Archives de catégorie : Vient de paraître

Vient de paraître : Claire Rodier, Xénophobie business : A quoi servent les contrôles migratoires,

Claire Rodier, Xénophobie business : A quoi servent les contrôles migratoires, Paris,La Découverte, 2012

Voir :

«Des frontières qui servent à générer des profits financiers et idéologiques», entretien avec l’auteur par Fabrice Tassel, Libération, 1/10/2012

« Pourquoi vous êtes-vous intéressée à cet aspect des politiques migratoires des pays riches ?

Depuis longtemps, je m’interroge sur l’efficacité des politiques qui depuis vingt ans prétendent gérer et contrôler les migrations, alors qu’on nous présente toujours les pays riches comme des territoires menacés par une invasion imminente. Comme si chaque nouveau dispositif de contrôle mis en place n’avait pour utilité que de révéler les failles et les lacunes des précédents, et pour finalité de justifier les suivants. L’agence européenne des frontières, Frontex, est l’illustration de ce paradoxe. En cinq ans, elle a vu son budget multiplié par quinze. C’est beaucoup, en période de crise ! On ne peut s’empêcher de penser que les murs, les grillages, les radars, et maintenant les drones dont se couvrent les frontières servent moins à empêcher les gens de passer qu’à générer des profits de tous ordres : financiers, mais aussi idéologiques et politiques.

A la lecture de votre livre, on a le sentiment que les contrôles migratoires ne servent pas qu’à fermer des frontières. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

D’abord, il est difficile de concevoir un verrouillage des frontières totalement hermétique pour les «clandestins» sans compromettre la circulation des biens, des capitaux, des marchandises, bref, de tout ce dont la mondialisation se nourrit. Ensuite, il n’est pas certain que, malgré la fermeté de certains discours, le but poursuivi soit vraiment de les maintenir tous hors des frontières. Les économies des pays industrialisés ne peuvent se passer d’un volant de main-d’œuvre flexible et exploitable : les sans-papiers répondent à ce besoin. Et la mobilité, même réduite, reste une soupape, un nécessaire mode d’ajustement aux crises que la communauté internationale ne sait pas résoudre – comme certains conflits ou certaines catastrophes environnementales »…

Lire la suite : http://www.liberation.fr/societe/2012/10/01/des-frontieres-qui-servent-a-generer-des-profits-financiers-et-ideologiques_850240

Vient de paraître : Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain

Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain, Paris, La Découverte, 2012

(traduction partielle de Cities Under Siege.The New Military Urbanism, Londres et New York, Verso, 2010)

« Checkpoints, drones, GPS, passeports biométriques, insectes cyborgs, puces RFID, détecteurs de cibles, essaims de nanocapteurs, soldats-robots, barrières Jersey, dirigeables de surveillance, bombes « incapacitantes » et arsenal « non létal »… Qu’ont en commun toutes ces « technologies » qui, pour certaines, semblent relever de la science-fiction et qui, pour d’autres, imprègnent déjà notre quotidien de citadins ? Concoctées dans les laboratoires de l’armée, elles sont les nouvelles armes de la guerre en cours, cette « guerre asymétrique » ou « permanente » qui transforme les armées occidentales en forces contre-insurrectionnelles high-tech et chacun d’entre nous en cible potentielle nécessitant d’être identifiée, pistée, surveillée, au nom de la prévention d’une menace indistincte.

Avec Israël comme laboratoire et la « guerre contre le terrorisme » comme terrain d’application mondial, cette nouvelle forme de conflit touche de manière très différenciée les habitants du monde riche et ceux des territoires post- et néo-coloniaux. Elle se signale cependant par un trait commun à tous : ses champs de bataille ne sont plus les plaines ou les déserts, mais les principales agglomérations urbaines mondiales. Dans le sillage des travaux de Mike Davis, Naomi Klein ou Eyal Weizman, le livre de Stephen Graham nous donne les clés pour comprendre les logiques profondes de cet emballement militaro-sécuritaire globalisé.

Stephen Graham est professeur de géographie urbaine à l’université de Newcastle. Ses recherches, qui portent sur les relations entre villes, technologies et infrastructures, et sur la surveillance urbaine, l’ont également amené à enseigner au MIT et à la New York University. Il est l’auteur de plusieurs livres et écrit régulièrement pour la New Left Review ou le Guardian »

(présentation éditeur)

Voir la page de l’auteur : http://www.ncl.ac.uk/apl/staff/profile/steve.graham

Entretiens avec l’auteur :

http://www.opendemocracy.net/5050/vijay-nagaraj/urban-militarism-excluding-disordered

http://subtopia.blogspot.fr/2007/08/city-in-crosshairs-conversation-with.html

Vient de paraître : Robert Lee Maril, The Fence: Human Smuggling, Terrorists, and Public Safety along the US Mexico Border

The Fence: Human Smuggling, Terrorists, and Public Safety along the US Mexico Border, Robert Lee Maril, Texas Tech University Press. March, 2011.

Putting the human equation first, Lee Maril brings thirty years of personal observation and investigation to bear on the proposed and highly politicized ″solution″ to border problems: the Fence, all 2,000 miles, in all its iterations, physical and virtual. In language accessible and appealing to general readers, Maril employs inductive methodology based upon participant-observation, interviews, and an analysis of local, state, and federal government documents from 1999 to the present.  Avoiding preconceived conclusions, the author suggests specific public policies requiring thoughtfulness of the human issues involved, political negotiation, and inevitable compromise.

Maril interviews border residents, educational leaders, rank and file Border Patrol agents, county officials and many others in border organizations and institutions seldom questioned. He also talks at length with major defense contractors, military leaders, national politicians, environmental activists, and Minutemen.  Even as the drug violence mounts in border cities and illegal migrants die in increasing numbers from heat exhaustion in theArizonadesert, Maril documents how Congress repeatedly fails to provide oversight of  hundreds of millions of federal tax dollars in fence construction.

The new border fence betweenMexicoand theUnited Statesis, Maril shows us, a fundamental symbol in concrete, steel, microchips, and fiber optics for all that is both right and wrong with contemporary immigration policy, national security, and public safety.

http://leemaril.com/fencebook/

Le retour des murs en relations internationales / Revue Études internationales

Le volume XLIII, numéro 1, de mars 2012, de la revue Études internationales est entièrement consacré à la thématique du Mur.

Le retour des murs en relations internationales / sous la direction de Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet

• Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David,
Introduction. Du retour des murs frontaliers en relations internationales

• Nicolas Lemay-Hébert,
Multiethnicité ou ghettoïsation ? Statebuilding international et partition du Kosovo à l’aune du projet controversé de mur à Mitrovica

• Said Saddiki,
Les clôtures de Ceuta et de Melilla : Une frontière européenne multidimensionnelle ?

• Anne-Laure Amilhat Szary,
Que montrent les murs ? Des frontières contemporaines de plus en plus visibles

• Marie-Hélène Pozzar,
De la Grande Muraille à la Cyber Muraille. Nouvelles barrières immatérielles en République populaire de Chine

numéro accessible sur Érudit

Contrôles aux frontières de l’Europe : Frontex et l’espace Schengen / Julien Jeandesboz, la Vie des Idées, 10.01.2012

Apparue dans l’actualité à travers les opérations d’interception de migrants venus des rives sud de la Méditerranée, Frontex est une agence européenne méconnue. Entre police des frontières et organe de coordination et de surveillance au service des États, elle exemplifie la manière dont l’espace Schengen s’est doublé d’une zone de contrôle extérieure à l’Union aux fondements juridiques plus qu’incertains...

lire l’article sur le site de la Vie des Idées