Archives de catégorie : Artothèque

Gustav Hofer, Joyeuse non mixité à la plage du Pedocin, info.arte.tv, 29/07/2017

Pour l’été, le mur le plus improbable et le plus joyeux…

 

« C’est une plage qui pourrait ressembler à toute les autres, sauf qu’un détail saute aux yeux dès qu’on arrive aux abords de cette bande de sable qui borde la ville de Trieste en Italie : les hommes sont d’un côté, les femmes de l’autre. Une tradition unique en Europe, et ce depuis la fin du 19ème siècle. »

http://info.arte.tv/fr/joyeuse-non-mixite-la-plage-du-pedocin

L’Ultima Spiaggia
L’Ultima Spiaggia Bande-annonce VO

(…) « Quand un Italien et un Grec font un film sur la dernière plage…


«En 2013, je pensais que ce mur était certainement le dernier en Europe. La situation était alors complètement différente, poursuit Thanos Anastopoulos. On parlait alors d’une Europe unie, où les frontières étaient ouvertes, où les droits de l’Homme étaient respectés… Le mur de la plage de Pedocin n’était alors qu’un signe du passé. Et pendant que nous tournions, s’est produit ce à quoi nous assistons: l’arrivée massive de réfugiés syriens en Europe du fait de la guerre».

«Nous ne voulions pas faire un film qui évoque de façon explicite la question des migrants d’autant que la crise n’avait pas cette ampleur et que notre intérêt pour Pedocin s’inscrit dans un tout autre cadre. Cependant, nous ne pouvions iignorer l’actualité». D’autant que les pays d’origine des réalisateurs, la Grèce et l’Italie, sont aux premières loges en matière d’accueil des migrants. La Dernière plage, au regard des drames humains dont la Méditerranée est le théâtre, est un titre plus qu’évocateur.

«« L’ultima spiaggia » est une expression italienne qui signifie « la dernière chance », « la dernière option », confie Thanos Anastopoulos. Elle est inspirée du film américain « On the Beach » (1959) de Stanley Kramer, réalisé pendant la Guerre froide, avec Gregory Peck et Ava Gardner. C’est l’histoire d’un sous-marin qui se dirige vers l’Australie, seul refuge, après une guerre nucléaire. La traduction italienne du titre en italien est  « La Dernière plage »». 

«C’est incroyable. Nous pensions que c’était le dernier mur et voilà que d’autres se construisaient autour de celui-là. A un certain moment, c’était très proche, avec les fermetures des frontières croate, slovène… La Slovénie se trouve à dix minutes de la plage du Pedocin qui n’est, elle, pas un passage pour les migrants car ils veulent directement arriver en Autriche ou en Allemagne. Mais les Triestins sont conscients de ce qui se passe autour d’eux, comme ils l’ont été au moment de la guerre en ex-Yougoslavie. Pendant la guerre froide, Trieste se trouvait à la frontière entre le bloc de l’Ouest et celui de l’Est.» »  (…)

Falila Gbadamassi , Italie: Pedocin, «La Dernière plage» où hommes et femmes sont séparés par un mur, geopolis, 18/06/2016

http://geopolis.francetvinfo.fr/italie-pedocin-la-derniere-plage-ou-hommes-et-femmes-sont-separes-par-un-mur-108407

Film : L’ultima spiaggia

De Thanos Anastopoulos, Davide Del Degan

Date de sortie : 23 novembre 2016 (1h 58min)

Avec acteurs inconnus

Genre : Documentaire

Nationalités : italien, grec, français

Guillermo Abril, Carlos Spottorno, La Fissure, Paris, Gallimard BD, 2017

« Pendant trois années, Carlos Spottorno et Guillermo Abril ont sillonné les frontières de l’Europe. À partir des 25 000 photographies et 15 carnets de notes rapportés, ils ont composé une « bande dessinée » faite de photos.

De l’Afrique à l’Arctique, les journalistes racontent: une rencontre avec les Africains du Gourougou, le sauvetage d’une embarcation au large des côtes libyennes, l’exode des réfugiés à travers les Balkans, les manœuvres des chars de l’OTAN en face de la Biélorussie…

Un document qui montre comme nul autre auparavant les migrants, les militaires, les murs qui se dressent. » (éd.)

Photographies de Carlos Spottorno

http://lemonde.fr/bande-dessinee/visuel/2017/04/01/la-fissure-une-bande-dessinee-pour-raconter-la-detresse-des-migrants_5104200_4420272.html#

Illustration en une : couverture de la BD,  document créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)
Ci-dessous : planche de la BD p.18


Banksy, Walled Off Hotel, Bethléem, mars 2017

Banksy ouvre un hôtel à Bethléem avec vue sur le mur de séparation, Emmanuelle Jardonnet, lemonde.fr, 03/03/2017

L’artiste de rue a dévoilé sa nouvelle création, le « Walled Off Hotel », qui doit accueillir ses premiers pensionnaires le 11 mars, en Cisjordanie.

« Internet bruissait ces derniers jours de rumeurs d’un nouveau « coup » de Banksy du côté d’Israël. L’artiste de rue britannique a officiellement dévoilé sa dernière création vendredi 3 mars : le Walled Off Hotel (littéralement « coupé par le mur », jeu de mots avec l’hôtel de luxe Waldorf Astoria), une coquette pension trois étoiles avec vue sur le mur de séparation à Bethléem, en Cisjordanie. Ouverture prévue le 11 mars. »   (…)

http://www.lemonde.fr/arts/article/2017/03/03/banksy-ouvre-un-hotel-a-bethleem-avec-vue-sur-le-mur-de-separation_5089101_1655012.html#vRg8G3WzQfokjtSg.99http://www.banksy.co.uk/index.html

Visite virtuelle : http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/art-culture-edition/diaporama-visitez-walled-off-l-hotel-ouvert-par-banksy-a-cote-du-mur-israelien-a-bethleem_2080779.html

Site de l’hôtel et @illustrations : http://www.banksy.co.uk/index.html

…et en plus Banksy nous offre une petite révision de nos classiques !…

cliquer pour agrandir


Les graffitis de Brassaï exposés au centre Pompidou, lemonde.fr, 20/01/2017

(…)

« Avec le langage du mur, nous avons affaire non seulement à un important fait social, jamais encore étudié, mais aussi à une des plus fortes et plus authentiques expressions de l’art », confiait Brassaï, en 1958, qui en véritable « flâneur nocturne » a arpenté les rues de Paris pendant près de vingt-cinq ans. C’est en 1933 que la revue surréaliste Minotaure a édité pour la première fois ses photographies de graffitis, réunies par l’artiste dans son livre publié vingt-huit ans plus tard. »

http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2017/01/20/les-graffitis-de-brassai-exposes-au-centre-pompidou_5065802_1655012.html#KILZm3eGv8TiF1lQ.99

 

 

 

 

Mexican designers show that Trump’s proposed $25 billion wall would be impossible to build, Leanna Garfield, uk.businessinsider.com, 07/11/2016

« On the campaign trail, Republican presidential candidate Donald Trump has threatened to build a wall along the Mexico-US border to keep out Mexican immigrants (or « bad hombres, » as he calls them).

But what would Trump’s proposed wall look like in reality?

Mexican architects from Estudio 3.14, a design firm based in Guadalajara, imagined a hot pink border that stretches 1,954 miles, called the « Prison-Wall. »

The renderings are meant to show the impracticality of building the wall, designer Norberto Miranda told Business Insider. He says the border likely wouldn’t foster positive relations with Mexico, and the country’s rolling mountain ranges would make construction difficult.

As many others have pointed out, the wall would also be expensive, and Mexican President Enrique Peña Nieto said his country would never pay for it.

CNBC’s Kate Drew wrote that the construction would cost the US government $15 billion to $25 billion. Maintenance and hiring 21,000 agents as border patrol would cost an additional $2.1 billion per year, according to CNBC and an analysis by Politico. Estudio 3.14 designed the renderings around these estimates.

Here’s what Trump’s wall could look like: »   (…)

http://uk.businessinsider.com/mexican-designers-trumps-border-wall-cost-2016-11?utm_content=buffer09704&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer-ti&r=US&IR=T/#the-designers-imagineda-pink-wall-since-trump-has-repeatedly-said-it-should-be-beautiful-1

@photo : Agustin Avalos/Estudio 314, ibidem
http://e314.mx/