Eva Illouz, « Le populisme émotionnel menace la démocratie », lemonde.fr, 25/07/2017

Invitée aux Controverses du « Monde en Avignon », la sociologue Eva Illouz montre comment le populisme autoritaire, dont Israël est le laboratoire, joue sur les affects, les angoisses et le ressentiment des populations déclassées.

(…) « La politique populiste se caractérise par l’utilisation de trois émotions essentielles : la peur, le ressentiment et l’intimité. La peur, outil essentiel des leaders populistes, consiste à créer des ennemis imaginaires à la fois en dehors et en dedans.

En Europe, on voit se développer une peur des réfugiés, une crainte de voir se transformer démographiquement et culturellement la texture même de nos sociétés, et une peur sécuritaire, qu’il est très facile de relier à la première par le biais de l’islam. Peur démographique et peur économique, peur identitaire et peur sécuritaire. Tout cela fait partie d’un nouvel imaginaire.

(…) Israël a toujours entretenu un flou artistique sur ses frontières. Or, c’est exactement ce qu’il s’est passé avec la crise des réfugiés en Europe. Tout à coup, les frontières sont devenues floues et le reste du monde, potentiellement ennemi et dangereux, était à nos portes. Tout ce raidissement identitaire a trait à des flux migratoires, eux-mêmes liés à des politiques de guerre des puissances occidentales. Un raidissement considérablement accentué par le terrorisme et les politiques sécuritaires, domaine dans lequel Israël a été le pionnier.

Israël est depuis longtemps obsédé par la question de l’équilibre démographique entre les populations internes musulmane et juive. Dès les années 1990, l’Etat a pris des mesures draconiennes pour empêcher l’immigration de travailleurs non juifs. Des mesures auxquelles s’est ajoutée une obsession des politiques sécuritaires.

Et sur ce point, les Etats-Unis semblent emprunter le même chemin. Cette peur démographique de l’équilibre entre Blancs et Latinos fait écho à une peur existentielle, nouvelle en Europe et aux Etats-Unis : est-ce que nous allons continuer à exister demain ? Cette question est celle qui hante la conscience israélienne depuis des décennies et elle s’est saisie, sur un autre mode, de l’Occident européen. »

l’auteure : Eva Illouz

Sociologue, professeure à l’Université hébraïque de Jérusalem, Eva Illouz est également directrice d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales et titulaire de la chaire d’excellence à Paris sciences et lettres. Elle a notamment participé à L’Age de la régression. Pourquoi nous vivons un tournant historique (Paris, éd. Premier Parallèle, 2017), ouvrage collectif consacré au basculement du monde dans le populisme droitier et aux moyens d’y résister

http://www.lemonde.fr/festival/article/2017/07/25/eva-illouz-le-populisme-emotionnel-menace-la-democratie_5164585_4415198.html#00ZpPcHzYWwU6HJd.99

 

@   Arild Vågen, Rådhuset metro station, Stockholm, 2016, Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International license.