Tous les articles par ENIGMUR

Piotr Smolar, Les emmurés de Jérusalem-Est, lemonde.fr, 30/05/2017

Série « Israël-Palestine, 50 ans d’occupation ».

Les quartiers palestiniens de la ville souffrent d’un double abandon. Ils ne relèvent pas de l’Autorité palestinienne, mais ne bénéficient pas des services municipaux israéliens.

 (…) « Tel est le sort de Jérusalem-Est et de ses quartiers arabes. Conquis et annexés par Israël après la guerre de 1967, ils sont restés une sorte de trou noir sans rattachement véritable. Leurs habitants n’ont partagé ni le développement de Jérusalem-Ouest ni le destin cahoteux de la Cisjordanie. Silwan pourrit sur pied. Ses maisons empilées de façon anarchique, souvent bâties sans autorisations ni plan urbain, lui donnent un air de favela.

Teddy Kollek, maire de Jérusalem de 1965 à 1993, était opposé à l’installation de familles juives au milieu des quartiers palestiniens, anticipant les frictions. Depuis, tout a changé. Un grignotage, lent et méthodique, a été organisé par les colons, avec le soutien des autorités. Près de 500 juifs religieux vivent ici. Au total, 3 000 juifs sont disséminés dans les quartiers palestiniens à Jérusalem-Est sur 200 000 colons installés dans l’ensemble de la partie orientale de la ville.

La police et des sociétés privées assurent un service de sécurité permanent autour de leurs domiciles et le long de leurs déplacements dans le quartier. Fin 2014, on apprit à la Knesset (Parlement) que le coût annuel de cette protection s’élevait à 30 000 shekels (7 800 euros) par colon à Jérusalem-Est. »  (…)

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/05/30/les-emmures-de-jerusalem-est_5135752_3218.html#DfmAAifSPsJm6Jcq.99

Israël-Palestine, 50 ans d’occupation

Reportage :   En Israël, celles qui disent non à Tsahal

Reportage :   Les emmurés de Jérusalem-Est

Reportage :   Les ONG, « cinquième colonne » israélienne

illustration @ E. Ritaine, Jérusalem-Est, 2010

Julie Clarini , Réfugiés : face au déni, des chercheurs démontent les fausses évidences, lemonde.fr, 11.05.2017

Les livres de Michel Agier et du réseau Babels tentent d’éclairer la situation migratoire aux frontières et en Europe.

* Définir les réfugiés, sous la direction de Michel Agier et Anne-Virginie Madeira, PUF, « La vie des idées », 120 p., 9 €.

* De Lesbos à Calais. Comment l’Europe fabrique des camps, de Babels, Le Passager clandestin, « Bibliothèque des frontières », 130 p., 10 € (en librairie le 23 mai).

* La Mort aux frontières de l’Europe. Retrouver, identifier, commémorer, de Babels, Le Passager clandestin, « Bibliothèque des frontières », 160 p., 10 € (en librairie le 23 mai)

http://www.lemonde.fr/livres/article/2017/05/11/refugies-demonter-les-fausses-evidences_5125887_3260.html#15JWr0rM0voufCwg.99

illustration : Creative Commons CC0  https://pixabay.com/fr/cl%C3%B4ture-acc%C3%A8s-religion-1667567/    @ reverent

Guillermo Abril, Carlos Spottorno, La Fissure, Paris, Gallimard BD, 2017

« Pendant trois années, Carlos Spottorno et Guillermo Abril ont sillonné les frontières de l’Europe. À partir des 25 000 photographies et 15 carnets de notes rapportés, ils ont composé une « bande dessinée » faite de photos.

De l’Afrique à l’Arctique, les journalistes racontent: une rencontre avec les Africains du Gourougou, le sauvetage d’une embarcation au large des côtes libyennes, l’exode des réfugiés à travers les Balkans, les manœuvres des chars de l’OTAN en face de la Biélorussie…

Un document qui montre comme nul autre auparavant les migrants, les militaires, les murs qui se dressent. » (éd.)

Photographies de Carlos Spottorno

http://lemonde.fr/bande-dessinee/visuel/2017/04/01/la-fissure-une-bande-dessinee-pour-raconter-la-detresse-des-migrants_5104200_4420272.html#

Illustration en une : couverture de la BD,  document créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)
Ci-dessous : planche de la BD p.18


Erri De Luca et les « pêcheurs d’hommes » en Méditerranée; lemonde.fr, 11/05/2017

Au printemps, l’écrivain italien a passé deux semaines à bord du « Prudence », le nouveau navire de sauvetage affrété par Médecins sans frontières. Il raconte.

(…) « Il y a vingt ans que des radeaux à moteur voyagent sur la Méditerranée sans aucun ­secours. Maintenant qu’il existe enfin une communauté internationale d’intervention rapide en mer, ce serait de sa faute si les ­bateaux pneumatiques partent. C’est comme si l’on disait que les maladies existent à cause des médicaments.

Si les dauphins venaient en aide aux disparus en mer, ces écervelés les accuseraient de complicité avec les trafiquants. En réalité, ils accusent les sauveteurs d’interrompre le déroulement normal du naufrage.

Pourtant, nous sommes et devons rester des contemporains acharnés de la plus longue et massive noyade en mer de l’histoire humaine » (…)

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/11/erri-de-luca-et-les-pecheurs-d-hommes-en-mediterranee_5126420_3232.html#oeYVVyF6r8gUyf4e.99

Lire : Erri De Luca : Aller simple (éd. bilingue), Paris, Gallimard, 2012.

photo @ S. Bonnefille, Lampedusa,2015, programme Médimurs.
Mimmo Paladino,Porta di Lampedusa, Porta d'Europa,  2008

Olivier Clochard, Julie Lemoux, « Voyager d’Alger à Marseille – Retour sur cinq décennies de dispositifs relatifs aux contrôles des migrations », L’Espace Politique [En ligne], 31, 2017-1

Recherche issue du programme MEDIMURS

(…) « L’objet de notre article concerne l’évolution des dispositifs de contrôle qui ont été adoptés vis-à-vis des Algériens souhaitant voyager vers Marseille (et plus largement la France). En adoptant une approche historique1, il s’agit de saisir les mécanismes de cette construction frontalière qui s’est mise en place après l’indépendance algérienne. Autrement dit, nous interrogeons les changements apportés à l’agencement de cette frontière, ainsi que l’évolution des pratiques prescrites dans le cadre normatif, afin de considérer les conditions administratives d’entrée à remplir avant le départ, les mesures de surveillance qui s’opèrent au moment du passage des frontières, et le traitement des migrants en situation irrégulière, soit trois dispositifs qui sont aujourd’hui imbriqués dans un jeu d’échelles multiples. Au-delà de ces transformations et des effets induits sur les flux migratoires de l’Algérie vers la France que nous rappellerons, comment l’évolution de ces différents dispositifs et leur mise en réseau se rapporte-t-elle à l’établissement d’une frontière migratoire malléable ? Cette « malléabilité́ des frontières » (Gottman, 1952, p. 59) semble refléter la volonté de la France d’externaliser ses contrôles migratoires, et faute de pouvoir y arriver, les autorités françaises font en sorte d’assouplir voire de négliger leurs obligations légales à la frontière, et dans le cas qui nous intéresse au sein du port de Marseille. Selon Jean Gottmann (1952), l’organisation politique de ces espaces frontaliers se combine nécessairement avec les questions de circulation, les mouvements des personnes ne cessant d’affecter l’organisation interne des États et celle mise en place à leurs frontières. Dans une perspective historique, la lecture de ces espaces frontaliers semble en effet montrer que les limites sont prises dans une dialectique entre le mouvement de « cloisonnement du monde » et celui de la circulation, soit une interprétation qui demeure contemporaine et permet de saisir l’évolution de cette frontière méditerranéenne. Si les évolutions techniques des dispositifs comme les procédures de demande de visa, les bases de données informatiques et les lieux de détention administrative transforment la frontière en la déplaçant de part et d’autre des limites internationales, en la dilatant à l’échelle d’une région frontalière et la connectant à d’autres lieux, il ne faut pas omettre le poids des décisions informelles ou arbitraires qui font «apparaître une certaine malléabilité des pratiques de contrôle» (Darley, 2008, p. 23) »  (…)

http://espacepolitique.revues.org/4261

carte @ Olivier Clochard, 2015
photo en une @ dossier de presse de "La traversée" de Élisabeth Leuvrey, Documentaire, France, 2012, Production : Les Écrans du large