Thierry Baubet, Serena Tallarico, La mer comme espace liminal, Rhizome, 63, 2017

« Étude de cas sur les aspects symboliques et magico-religieux de la traversée de la mer Méditerranée

La mer Méditerranée, dont le nom dérive du latin mediterraneus (au milieu des terres) a été depuis toujours un lieu de passage qui offrait la possibilité, à qui se risquait à traverser ses eaux, de réaliser « à la fois un changement d’État et une transformation d’état » (Green, 1999), de passer les frontières entre le familier et l’inconnu, le nous et les autres.

Notre travail dans le cadre de la clinique transculturelle, en Italie et en France, nous a amené à nous interroger sur les mécanismes de construction identitaire et sur la fonction de la rupture, de la trahison, de la violence dans cette quête de transformation sociale et psychique grâce aux rencontres avec des patients venus d’ailleurs.

Qu’en est-il donc du temps et de l’espace du passage, de nos jours, et qu’est-ce qu’il nous indique sur la souffrance psychique des personnes migrantes qui, enfin, arrivent sur nos côtes ?

La théorie de rite de passage de Van Gennep (1909), dont la liminalité constitue une phase fondamentale, nous semble avoir un fort intérêt heuristique pour analyser les processus psychologiques et symboliques qui interviennent au moment du voyage migratoire, car elle évoque à la fois des processus socio-anthropologiques, politiques et psychiques de cette transition.

Selon la définition anthropologique des rites de passage (Fabietti et Remotti, 2009) pendant la période liminale, l’individu, qui participe à un rite de transition, se retrouve dans une phase intermédiaire entre deux positions socialement définies : le vieux rôle qu’il abandonne et le nouveau qu’il doit encore obtenir. Il habite donc une situation de marge entre un état antérieur et un état postérieur.

Cette phase se déroule dans un espace extra-ordinaire (hors de l’ordinaire), comme c’est le cas pour la mer. Ce lieu liminal nous renvoie à la fois à une condition de suspension, d’entre-deux, et en même temps à des dynamiques de transition des limes (frontières), de rupture, de déconstruction – suspension – reconstruction à travers l’abandon de l’identité et la rencontre avec l’altérité. Pour y accéder, la personne doit sortir du territoire de la communauté pour demeurer un certain temps dans un espace potentiellement dangereux, étrange. » (…)

http://www.ch-le-vinatier.fr/orspere-samdarra/rhizome/anciens-numeros/rhizome-n-63-cliniques-et-migrations/la-mer-comme-espace-liminal-2042.html

photo@ Lisa Ritaine, Sculpture de Folon "Partir" , Giardino delle rose, Firenze, Italia,juin 2012, avec autorisation.