Piotr Smolar, Les emmurés de Jérusalem-Est, lemonde.fr, 30/05/2017

Série « Israël-Palestine, 50 ans d’occupation ».

Les quartiers palestiniens de la ville souffrent d’un double abandon. Ils ne relèvent pas de l’Autorité palestinienne, mais ne bénéficient pas des services municipaux israéliens.

 (…) « Tel est le sort de Jérusalem-Est et de ses quartiers arabes. Conquis et annexés par Israël après la guerre de 1967, ils sont restés une sorte de trou noir sans rattachement véritable. Leurs habitants n’ont partagé ni le développement de Jérusalem-Ouest ni le destin cahoteux de la Cisjordanie. Silwan pourrit sur pied. Ses maisons empilées de façon anarchique, souvent bâties sans autorisations ni plan urbain, lui donnent un air de favela.

Teddy Kollek, maire de Jérusalem de 1965 à 1993, était opposé à l’installation de familles juives au milieu des quartiers palestiniens, anticipant les frictions. Depuis, tout a changé. Un grignotage, lent et méthodique, a été organisé par les colons, avec le soutien des autorités. Près de 500 juifs religieux vivent ici. Au total, 3 000 juifs sont disséminés dans les quartiers palestiniens à Jérusalem-Est sur 200 000 colons installés dans l’ensemble de la partie orientale de la ville.

La police et des sociétés privées assurent un service de sécurité permanent autour de leurs domiciles et le long de leurs déplacements dans le quartier. Fin 2014, on apprit à la Knesset (Parlement) que le coût annuel de cette protection s’élevait à 30 000 shekels (7 800 euros) par colon à Jérusalem-Est. »  (…)

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/05/30/les-emmures-de-jerusalem-est_5135752_3218.html#DfmAAifSPsJm6Jcq.99

Israël-Palestine, 50 ans d’occupation

Reportage :   En Israël, celles qui disent non à Tsahal

Reportage :   Les emmurés de Jérusalem-Est

Reportage :   Les ONG, « cinquième colonne » israélienne

illustration @ E. Ritaine, Jérusalem-Est, 2010