Stéphanie Le Bars, La difficile identification des migrants morts à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, lemonde.fr, 09/06/2017

Des anthropologues déterrent et identifient les migrants anonymes morts en tentant de franchir la frontière entre Mexique et Etats-Unis.

 » (…) Car la tâche s’annonce rude. Ici, dans le comté de Starr, zone frontalière avec le Mexique, on enterre les morts en profondeur. Or, en cette fin de printemps, les équipes des anthropologues Krista E. Latham, Kate Spradley et Tim Gocha sont justement là pour… déterrer les corps. Mais pas n’importe lesquels : ceux de migrants anonymes, tombés d’épuisement ou de déshydratation dans le « corridor de la mort », à quelques kilomètres d’une frontière franchie avec succès, et inhumés là sans beaucoup d’égards.

Des morts sans nom auxquels les professeurs et étudiants engagés dans le projet Operation Identification  (OPID), du centre de recherches en anthropologie légale de l’université du Texas, ont entrepris de redonner une identité.

Pour des centaines de personnes venues d’Amérique centrale, le long périple s’est tragiquement achevé dans des tombes sans signe ni repère, parfois des fosses communes, dans ce coin reculé du Texas. De 2001 à septembre 2016, plus de 6 000 corps ont été retrouvés dans les zones frontalières en Arizona, Californie, Nouveau Mexique et Texas. La plupart du temps, ces migrants voyagent sans papier pour éviter d’être renvoyés dans leur pays en cas d’arrestation ; une précaution qui rend difficile leur identification.

Entre défi scientifique, mission humanitaire et démarche politique, OPID met donc tout en œuvre pour retrouver et exhumer les corps, prélever leur ADN, les identifier, les rendre à leur famille et/ou leur assurer une sépulture digne (…) »

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/06/09/morts-sans-nom-aux-etats-unis_5141082_3222.html#HJz1ZVThLOG1Ka7I.99

Illustration : Sun_in_fog_in_Lysekil.jpg, By W.Carter (Own work) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons