Tous les articles par ENIGMUR

Eric Valmir, Pêcheurs d’hommes, Paris, Robert Laffont, 2018

  « « Moi, c’est Nicolo. J’aurai bientôt vingt-cinq ans et jamais je ne quitterai Lampedusa. C’est mon île au centre de la mer. »

Au cœur de la Méditerranée, entre Afrique et Europe, Lampedusa, symbole de l’une des plus grandes hontes contemporaines : au fil des années, ces milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuyant la guerre et la misère, ceux qu’on appelle aujourd’hui « les migrants », venus s’échouer, souvent mourir, sur ses côtes. Lampedusa, des paysages d’une beauté paradisiaque sous la sublime lumière du sud de l’Italie, mais mauvaise réputation, donc. Maudite ? Mal aimée, mal comprise en tout cas. Nicolo aurait toutes les raisons de la détester, cette île qui a rendu son père fou – parce que « son métier, c’était d’attraper des poissons, pas de pêcher des hommes ». Mais il choisit de nous la raconter, elle et ses habitants, à travers son regard de petit garçon puis de jeune homme confronté à l’indifférence du monde mais déterminé à sauvegarder sa beauté.

Déclaration d’amour à la terre natale, Pêcheurs d’hommes est à la fois un portrait intime, éclatant de couleurs et de soleil, et une fresque qui nous interroge sur le monde que nous voulons.

Éric Valmir a été le correspondant de Radio France en Italie pendant 5 ans. Installé à Rome, il couvre toute l’actualité italienne, produit et réalise la série radiophonique « Ciao Ragazzi » et commence à écrire Magari. Rentré à Paris, il anime depuis septembre 2011 sur France Inter un rendez-vous matinal politique « Les jeunes dans la présidentielle », qui connaît rapidement un succès d’audience. Il est également l’auteur, chez Robert Laffont, de Toute une nuit (2005), De la difficulté d’évoquer Dieu dans un monde qui pense ne pas en avoir besoin (entretiens avec le cardinal Oscar Rodríguez Maradiaga, 2008), et de Italie, belle et impossible (2011) chez Editalie ».

(source : éditeur)

 http://www.laffont.fr/site/pecheurs_d_hommes_&100&9782221202623.html

 

 

Maryline Baumard , Dans les Alpes, auprès des migrants, «on va redescendre des cadavres, un de ces jours», lemonde.fr,| 16/12/2017

Au col de l’Echelle, des habitants viennent en aide aux migrants qui traversent la frontière enneigée au péril de leur vie.

« (…) De plus en plus souvent, ça se gâte avant d’atteindre Névache pour ces jeunes Africains ignorants de la montagne. Chef des urgences de l’hôpital de Briançon, un service qui en a déjà soigné 300 depuis l’été, Yann Fillet est monté deux fois au col le 10 décembre avec le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM). La seconde fois, en pleine nuit, le médecin a cru halluciner quand il a aperçu « un des gamins pieds nus dehors alors que le thermomètre affichait – 10°».

Désormais, cela ne fait plus de doute pour lui, « on va redescendre des cadavres un de ces jours ». D’autres estiment qu’il y en a déjà sous la neige. Des morts de froid et d’épuisement. En ce lundi matin 11 décembre, la salle de surveillance des urgences sur laquelle M. Fillet veille compte six rescapés. Choqués mais saufs. « La mort a tourné autour de nous. Ça ne se raconte même pas, mais j’en ai encore froid dans le dos », susurre Madou, le regard vide. « Sans le villageois venu à notre secours, on ne serait plus là », complète celui qui dit avoir prié pour cette venue, « et comme dans le canot sur la Méditerranée, Dieu nous a entendus ». »  (…)

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/12/16/dans-les-alpes-on-va-redescendre-des-cadavres-un-de-ces-jours_5230716_1654200.html#PQ2MFwIEGYtBpLqv.99

 

photo @Bruno Fert/Le Monde (ibidem) avec nos remerciements pour son aimable autorisation
voir aussi du même photographe : http://lemonde.fr/photo/portfolio/2017/12/16/a-briancon-la-survie-des-migrants-passes-par-la-montagne_5230747_4789037.html

 

 

Marcello Di Cintio, Un monde enclavé. Voyages à l’ombre des murs, Montréal, Lux Editeur, 2017

Sarah R. Champagne, Voyage avec Marcello Di Cintio au pied des murs de la honte, Le Devoir, 14 octobre 2017

« J’aimerais dire que ça a changé. J’aimerais dire que mon livre a perdu de sa pertinence. Mais c’était stupide de penser que les murs tomberaient. » Marcello Di Cintio n’est pourtant pas naïf. Il a consacré quatre ans et 400 pages à son essai Un monde enclavé, au point de ressentir lui aussi par moments le Mauerkrankheit, cette « maladie du mur »,comme on disait dans un autre temps à Berlin.

Les humains sont pourtant atteints de la « maladie chronique » d’en bâtir. Leur réflexe de s’emmurer est déjà inscrit dans les pierres antiques du mur d’Hadrien, dressé par l’Empire romain au nord de l’Angleterre, et celles du Moyen Âge dans toute ville de la vieille Europe.

L’auteur le savait, c’est lui qui l’écrit. Mais il ne pouvait qu’espérer que «tous ces endroits tristes avec des existences tristes», comme il les décrit au téléphone, se libèrent de ces «cellules toujours plus petites et plus faciles à défendre, mais qui nous isolent les uns des autres».

Depuis la première parution de son livre Un monde enclavé, en 2012, récompensé par le prix Shaughnessy et qui vient de paraître en français aux éditions Lux, la construction de près d’une dizaine de murs a en effet été annoncée ou entamée. Le total mondial s’élève maintenant à plus de 70 parois de béton armé, d’acier, de barbelés ou de tous ces matériaux à la fois. »   (…)

 

Voyage avec Marcello Di Cintio au pied des murs de la honte

Marina Rafenberg, A Lesbos, le cauchemar des réfugiés de Moria, lemonde.fr, 13/12/2017

Conçu pour accueillir 2 300 personnes, le camp situé sur l’île grecque en abrite plus de 6 700.

« Sur un mur, un graffiti « Bienvenue en prison » donne le ton. Au milieu des champs d’oliviers de Lesbos, le camp de Moria est entouré de barbelés, surveillé par la police, interdit théoriquement aux journalistes. Le site est l’un des cinq « hotspots » de Grèce, où les réfugiés sont entassés le temps que leurs demandes d’asile soient étudiées.

Conçu pour accueillir 2 300 personnes, il abrite désormais plus de 6 700 réfugiés, d’après les chiffres du ministère grec de l’immigration. Alors que l’accord UE-Turquie du 20 mars 2016 avait pratiquement mis fin aux traversées, depuis le mois d’août les arrivées sont à nouveau régulières : 15 800 personnes ont accosté sur les côtes de l’île grecque en quatre mois, surtout des familles, originaires de Syrie, d’Irak ou d’Afghanistan d’après le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Certes, en août 2015, 3 000 réfugiés pouvaient débarquer à Lesbos en une journée, mais la route vers Athènes était alors libre, et les réfugiés ne restaient que quelques jours sur l’île.

Dans le camp, à l’approche de l’hiver, aucun chauffage n’a été installé. Lors de pluies importantes, les tentes sont inondées. L’eau courante n’est à disposition que deux ou trois heures par jour. Les ordures s’entassent et les toilettes sont dans un état affligeant. Plusieurs ONG n’opèrent plus à l’intérieur de l’enceinte, le gouvernement gère directement tous les services. « Les médecins sont peu disponibles, et d’habitude, ils ne te donnent même pas un antidouleur », soupire Anin, une jeune Syrienne de Deir ez-Zor qui souffre des dents.

« Ce camp à la porte de l’Europe est bien pire que ceux que j’ai pu visiter en Turquie, au Liban, en Jordanie ! », lance un humanitaire en mission. « Nous sommes traités comme des animaux », s’énerve Mustafa, un Palestinien de Yarmouk, en Syrie. »   (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/12/13/a-lesbos-le-cauchemar-des-refugies-de-moria_5229015_3214.html#0uhZyYHCUBUDJSfb.99

photo @Laurence Pillant, Lesbos, 2013 (programme Médimurs)

 

Alexandra Boucherifi, Contemporary art and migration: Sadika Keskes’ tribute to victims of the sea, VoxEurop, 16/10/2017

« Tunisian artist Sadika Keskes, with her latest performance on 1 October in Tunis, wanted to « restore dignity » to the thousands of migrants who died as they tried to cross the Mediterranean in search of a better life, and reminds Europe of its tradition of hospitality.

While Europe is struggling to find solutions to the migratory crisis, artists denounce these torn lives and try to restore dignity to the inert bodies that the sea rejects. Ai Weiwei followed the migrants on the paths of exile for two years and wants to erect a monument in their honour on the island of Lesbos. Others, like Ernest Pignon-Ernest, JR, Banksy, etc. have also faced the harsh reality of these departures for a better life through their artistic practices. The politically engaged Tunisian artist and glassmaker Sadika Keskes has created a performance called « Les tombeaux de la dignité » (dignity graves), in homage to the “no names”, the thousands of bodies of lifeless refugees found in sea, or on the beaches of the Mediterranean.

On 1 October, during a long procession-performance, the artist deposited seven glass tombs at sea, from the shores of Gammarth in the north of Tunis. Sadika Keskes is about to cross the Mediterranean by boat in a few days – depending on the agitation of the sea – to reiterate the action, on some beach of Lampedusa, the so called « paradise » of the migrants. » (…)

http://www.voxeurop.eu/en/2017/contemporary-art-and-migration-5121487

Photos: The symbolic funeral and burial at the sea ceremony performance led by Sadika Keskes on 1 October in Tunis. @Alexandra Boucherifi