Audrey Travère, Renvoyer les migrants en Libye, le plan controversé de la Commission européenne, lemonde.fr, 30/08/2017

« Bruxelles veut mettre un terme à la dangereuse traversée de la Méditerranée par les migrants. Ce faisant, elle les met, involontairement, en danger en Libye.

(…) Dans ce nouveau plan, l’enveloppe budgétaire à destination de la Libye s’élève à 136 millions d’euros. Parmi eux, 46 millions d’euros sont destinés au gouvernement libyen d’entente nationale, formé en mars 2016, pour la gestion des frontières ; 48 millions sont attribués à la protection des migrants et 42 millions d’euros affectés au « développement socio-économique au niveau municipal et gouvernance locale ». Sans compter le budget de 100 millions d’euros déjà alloué dans le cadre de l’accord bilatéral entre l’Union européenne et la Libye depuis 2011 et les 10,8 millions d’euros spécifiquement accordés à l’aide humanitaire l’an passé.

Pourtant, depuis son annonce, ce plan doit faire face à de nombreuses critiques émanant des organisations non gouvernementales (ONG), qui craignent de graves atteintes aux droits de l’homme. En effet, donner une souveraineté totale en matière de contrôle migratoire à la Libye, pays encore largement instable, représente, selon elles, un danger non négligeable pour les migrants, victimes d’innombrables exactions en mer et sur le territoire.

Incompétence et violences

Ainsi, l’ONG allemande Sea Watch a dénoncé en mai 2017 l’action de gardes-côtes libyens en Méditerranée, frôlant dangereusement son navire avant d’accoster d’un bateau bondé de migrants, qu’ils ont fait débarquer sans ménagement et sans aucun gilet de sauvetage, pourtant obligatoires. Un membre de l’équipage de Sea Watch a filmé l’incident : « 

(…)

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/08/30/renvoyer-les-migrants-en-libye-le-plan-controverse-de-la-commission-europeenne_5178521_4355770.html#0id0Vp81EottM6q5.99

«L’enfer migratoire libyen », une série en trois épisodes

« Le Monde » s’est rendu sur les côtes de Libye où se pressent, venus d’Afrique subsaharienne, les candidats à l’exil en Europe. A la faveur du chaos consécutif à la chute du régime Kadhafi, les filières de la migration se sont complexifiées et le danger, pour les migrants, est omniprésent.

Voir aussi

Marc Semo, Cyril Bensimon, Emmanuel Macron veut « examiner » les demandes d’asile des migrants dès le Tchad et le Niger, lemonde.fr 29/08/2017

 « Face aux dirigeants tchadien, nigérien et libyen, hostiles à la création de « hot spots » d’enregistrement sur leur territoire, le président français a préféré parler de « missions de protection ». »  (…)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/08/28/crise-migratoire-sommet-de-dirigeants-africains-et-europeens-a-paris_5177398_3214.html#3BcMwwsfALGAvRwg.99

 

illustration : La zaterra di Lampedusa, Jason deCaires Taylor@ : Jason deCaires Taylor,voir : https://enigmur.hypotheses.org/5102