Archives de catégorie : Vient de paraître

Charles Heller, Antoine Pécoud, Counting migrants’ deaths at the border: From civil society counter-statistics to (inter)governmental recuperation, Working paper IMIn, Vol.143, 2018

Abstract

« Migrant deaths in border-zones have become a major social and political issue, especially in the euro-Mediterranean region and in the context of the refugee/migrant crisis. While media, activists and policymakers often mention precise figures regarding the number of deaths, little is known about the production of statistical data on this topic. This paper explores the politics of counting migrant deaths in Europe. This statistical activity was initiated in the nineties by civil society organizations; the purpose was to shed light on the deadly consequences of ‘Fortress Europe’ and to challenge states’ control-oriented policies. In 2013, the International Organization for Migration also started to count migrants’ deaths, yet with a different political objective: humanitarian and life-saving activities become integrated in border management and the control of borders is expected to both monitor human mobility and save migrants’ lives. IOM thus depoliticises these statistics, while at the same time imitating an activity first associated with political contestation by civil society actors. Finally, the paper explores ways in which statistics on border deaths can be re-politicised to challenge states’ immigration policies in Europe. »

Keywords

Border control, deaths at the border, migration crisis, International Organization for Migration, humanitarian border

PDF online :

https://www.imi-n.org/publications/counting-migrants2019-deaths-at-the-border-from-civil-society-counter-statistics-to-inter-governmental-recuperation

William L Allen, Bastian A Vollmer, Clean skins: Making the e-Border security assemblage, Environment and Planning D, 36 (1), 2017

Abstract

« How do border security practitioners engage with data and technology, and what difficulties or limitations arise from these engagements? Responding to calls for critically examining how technological ‘solutions’ are enacted, we analyse the notion of e-Borders in the UK context as an assemblage comprising abstract conditions, concrete objects, and agents whose roles often manifest themselves through perceptions and practices. We draw upon interviews with former and currently serving senior staff from the UK Home Office, UK Border Force, intelligence services, and private sector suppliers. Practitioners’ reflections reveal how political, social, and human factors—including intuition and management cultures—both construct the e-Border assemblage and introduce discontinuities and frictions within it. Using a more tightly specified theory of assemblage, we highlight how human agents contribute to datafied phenomena like border control. In total, our study emphasises how assemblages are dynamic, never entirely coherent, and always being re-made »

Keywords Assemblage theory, border security, critical data studies, e-Borders, United Kingdom

(ed.)

online :

https://doi.org/10.1177/0263775817722565

Georges Didi-Huberman, Niki Giannari, Passer, quoi qu’il en coûte, Paris, Ed. de Minuit, 2017

« Apatrides, sans-foyer.
Ils sont là.
Et ils nous accueillent
Généreusement
dans leur regard fugitif,
nous, les oublieux,
les aveugles.
Ils passent et ils nous pensent. »

(Niki Giannari)

« Passer. Passer quoi qu’il en coûte. Plutôt crever que ne pas passer. Passer pour ne pas mourir dans ce territoire maudit et dans sa guerre civile. Avoir fui, avoir tout perdu. Passer pour tenter de vivre ici où la guerre est moins cruelle. Passer pour vivre comme sujets du droit, comme simples citoyens. Peu importe le pays, pourvu que ce soit un État de droit. Passer, donc, pour cesser d’être hors de la loi commune. Dans tous les cas : passer pour vivre. Mais là où vous avez fui les murs clos des caves bombardées, vous avez trouvé une frontière close et des barbelés au camp d’Idomeni. »

(Georges Didi-Huberman)

Passer, quoi qu’il en coûte se compose d’une part d’un poème, en version bilingue, de Niki Giannari intitulé Des spectres hantent l’Europe (pages 11 à 21) et d’un texte de Georges Didi-Huberman intitulé Eux qui traversent les murs (pages 25 à 88). Les 11 illustrations de ce livre sont tirées  d’un documentaire, Des spectres hantent l’Europe, tourné dans un camp à Idomeni en Grèce dont Niki Giannari est coauteur avec Maria Kourkouta.

 (ed.)

http://www.leseditionsdeminuit.fr/livre-Passer,_quoi_qu_il_en_co%C3%BBte-3243-1-1-0-1.html

https://www.franceculture.fr/emissions/matieres-a-penser-avec-frederic-worms/sous-nos-yeux-ils-demandent-a-passer

photo@ ENIGMUR, E. Ritaine, B. Barthélémy, Lisboa, 2014

Eric Valmir, Pêcheurs d’hommes, Paris, Robert Laffont, 2018

  « « Moi, c’est Nicolo. J’aurai bientôt vingt-cinq ans et jamais je ne quitterai Lampedusa. C’est mon île au centre de la mer. »

Au cœur de la Méditerranée, entre Afrique et Europe, Lampedusa, symbole de l’une des plus grandes hontes contemporaines : au fil des années, ces milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuyant la guerre et la misère, ceux qu’on appelle aujourd’hui « les migrants », venus s’échouer, souvent mourir, sur ses côtes. Lampedusa, des paysages d’une beauté paradisiaque sous la sublime lumière du sud de l’Italie, mais mauvaise réputation, donc. Maudite ? Mal aimée, mal comprise en tout cas. Nicolo aurait toutes les raisons de la détester, cette île qui a rendu son père fou – parce que « son métier, c’était d’attraper des poissons, pas de pêcher des hommes ». Mais il choisit de nous la raconter, elle et ses habitants, à travers son regard de petit garçon puis de jeune homme confronté à l’indifférence du monde mais déterminé à sauvegarder sa beauté.

Déclaration d’amour à la terre natale, Pêcheurs d’hommes est à la fois un portrait intime, éclatant de couleurs et de soleil, et une fresque qui nous interroge sur le monde que nous voulons.

Éric Valmir a été le correspondant de Radio France en Italie pendant 5 ans. Installé à Rome, il couvre toute l’actualité italienne, produit et réalise la série radiophonique « Ciao Ragazzi » et commence à écrire Magari. Rentré à Paris, il anime depuis septembre 2011 sur France Inter un rendez-vous matinal politique « Les jeunes dans la présidentielle », qui connaît rapidement un succès d’audience. Il est également l’auteur, chez Robert Laffont, de Toute une nuit (2005), De la difficulté d’évoquer Dieu dans un monde qui pense ne pas en avoir besoin (entretiens avec le cardinal Oscar Rodríguez Maradiaga, 2008), et de Italie, belle et impossible (2011) chez Editalie ».

(source : éditeur)

 http://www.laffont.fr/site/pecheurs_d_hommes_&100&9782221202623.html

 

 

Marcello Di Cintio, Un monde enclavé. Voyages à l’ombre des murs, Montréal, Lux Editeur, 2017

Sarah R. Champagne, Voyage avec Marcello Di Cintio au pied des murs de la honte, Le Devoir, 14 octobre 2017

« J’aimerais dire que ça a changé. J’aimerais dire que mon livre a perdu de sa pertinence. Mais c’était stupide de penser que les murs tomberaient. » Marcello Di Cintio n’est pourtant pas naïf. Il a consacré quatre ans et 400 pages à son essai Un monde enclavé, au point de ressentir lui aussi par moments le Mauerkrankheit, cette « maladie du mur »,comme on disait dans un autre temps à Berlin.

Les humains sont pourtant atteints de la « maladie chronique » d’en bâtir. Leur réflexe de s’emmurer est déjà inscrit dans les pierres antiques du mur d’Hadrien, dressé par l’Empire romain au nord de l’Angleterre, et celles du Moyen Âge dans toute ville de la vieille Europe.

L’auteur le savait, c’est lui qui l’écrit. Mais il ne pouvait qu’espérer que «tous ces endroits tristes avec des existences tristes», comme il les décrit au téléphone, se libèrent de ces «cellules toujours plus petites et plus faciles à défendre, mais qui nous isolent les uns des autres».

Depuis la première parution de son livre Un monde enclavé, en 2012, récompensé par le prix Shaughnessy et qui vient de paraître en français aux éditions Lux, la construction de près d’une dizaine de murs a en effet été annoncée ou entamée. Le total mondial s’élève maintenant à plus de 70 parois de béton armé, d’acier, de barbelés ou de tous ces matériaux à la fois. »   (…)

 

Voyage avec Marcello Di Cintio au pied des murs de la honte