Archives de catégorie : Littérature

James Noel, La migration des murs, Paris, Galaade, 2016

 « La Migration des murs est un pamphlet poétique. Un work in progress, dont James Noël nous a donné un premier aperçu dans une édition expérimentale en collaboration avec Fanette Mellier à la Villa Médicis.

Ce texte d’intervention et d’engagement, que James Noël a commencé à rédiger en mémoire des ravages provoqués par le séisme de 2010, est très vite devenu une invitation universelle à faire table rase de tous les murs qui font ruines du monde. » (présentation éditeur)

Extrait :

« Viendra un jour un peuple de maçons de dernière heure qui se retournera d’un seul bond, en reptilien boumerang contre les murs Un peuple de maçons, comme nouvelle cheville-ouvrière de la destruction des murs

Verrà un giorno un popolo di muratori dell’ultima ora che si rivolterà in uno scatto, in serpentineo boomerang contro i muri  Un popolo di muratori, come nuovo perno della distruzione dei muri

Un peuple de maçons parachutés des grues en rut, pour mettre fin aux impasses improvisées des murs Un peuple de maçons pour en finir avec la provision de toutes ces mains qui dressent les murs comme des chiens-policiers, dressés avec des barbelés autour du cou

Un popolo di muratori paracadutati da gru in calore, per mettere fine all’impasse improvvisata dei muri  Un popolo di muratori per farla finita con la scorta di tutte queste mani che addestrano muri come cani poliziotto, innalzati con fili spinati attorno al collo

Un peuple de maçons pour en finir avec la surpopulation des murs, en finir avec leur striptease, leur idée fixe et autres alliances consolidées avec l’acier En finir avec l’arrogance de tous ces murs qui prennent des barbelés pour des colliers d’argent

Un popolo di muratori per farla finita con la sovrappopolazione dei muri, con il loro striptease, la loro idea fissa e altre alleanze consolidate con l’acciaio Farla finita con l’arroganza di tutti i muri che scambiano fili spinati per collari d’argento »

crédit photo : Fanette Mellier, http://fanettemellier.com/project/migration-des-murs/

Voir aussi :

Lecture à deux voix par James Noël et Arthur H, 18 septembre 2016, Maison de la poésie, Paris

Prix littéraire de la Porte Dorée 2013 : Mathias Énard, Rue des voleurs

enard2L’édition 2013 du Prix littéraire de la Porte Dorée récompense Rue des voleurs de Mathias Énard, Actes Sud,

Le Prix littéraire de la Porte Dorée récompense un roman ou un récit écrit en français traitant du thème de l’exil. Mardi 4 juin 2013, les membres du jury du Prix littéraire de la Porte Dorée ont décidé de récompenser le dernier roman de Mathias Énard Rue des voleurs parmi huit titres présélectionnés.

*

“Rue des Voleurs n’est pas seulement un bon livre de plus sur l’exil, mais un grand livre qui sait nous arracher à nos certitudes, à nos indifférences ou à nos ignorances, pour nous faire entendre une voix singulière prise dans le tumulte du monde, un livre vivant : La vie est une machine à arracher l’être ; elle nous dépouille, depuis l’enfance, pour nous repeupler en nous plongeant dans un bain de contacts, de voix, de messages qui nous modifient à l’infini, nous sommes en mouvement.” (Michaël Ferrier, écrivain, lauréat du Prix littéraire de la Porte dorée en 2011)

“Écrire une épopée à la Sinbad sur le printemps arabe si tôt après les événements, c’est une gageure. Et je la trouve très réussie.” (Alice Zeniter, écrivain, première lauréate du Prix littéraire de la Porte dorée en 2010, Prix du livre Inter 2013)

“Osons un rapprochement rapide : ce nouveau roman de Mathias Énard a des airs d’Attrape-cœurs par la forme et d’un récit du grand écrivain arabe Naguib Mahfouz pour le fond. Le jeune Lakhdar n’est pas si éloigné du petit Holden Caulfield, même s’il est plus âgé (18 ans au début de l’histoire), il a le même âge mental et les mêmes rêves.” (Mohamed Aïssaoui, Le Figaro littéraire)

“Dans Rue des voleurs, la jeunesse, celle du Printemps arabe ou celle des Indignados, dit le commun de l’humanité, la liberté de vivre, d’aimer, de découvrir le monde. Face aux murs de l’ignorance, Mathias Énard prévient : « Un jour ou l’autre, il faut choisir son camp.” (Mustapha Harzoune, journaliste, critique littéraire)

Rue des voleurs, vu par Michaël Ferrier, écrivain, membre du jury :

« Dès le début, j’ai été pris par ce livre : Énard a un style, qui s’impose dès les toutes premières lignes. C’est rare. Ensuite, on peut ouvrir le roman à n’importe quelle page : tout de suite, la voix revient, caractéristique, inimitable. C’est un rythme particulier, avec une phrase parfois très longue et pourtant jamais pompeuse ou verbeuse. C’est une phrase en déplacement permanent, une phrase migrante, prenant appui sur une extraordinaire mécanique des points-virgules (Enard est un orfèvre du point-virgule, dans toutes ses nuances, dans toute son amplitude), et qui peut épouser aussi bien les sinuosités de la réflexion intérieure que la description d’un paysage de Barcelone ou de Tunis.

C’est aussi un livre courageux et intelligent. Courageux par son sujet, sujet brûlant qui aurait pu mener aux pires banalités ou, à l’inverse, aux pires extrémités (sur les Printemps arabes, l’attentat de Marrakech, la tuerie de Toulouse, l’Islam, le terrorisme). Intelligent par le choix des sites et des personnages, ainsi que par le traitement qu’il leur réserve : le choix de Tanger par exemple, ville-frontière qui nous rappelle à chaque rue que le destin du monde arabe est le nôtre, et en même temps ville en marge, tout comme le beau personnage de Lakhdar, le narrateur, complexe et séduisant, narrateur-chien fou, tour à tour irritant, amusant, émouvant.

Roman plein de poésie également, pas de cette « poésie » qui consiste à enrober les phrases avec de beaux adjectifs bien cousus et rutilants, mais d’une poésie pour ainsi dire interne, naissant de la syntaxe et du rythme autant que du vocabulaire et des images. La première phrase par exemple est époustouflante.

Enfin, c’est un livre loin des clichés, loin de l’ignorance phénoménale et de la bêtise qui s’empare des bouches et se pose sur les micros quand on aborde ces sujets. C’est un livre qui maîtrise parfaitement son projet, avec un humour à la fois féroce et fragile, un livre transpercé aussi par l’ironie et l’insolence, le tout servi par une langue superbe. Il faut le dire : par son sujet, par son style, par son ton, Rue des voleurs n’est pas seulement un bon ouvrage de plus sur l’exil, mais un grand livre qui sait nous arracher à nos certitudes, à nos indifférences ou à nos ignorances, pour nous faire entendre une voix singulière prise dans le tumulte du monde. C’est un livre fragile, parfois hilarant, souvent émouvant. Un livre vivant : « La vie est une machine à arracher l’être ; elle nous dépouille, depuis l’enfance, pour nous repeupler en nous plongeant dans un bain de contacts, de voix, de messages qui nous modifient à l’infini, nous sommes en mouvement. »

Né en 1972, Mathias Énard a étudié le persan et l’arabe et fait de longs séjours au Moyen-Orient. Il vit à Barcelone. Il est l’auteur de quatre autres romans chez Actes Sud : La perfection du tir (2003, Prix des cinq continents de la francophonie ; Babel n° 903), Remonter l’Orénoque (2005, adapté au cinéma en 2012 par Marion Laine sous le titre « À cœur ouvert » avec Juliette Binoche et Edgar Ramírez), Zone (2008, prix Décembre, prix du livre Inter ; Babel n° 1020) et Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants (2010, Prix Goncourt des Lycéens, Prix du livre en Poitou-Charentes 2011). Ainsi que Bréviaire des artificiers (Verticales, 2007) et L’alcool et la nostalgie (Inculte, 2011 ; Babel n° 1111).

Source :

http://www.histoire-immigration.fr/la-cite/le-prix-litteraire-de-la-porte-doree/le-prix-2013

 

Présentation éditeur :

« C’est un jeune Marocain de Tanger, un garçon sans histoire, un musulman passable, juste trop avide de liberté et d’épanouissement, dans une société peu libertaire. Au lycée, il a appris quelques bribes d’espagnol, assez de français pour se gaver de Série Noire. Il attend l’âge adulte en lorgnant les seins de sa cousine Meryem. C’est avec elle qu’il va “fauter”, une fois et une seule. On les surprend : les coups pleuvent, le voici à la rue, sans foi ni loi.

 Commence alors une dérive qui l’amènera à servir les textes – et les morts – de manières inattendues, à confronter ses cauchemars au réel, à tutoyer l’amour et les projets d’exil.

 Dans Rue des Voleurs, roman à vif et sur le vif, l’auteur de Zone retrouve son territoire hypersensible à l’heure du Printemps arabe et des révoltes indignées. Tandis que la Méditerranée s’embrase, l’Europe vacille. Il faut toute la jeunesse, toute la naïveté, toute l’énergie du jeune Tangérois pour traverser sans rebrousser chemin le champ de bataille. Parcours d’un combattant sans cause, Rue des Voleurs est porté par le rêve d’improbables apaisements, dans un avenir d’avance confisqué, qu’éclairent pourtant la compagnie des livres, l’amour de l’écrit et l’affirmation d’un humanisme arabe. »

*

 » LE 17 DÉCEMBRE 2010, Muhammed Bouazizi, marchand ambulant, s’immole par le feu à Sidi Bouzid et déclenche la Révolution tunisienne. La révolte naît du désespoir ; elle commence par porter la main sur soi, par un sacrifice. La perte de patience. Le suicide ou l’action. Le Printemps arabe, longtemps attendu, commence dans la mort.

“L’arc se tord, le bois crie. Au sommet de la plus haute tension va jaillir l’élan d’une droite flèche, du trait le plus dur et le plus libre” : ainsi Camus terminait-il son Homme révolté. Les mois qui ont suivi ont vu la défaite de dictateurs sous les coups de la révolte, la difficulté de l’établissement de la justice et de la démocratie, les victoires des partis islamistes au Maroc, en Tunisie, en Égypte. Aujourd’hui, une guerre terrifiante se poursuit en Syrie ; la campagne présidentielle française a atteint des sommets de xénophobie et de bêtise, la crise économique jette l’Europe du Sud dans la violence et la tentation du fascisme.

 Tout cela m’est apparu comme différents visages d’un même combat en cours, le combat pour la liberté, pour le droit à une existence digne, qu’il se livre en Tunisie, en Égypte, en Espagne ou en France.

 J’ai entrepris de raconter ces luttes, à travers un voyage dans ce champ de bataille qu’est notre univers – Tanger, Tunis, Algésiras et Barcelone en sont les principales étapes. Un roman d’aventures, de l’aventure tragique du monde d’aujourd’hui. On y croisera des jeunes qui rêvent d’un avenir meilleur, d’autres qui n’en rêvent plus, des islamistes, des musulmans, des mendiants, des putains, des voleurs – et des livres, beaucoup de livres, qui restent, en définitive, avec le feu, la seule façon de combattre les ténèbres. »  (Mathias Énard)

http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/rue-des-voleurs

Illustration : Nermine Hammam