Archives de catégorie : Rétroviseur

Retour sur des textes plus anciens qui éclairent l’actualité…

Qu’est-ce qu’un ban (à propos du muslim ban aux E.-U.) ? Didier Bigo

« (…) La surveillance à distance, qui vise à contrôler la circulation des flux, passe par les pratiques des sas, des filtres ou des écluses (visas, contrôles par les compagnies aériennes, contrôles aux aéroports, renvois, réadmissions). Elle débouche, non pas sur la libre circulation, mais sur les lieux d’enfermement non reconnus comme tels (centres de rétention et zones d’attente). Elle institue une fonction policière délocalisée dans les consulats placés dans les pays d’origine et qui est bien moins visible que la police des frontières. Le refus de visa devient la première arme des polices et c’est là d’ailleurs où l’arbitraire des décisions est le plus fort. La pratique policière vise alors la surveillance des étrangers ou des minorités ethniques qui sont pauvres et à élargir son champ d’action au-delà de la recherche du crime, en mettant en avant des logiques proactives qui permettraient de repérer des groupes « criminogènes » grâce à un savoir sociologique. La figure du coupable change : ce n’est plus le criminel mais l’« indésirable ». Les prisons qui enfermaient les coupables sont moins significatives dans ce dispositif que ces nouveaux lieux d’enfermement comme les zones d’attente qui en reproduisent les conditions matérielles, la culpabilité judiciaire en moins. Le relâchement de la surveillance individuelle, trop lourde, trop maximaliste se fait alors au profit du recueil global d’informations et du ciblage sur les groupes qui circulent le plus : les diasporas, les migrants et, si l’hypothèse est juste, bientôt les touristes. Elle se fait aussi sur les bases d’une délimitation dans les pratiques de l’islam entre le bon islam et l’islam radical susceptible d’alimenter en hommes les organisations clandestines. La suspicion à l’égard de tous qui est discursivement centrale s’infléchit de facto vers un contrôle spécifique de certains, un Ban (…) »

Didier Bigo, « La mondialisation de l’(in)sécurité ?  », Cultures & Conflits [En ligne], 58 | été 2005, mis en ligne le 06 janvier 2010, consulté le 30 janvier 2017.

http://conflits.revues.org/1813

Illustration : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

 

Solange Chavel, « L’accueil des réfugiés : compassion ou justice ? », laviedesidees.fr, juin 2016

chaplin

 » Notre justice politique est fondée sur l’appartenance des individus à une communauté politique. Force est de constater cependant que la « crise des migrants » nous pousse à réinterroger ce lien essentiel entre droits et citoyenneté, et à y répondre autrement que par la seule solidarité.

La « crise migratoire » qui émaille l’actualité européenne depuis le début de la décennie revêt incontestablement les traits d’un problème moral : exemplifiée par les récits souvent tragiques d’individus prisonniers des circonstances, elle provoque des réactions d’empathie fortes, qui poussent à la solidarité morale. Mais, au-delà de l’appel à la charité, la pitié et la solidarité, cette crise migratoire doit-elle également nous inviter à revoir certains principes politiques, et si oui lesquels ? »  (…)

http://www.laviedesidees.fr/L-accueil-des-refugies-compassion-ou-justice.html#nb1

illustration : C. Chaplin, The Immigrant, short film, 1917

Karen Akoka, « Crise des réfugiés ou des politiques d’asile ? », laviedesidees.fr, mai 2016

Qu’est-ce qu’un réfugié ? Comment le distinguer du migrant ou du demandeur d’asile ? Comment ces notions ont-elles évolué au cours du XXe siècle ? La sociologue Karen Akoka revient sur le travail institutionnel de distinction entre bon et mauvais réfugié pour éclairer l’actuelle « crise » des migrants en Europe.

 » « Crise des réfugiés », « crise des migrants » : ces expressions dont on ne compte plus les occurrences dans les médias comme dans les discours publics sous-entendent que nous assisterions à une augmentation exponentielle du nombre d’étrangers arrivant en Europe qui mettrait en danger ses équilibres économiques et sociaux. Pudiquement cachée derrière le terme flou de « crise », l’idée d’un trop-plein inédit s’est ainsi largement imposée malgré l’importante production scientifique qui montre, toutes disciplines confondues, à quel point cette image est fausse.

Sont ainsi ignorés les travaux sur « l’urgence démographique » de l’Union européenne (UE) montrant que son déficit démographique est tel que l’arrivée d’un million de migrants chaque année pendant 50 ans pourrait à peine le compenser ; que le million d’arrivées clandestines dans l’UE en 2015 correspond à seulement 0,2% de sa population ; que les chiffres sur l’augmentation des entrées clandestines produits par Frontex (dont les budgets ont triplé en quelques années) reflètent en partie l’augmentation de sa propre activité ; que seules les entrées en Europe et non les sorties sont généralement comptabilisées alors que près de la moitié des migrants quittent leur pays d’accueil dans les cinq ans qui suivent leur arrivée ; qu’il n’y a non seulement pas de corrélation avérée entre chômage et migrations mais que ces dernières représentent bien souvent une contribution économique non négligeable ; qu’historiquement les nations européennes (la France la première) sont des pays d’immigration construits par le brassage de ses populations ; que laisser les exilés s’entasser au Liban, en Turquie ou en Jordanie constitue une bombe à retardement source de futurs conflits et de déséquilibres géopolitiques graves…    (…) « 

http://www.laviedesidees.fr/Crise-des-refugies-ou-des-politiques-d-asile.html

Illustration : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

 

Stephane J. Baele, Vivre et laisser mourir : Michel Foucault avait-il prédit la crise des réfugiés ? theconversation.com, 17/3/2016

« En mars 1976, le philosophe Michel Foucault décrivait, sous le terme de « biopolitique », l’avènement d’une nouvelle logique de gouvernance propre aux sociétés libérales occidentales, obnubilées par la santé et le bien-être de leurs populations.

Quarante ans plus tard, force est de constater que les pays occidentaux ont, plus que jamais, à cœur de promouvoir une alimentation saine, proscrire le tabac, réglementer la consommation d’alcool, systématiser le dépistage du cancer du sein ou informer leurs citoyens sur les risques de contracter telle ou telle maladie.

Michel Foucault n’a jamais prétendu que cette tendance était regrettable, après tout elle sauve des vies. Il estimait, en revanche, que le fait d’accorder autant d’importance à la santé et la prospérité d’une population excluait de fait ceux qui n’y avaient pas accès et étaient considérés comme susceptibles de les mettre en danger.

La biopolitique est donc la politique du « vivre et laisser mourir ». En se focalisant sur sa propre population, un pays augmente les conditions susceptibles « d’exposer à la mort, de multiplier pour certains le risque de mort ».

Ce paradoxe aura rarement été plus manifeste que durant la crise qui, ces dernières années, a vu des centaines de milliers de personnes chercher refuge en Europe. Il est frappant de constater à quel point les sociétés européennes investissent chez elles dans la santé, tout en érigeant des barrières juridiques et matérielles toujours plus étanches afin de maintenir les réfugiés à distance. De fait, elles participent activement à la mort d’êtres humains.

Le conflit au Moyen-Orient est meurtrier. À elle seule, la guerre civile en Syrie a déjà fait 300 000 morts, selon la plupart des estimations. Elle nous donne à voir quelques-unes des pratiques les plus effroyables, dont le gazage de plusieurs milliers de civils à Damas en 2013. Des groupes extrémistes comme Daech affichent une cruauté inconcevable. Ils décapitent leurs victimes à l’aide de couteaux ou d’explosifs, les enferment dans des cages avant de les brûler vives, les crucifient, les jettent du haut des immeubles et, plus récemment, ont fait sauter une voiture dans laquelle se trouvaient des passagers (un enfant aurait déclenché le dispositif). Cette violence s’est exportée en Europe. Et certaines des grandes villes syriennes ressemblent aujourd’hui au Stalingrad de 1943.

Évidemment, les populations fuient, comme l’avaient fait avant elles les Belges – par exemple – au début de la Première Guerre mondiale : le Royaume-Uni en avait accueilli 250 000, parfois au rythme de 16 000 chaque jour.

Mener une vie normale étant impossible sur la quasi-totalité du territoire syrien, l’émigration se poursuivra inévitablement tant qu’il restera des civils dans cette région dévastée par la guerre. Ainsi la Jordanie – qui compte tout juste 10 millions d’habitants – abrite actuellement plus d’un million de réfugiés ; la Turquie, presque deux millions.

Défense d’entrer

Confrontés au drame qui se joue à leurs portes, que font les États membres de l’Union européenne ? Exactement ce qu’avait prédit Foucault. Hormis l’Allemagne, ils rivalisent d’imagination pour mettre en place des politiques visant à se prémunir contre l’arrivée des réfugiés et envoient des messages dissuasifs toujours plus explicites.

L’Autriche a ainsi décidé unilatéralement de fixer des quotas sur le nombre de demandeurs d’asile qu’elle acceptera quotidiennement, laissant la Grèce, en faillite, gérer seule l’afflux d’immigrés.

Une semaine plus tôt, Manuel Valls avait déclaré que la France et l’Europe ne pouvaient « accueillir plus de réfugiés ». Initialement, le gouvernement s’était engagé à en recevoir 30 000 sur deux ans. Pour mettre les choses en perspective, si la France était un village de 2 200 habitants, elle n’accepterait qu’une seule personne sur toute cette période.

Toujours en France, les autorités sont en train de démanteler, à côté de Calais, les installations dans lesquelles les migrants (dont de nombreux enfants) vivent dans des conditions épouvantables.

Au Danemark, la police est désormais autorisée à saisir les objets de valeur appartenant aux réfugiés, les privant ainsi du peu qu’il leur restait. La Slovaquie a, de son côté, décrété qu’elle n’accueillerait que des réfugiés syriens chrétiens, et pas plus de 200, au prétexte que les musulmans « ne se sentiraient pas chez eux » et ne seraient de toute façon pas acceptés par la population locale.

Pendant ce temps, le Royaume-Uni cherche activement à « reprendre le contrôle de ses frontières » bien qu’il ne se trouve pas dans l’espace Schengen. Espace auquel la Belgique, qui a rétabli le contrôle aux frontières, a suspendu sa participation.

foucault

Les pays occidentaux, dont la politique d’immigration est de plus en plus implacable, importent aussi des technologies militaires destinées à établir des dispositifs de contrôle sophistiqués et des barrières infranchissables en Grèce, en Bulgarie ou dans les enclaves espagnoles au Maroc. Les « conditions favorables à la mort des autres » sont ainsi réunies. Les Syriens n’ont désormais que le choix de survivre chez eux ou d’entreprendre un voyage périlleux vers des pays sûrs mais totalement verrouillés.

Les théories plus ou moins complexes échafaudées pour justifier cette politique sont facilement réfutables, tant sur le plan rationnel que moral. Le seul raisonnement qui tienne est celui de Foucault. En expliquant pourquoi une société aussi obsédée par la santé est capable (plus ou moins indirectement) de tuer des gens capables de contribuer à cette santé, Foucault lance un mot fort : le racisme, au sens large du terme.

Sa théorie, confirmée depuis par des milliers d’expériences en psychologie sociale, est la suivante : pour que des individus acquiescent à des politiques extrêmes et qu’ils les parent d’arguments moraux, ils doivent considérer les gens qui en sont victimes comme différents, extérieurs à leur communauté.

C’est pourquoi le Royaume-Uni, qui avait accueilli 250 000 Belges avec du thé et des gâteaux entre 1914 et 1916, contribue aujourd’hui, avec la majeure partie des pays de l’Union européenne, à la mort de milliers d’êtres humains ayant fui une guerre dans laquelle s’affrontent un régime dictatorial et le groupe terroriste le plus violent (quantitativement et peut-être qualitativement parlant) de tous les temps.

Le peu de moralité qui subsistait chez les États européens est en train de s’évaporer.

Stephane J Baele  Lecturer in International Studies and Security, University of Exeter

Traduit par Catherine Biros pour Fast for Word.

La version originale de cet article a été publiée en anglais.

Illustration : Foucault : une prémonition pessimiste. Thierry Ehrmann, CC BY
Illustration : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr

 

Didier Bigo, L’archipel des polices, Le Monde diplomatique, octobre1996

Le Monde diplomatique republie en ligne un texte d’octobre 1996 à méditer en pleine actualité :

Didier Bigo, L’archipel des polices, Sécurité, immigration et contrôle social

« Une transformation discrète mais profonde s’opère dans la manière dont les gouvernements contrôlent leurs populations et l’arrivée d’étrangers sur leur territoire. Elle passe par une collaboration policière européenne renforcée dans les domaines de la criminalité, de la drogue, du terrorisme, de la lutte contre l’immigration clandestine.

La police se fait dorénavant en réseaux : réseaux d’administrations où les douanes, les offices d’immigration, les consulats, pour la délivrance des visas, et même les compagnies privées de transport ou des sociétés privées de surveillance viennent s’adjoindre aux polices et gendarmeries nationales ; réseaux informatiques avec la mise en place de fichiers nationaux ou européens concernant les personnes recherchées et disparues, les interdits de séjour, les expulsés, les refoulés, les déboutés du droit d’asile ; réseaux d’officiers de liaison envoyés à l’étranger pour représenter leurs administrations et permettre des échanges d’informations ; réseaux sémantiques où s’élaborent de nouvelles doctrines, de nouvelles conceptions concernant les conflits et la violence politique.

La police se fait aussi de plus en plus à distance, par-delà le territoire national. Les contrôles n’interviennent plus nécessairement aux frontières de manière systématique et égalitaire. Ils s’opèrent en aval, à l’intérieur du territoire, dans une zone frontière, et aussi en amont, grâce à la collaboration avec les pays d’origine des immigrants, à travers les systèmes de délivrance des visas, les accords de réadmission… Résultat : les relations directes diminuent, remplacées par des pratiques où l’on cherche à déterminer les populations susceptibles d’être en infraction avant même qu’elles n’en commettent.

Ces méthodes sont appliquées tant à la criminalité qu’à l’immigration ; on détermine des catégories cibles, objets d’une surveillance accrue, via des analyses statistiques permises par l’informatique ; on essaie d’anticiper les flux, les mouvements des groupes,  »  (…)

http://www.monde-diplomatique.fr/1996/10/BIGO/5825

Illustration : Torres-Puy, Sur la route de Perpignan, 2012, Creative Commons, Flickr