Tous les articles par ENIGMUR

Maryline Baumard, L’Europe tentée par un système d’asile plus directif, lemonde.fr, 12/06/2017

Selon un texte en préparation à Bruxelles (Dublin IV, ndr), les migrants pourraient être enregistrés dans le pays d’arrivée et transférés rapidement vers un pays d’affectation, selon des quotas.

(…) « Globalement, Dublin IV se veut plus directif que le texte en vigueur. Il ambitionne un enregistrement et un transfert rapides de tous les demandeurs d’asile entrant en Europe vers leur pays d’affectation, afin de désengorger les pays d’arrivée. La demande devra y être rapidement étudiée, sans possibilité ensuite pour l’exilé de faire d’autre demande ailleurs. Chacun des 28 pays recevrait ainsi son quota de réfugiés et Cecilia Wikström propose de couper les fonds structurels aux récalcitrants. Une approche que refusent les pays d’Europe centrale réunis dans le groupe de Visegrad.

En attendant, les chercheurs et les ONG estiment, à l’instar de Matthieu Tardis, chercheur à l’Institut des relations internationales, que ce projet ne tient que sur le papier, puisque « les mouvements secondaires [les déplacements de migrants à l’intérieur de l’Europe] ne vont pas s’arrêter en assignant les réfugiés à un pays encore plus qu’aujourd’hui ». »   (…)

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/06/12/l-europe-tentee-par-un-systeme-d-asile-plus-directif_5142986_1654200.html#lPrLA0rERdbXRRDW.99

illustration : Sculpture near the summit of Peña Roja in the Entzia mountain range (detail). Álava, Basque Country, Spain, 2017, @Basotxerri     Creative Commons 

Francesca Fattori, Le nombre de déplacés dans le monde équivaut à la population française, lemonde.fr, 20/06/2017

Plus de 65 millions de personnes étaient déplacées contre leur gré à la fin de 2016, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

« Dans le monde, 65,5 millions de personnes étaient déplacées contre leur gré, à la fin de 2016, selon les derniers chiffres diffusés par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin.

Un chiffre record, proche de celui de la population française (67,5 millions de personnes) et qui, pour la troisième année consécutive, montre l’ampleur du déracinement dans le monde, sous la pression des conflits et des violations des droits de l’homme.

En 2014, les chiffres de l’agence onusienne avaient dépassé la barre symbolique des 50 millions, amenant le secrétaire général de l’organisation à évoquer la pire crise humanitaire depuis la seconde guerre mondiale, à la suite de laquelle le HCR avait vu le jour, en 1950. »   (…)

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/06/20/le-nombre-de-deplaces-dans-le-monde-represente-celui-de-la-population-francaise_5148277_4355770.html#wxKjt71UZE4opRwk.99

Evelyne Ritaine, Migrants morts, des fantômes en Méditerranée, Bulletin Rhizome n°64 (en ligne) , Ces morts qui existent, juin 2017

  » (…) Une invisibilité radicale

Longtemps les naufrages de bateaux chargés de migrants se sont succédé dans l’indifférence. Depuis la fin des années 90 s’en déroule la litanie, opinion et médias ne s’émeuvent qu’un instant, les migrants disparus sombrent dans les statistiques. Sur cette frontière sont tolérées des pertes humaines dans une forme de  » nécropolitique » : on y pratique une politique du laisser mourir. Les migrants disparus en mer sont dans les limbes du politique. Exilés de leur communauté d’origine, ils n’y existent plus : souvent le retour y est impossible, souvent ils ont « brûlé » leur identité (sens du terme harraga en arabe classique : « ceux qui brûlent » les frontières, leurs documents officiels, leur identité). Leur tentative de passage est clandestine, et donc leurs traces souvent indétectables : leur mort elle-même ne sera que peu traçable. Jamais arrivés en Europe, ils sont devenus des unpersons, des personnes qui n’existent pas et n’ont jamais existé : « une généralité indifférenciée ». Cette invisibilité radicale est une injustice fondamentale car, pour reprendre les mots de Judith Butler : « si une vie ne peut être pleurée, elle n’est pas tout à fait une vie ; elle n’a pas valeur de vie et ne mérite pas qu’on la remarque »  (…) »

http://www.ch-le-vinatier.fr/orspere-samdarra/rhizome/bulletin-rhizome-n64-ces-morts-qui-existent-790.html

sur le même thème :

Évelyne Ritaine, « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ », EFFETS-FRONTIERES EN MEDITERRANEE : CONTROLES ET VIOLENCES, Cultures & Conflits, 99-100, 2015, (en ligne), https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits.htm

Dossier/ I morti del Mediterraneo, Intrasformazione, 2016, 5 (1), 101–112, (en ligne) http://www.intrasformazione.com/index.php/intrasformazione/issue/view/9/showToc

Stéphanie Le Bars, La difficile identification des migrants morts à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, lemonde.fr, 09/06/2017

Des anthropologues déterrent et identifient les migrants anonymes morts en tentant de franchir la frontière entre Mexique et Etats-Unis.

 » (…) Car la tâche s’annonce rude. Ici, dans le comté de Starr, zone frontalière avec le Mexique, on enterre les morts en profondeur. Or, en cette fin de printemps, les équipes des anthropologues Krista E. Latham, Kate Spradley et Tim Gocha sont justement là pour… déterrer les corps. Mais pas n’importe lesquels : ceux de migrants anonymes, tombés d’épuisement ou de déshydratation dans le « corridor de la mort », à quelques kilomètres d’une frontière franchie avec succès, et inhumés là sans beaucoup d’égards.

Des morts sans nom auxquels les professeurs et étudiants engagés dans le projet Operation Identification  (OPID), du centre de recherches en anthropologie légale de l’université du Texas, ont entrepris de redonner une identité.

Pour des centaines de personnes venues d’Amérique centrale, le long périple s’est tragiquement achevé dans des tombes sans signe ni repère, parfois des fosses communes, dans ce coin reculé du Texas. De 2001 à septembre 2016, plus de 6 000 corps ont été retrouvés dans les zones frontalières en Arizona, Californie, Nouveau Mexique et Texas. La plupart du temps, ces migrants voyagent sans papier pour éviter d’être renvoyés dans leur pays en cas d’arrestation ; une précaution qui rend difficile leur identification.

Entre défi scientifique, mission humanitaire et démarche politique, OPID met donc tout en œuvre pour retrouver et exhumer les corps, prélever leur ADN, les identifier, les rendre à leur famille et/ou leur assurer une sépulture digne (…) »

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/06/09/morts-sans-nom-aux-etats-unis_5141082_3222.html#HJz1ZVThLOG1Ka7I.99

Illustration : Sun_in_fog_in_Lysekil.jpg, By W.Carter (Own work) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

 

Piotr Smolar , Michael Sfard : « L’occupation (israélienne) repose sur trois pieds : le pistolet, la colonie et la loi », lemonde.fr, 05/06/2017

« Cet avocat, l’un des plus célèbres juristes israéliens, conteste le récit selon lequel l’occupation serait le fruit de manipulations successives du mouvement des colons.

Fils de dissidents polonais arrivés en Israël à la fin des années 1960, Michael Sfard connaît intimement le prix de l’engagement. Petit-fils du grand sociologue Zygmunt Bauman, cet avocat, âgé de 47 ans, est l’un des plus célèbres juristes israéliens. Il s’est spécialisé dans la défense de victimes palestiniennes de l’occupation en Cisjordanie, de soldats refusant de servir et d’ONG israéliennes, harcelées devant les tribunaux. En octobre, Me Sfard publiera un livre revenant sur la façon dont, pendant cinquante ans, l’occupation a été justifiée et blanchie par le droit. Il sera intitulé The Wall and the Gate : Israel, Palestine and the Legal Battle for Human Rights (« le mur et la barrière : Israël, la Palestine et la bataille judiciaire pour les droits de l’homme », Metropolitan Books, New York). »  (…)

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/06/02/michael-sfard-l-occupation-repose-sur-trois-pieds-le-pistolet-la-colonie-et-la-loi_5137649_3218.html#rCVqzeRZ7xhS0Kzg.99

illustration @ E. Ritaine, Bethléem, 2011