Marcello Di Cintio, Un monde enclavé. Voyages à l’ombre des murs, Montréal, Lux Editeur, 2017

Sarah R. Champagne, Voyage avec Marcello Di Cintio au pied des murs de la honte, Le Devoir, 14 octobre 2017

« J’aimerais dire que ça a changé. J’aimerais dire que mon livre a perdu de sa pertinence. Mais c’était stupide de penser que les murs tomberaient. » Marcello Di Cintio n’est pourtant pas naïf. Il a consacré quatre ans et 400 pages à son essai Un monde enclavé, au point de ressentir lui aussi par moments le Mauerkrankheit, cette « maladie du mur »,comme on disait dans un autre temps à Berlin.

Les humains sont pourtant atteints de la « maladie chronique » d’en bâtir. Leur réflexe de s’emmurer est déjà inscrit dans les pierres antiques du mur d’Hadrien, dressé par l’Empire romain au nord de l’Angleterre, et celles du Moyen Âge dans toute ville de la vieille Europe.

L’auteur le savait, c’est lui qui l’écrit. Mais il ne pouvait qu’espérer que «tous ces endroits tristes avec des existences tristes», comme il les décrit au téléphone, se libèrent de ces «cellules toujours plus petites et plus faciles à défendre, mais qui nous isolent les uns des autres».

Depuis la première parution de son livre Un monde enclavé, en 2012, récompensé par le prix Shaughnessy et qui vient de paraître en français aux éditions Lux, la construction de près d’une dizaine de murs a en effet été annoncée ou entamée. Le total mondial s’élève maintenant à plus de 70 parois de béton armé, d’acier, de barbelés ou de tous ces matériaux à la fois. »   (…)

 

Voyage avec Marcello Di Cintio au pied des murs de la honte