Archives de catégorie : Artothèque

Ai Weiwei, Les réfugiés connectés, Expo virtuelle, forumviesmobiles.org

Ai Weiwei conduit depuis 2015 un projet de grande ampleur visant à témoigner de la situation des réfugiés. Dans ce cadre, le Forum Vies mobiles lui a demandé de prêter une attention particulière à leur usage du smartphone et à la façon dont cela conditionne leur mobilité. Dans ce projet dévoilé en 3 temps, découvrez les photos et vidéos de l’artiste chinois ainsi que leur analyse par la sociologue de la mobilité Mimi Sheller. (site)

————————-

« Depuis décembre 2015, je me suis lancé dans un projet visant à témoigner de la crise des réfugiés en Europe et au Moyen-Orient. En identifiant l’origine des réfugiés et en suivant leurs pérégrinations, je cherche à enregistrer et à analyser leur condition d’existence et les conséquences que cela entraîne pour nous.

Dans le cadre de ce projet plus vaste, je m’intéresse particulièrement à la façon dont les personnes déplacées communiquent et se rapprochent les uns des autres grâce aux smartphones. Pour les hommes et les femmes qui sont dans les camps de réfugiés, ou en chemin entre leur pays d’origine et des lieux plus sûrs, le smartphone est le moyen de communication le plus important. Même quand ils ont perdu tout le reste, ils mettent à l’abri leur téléphone. Lors de la traversée de mers dangereuses, ils les emballent dans du plastique afin de les protéger de l’eau. Quand les bateaux semblent sur le point de couler, ils utilisent ces téléphones pour appeler leurs proches ou envoyer des appels au secours. Pendant leurs longs voyages, ils sont également nombreux à s’en servir pour témoigner de ce qu’ils ont vu et entendu.

Lorsque les réfugiés ont réussi à fuir la guerre, malgré le danger, et arrivent sur les côtes de l’Europe, leur première préoccupation est d’appeler chez eux, pour prévenir leurs proches qu’ils sont sains et saufs. Les smartphones leur permettent de contacter des êtres chers, restés dans un pays ravagé par la guerre ou déjà installés en Europe. Avec ces mêmes appareils, ils peuvent aussi chercher de l’aide ou échanger des informations avec d’autres réfugiés. D’importantes décisions sont prises lorsqu’ils communiquent avec des passeurs ou discutent entre eux de la prochaine étape par texto ou par téléphone. Dans tous les camps, les lieux les plus animés sont les bornes de chargement et les cafés avec des prises électriques, où les gens discutent et partagent les nouvelles. Au camp d’Idomeni, près de la frontière gréco-macédonienne, les réfugiés ont même développé leur propre réseau pour passer des annonces, partager des informations et même retrouver leur famille.

Mon studio et moi avons rassemblé des photographies de réfugiés en train d’utiliser un smartphone dans des lieux divers, à différentes étapes du voyage. Nous disposons aussi de vidéos racontant de brèves histoires sur l’expérience des réfugiés, les équipes de secours et les différents acteurs impliqués dans la crise. Une première sélection de ces documents a été proposée au Forum Vies Mobiles (décembre 2015 à février 2016), dans le cadre d’un effort soutenu visant à sauvegarder les témoignages historiques sur la crise des réfugiés. »

Ai Weiwei

———————-

« Les travaux de sciences sociales sur la crise mondiale des réfugiés ont tendance, pour la plupart, à mettre en avant les situations les plus désespérées (comme les morts en mer), les populations les plus vulnérables (comme les enfants) et les lieux conflictuels les plus dramatiques (comme la « Jungle » de Calais). Les images d’Ai Weiwei offrent une représentation plus quotidienne des déplacements de dizaines de milliers de personnes sur la Méditerranée et en Europe. Discret sur les aspects dramatiques, il montre les individus pris dans des situations difficiles et personnalise l’expérience de mobilité immobile ou d’immobilité mobile. Dans une autre vidéo, un jeune homme vêtu d’une veste du HCR raconte qu’il a aidé à procurer de la nourriture à un Iranien qui partait dans un bus pour Mytilène, afin de prendre le bateau vers Athènes. L’homme le remercie avec effusion et il explique : « Avec de petits gestes comme celui-ci, vous pouvez leur faciliter la vie et les aider. Et c’est agréable. C’est une façon de leur témoigner de l’affection. »

Les réfugiés nous rappellent que nous devons maintenir « une mobilité connectée dans un monde déconnecté », tout en évoquant subtilement sa dépendance aux connexions aériennes (Sheller 2016). Ironie de l’histoire, ces communications fonctionnent grâce aux satellites d’origine militaire, ceux-là mêmes qui permettent la guerre, les ciblages GPS, les attaques de drones. Les systèmes humanitaires conçus pour protéger ceux qui fuient la guerre sont en échec. Pourtant, aujourd’hui, la violence humaine et la fuite des réfugiés sont relayées par les téléphones portables, les textos, les photographies et la connexion électronique. »

Mimi Sheller

http://artisticlab.forumviesmobiles.org/fr/the-refugee-project

http://forumviesmobiles.org/

illustration @A. Weiwei, ibidem

Gustav Hofer, Joyeuse non mixité à la plage du Pedocin, info.arte.tv, 29/07/2017

Pour l’été, le mur le plus improbable et le plus joyeux…

 

« C’est une plage qui pourrait ressembler à toute les autres, sauf qu’un détail saute aux yeux dès qu’on arrive aux abords de cette bande de sable qui borde la ville de Trieste en Italie : les hommes sont d’un côté, les femmes de l’autre. Une tradition unique en Europe, et ce depuis la fin du 19ème siècle. »

http://info.arte.tv/fr/joyeuse-non-mixite-la-plage-du-pedocin

L’Ultima Spiaggia
L’Ultima Spiaggia Bande-annonce VO

(…) « Quand un Italien et un Grec font un film sur la dernière plage…


«En 2013, je pensais que ce mur était certainement le dernier en Europe. La situation était alors complètement différente, poursuit Thanos Anastopoulos. On parlait alors d’une Europe unie, où les frontières étaient ouvertes, où les droits de l’Homme étaient respectés… Le mur de la plage de Pedocin n’était alors qu’un signe du passé. Et pendant que nous tournions, s’est produit ce à quoi nous assistons: l’arrivée massive de réfugiés syriens en Europe du fait de la guerre».

«Nous ne voulions pas faire un film qui évoque de façon explicite la question des migrants d’autant que la crise n’avait pas cette ampleur et que notre intérêt pour Pedocin s’inscrit dans un tout autre cadre. Cependant, nous ne pouvions iignorer l’actualité». D’autant que les pays d’origine des réalisateurs, la Grèce et l’Italie, sont aux premières loges en matière d’accueil des migrants. La Dernière plage, au regard des drames humains dont la Méditerranée est le théâtre, est un titre plus qu’évocateur.

«« L’ultima spiaggia » est une expression italienne qui signifie « la dernière chance », « la dernière option », confie Thanos Anastopoulos. Elle est inspirée du film américain « On the Beach » (1959) de Stanley Kramer, réalisé pendant la Guerre froide, avec Gregory Peck et Ava Gardner. C’est l’histoire d’un sous-marin qui se dirige vers l’Australie, seul refuge, après une guerre nucléaire. La traduction italienne du titre en italien est  « La Dernière plage »». 

«C’est incroyable. Nous pensions que c’était le dernier mur et voilà que d’autres se construisaient autour de celui-là. A un certain moment, c’était très proche, avec les fermetures des frontières croate, slovène… La Slovénie se trouve à dix minutes de la plage du Pedocin qui n’est, elle, pas un passage pour les migrants car ils veulent directement arriver en Autriche ou en Allemagne. Mais les Triestins sont conscients de ce qui se passe autour d’eux, comme ils l’ont été au moment de la guerre en ex-Yougoslavie. Pendant la guerre froide, Trieste se trouvait à la frontière entre le bloc de l’Ouest et celui de l’Est.» »  (…)

Falila Gbadamassi , Italie: Pedocin, «La Dernière plage» où hommes et femmes sont séparés par un mur, geopolis, 18/06/2016

http://geopolis.francetvinfo.fr/italie-pedocin-la-derniere-plage-ou-hommes-et-femmes-sont-separes-par-un-mur-108407

Film : L’ultima spiaggia

De Thanos Anastopoulos, Davide Del Degan

Date de sortie : 23 novembre 2016 (1h 58min)

Avec acteurs inconnus

Genre : Documentaire

Nationalités : italien, grec, français

Guillermo Abril, Carlos Spottorno, La Fissure, Paris, Gallimard BD, 2017

« Pendant trois années, Carlos Spottorno et Guillermo Abril ont sillonné les frontières de l’Europe. À partir des 25 000 photographies et 15 carnets de notes rapportés, ils ont composé une « bande dessinée » faite de photos.

De l’Afrique à l’Arctique, les journalistes racontent: une rencontre avec les Africains du Gourougou, le sauvetage d’une embarcation au large des côtes libyennes, l’exode des réfugiés à travers les Balkans, les manœuvres des chars de l’OTAN en face de la Biélorussie…

Un document qui montre comme nul autre auparavant les migrants, les militaires, les murs qui se dressent. » (éd.)

Photographies de Carlos Spottorno

http://lemonde.fr/bande-dessinee/visuel/2017/04/01/la-fissure-une-bande-dessinee-pour-raconter-la-detresse-des-migrants_5104200_4420272.html#

Illustration en une : couverture de la BD,  document créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)
Ci-dessous : planche de la BD p.18


Banksy, Walled Off Hotel, Bethléem, mars 2017

Banksy ouvre un hôtel à Bethléem avec vue sur le mur de séparation, Emmanuelle Jardonnet, lemonde.fr, 03/03/2017

L’artiste de rue a dévoilé sa nouvelle création, le « Walled Off Hotel », qui doit accueillir ses premiers pensionnaires le 11 mars, en Cisjordanie.

« Internet bruissait ces derniers jours de rumeurs d’un nouveau « coup » de Banksy du côté d’Israël. L’artiste de rue britannique a officiellement dévoilé sa dernière création vendredi 3 mars : le Walled Off Hotel (littéralement « coupé par le mur », jeu de mots avec l’hôtel de luxe Waldorf Astoria), une coquette pension trois étoiles avec vue sur le mur de séparation à Bethléem, en Cisjordanie. Ouverture prévue le 11 mars. »   (…)

http://www.lemonde.fr/arts/article/2017/03/03/banksy-ouvre-un-hotel-a-bethleem-avec-vue-sur-le-mur-de-separation_5089101_1655012.html#vRg8G3WzQfokjtSg.99http://www.banksy.co.uk/index.html

Visite virtuelle : http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/art-culture-edition/diaporama-visitez-walled-off-l-hotel-ouvert-par-banksy-a-cote-du-mur-israelien-a-bethleem_2080779.html

Site de l’hôtel et @illustrations : http://www.banksy.co.uk/index.html

…et en plus Banksy nous offre une petite révision de nos classiques !…

cliquer pour agrandir


Les graffitis de Brassaï exposés au centre Pompidou, lemonde.fr, 20/01/2017

(…)

« Avec le langage du mur, nous avons affaire non seulement à un important fait social, jamais encore étudié, mais aussi à une des plus fortes et plus authentiques expressions de l’art », confiait Brassaï, en 1958, qui en véritable « flâneur nocturne » a arpenté les rues de Paris pendant près de vingt-cinq ans. C’est en 1933 que la revue surréaliste Minotaure a édité pour la première fois ses photographies de graffitis, réunies par l’artiste dans son livre publié vingt-huit ans plus tard. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2017/01/20/les-graffitis-de-brassai-exposes-au-centre-pompidou_5065802_1655012.html#KILZm3eGv8TiF1lQ.99