Piotr Smolar , Michael Sfard : « L’occupation (israélienne) repose sur trois pieds : le pistolet, la colonie et la loi », lemonde.fr, 05/06/2017

« Cet avocat, l’un des plus célèbres juristes israéliens, conteste le récit selon lequel l’occupation serait le fruit de manipulations successives du mouvement des colons.

Fils de dissidents polonais arrivés en Israël à la fin des années 1960, Michael Sfard connaît intimement le prix de l’engagement. Petit-fils du grand sociologue Zygmunt Bauman, cet avocat, âgé de 47 ans, est l’un des plus célèbres juristes israéliens. Il s’est spécialisé dans la défense de victimes palestiniennes de l’occupation en Cisjordanie, de soldats refusant de servir et d’ONG israéliennes, harcelées devant les tribunaux. En octobre, Me Sfard publiera un livre revenant sur la façon dont, pendant cinquante ans, l’occupation a été justifiée et blanchie par le droit. Il sera intitulé The Wall and the Gate : Israel, Palestine and the Legal Battle for Human Rights (« le mur et la barrière : Israël, la Palestine et la bataille judiciaire pour les droits de l’homme », Metropolitan Books, New York). »  (…)

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/06/02/michael-sfard-l-occupation-repose-sur-trois-pieds-le-pistolet-la-colonie-et-la-loi_5137649_3218.html#rCVqzeRZ7xhS0Kzg.99

illustration @ E. Ritaine, Bethléem, 2011