Olivier Clochard, Julie Lemoux, « Voyager d’Alger à Marseille – Retour sur cinq décennies de dispositifs relatifs aux contrôles des migrations », L’Espace Politique [En ligne], 31, 2017-1

Recherche issue du programme MEDIMURS

(…) « L’objet de notre article concerne l’évolution des dispositifs de contrôle qui ont été adoptés vis-à-vis des Algériens souhaitant voyager vers Marseille (et plus largement la France). En adoptant une approche historique1, il s’agit de saisir les mécanismes de cette construction frontalière qui s’est mise en place après l’indépendance algérienne. Autrement dit, nous interrogeons les changements apportés à l’agencement de cette frontière, ainsi que l’évolution des pratiques prescrites dans le cadre normatif, afin de considérer les conditions administratives d’entrée à remplir avant le départ, les mesures de surveillance qui s’opèrent au moment du passage des frontières, et le traitement des migrants en situation irrégulière, soit trois dispositifs qui sont aujourd’hui imbriqués dans un jeu d’échelles multiples. Au-delà de ces transformations et des effets induits sur les flux migratoires de l’Algérie vers la France que nous rappellerons, comment l’évolution de ces différents dispositifs et leur mise en réseau se rapporte-t-elle à l’établissement d’une frontière migratoire malléable ? Cette « malléabilité́ des frontières » (Gottman, 1952, p. 59) semble refléter la volonté de la France d’externaliser ses contrôles migratoires, et faute de pouvoir y arriver, les autorités françaises font en sorte d’assouplir voire de négliger leurs obligations légales à la frontière, et dans le cas qui nous intéresse au sein du port de Marseille. Selon Jean Gottmann (1952), l’organisation politique de ces espaces frontaliers se combine nécessairement avec les questions de circulation, les mouvements des personnes ne cessant d’affecter l’organisation interne des États et celle mise en place à leurs frontières. Dans une perspective historique, la lecture de ces espaces frontaliers semble en effet montrer que les limites sont prises dans une dialectique entre le mouvement de « cloisonnement du monde » et celui de la circulation, soit une interprétation qui demeure contemporaine et permet de saisir l’évolution de cette frontière méditerranéenne. Si les évolutions techniques des dispositifs comme les procédures de demande de visa, les bases de données informatiques et les lieux de détention administrative transforment la frontière en la déplaçant de part et d’autre des limites internationales, en la dilatant à l’échelle d’une région frontalière et la connectant à d’autres lieux, il ne faut pas omettre le poids des décisions informelles ou arbitraires qui font «apparaître une certaine malléabilité des pratiques de contrôle» (Darley, 2008, p. 23) »  (…)

http://espacepolitique.revues.org/4261

carte @ Olivier Clochard, 2015
photo en une @ dossier de presse de "La traversée" de Élisabeth Leuvrey, Documentaire, France, 2012, Production : Les Écrans du large