Archives de catégorie : Revue de presse

Erri De Luca et les « pêcheurs d’hommes » en Méditerranée; lemonde.fr, 11/05/2017

Au printemps, l’écrivain italien a passé deux semaines à bord du « Prudence », le nouveau navire de sauvetage affrété par Médecins sans frontières. Il raconte.

(…) « Il y a vingt ans que des radeaux à moteur voyagent sur la Méditerranée sans aucun ­secours. Maintenant qu’il existe enfin une communauté internationale d’intervention rapide en mer, ce serait de sa faute si les ­bateaux pneumatiques partent. C’est comme si l’on disait que les maladies existent à cause des médicaments.

Si les dauphins venaient en aide aux disparus en mer, ces écervelés les accuseraient de complicité avec les trafiquants. En réalité, ils accusent les sauveteurs d’interrompre le déroulement normal du naufrage.

Pourtant, nous sommes et devons rester des contemporains acharnés de la plus longue et massive noyade en mer de l’histoire humaine » (…)

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/11/erri-de-luca-et-les-pecheurs-d-hommes-en-mediterranee_5126420_3232.html#oeYVVyF6r8gUyf4e.99

Lire : Erri De Luca : Aller simple (éd. bilingue), Paris, Gallimard, 2012.

photo @ S. Bonnefille, Lampedusa,2015, programme Médimurs.
Mimmo Paladino,Porta di Lampedusa, Porta d'Europa,  2008

The Refugee Archipelago: The Inside Story of What Went Wrong in Greece, Daniel Howden, Apostolis Fotiadis, newsdeeply.com, 06/03/2017

Refugees Deeply investigates failures in the most expensive humanitarian response in history, which played out during the refugee crisis in the Eastern Mediterranean.

(…) « The archipelago strategy, while commended for avoiding refugee ghettos, placed an administrative and cost burden that the misfiring alliance of the Greek government and international organizations could not sustain. It also revealed the shocking absence of a functioning chain of command.

Ask exactly how many refugee camps there are in Greece and no one is certain. Migration ministry bulletins list 39 camps, some of which are empty; others are mothballed and others still are in the planning phase but do not appear on the list. The UNHCR said there were more than 50, but did not give a specific number.

When the border was closed and the West Balkan route was blocked, as many as 11,000 refugees piled up in Idomeni. Behind the scenes a scramble for potential sites has been going on for months directed by Mouzalas and his close circle of advisers, including Alexandridis. Among the most problematic choices they made were a string of privately owned warehouses including Oreokastro, where the Madrati family found themselves, the Karamanlis tannery outside Thessaloniki, and Softex.

These sites, chosen in preference to public ones, also lacked all basic utilities. They were not served by sewerage, electricity or water systems sufficient for large populations. Transport connections – essential for refugees, who need to access health and asylum services – were largely nonexistent. At Softex the public bus company operates no services because the area has been a hub for drug dealing and is considered dangerous.

The insistence on these sites further complicated the role of the UNHCR and ECHO, which are not allowed to develop private property. When U.N. officials objected they were promised in private by Mouzalas that the sites would close after a two-month stopgap. Mouzalas declined to comment on the reported promises. Several of the sites continue to operate to this day.

“It’s inexplicable that they were not able to find publicly owned sites,” says the country director of one of the large international NGOs operating in Greece. “To have so many sites on private land is madness, and they’re paying rent for unacceptable conditions.” » (…)

https://www.newsdeeply.com/refugees/articles/2017/03/06/the-refugee-archipelago-the-inside-story-of-what-went-wrong-in-greece

photo@ L. Pillant (programme Médimurs), Centre de rétention de Pagani, Lesbos, 2011

En Grèce, le cri de colère des réfugiés et des ONG contre l’accord UE-Turquie, Marina Rafenberg, lemonde.fr, 20/03/2017

Un an après la mise en vigueur de l’accord, les associations s’alarment d’une disposition qui, selon elles, bafoue le droit d’asile.

 (…) « Un an après l’accord entre l’Union européenne et la Turquie, près de 62 400 migrants seraient toujours bloqués en Grèce, d’après les chiffres du gouvernement grec. C’est à Léros, Cos, Chios, Samos, Lesbos, les cinq centres d’identification et d’enregistrements des migrants dits « hot spots », que la situation est la plus critique. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ces cinq îles peuvent accueillir jusqu’à 8 759 personnes, alors que 14 000 demandeurs d’asile s’y trouveraient actuellement.

« A Lesbos, le camp de Moria est en surchauffe. Les conditions sont difficiles. Cet hiver, nous avons vu notamment des tentes non chauffées abriter des familles, trois personnes sont également mortes dans ce centre… », rappelle Efi Latsoudi qui, depuis 2012, gère à Lesbos un centre pour les réfugiés les plus vulnérables arrivés sur l’île (femmes enceintes, jeunes enfants, handicapés) et qui a été récompensée en 2016 par le prix Nansen pour les réfugiés décerné par le HCR. « Nous observons de plus en plus de cas de dépression et de stress aigu chez les réfugiés. Ils ont peur d’être renvoyés en Turquie. Certains sont depuis un an dans les camps sans savoir ce qu’ils vont devenir… », expose-t-elle.

Selon Médecins sans frontières, les automutilations et tentatives de suicide sont en « nette augmentation ». D’après le rapport de l’organisation non gouvernementle (ONG), à Lesbos les psychologues ont reçu ces derniers mois trois fois plus de patients souffrant de stress post-traumatique. » (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/03/20/en-grece-le-cri-de-colere-des-refugies-et-des-ong-contre-l-accord-ue-turquie_5097450_3214.html#z4udr33s4Y6ZHY1w.99

Lire aussi :   Quel est le bilan du pacte migratoire UE-Turquie au bout d’un an ?

Lire aussi :   Flambée anti-réfugiés sur les îles de la mer Egée

Lire aussi :   Sous la neige de Lesbos, l’hiver éreinte les réfugiés

 

Montage photos @ S. Mangriotis (programme Médimurs) http://www.stephanosmangriotis.com/projets/

Voir : Archéologie d'une frontière, S. Mangriotis, L. Pillant, programme Médimurs

https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs/iles-med/iles-de-la-mer-egee

 

 

 

Frédéric Lemaître, L’Europe des confins, une série en cinq volets, lemonde.fr, fin 2016

http://lemonde.fr/europe/article/2016/12/30/l-europe-des-confins-5-5-de-la-douleur-d-etre-europeens_5055636_3214.html

photo@ Lisa Ritaine, 2014, avec autorisation

L’aéroport de Mogadiscio, ses plages, ses diplomates et ses peaux de léopard, Bruno Meyerfeld, lemonde.fr, 06/12/2016

Cet excellent article pour tous ceux qui s’intéressent à l’urbanisme sécuritaire.

A lire en parallèle, la description de la zone verte de Bagdad créée par l’administration Bush :

Ravi Chandrasekaran, Dans la zone verte. Les Américains à Bagdad, Paris, Ed. de l’Olivier, 2008

Envoyé spécial à Bagdad, Rajiv Chandrasekaran a enquêté pendant un an et demi dans la Zone verte, cette «petite Amérique» recréée par l'administration Bush pour accueillir les spécialistes chargés de faire de l'Irak une démocratie moderne. Le journaliste décrit le quotidien de ces Américains vivant en plein centre d'un pays dévasté par les bombardements et en proie à l'anarchie.C'est l'histoire, racontée de l'intérieur, d'une organisation qui s'obstine jusqu'à l'absurde à mettre en place des projets en décalage complet avec la réalité. L'épopée loufoque d'une bande de Pieds Nickelés missionnés par le président des États-Unis pour «libérer l'Irak».(Ed.)

« Notre reporter a passé 24 heures dans le seul lieu véritablement sécurisé de la capitale somalienne. La base est une enclave où se joue une bonne partie de la vie diplomatique, politique et commerciale du pays.

(…) Seul lieu véritablement sécurisé de la capitale, l’aéroport sert de base principale aux casques blancs de la Mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom) et à la plupart des organisations humanitaires. Il n’existe pas de plan de l’aéroport. Le Royaume-Uni, la Chine et plusieurs pays africains disposent d’une ambassade sur place. Depuis juin, les Etats-Unis ont un ambassadeur accrédité : le premier ici depuis 1991.

Sur la base, on slalome entre les tentes militaires, les tas de tôles, de bois, de parpaings, de métal rouillé, les friches, les carcasses d’avions et de véhicules blindés. Tout est moite, tout colle. Rien de dur, rien de vraiment durable. « C’est le Far West ici. A l’image de la Somalie, personne ne sait qui dirige », ironise une diplomate. De larges pans de la base demeurent des zones de non-droit. Au bout de la piste unique, longue de 3 km, on accélère devant les bureaux de la NISA, les services secrets somaliens. « On ne sait pas ce qu’il se passe là-bas », admet un employé de l’Amisom. D’aucuns évoquent des centres de torture, une antichambre de Guantanamo.

Les 300 employés au sol – aux trois quarts somaliens – en sont encore à la préhistoire de l’aviation. Dans la tour de contrôle, ils usent de leur mieux d’un large panneau de bois, sur lequel on colle et décolle des petits papiers où sont inscrits les numéros des avions à l’atterrissage et au décollage. « Mais des machines modernes vont arriver », assure le capitaine Abdiwahid Ahmed, ancien pilote qui dirige aujourd’hui l’Autorité civile somalienne d’aviation et de météorologie (Scama). Ce Somalien chaleureux de 47 ans a ses bureaux dans une petite maison blanche face à la mer.

Du sommet de la tour, on aperçoit l’ancien aéroport : un petit bâtiment beige de rien du tout, rongé par le temps et le sel marin. Son histoire épouse celle de la Somalie. « Il a été inauguré en 1928 par les Italiens. C’était le plus grand et le plus moderne des aéroports d’Afrique de l’Est », raconte le capitaine Ahmed. Dès 1934, les trimoteurs de la compagnie aérienne de l’Etat mussolinien Ala Littoria desservent la Linea dell’Impero (« ligne de l’empire ») le long de l’Afrique orientale italienne, d’Asmara (Erythrée) à Addis-Abeba (Ethiopie), avec pour terminus Mogadiscio. »  (…)

http://www.lemonde.fr/international/article/2016/12/06/l-aeroport-de-mogadiscio-base-hors-sol_5044419_3210.html#6tS1DWAxtwIMq7PE.99

@photo : Siegfried Modola pour Le Monde. Vue de l’aéroport de Mogadiscio quelques jours après l’attentat du 26 juillet, qui a brisé les vitres. ibidem
L'auteur : @bmeyerfeld