Archives de catégorie : Revue de presse

Réfugiés: une liste de 33 000 morts publiée par un journal allemand , lexpress.fr , 11/11/2017

« Dans un document de 48 pages, Der Tagesspiegel recense le nom, l’âge et la nationalité de ces réfugiés morts sur la route de l’Europe.

Ils s’appelaient Samuel, Frederick, Véronique, Nouhou, Faisal… Ils venaient du Congo, du Ghana, d’Irak, ou encore de Syrie. Ils ont tous perdu la vie en tentant de rejoindre l’Europe. Le journal allemand Der Tagesspiegel a voulu leur rendre hommage en publiant, vendredi 10 novembre, l’identité de ces 33 293 réfugiés, morts entre le 1er janvier 1993 et le 29 mai 2017, rapporte franceinfo.   »  (…)

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/refugies-une-liste-de-33-000-morts-publiee-par-un-journal-allemand_1959817.html

@Der Tagesspiegel 

Quand l’Europe renvoie la crise migratoire de l’autre côté de la Méditerranée, lemonde.fr, oct. nov. 2017

Sommaire de notre série Quand l’Europe renvoie la crise migratoire de l’autre côté de la Méditerranée

Pour raconter les conséquences en Afrique de la nouvelle approche de l’Union européenne sur les flux de migrants qui tentent de rallier le Vieux Continent, six journaux européens – Politiken, Der Spiegel, Le Monde, El Pais, La Stampa et The Guardian – s’associent pour partager leurs reportages.

Episode 4   Traverser la Méditerranée, un double calvaire pour les femmes

Episode 3   Au Maroc, la répression du Hirak provoque un nouvel exode de migrants vers l’Espagne

Episode 2   Sur l’axe Niamey-Agadez, les bus transportant les candidats au rêve européen se vident

Episode 1   A Alger, les nouveaux migrants fragilisés par le départ des anciens

Présentation de notre série   Quand l’Europe crée le chaos de l’autre côté de la Méditerranée

photo @S. Bonnefille, Porta di Lampedusa, Porta d'Europa, opera Mimmo Paladino, Lampedusa, 2014, programme Médimurs

Méditation sur les chiffres de l’accueil en Europe, 2017

Sous la pression, Merkel accepte de limiter le nombre de réfugiés en Allemagne

La chancelière a accepté pour la première fois un objectif de plafonnement annuel du nombre de réfugiés acceptés

(200 000 par an, après plus d’un million accueillis en 2015-2016)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/10/09/merkel-accepte-de-limiter-le-nombre-de-refugies-en-allemagne_5198034_3214.html#VjL4jFfw5eE8eTJ4.99

————–

Macron s’engage à accueillir 10 000 réfugiés d’ici à 2019

Le président de la République a précisé que, parmi eux, 3 000 personnes seraient issues des « missions de protection avancées » de l’Ofpra au Niger et au Tchad

(en 2016 la France s’était déjà engagée (dans le cadre du programme européen de réinstallation) à en réinstaller 10 375, seuls 2 800 l’ont été).

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/10/09/macron-s-engage-a-accueillir-10-000-refugies-d-ici-a-2019_5198565_1654200.html#8OoLbCVYmVUCjyiR.99

10 000 places pour les réfugiés « réinstallés », une vieille promesse, Maryline Baumard

Emmanuel Macron a annoncé cette semaine que la France accueillerait 10 000 réfugiés. Un engagement déjà pris en 2015 par son prédécesseur.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/10/11/10-000-places-pour-les-refugies-reinstalles-une-vieille-promesse_5199322_3224.html#rIM3ceEwiSc83PFP.99

————-

« Relocalisation » des migrants en Europe : quels pays ont tenu leurs engagements ?, Anne-Aël Durand

Le programme de l’Union européenne, qui s’achève le 26 septembre 2017, n’a permis de répartir que 28 % du quota prévu de demandeurs d’asile.

(…) « Ce système de quotas migratoires a démontré les limites de la solidarité européenne :

Trois pays d’Europe centrale et orientale, la Hongrie, la Pologne et la République tchèque ont été visés, en juillet, par des procédures d’infraction pour avoir refusé d’accueillir des migrants dans le cadre de la relocalisation.

L’Autriche est également très loin de l’objectif ;

La France, comme l’Allemagne, l’Irlande et la Suisse, qui ont le plus grand nombre de dossiers en attente, ont été priés, en septembre, « d’accélérer urgemment les transferts » ;

Malte, la Lettonie, la Norvège et la Finlande ont, eux, rempli leurs engagements. » (…)

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/09/26/migrants-relocalises-en-europe-quels-pays-ont-tenu-leurs-engagements_5191777_4355770.html#WgDmcHoJDHoOLa1S.99


illustration@Apolline Iris De Luca, avec son autorisation, https://apollineiris.tumblr.com/

 

Olivier Razemon, Le bloc de béton, nouveau venu dans le paysage urbain, lemonde.fr, 22/08/2017

A propos d’architecture sécuritaire ou architecture de prévention situationnelle.

« Du béton. Du béton partout. Les villes européennes, de nos jours, se garnissent de blocs de béton. Les mégapoles, comme le rappelle Le Point , mais aussi les petites villes, telles les stations balnéaires de la Côte d’Opale. Ces aménagements sont censés sécuriser durablement une rue ou une aire piétonne, comme le miroir d’eau de la place de la Bourse, à Bordeaux, ou constituer un aménagement temporaire, par exemple à Saint-Germain en Laye (Yvelines) pour la Fêtes des Loges.

L’installation de ces blocs est évidemment une réponse aux attentats à la voiture-bélier, ou aux « actes de folie » consistant à utiliser un véhicule motorisé comme une arme. Ce type d’attentat se multiplie en Europe, comme le constate un article des Décodeurs du Monde. A Barcelone, les Ramblas n’étaient d’ailleurs pas équipés de tels blocs, ce qui a entraîné une polémique  »  (…)

http://transports.blog.lemonde.fr/2017/08/22/bloc-beton-paysage-urbain/

***

Cet article nous permet de rappeler que les murs et obstacles divers à la libre circulation constituent aussi ce qu’il est convenu de nommer l’architecture sécuritaire ou architecture de prévention situationnelle.

Voir à ce propos :

Nan Ellin (ed.), Architecture of Fear, Princeton, Princeton Architectural Press, 1997

« Architecture of Fear examines the ways in which the contemporary landscape is shaped by our society’s preoccupation with fear, as apparent in home design, security systems, gated communities, semi-public spaces (shopping malls, theme parks, casinos, office atriums), zoning regulations, and cyberspace. This fixation also manifests itself in efforts to provide public parks but control the problem of homelessness. The essayists in Architecture of Fear explain that such disjointed efforts exacerbate rather than eradicate the sources and perception of fear and insecurity. Thus, in contrast to alarmist, apocalyptic treatments, the contributors offer concrete, level-headed suggestions for proaction, not reaction, to counter both real (actual crime) and perceived (media-magnified) problems in contemporary society. » (ed.)

*

« La blessure infligée par les actes terroristes perpétrés à Paris ce vendredi 13 novembre 2015 tient en partie au fait qu’ils ont usé des qualités spécifiques aux espaces publics urbains pour les retourner contre elles-mêmes : hospitalité, suspension des identités et confiance a priori en autrui. Toutes ces caractéristiques sont au fondement des échanges civils dans les espaces publics démocratiques. » Carole Gayet-Viaud, « Les espaces publics démocratiques à l’épreuve du terrorisme », Métropolitiques, 20/11/2015.

http://www.metropolitiques.eu/Les-espaces-publics-democratiques.html

*

« Espaces voués principalement à la circulation des hommes… et des marchandises, les espaces publics sont, eux aussi, sécurisés : disparition ou modification des bancs publics, susceptibles d’encourager le séjour d’individus indésirables (clochards, zonards, ivrognes, mendiants) au profit d’un mobilier urbain d’“avant-garde” d’abord destiné à orienter et canaliser les flux ; multiplication des passages, des passerelles et des escaliers roulants fonctionnant comme filtres à l’égard des rues populaires voisines ; mise en place, sous couvert d’“embellissement”, de bacs à fleurs, de fontaines et d’escaliers à l’entrée des voies commerciales pour éviter l’irruption soudaine de véhicules “suspects”… ». Jean-Pierre Garnier, « Un espace indéfendable. L’aménagement urbain à l’heure sécuritaire », 2011, http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2011/05/urbanisme-anti-insurrectionnel.html

 

illustration @ La revue italienne San Rocco, consacrée à l'architecture, publiait en décembre 2010, des montages ironiques sur la sécurisation des espaces publics italiens

http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2011/05/anti-urbain-litalienne.html

 

 

Audrey Travère, Renvoyer les migrants en Libye, le plan controversé de la Commission européenne, lemonde.fr, 30/08/2017

« Bruxelles veut mettre un terme à la dangereuse traversée de la Méditerranée par les migrants. Ce faisant, elle les met, involontairement, en danger en Libye.

(…) Dans ce nouveau plan, l’enveloppe budgétaire à destination de la Libye s’élève à 136 millions d’euros. Parmi eux, 46 millions d’euros sont destinés au gouvernement libyen d’entente nationale, formé en mars 2016, pour la gestion des frontières ; 48 millions sont attribués à la protection des migrants et 42 millions d’euros affectés au « développement socio-économique au niveau municipal et gouvernance locale ». Sans compter le budget de 100 millions d’euros déjà alloué dans le cadre de l’accord bilatéral entre l’Union européenne et la Libye depuis 2011 et les 10,8 millions d’euros spécifiquement accordés à l’aide humanitaire l’an passé.

Pourtant, depuis son annonce, ce plan doit faire face à de nombreuses critiques émanant des organisations non gouvernementales (ONG), qui craignent de graves atteintes aux droits de l’homme. En effet, donner une souveraineté totale en matière de contrôle migratoire à la Libye, pays encore largement instable, représente, selon elles, un danger non négligeable pour les migrants, victimes d’innombrables exactions en mer et sur le territoire.

Incompétence et violences

Ainsi, l’ONG allemande Sea Watch a dénoncé en mai 2017 l’action de gardes-côtes libyens en Méditerranée, frôlant dangereusement son navire avant d’accoster d’un bateau bondé de migrants, qu’ils ont fait débarquer sans ménagement et sans aucun gilet de sauvetage, pourtant obligatoires. Un membre de l’équipage de Sea Watch a filmé l’incident : « 

(…)

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/08/30/renvoyer-les-migrants-en-libye-le-plan-controverse-de-la-commission-europeenne_5178521_4355770.html#0id0Vp81EottM6q5.99

«L’enfer migratoire libyen », une série en trois épisodes

« Le Monde » s’est rendu sur les côtes de Libye où se pressent, venus d’Afrique subsaharienne, les candidats à l’exil en Europe. A la faveur du chaos consécutif à la chute du régime Kadhafi, les filières de la migration se sont complexifiées et le danger, pour les migrants, est omniprésent.

Voir aussi

Marc Semo, Cyril Bensimon, Emmanuel Macron veut « examiner » les demandes d’asile des migrants dès le Tchad et le Niger, lemonde.fr 29/08/2017

 « Face aux dirigeants tchadien, nigérien et libyen, hostiles à la création de « hot spots » d’enregistrement sur leur territoire, le président français a préféré parler de « missions de protection ». »  (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/08/28/crise-migratoire-sommet-de-dirigeants-africains-et-europeens-a-paris_5177398_3214.html#3BcMwwsfALGAvRwg.99

 

illustration : La zaterra di Lampedusa, Jason deCaires Taylor@ : Jason deCaires Taylor,voir : https://enigmur.hypotheses.org/5102