande, un des créateurs du projet “J’accompagne la mariée”. 

 Quand avez-vous décidé d’entreprendre ce “voyage de noces” ?

 C’était en Octobre 2013, l’Italie était choquée par la mort de cinq-cents migrants lors des naufrages du 3 et du 11 octobre à Lampedusa. J’étais rentré à Milan depuis un mois, après mon dernier voyage en Syrie comme reporter de guerre. Milan était devenue une zone de transit pour les milliers de réfugiés syriens. Ils arrivaient à bord des trains en provenance du sud de l’Italie, après avoir débarqué en Sicile en suivant les routes des contrebandiers libyens et égyptiens. Une fois à Milan, toujours à l’aide des contrebandiers, les migrants cherchaient un moyen de rejoindre l’Europe du nord. Durant ces jours j’allais souvent à la gare centrale avec un ami poète syro-palestinien, Khaled Soliman Al Nassiry (co-réalisateur du film). Avec le temps, on a connu cinq palestiniens et syriens qui avaient fuient la guerre, avec lesquels on a lié d’amitié. On les a hébergés chez nous. Et quand on s’est demandés comment les aider à poursuivre leur voyage vers la Suède, on a eu l’idée du faux cortège nuptial. Un ami réalisateur, Antonio Augugliaro (co-réalisateur du film) nous a persuadés de filmer le voyage et d’en faire un documentaire.

 Qui sont les migrants que vous avez aidés et d’où viennent- ils ?

 C’étaient des Syriens et des Palestiniens qui avaient fui la guerre en Syrie. Un étudiant universitaire en langue et littérature anglaise (Abdallah), un couple de vieux opposants de la gauche syrienne (Mona et Ahmed) et un enfant rappeur en voyage avec son père (Manar et Alaa). » (…)

http://www.babelmed.net/arte-e-spettacolo/125-italia/13590-fuir-la-guerre-dans-un-cortege-nuptial.html

Trailer officiel :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=dv93D83aps4

.

Voir aussi : Io sto con la sposa, presentazione Biennale di Venezia 2014

http://enigmur.hypotheses.org/4071

Quell’abbraccio inimmaginabile in un mare di morte, Attilio Bolzoni, repubblica.it, 15/05/2014

abbraccio_notizia--620x420

*

I soccorritori li avevano raccontati, i 366 di Lampedusa. Ma la tragedia dei migranti del 3 ottobre 2013 ora è ancora più chiaramente la tragedia di tutti. Quanti altri esseri umani saranno annegati nel nostro Mediterraneo, stretti così?

LEGGI
L’orrore in fondo al mare. Ecco come muore un migrante

VIDEO

 

http://video.repubblica.it/edizione/palermo/quell-abbraccio-inimmaginabile-in-un-mare-di-morte/165896/164385?ref=HREC1-4

Crédit photo : Sommozzatori, repubblica.it