Arthur Groot, Une mégapole binationale pour déconstruire la frontière américano-mexicaine, urbanews.fr, 29/09/2016

« La ville frontière a été conçue pour fédérer deux nations sur un même territoire, une nouvelle approche pour créer une unité internationale en ces temps où certains politiques sont obsédés par la création de murs aux frontières. Proposée par l’architecte Fernando Romero de l’agence FR-EE lors de la biennale de Londres, ce projet visionnaire entreprend de développer une ville nouvelle à l’intersection des états du Texas, du Nouveau Mexique et du Chihuahua, sur près de 29 000ha.

(…) « C’est une vision à long terme, une vision qui déconstruit la nécessité d’un mur en pensant de manière ambitieuse à la relation mutuelle entre deux pays à leur frontière, explique l’architecte. C’est aussi une réflexion sur la réalité quotidienne, et sur la multitude d’échanges qui coexistent déjà en créant une dépendance mutuelle forte. » (Fernando Romero, agence FR-EE Mexico).

Le plan masse est à l’image de ses convictions, avec une ville polycentrique intégrant de multiples polarités économiques et plusieurs centralités interconnectées. Le concept spatial s’établit sur un maillage composé de multiples hexagones, avec leur propre centre, connectés à des corridors de transport et à des passages frontaliers. » (…)

Une mégapole binationale pour déconstruire la frontière américano-mexicaine

illustration @ibidem, Fernando Romero, agence FR-EE