Archives de catégorie : Revue de presse

Eva Illouz, « Le populisme émotionnel menace la démocratie », lemonde.fr, 25/07/2017

Invitée aux Controverses du « Monde en Avignon », la sociologue Eva Illouz montre comment le populisme autoritaire, dont Israël est le laboratoire, joue sur les affects, les angoisses et le ressentiment des populations déclassées.

(…) « La politique populiste se caractérise par l’utilisation de trois émotions essentielles : la peur, le ressentiment et l’intimité. La peur, outil essentiel des leaders populistes, consiste à créer des ennemis imaginaires à la fois en dehors et en dedans.

En Europe, on voit se développer une peur des réfugiés, une crainte de voir se transformer démographiquement et culturellement la texture même de nos sociétés, et une peur sécuritaire, qu’il est très facile de relier à la première par le biais de l’islam. Peur démographique et peur économique, peur identitaire et peur sécuritaire. Tout cela fait partie d’un nouvel imaginaire.

(…) Israël a toujours entretenu un flou artistique sur ses frontières. Or, c’est exactement ce qu’il s’est passé avec la crise des réfugiés en Europe. Tout à coup, les frontières sont devenues floues et le reste du monde, potentiellement ennemi et dangereux, était à nos portes. Tout ce raidissement identitaire a trait à des flux migratoires, eux-mêmes liés à des politiques de guerre des puissances occidentales. Un raidissement considérablement accentué par le terrorisme et les politiques sécuritaires, domaine dans lequel Israël a été le pionnier.

Israël est depuis longtemps obsédé par la question de l’équilibre démographique entre les populations internes musulmane et juive. Dès les années 1990, l’Etat a pris des mesures draconiennes pour empêcher l’immigration de travailleurs non juifs. Des mesures auxquelles s’est ajoutée une obsession des politiques sécuritaires.

Et sur ce point, les Etats-Unis semblent emprunter le même chemin. Cette peur démographique de l’équilibre entre Blancs et Latinos fait écho à une peur existentielle, nouvelle en Europe et aux Etats-Unis : est-ce que nous allons continuer à exister demain ? Cette question est celle qui hante la conscience israélienne depuis des décennies et elle s’est saisie, sur un autre mode, de l’Occident européen. »

l’auteure : Eva Illouz

Sociologue, professeure à l’Université hébraïque de Jérusalem, Eva Illouz est également directrice d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales et titulaire de la chaire d’excellence à Paris sciences et lettres. Elle a notamment participé à L’Age de la régression. Pourquoi nous vivons un tournant historique (Paris, éd. Premier Parallèle, 2017), ouvrage collectif consacré au basculement du monde dans le populisme droitier et aux moyens d’y résister

http://www.lemonde.fr/festival/article/2017/07/25/eva-illouz-le-populisme-emotionnel-menace-la-democratie_5164585_4415198.html#00ZpPcHzYWwU6HJd.99

 

@   Arild Vågen, Rådhuset metro station, Stockholm, 2016, Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International license.

 

 

 

Dernières (mauvaises) nouvelles en Méditerranée, juin 2017

 

 

L’Italie, ses ports et ses centres d’accueil  surchargés : quelle réponse européenne ?

http://lemonde.fr/idees/article/2017/07/07/migrants-la-solitude-de-l-italie_5157289_3232.html#hIIbllb9Jgh7s42j.99

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/crise-des-migrants-l-italie-demande-aux-europeens-d-ouvrir-leurs-portes_1923678.html#A3Al7m02eWaH1VTK.01

http://lemonde.fr/europe/article/2017/07/02/l-italie-denonce-a-nouveau-l-enorme-pression-migratoire-a-laquelle-elle-est-confrontee_5154484_3214.html

http://lemonde.fr/europe/article/2017/07/01/l-italie-menace-de-fermer-ses-ports-aux-migrants_5154170_3214.html

http://www.courrierinternational.com/article/migrants-lultimatum-de-litalie-aidez-nous-ou-nous-fermerons-nos-ports

http://lemonde.fr/europe/article/2017/07/01/l-union-europeenne-solidaire-avec-l-italie-sur-la-question-des-migrants-mais-sans-solution_5154256_3214.html

 http://lemonde.fr/europe/article/2017/06/28/face-a-l-afflux-de-migrants-l-italie-menace-de-bloquer-l-entree-de-ses-ports_5152704_3214.html

En Méditerranée centrale, les naufrages, les secours :

http://lemonde.fr/europe/article/2017/06/30/une-soixantaine-de-migrants-portes-disparus-apres-un-naufrage-en-mediterranee_5153912_3214.html

 

 

Jérôme Gautheret, La pasionaria des migrants perd sa mairie de Lampedusa, lemonde.fr, 27/06/2017

« Lors des élections municipales du 11 juin, Giusi Nicolini n’a recueilli que 900 voix sur 4 000 suffrages. Un échec cuisant pour celle qui se verra remettre, le 27 juin, le Prix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix.

Elle a été reçue par les plus grands, célébrée et applaudie dans le monde entier. Le pape lui a fait l’hommage de sa première visite officielle, à l’été 2013, et Matteo Renzi, alors premier ministre, l’avait voulue à ses côtés pour un dîner avec Barack Obama, en octobre 2016, à la Maison Blanche. Bref, Giusi Nicolini est devenue un symbole, bien au-delà des frontières de l’Italie. Mais les pluies d’honneurs n’ont jamais préservé de l’implacable logique du suffrage universel : dimanche 11 juin, la maire de Lampedusa, figure de proue de la candidature de l’île au prix Nobel de la Paix, a été sèchement battue lors des élections municipales italiennes.

Avec à peine plus de 900 voix sur 4 000 suffrages exprimés, elle se classe en troisième position, distancée par son opposant de toujours, l’ancien maire Salvatore Martello, à la tête d’une liste disparate baptisée « Totò per tutti », vainqueur de l’élection, et le candidat soutenu par le Mouvement 5 étoiles, Filippo Mannino. Seule la présence un peu incongrue d’une candidate de la Ligue du Nord, créditée de 200 voix, lui épargne l’affront de terminer à la dernière place.

L’affaire pourrait n’être qu’une des mille et une péripéties qui font le charme inépuisable de la politique locale italienne. Un Clochemerle du bout du monde, un peu exotique, dont le théâtre serait une île comptant à peine 5 000 habitants en hiver, perdue au milieu de la Méditerranée. Mais depuis que Lampedusa est devenue le symbole par excellence de la crise migratoire à laquelle est confronté le sud de l’Europe (400 000 personnes y ont été accueillies ces vingt dernières années), le moindre événement sur l’île a un retentissement immédiat. »   (…)

http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2017/06/27/la-pasionaria-des-migrants-perd-sa-mairie-de-lampedusa_5151606_4497186.html#wXgoxYS2cZs22d4s.99

illustration @S. Bonnefille, Lampedusa, 2014, programme Medimurs

Maryline Baumard, L’Europe tentée par un système d’asile plus directif, lemonde.fr, 12/06/2017

Selon un texte en préparation à Bruxelles (Dublin IV, ndr), les migrants pourraient être enregistrés dans le pays d’arrivée et transférés rapidement vers un pays d’affectation, selon des quotas.

(…) « Globalement, Dublin IV se veut plus directif que le texte en vigueur. Il ambitionne un enregistrement et un transfert rapides de tous les demandeurs d’asile entrant en Europe vers leur pays d’affectation, afin de désengorger les pays d’arrivée. La demande devra y être rapidement étudiée, sans possibilité ensuite pour l’exilé de faire d’autre demande ailleurs. Chacun des 28 pays recevrait ainsi son quota de réfugiés et Cecilia Wikström propose de couper les fonds structurels aux récalcitrants. Une approche que refusent les pays d’Europe centrale réunis dans le groupe de Visegrad.

En attendant, les chercheurs et les ONG estiment, à l’instar de Matthieu Tardis, chercheur à l’Institut des relations internationales, que ce projet ne tient que sur le papier, puisque « les mouvements secondaires [les déplacements de migrants à l’intérieur de l’Europe] ne vont pas s’arrêter en assignant les réfugiés à un pays encore plus qu’aujourd’hui ». »   (…)

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/06/12/l-europe-tentee-par-un-systeme-d-asile-plus-directif_5142986_1654200.html#lPrLA0rERdbXRRDW.99

illustration : Sculpture near the summit of Peña Roja in the Entzia mountain range (detail). Álava, Basque Country, Spain, 2017, @Basotxerri     Creative Commons 

Francesca Fattori, Le nombre de déplacés dans le monde équivaut à la population française, lemonde.fr, 20/06/2017

Plus de 65 millions de personnes étaient déplacées contre leur gré à la fin de 2016, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

« Dans le monde, 65,5 millions de personnes étaient déplacées contre leur gré, à la fin de 2016, selon les derniers chiffres diffusés par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin.

Un chiffre record, proche de celui de la population française (67,5 millions de personnes) et qui, pour la troisième année consécutive, montre l’ampleur du déracinement dans le monde, sous la pression des conflits et des violations des droits de l’homme.

En 2014, les chiffres de l’agence onusienne avaient dépassé la barre symbolique des 50 millions, amenant le secrétaire général de l’organisation à évoquer la pire crise humanitaire depuis la seconde guerre mondiale, à la suite de laquelle le HCR avait vu le jour, en 1950. »   (…)

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/06/20/le-nombre-de-deplaces-dans-le-monde-represente-celui-de-la-population-francaise_5148277_4355770.html#wxKjt71UZE4opRwk.99